Archive pour la catégorie ‘Obligation,rente,prêt’

Jean Legouz prend Olivier Hiret pour caution : Carbay 1610

Jeudi 23 février 2017

Olivier Hiret est un “tonton” pour moi, et sans enfants. Parti de Senonnes à Angers comme avocat, il appraît dans un très grand nombre d’actes notariés, car il était le point de liaison d’une grande partie du Pouancéen, qui venait donc chez lui à Angers lorsqu’ils souhaitaient emprunter à Angers etc… Il illustre à merveille les liens au delà des liens familiaux, mais liens de cohésion locale, et je le connais bien pour avoir pendant 10 ans uniquement travaillé la famille Hiret et cela est paru dans mon ouvrage l’Allée de la Hée des Hiret

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E5 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 26 novembre 1610 après midy, en la cour du roy notre sire à Angers endroit par devant nous (René Moloré notaire) personnellement establys Jehan Legouz écuyer sieur de la Salle demeurant en la paroisse de Carbeil près Pouencé, honorables Me Ollivier Hiret sieur du Drul advocat Angers et Pierre Gaultier marchand demeurant savoir ledit Hiret paroisse st Maurille et ledit Gautier en la paroisse de la Trinité de ceste ville soubzmettant eulx et chacun d’eulx seul et pout le tout sans division de personnes ne de biens leurs hoirs etc confessent avoir vendu créé constitué et par ces présentes vendent créent et constituent et promettent garantir fournir et faire valoir à vénérables et discretz les doyen chanoynes du chapitre St Pierre lesquels ont achpté et achaptent pour eulx leurs successeurs doyen et chanoines dudit chapitre, la somme de 18 livres 15 sols de rente annuelle et perpétuelle que lesdits vendeurs promettent payer entre les mains de leur boursier des anniversaires par quartiers égaulx qui escheront aux 26 février, 26 mai, 26 août et 26 novembre de chacunes années, le premier paiement et quartier commenczant le 26 février prochain, et à continuer à perpétuité, et laquelle rente lesdits vendeurs ont assise et assignée assient et assignent par ces présentes sur tous et chacuns leurs biens meubles et immeubles présents et futurs et sur chacune pièce d’héritage seule et pout le tout sans que la générale et spéciale obligation puissent nuire ne préjudicier l’une à l’autre o puissance auxdits du chapitre de faire faire assiette de ladite rente suivant la coustume de ce pays d’Anjou, et est faite ladite vendition création et constitution de rente pour le prix et somme de 300 livres tz payée content par lesdits députés auxdits vendeurs qui ont icelle somme emportée en pieces de 16 sols et 18 sols bonnes suivant l’édit du roy

Le 20.10.1622 dvt Nicolas Leconte Nre Angers, les chanoynes de StPierre d’Angers ont reçu en notre présence de Nouelle Tramblay femme de Jullien Janvier 300 L tz en or & pieczes de 16 s pour le rachat de la rente de 18 L 15 s qu’elle avoit acquise dud. Jehan Legouz par acte passé par Fortin Nre à Pouancé

Odile Halbert - Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

Etienne Cupif et Guyonne Belou, héritiers Lepelletier par elle : Angers 1582

Samedi 11 février 2017

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E7 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le samedi 1er septembre 1582 avant midy en la cour du roy notre sire à Angers et de monseigneur duc d’Anjou par devant nous Mathurin Grudé notaire de ladite cour, personnellement estably Estienne Cupif mari de Guyonne Belou, fille et héritière en partie de deffuncte Ambroise Lepelletier, tant en son nom que pour et au nom de Me Jehan Bouchard mari de Jouachine Lepelletier héritier (sic) en partie de deffunt Jehan Lepelletier vivant sieur de Morton et bedeau et suppost en l’université de ceste ville d’Angers, et y demeurant, soubzmectant esdits noms et qualités et en chacun d’iceulx seul et pour le tout sans division confesse avoir aujourd’huy eu et receu d’honorable homme Me Jehan Lefebvre sieur de la Potherye advocat au siège présidial du Mans et y demeurant la somme de 45 escuz couronne pour et en l’acquit de hault et puissant messire Urban de Laval sieur de Bois Daulphin et de dame Magdelaine de Monteclerc son espouse pour le remboursement de 3 ans d’arrérages eschus au mois de juin 1580, de la somme de 15 escuz de rente payée par ledit Cupif à Noel Lefrère boursier de la bourse des anniversaires de l’église d’Angers, de laquelle rente messire Loys de Montecler chevalier de l’ordre sieur de Courcelles au nom et comme curateur de ladite dame du Bois Daulphin auroit esté condemné payer par sentence donnée au siège présidial d’Angers le 5 décembre 1580, quelle somme de 45 escuz couronne ledit Cupif esdits noms a eue prinse et receue en présence et à veue de nous en 132 francs de 20 sols et ung quart d’escu revenant à ladite somme de 45 escuz couronne, le tout au poids et prix de l’ordonnance royale, dont il s’est tenu à contant et en a quité et quite lesdits sieur et dame du Bois Daulphin et tous autres et a ledit Cupif esdits noms cédé et cède auxdits sieur et dame du Bois Daulphin en la personne dudit Lefebvre stipulant et acceptant avecques nous notaire les droits noms raisons et actions qui audit Cupif esdits noms compètent appartiennent peuvent compéter et appartenir pour se faire par lesdits sieur et dame du Bois Daulphin rembourser de ladite somme sur les deniers provenant de la vente et adjudication par décret de la terre d’Eron ainsi qu’ils verront bien estre, et à ceste fin a ledit Cupif subrogé et subroge lesdits sieur et dame du Bois Daulphin en ses droits et actions et consenty qu’ils y soient subrogé par justice, et constitué lesdits sieur et dame du Bois Daulphin pour cest effet soy procurer comme de sa propre chose, le tout sans aulcun garantage éviction ne restitution de prix ; à laquelle cession quittance et tout ce que dessus est dit tenir etc obligent etc renonçant etc foy jugement et condemnation etc fait et passé Angers maison de nous notaire en présence de honorable homme Me Jehan Bauldrays sieur de la Beccantière advocat Angers et Jehan Adelle praticien en cour laye demeurant Angers tesmoins

Jean Fortin emprunte 50 livres : Bouzillé 1619

Mercredi 8 février 2017

Ce Fortin n’est pas du même rang social que les miens et n’est pas lié.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E121 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le (classé le 1er oaût 1619 chez Julien Deille notaire royal à Angers) le samedi 28 octobre 1617 devant nous Claude Chapellain notaire de la baronnie de Chantoceaux ont esté présents honorable homme Jehan Fortin marchand et damoiselle Renée Meulet sa femme demourans au bourg de Bouzillé lesquelles deument soubmis soubz ladite cour confessent debvoir et promettent payer et bailler eulx et chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de personnes ni de biens d’huy en ung an prochainement venant à maistre Guy Leurault sergent royal demeurant au bourg du May à ce présent stipulant et acceptant la somme de 50 livres tz, quelle somme est à cause et pour raison de pur juste et loyal prest fait par ledit Leurault auxdits establis auparavant ce jour ainsi qu’ils ont confessé par devant nous, et s’en sont tenuz et tiennent à content et bien payés et en ont quité et quitent ledit Leurault ses hoirs, laquelle dite somme de 50 livres tz promettent lesdits establis rendre payer et bailler audit Leurault ses hoirs etc audit terme et par la manière que dit est, à quoi tenir obligent lesdits establis eulx et chacuns d’eulx seul et pour le tout comme dit est leur hoirs etc leurs biens à prendre vendre etc mesmes le corps dudit Fortin à tenir prison ferme comme pour les propres deniers et affaires du roy notre sire renonçant etc et par especial ladite femme au bénéfice de division et d’ordre de priorité et postériorité et à tous autres droits à ce contraire dont etc foy jugment et condemnation etc fait et passé audit bourg de Bouzillé en la maison de nous notaire en présence de Me Estienne Cruau sergent royal au bourg de la Pommeraye et Mathurin Allard clercs demeurant au village du Freneuf paroissiens dudit Bouzillé tesmoings

Simon Clemot sergent royal à Vihiers a emprunté à Angers : 1617

Dimanche 5 février 2017

Ce Clemot est assez loin des miens par le rang social d’abord, car les miens cultivent de leurs mains, et par la distance relative à Beaupréau, compte-tenu de la fréquence du nom dans le sud de l’Anjou.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E8 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le lundi 18 décembre 1617 après midy, par devant nous René Serezin notaire royal à Angers furent présents et personnellement establys Simon Clemot sergent royal demeurant à Vihiers tant en son nom privé que au nom et comme procureur de Me François Clément son père procureur fiscal de la chastellenie de Cernusson et en vertu de sa procuration à l’effet cy après passée soubz la cour du dit Vihiers par davant Cadier et Mestivier notaires le 17 de ce mois, demeurée attachée au contrat cy après nommé, lequel soubzmis soubz ladite cour esdits noms et qualités et en chacun d’iceux seul et pour le tout sans division etc a recogneu et confessé que ce jourd’huy auparavant ces à sa prière et requeste et pour luy faire plaisir seulement noble homme Jehan Jarry sieur de la Couste demeurant Angers paroisse st Jehan Baptiste s’est avecq eulx solidairement mis et constitué vendeur de la somme de 8 livres 15 sols de rente hypothéquaire vers le chapitre st Jehan Baptiste d’Angers pour la somme de 300 livres tz, et combien que par le contrat de ce fait passé par devant nous apparaisse que ledit Jarry ait eu et receu ladite somme comme lesdits establis, néantmoings la vérité est qu’à l’instant dudit contrat ladite somme a pour le tout esté prisé et retenue par lesdits establis sans que d’icelle il en soit rien demeuré ès mains dudit Jarry ne aulcune partie d’icelle tournée à son profit, partant a ledit estably promis payer et continuer ladite rente aujour et terme porté par ledit contrat et de tout le contenu en iceluy acquiter libérer et indemniser tirer et mettre hors ledit Jarry et luy en fournir et bailler en sa décharge lettres d’extinction et admortissement bonne et vallable tant en principal que arréraiges dedans ung an prochainement venant à peine de toutes pertes despens dommages et intérests stipulés

Liens entre les Gautier et les Peccot de Congrier : maison à Angers 1651

Mardi 17 janvier 2017

Je descends de familles PECCOT et j’ai autrefois reconstitué patiemment et longuement tout ce qu’il était possible de reconstituer.
En mettant mon étude PECCOT récemment à jour, j’ai pu tenter de rapprocher Olivier Peccot de Jean Turpin l’époux de Mathurine Peccot, dont je descends, car j’ai lu attentivement tous les actes de baptêmes de Pouancé pour déceler les parrainages de Jean Turpin ailleurs.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E2 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 23 février 1651 après midy, par devant nous Nicolas Leconte notaire royal à Angers furent présens establis et soubzmis Jean Gaultier marchand drappier drappant demeurant en la paroisse de Congrier tant en son privé nom que au nom et faisant le fait vallable de Jeanne Cherruau sa femme, et de Anselme Corsnier veuve de feu Me François Gaultier vivant notaire de Pouancé, par procuration passée par Nupiedz notaire à Pouancé le 20 de ce mois, la minute de laquelle signée Gaultier, Gaultier, Garnier, Pointeau et Nupiedz, est demeurée cy attachée pour y avoir recours, et vénérable et discret Me Pierre Peccot prêtre sacristain en l’église de la paroisse de St Pierre de cette ville y demeurant, lesquels esdits noms et en chacun d’iceux seul et pour le tout sans division etc renonçant au bénéfice de division discussion et ordre etc confessent avoir vendu créé et constitué et par ces présentes vendent créent et constituent, promis et promettent garantir fournir et faire valoir tant en principal que cours d’arrérages, à Me Charles Boisineust prêtre demeurant en cette ville d’Angers paroisse de la Trinité présent stipulant et acceptant, lequel a acheté pour luy ses hoirs et ayant cause, la somme de 17 livres 15 sols 6 deniers de rente annuelle et perpétuelle payable et rendable franchement et quitement chacuns ans à pareil jour à date des présentes par lesdits vendeurs esdits noms audit acquéreur en sa maison Angers le premier paiement commençant d’huy en un an et à continuer, en faisant assiette de ladite rente, laquelle lesdits vendeurs ont assigné et assise généralement sur tous leurs biens meubles immeubles rentes et revenus présents et futurs, et spécialement sur les deux tierces parties d’une maison située sur la rue du Bœuf Couronné alliàs la Herce paroisse de st Pierre de cette ville, desquelles deux tierces parties ledit Gaultier est seigneur, scavoir une tierce partie comme héritier de deffunt Me Jullien Peccot père qui avoit aquit ladite maison par contrat passé par Fructout ? notaire soubz cette cour le 4 février 1653, et de l’autre tierce partie comme acquéreur des autres héritiers aussi héritiers pour une tierce partie dudit deffunt Peccot, par contrat passé par Garnier notaire audit Pouancé résidant audit Congrier le 18 février 1648, lequel logis est à présent exploité par René Morice, assurant lesdites deux tierces parties valoir pour le moing toutes autres charges desduites et déchargé d’hypothèque ladite rente de 17 livres 15 sols 6 deniers, o pouvoir audit acquéreur d’en faire déclarer autre et plus particulière assiette en assiette de rente sur les autres biens présents et futurs desdits vendeurs esdits noms sans que les générales et spéciales hypothèques se puissent faire aucun préjudice ains se confirment l’une l’autre, avec pouvoir auxdits vendeurs de l’admortir toutefois et quantes ; cette présente vendition création et constitution de rente faite pour et moyennant la somme de 320 livres payée et fournis présentement contant par ledit acquéreur auxdits vendeurs esdits noms qui ont receu ladite somme en bonne monnaye courante suivant l’édit du roy s’en contente et en quite etc, auquel ils ont déclaré emprunter lesdits deniers pourles employer au parfait paiement de 480 livres prix du contrat d’acquest fait par ledit Gaultier de Pierre Peccot marchand tanneur passé par ledit Garnier le 16 mai 1648 du lieu et closerie sis au village de la Torchardière dite paroisse de Congrier, promettant lesdits vendeurs esdits noms les y employer et requérir subrogration d’hypothèque et en faire à payer et fournir quittance ou copie d’icelle audit acquéreur dedans un mois prochain à peine etc ces présentes néantmoings etc mesmes du rachapt et admortissement de la rente cy dessus, à quoy faire ils veullent et consentent estre contraint en vertu des présentes sans autre forme de procès ou de juge, à laquelle vendition création et constitution de rente et ce que dit est tenir garder et entretenir et aux dommages etc obligent lesdits vendeurs esdits noms solidairement sans division eux leurs hoirs etc renonçant etc specialement aux bénéfices de division discussion d’ordre etc fait et passé audit Angers en notre étude présents René Touchaleaume, Jacques Pasqueraye tesmoings

Et le 9 septembre 1653 amortissement par ledit sieur Peccot

Odile Halbert - Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

Charles de Cossé-Brissac emprunte 2 000 livres via Charles Goddes son procureur : Angers 1610

Mardi 3 janvier 2017

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E121 - Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 29 octobre 1610, devant nous Jullien Deille notaire royal Angers fut présent Charles Goddes sieur dudit lieu et de le Perrière d’Avrillé commissaire des guerres demeurant Angers paroisse st Maurille, tant en son nom que comme procureur spécial de hault et puissant seigneur messire Charles de Cossé comte de Brissac, maréchal et grand pannetier de France, lieutenant général pour le roy en Bretagne, comme ledit sieur Goddes a fait apparoir par procuration passé par Me Lucas Leconte notaire royal résidant audit Brissac ce jourd’huy copie de laquelle est demeurée cy attachée en nos mains pour y avoir recours, lequel deument estably et soubzmis soubz ladite cour esdits noms et en chacun d’iceulx seul et pour le tout sans division de personnes ne de biens leurs hoirs etc confessent avoir vendu créé et constitué et par ces présentes vend crée et constitue par hypothèque général et universel, promis et promet esdits noms garantir sauver et faire valoir tant en principal que couts d’arrérages, à noble homme René Lefebvre sieur de la Feronnière ancien conseiller du roy en la sénéchaussée et siège présidial d’Anjou audit Angers y demeurant dite paroisse st Maurille à ce présent et acceptant qui a achapté pour luy ses hoirs etc la somme de 125 livres de rente annuelle et perpétuelle payable et rendable franchement et quitement par lesdits vendeurs esdits noms audit achapteur ses hoirs etc en sa maison audit Angers les 29 avril et 29 octobre de chacun an par moitié premier payement commençant le 29 avril prochainement venant, et à continuer ; et laquelle dite somme de 125 livres de rente lesdits vendeurs ont du jourd’huy et par ces présentes assise et assignée assient et assignent généralement sur tous et chacuns les biens desdits vendeurs et de chacun d’eulx l’un pour l’autre et sur chacune pièce pour le tout de proche en roche, sans que la générale et spéciale hypothèque puissent se faire préjudice ains confirmans et approuvans l’un l’autre, pouvoir et puissance audit acquéreur d’en faire déclarer particulière assiette en assiette de rente et auxdits vendeurs esdits noms de l’avertir toutefois et quantes etc ; la présente vente faite pour et moyennant la somme de 2 000 livres tz … ; fait et passé audit Angers en présence de Me Denis Anceaulme

Odile Halbert - Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos