Contrat de mariage de Daniel Amys et Françoise Trouillaut, L’Hôtellerie-de-Flée 1664

Moi aussi j’ai une grand »mère TROUILLAUT à Châtelais, vers 1605, et portant le prénom extravagant de Phéline aliès Féline. Je ne l’ai pas reliée à quiconque mais je brûle je suppose. Si ce n’est que ma Phéline Trouillault est deux générations avant ce qui suit.

Le mariage que nous voyons aujourd’hui nous laisse entrevoir le déroulement des négociations, en l’absence de la future. En effet, les archives notariales livrent non pas UN mais bien DEUX actes authentiques concernant ce projet de mariage.
La première négociation devant 3 notaires royaux le 31 août 1664
L’acte qui suit est aux Archives de la Mayenne, série 3E63 – Voici ma retranscription : (Classé chez Lecorneux notaire) Le 31 août 1664 sur le mariage proposé entre noble homme Daniel Amy et damoiselle Françoise Trouillault fille de Me François Trouillault sieur de la Tregonnière et Renée Chevalier pour estre arresté entre lesdits Me François Trouillault se faisant fort de ladite Trouillault sa fille, pour le sieur Amy, noble homme Pierre Armenault sieur de Marnougne et damoiselle Bernardine Poullain son épouse de luy duement autorisée à ce présents establis et soubzmis devant notaires royaulx soubsignés

    les signatures donnent : Badier, Lecorneux et Bastard, tous trois notaires royaux

demeurants savoir ledit sieur de la Tregonnière en sa maison de la Drouetrye paroisse de l’Hötellerie de Flée et lesdits sieur Amy, de Marmougne et damoiselle Poullain en cette ville,
par l’advis et consentement de leurs amis et parents sont d’accord que lesdits sieur Amy et damoiselle Trouillault se prendront en mariage et iceluy sollemniserront en l’église catholique apostolique et romaine

    etc… et tout ce qui suit est exactement repris dans le contrat du 9 octobre qui suit

ce qui a esté ainsi accordé et accepté par lesdites parties qui se sont obligés en passer contrat plus authentique et en présence de tous leurs parents et amis communs touttes fois et quantes dont les avons jugés

    donc, il faut comprendre qu’il y avait d’abord des négociations financières entre parents, au besoin en l’absence de la future !!! et que cette fois, les négociations ont donné lieu à un acte authentique devant 3 notaires !!!
    C’est la première fois que je rencontre l’écrit, et de plus tout à fait authentique car il aurait pu être sous seing privé, qui donne les négociations, et j’avais toujours pensé que l’immense majorité des contrats de mariage étaient d’abord négociés et discutés financièrement parfois longuement, mais cet acte laisse à pense qu’on se passait de la future….

fait et passé en la ville de Château-Gontier maison de Me Martin Hardy sieur de la Jouenière advocat au siège par devant nous Marie Lecorneux, et Pierre Badier et René Bastard, notaires royaulx résidant audit Château-Gontier en présence dudit sieur Hardy et de Me René Chauviré tesmoins à ce requis demeurant audit Château-Gontier le dernier jour d’août 1664

Le contrat définitif devant un notaire royal le 9 octobre 1664
L’acte qui suit est aux Archives de la Mayenne, série 3E63 – Voici ma retranscription : Le 9 octobre 1664 après midy par devant nous Marin Lecorneux notaire royal à Château-Gontier ont esté présents en leurs personnes establis et duement soubzmis noble homme Daniel Amy demeurant en la ville de Château-Gontier d’une part,
et Me François Trouillault sieur de la Tregonnière et damoiselle Françoise Trouillault sa fille et de défunte damoiselle Renée Chevalier demeurante en leur maison de la Drouetaye paroise de l’Hôtellerie de Flée d’autre part
lesquels en exécution des articles du mariage proposés entre ledit Amy et ladite damoiselle Trouillault arrestés par devant nous le dernier août dernier ont lesdits sieur Amy et damoiselle Trouillault de l’advis et consentement dudit sieur Trouillault son père et autres leurs parents et amis ont promis se prendre en mariage lors que l’un en sera par l’autre requis s’il n’y a empeschement légitime
en faveur duquel mariage ledit sieur de la Tregonnière a donné tant pour ses droits maternels eschus que sur sa succession future le lieu et métairie de la Chauvetière est les lieux et closeries de la Planche aux Ferrons et de la Guedonnière situés ès paroisse de Chastelais et Combrée, avecq les bestiaux sepmances qui luy appartiennent sur lesdits lieux, comme le tout se poursuit et comporte et qu’ils appartiennent audit sieur de la Tregonnière tant à tiltre successif que par aquest et qu’en jouissent les colons et fermiers
sans réservation sinon d’un pré proche le lieu de la Chevillerye qui despend du lieu du bourg dudit Chastelays qui appartient audit sieur de la Trigonnière duquel il auroit depuis quelque temps relaissé la jouissance au colon dudit lieu de la Chauvelière
et au cas que la recousse d’une pièce de terre nommée (blanc) acquise par ledit sieur de la Tregonnière à condition de grâce et annexée audit lieu de la Chauvelière soit exécutée lesdits futurs conjoints en repcevront le prix avecq les loyaux coust et mises,
lesquels lieux, bestiaux, et sepmances ledit sieur de la Tregonnière a assuré valoir la somme de 12 000 livres tz pour en jouir par lesdits futurs conjoints à commencer du jour et feste de Toussaint prochaine à la charge par eux de payer aussy à l’advenir les cens rentes et debvoirs deubz à cause desdits lieux et en faire les obéissances aux seigneurs des fiefs sont ils relèvent
et outre ledit sieur de la Tregonnière fournira à sadite fille des habits nuptiaux selon sa condition
desquels advancements il en entrera en leur future communauté la somme de 2 000 livres jusqu’à concurrence de laquelle le prix des bestiaux et sepmances ne se montront pour si haute somme le surplus sera prix sur le fonds desdits lieux
et le reste demeurera de nature de propre à ladite damoiselle Trouillault ses hoirs en ses estocs et lignées ou le prix d’iceux en cas de vendition sans que l’action pour en demander le remploi puisse estre mobilisée pour quelques causes que ce soit mais demeurera propres à tous effets
et au regard dudit sieur Amy il entrera audit mariage avec tous et chacuns ses droits à luy acquis tant à tiltre successif que de son pécule que ledit sieur Amy et noble homme Pierre Armenault sieur de Marmoigne conseiller du roy et président au grenier à sel dudit Château-Gontier et damoiselle Bernardine Poullain son espouse de lui suffisamment authorisée à l’effet et exécution des présentes, demeurants audit Château-Gontier à ce présents establis et soubsmis, ont promis et se sont solidairement sans division de personnes ne de biens obligés faire valoir la somme de 12 000 livres tz et fournir en contrats de constitution sur personnes de la Province ou acquests d’héritages en la proximité dudit Château-Gontier au choix dudit sieur de la Tregonnière, dans 18 mois prochainement venant pour la somme de 10 000 livres et les 2 000 livres restantes en meubles ou deniers dans 6 mois laquelle somme de 2 000 livres entrera dans leur dite communauté qui s’acquérera du jour de leurs épousailles et bénédiction nuptiale et le restant montant 10 000 livres demeurera propre audit Amy ses hoirs en ses estocs et lignées
lequel a constitué douaire à ladite future espouse sur laquelle somme de 10 000 livres cas de douaire arivant et au cas de renonciation à ladite communauté, laquelle damoiselle Trouillault et ses hoirs ce qu’ils pourront faire toutes fois et quantes, ils seront acquités de toutes debtes quoi que ladite damoiselle Trouillault y fut personnellement obligée, et reprendra tout ce qu’elle aura apporté audit mariage mesme ladite somme mobilisée, ses bagues, joyaux, habits à son usage et une chambre garnie de la valeur de 300 livres le tout de l’hypothèque de ce jour
et au moyen dudit advancement fait par ledit sieur de la Tregonnière, il demeure quitte et déchargé des droits maternels de sadite fille tant en principal que jouissances, lesquelles jouissances demeurent compensées avecq sa nourriture et entretien,
et où elle viendrait à décéder sans enfants lesdits advancements retouneront audit sieur de la Tregonnière qui s’en est par après réservé le droit de renonciation, le tout conformément auxdits articles qui demeurent attachés aux présentes pour y avoir recours quand besoing sera,
ce qui a esté ainsi voulu consenty stipulé et accepté par lesdites parties lesquelles à ce tenir et entretenir faire et accomplir se sont obligés et obligent chacun en droit, renonçant etc
fait et passé audit lieu et maison de la Droutaye en présence de vénérables et discretes personnes Me René Levoyer prêtre curé de ladite paroisse de l’Hôtellerie de Flée, et Pierre de Marquassaix aussi prêtre

Cette vue est la propriété des Archives de la Mayenne. Cliquez pour agrandir.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

13 réponses sur “Contrat de mariage de Daniel Amys et Françoise Trouillaut, L’Hôtellerie-de-Flée 1664

  1. E.1479.(carton.)-2pièces,parchemin;3pièces,papier.
    – 1640-1763.- AMYS.
    -Nomination,de Gabriel Amys,en la charge d’assesseur civil et criminel au présidial de Châteaugontier;- quittances du trésorier des droits casuels;-extaits des registres de décès de la paroisse Saint- Rémy de Châteaugontier.

  2. E.1493.(carton.)- 7 pièces,papier.
    1724- 1759.-ARMENAULD.
    -Licitation de la seigneurie de Loucheraye entre les héritiers de François Armenauld;-procuration de Mme Bernardine Armenauld,veuve Cohon;-partage de la succession de Pierre Armenauld,conseiller en l’Election de Châteaugontier;- licitation de la terre de Davy en la paroisse de Bouchamps entre les héritiers du précédent.

  3. Bonjour

    Entre les deux contrats, il y a un mariage religieux à l’Hôtellerie de Flée le 7 octobre 1664. Daniel Amy(s) est alors officier à Pouancé (?).

    Veuve, Françoise Trouillault se remarie à l’Hôtellerie de Flée le 2 mai 1680 avec René Rouvraye, conseiller du Roy, assesseur en l’éllection de Château Gontier

    Cordialement

      Note d’Odile :
      Je viens d’aller en ligne voir le registre de l’Hôtellerie-de-Flée pour vous confirmer, éventuellement, le terme « Pouancé », mais je ne trouve pas l’acte.
      Aussi, merci de m’indiquer sur quel registre et le n° de la vue
      Merci
      PS je suis comme Saint-Thomas dans l’évangile : je ne crois que ce que je vois ! c’est pour cette raison que j’ai la manie de tout revérifier
    1. Sur l’Acte de Baptême de Julien Hulin, fils de Julien et de Renée Trouillault, en octobre 1675, la Marraine fût Françoise Trouillault, femme de noble homme Daniel Amy … au grenier à sel de Pouancé .

    2. Le 7 Octobre 1664, à L’Hôtellerie de Flée, il s’agit de la Promesse de Mariage entre Daniel Amy et Françoise Trouillault .

        Note d’Odile :
        Donc dans l’ordre, il y a eu :
        1 – négociations, consignées par écrit
        2 – fiançailles
        3 – contrat de mariage
        4 – mariage religieux
        Odile
        PS si vous voyez un jour ma Phéline Troullault, qui hantait ces lieux et ce même milieu, mais en 1605, merci de me faire signe

      Voici ma Phéline TROUILLAULT :

        Pierre BODIN °ca 1580 †Borcq sous Airvaux (Deux-Sèvres) 5.8.1655 x avant 1605 Pheline TROUILLAULT °ca 1580 †Châtelais 4.10.1650

      le décès de son époux aussi loin tient au fait de son commerce et qu’un fils était parti prêtre là bas, par contre, tout laisse penser que Phéline Trouillault est de la région de Châtelais.

      Voir ma famille BODIN

    3. Au Baptême de Philippe Hullin, fils de Julien et Renée Trouillault, le 24 Mars 1679, Françoise Trouillault fût Marraine : veuve de Daniel Amy .
      Ce dernier est donc décédé entre 1675 et 1679 .

    4. Bonjour,

      Désolé pour la réponse tardive. Françoise Rannou a répondu à ma place. La mention de Daniel Amy(s) comme officier (au grenier à sel) à Pouancé se trouvait sur l’acte de baptème d’un de ses neuveux Hullin dont il était le parrain. Par la suite il fut conseiller du roi.

      Et effectivement, promesses de mariage le 7 octobre 1664 (vue 13)

      Pour l’acte décès de Daniel Amy(s) je pense qu’il est à rechercher dans les registres de Château-Gontier,

    5. Féline Trouillault aurait-elle marié son fils Pierre Bodin à Anne Marchais le 26 Septembre 1640 à L’Hôtellerie de Flée ?

        Note d’Odile :
        Un grand merci.
        Ce Pierre Bodin est bien un frère de ma Barbe Bodin, pour laquelle j’avais eu toutes les peines du monde à trouver le nom de la mère. Comme l’acte, que vous avez, donne entre autres signatures un TROUILLAULT, il se peut qu’à l’aide des signatures de la famille Trouillault que vous avez étudiée, on puisse l’identifier. En effet, on peut supposer qu’il est proche parent, voire oncle de Pierre Bodin fils de Phéline Trouillault.
        Je n’ai pas étudiée la famille Trouillault, car ma découverte de ma grand’mère Phéline Trouillault est relativement récente (environ 3 ans) par rapport à l’immensité de mes travaux antérieurs. Je compte sur ceux qui ont fait la famille Trouillault pour tenter de voir où on pourrait situer Phéline. Qui sait, elle est sans doute dans l’un de vos actes ? comme marraine ?
        merci d’avance
        Voir mes BODIN qui ont pour grand’mère Phéline TROUILLAULT
        bonne journée ensoleillée n’en déplaise à Météo France
        Odile
    6. 1622 L’Hôtellerie de Flée 29 Août François Trouillault demeurant à Châtelais est Parrain de Jehanne Dupuits .
      Plus tard, il est noté demeurant à L’Hôtellerie

        Note d’Odile :
        Oui, je les ai déjà tous relevés à Châtelais. Châtelais est une commune que j’ai particulièrement étudiée en long en large et en travers. Je me suis trompée de lien hier en vous envoyant sur le fichier BODIN alors que j’ai déjà commencé un fichier TROUILLAULT
        Voir ma page et mes relevés de Châtelais
        Voir ma famille TROUILLAULT (fichier avec un début de signatures Trouillault pour tenter d’identifier l’environnement de ma Phéline Trouillault)
        Par contre, je constate qu’il faut que je fasse à fonds l’Hôtellerie de Flée quand j’aurai le temps. AUssi merci de m’y avoir engagée…
        Odile
    7. J’ai décalqué en zoomant,la signature Trouillault de l’acte de mariage de Pierre Bodin / Phéline Trouillault .
      Je l’ai reportée sur les autres : à mon avis, il s’agit de celle de François Trouillault, sieur de la Trégonnière , noté « demeurant au Château de Mortiercrolles, paroisse de Saint Quentin « sur l’acte de baptême de François Huau le 12 avril 1644 à L’Hôtellerie .
      Les arabesques sont identiques . Le point du i en « tilde » oblique lui est personnel .

    8. Le 17 Janvier 1645 à L’Hôtellerie de Flée, François Moreau de Laval épouse Georgine Bodin . Le nom des parents n’est pas noté mais une des 2 signatures Bodin est identique à celle de l’acte notarié de 1629 . On y retrouve aussi la signature de F.Trouillault .
      D’autre part, le 28 avril 1659 a été ensépulturé le corps de Pierre Bodin âgé d’environ 50 ans ,de son vivant notaire de Mortiercrolles .
      Peut-être que ces 2 actes vous concernent …

    9. Je pense que Jacques Trouillault, Prieur du Hellet est le fils aîné de François et Renée Chevallier . Il est baptisé le 23 Juillet 1634 à Combrée . Son Parrain est Jacques Trouillault sieur de la Haute Faucille de l’Hôtellerie .
      On le retrouve en 1679 à la sépulture de Jeanne Verdier comme Don Jacques Trouillault Vicaire et Visiteur général de l’ordre de Citeaux et de Bretagne . Puis, le 2 mai 1680 au re-mariage de Françoise Trouillault avec René Rouvraye, il est dit docteur es Sorbonne et en 1683 ,il baptise le fils de Julien Hullin et Renée Trouillault à l’Hôtellerie de Flée .
      Renée Chevalier épouse Trouillault est ensépulturée le 20 mars 1652 à L’Hôtellerie ainsi que son dernier enfant .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *