Contrat de mariage de Paul Du Ponceau avec Louise Dolbeau, Ligné (44) et Trélazé (49) 1585

je suis désolée pour ce titre qui donne des départements actuels, pour une date de 1585, mais j’ai voulu vous aider à situer plus rapidement les lieux, car le futur vit en Bretagne à Ligné évêché de Nantes, et la future en Anjou.
La future a un frère aîné, dont hélas, l’acte ne donne pas le nom. Mais une chose est certaine, il doit être le principal héritier noble, et comme la dot de Louise Dolbeau peut être estimée à 8 500 livres, y compris les habits, on peut présumer de la fortune du frère aîné, qui lui a droit aux deux tiers ! Qui plus est, comme Louise Dolbeau est dite « fille aînée » ce qui laisse supposer qu’elle a au moins une soeur.

Cet acte est important pour mieux comprendre les Dolbeau, et je pense pouvoir vous en mettre d’autres.

Vous observerez attentivement à la fin de cet acte, la pièce jointe qui est l’émancipation du futur, car cet acte me surprend beaucoup, compte-tenu qu’il est dit avoir passé 25 ans, et je croyais, sans doute naïvement, qu’il suffisait d’avoir passé 25 ans, sans autre formalité juridique, pour être émancipé.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E7 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 7 juillet 1585 après midy, (par devant Mathurin Grudé notaire Angers) comme en traitant et accordant le mariage futur entre noble homme Paul du Ponceau seigneur dudit lieu fils aisné et principal héritier noble de défunts nobles personnes Jehan du Ponceau et damoiselle Thibaulde Simon vivant sieur et dame dudit lieu du Ponceau d’une part,
et damoiselle Loyse Dolbeau fille aisnée de nobles personnes Jacques Dolbeau et Gillette Marchand sieur et dame de la Faye d’autre
et auparavant aulcune bénédiction nuptiale ont esté faictz les accords pactions et conventions matrimoniales qui s’ensuyvent après qu’il est apparu faisant ces présentes ledit sieur Du Ponceau estre émancipé et avoir l’entière administration et disposition de ses biens et estre majeur par acte expédié en la juridiction de la Musse en Bretaigne en dabte du second jour de ce moys, demeuré par devant nous notaire, signé et scellé en papier en placart de cyre vert, pour y avoir recours par les parties quand besoing sera et lesquelles parties ont consenty qu’il en soyt aultant demeuré en grosse ou copie avec ces présentes pour valoir comme l’original
pour ce est-il que en la cour du roy notre sire Angers en droit par davant noius Mathurin Grudé notaire de ladite cour personnellement establiz ledit Paul Du Pondeau sieur dudit lieu demeurant paroisse de Ligné diocèse de Brataigne évesché de Nantes d’une part, et ladite damoiselle Loyse Dolbeau et encores lesdits sieur et dame de la Faye ses père et mère demeurants en leur lieu terre et seigneurie de la Garenne paroisse de Trélazé près ceste ville d’Angers d’autre part
soubzmettant respectivement lesdites partiesmesmes lesdits sieur et dame de la Faye eulx et chacun d’eulx seul et pour le tout sans division etc confessent avoir fait et font entre eulx les accords pactions et conventions matrimoniales qui s’ensuivent
c’est à savoir que ledit sieur Du Ponceau en présence et du consentement de Mathurin de Jarzé escuyer sieur de Mille et des Loges et Jehan Lepetit aussi escuyer sieur du Boys Souchart et de messire Jean de Clairambault chevalier de l’ordre du roy sieur des Brifières et de Brosse proches parents dudit sieur Du Ponceau, a promis et promet prendre à femme et espouze ladite damoyselle Loyse Dolbeau et ladite damoiselle Loyse Dolbeau avec l’authorité et consentement desdits sieur et dame de la Faye ses père et mère prendre à mary et espoux ledit sieur du Ponceau et ont promis iceluy mariage solemniser en face d’église catholique et apostolique s’il ne survient légitime empeschement
en faveur duquel mariage qui autrement n’eust esté et ne seroit fait lesdits sieur et dame de la Faye et chacun d’eulx seul comme dit est ont promis et promettent donnet et payer auxdits futurs espoux pout tous droits successifs la somme de 2 666 escuz deux tiers valant 8 000 livres tournois, payable scavoir une moitié dedans le jour des espouzailles et l’autre moitié scavoir 2 000 livres dedans 2 ans et les 2 autres mil deux autres ans lors après ensuivant
et oultre la vestir de vestements et accoustrements nuptiaulx selon sa qualité de leur maison
de laquelle somme de 8 000 livres tz en aura la somme de 500 livres tz de nature de mauble pour demeurer en la communauté future desdits futurs conjoints en cas communauté acquise entre eulx, et pour le regard du surplus montant la somme de 7 500 livres tz elle demeure le propre paternel et maternel immeuble de ladite Loyse Dolbeau future espouze sans qu’elle tombe ne puisse tomber en ladite future communauté de biens par demeure d’an et jour conventions ou autrement
et laquelle somme de 7 500 livres tz icelle receue ledit sieur Du Ponceau a promis et promet est demeuré tenu conventir et employer en acquest d’héritage le plus entièrement et commodément que faire se pourra en ce pays d’Anjou ou au diosèce de Nantes de la valeur de 350 livres tz de revenu annuel non compris les bastiements et toutes charges déduites qui sera censée et réputée le propre paternel et maternel de ladite Loyse Dolbeau
autrement et à daute de ce faire ledit sieur Du Ponceau a créé et constitué créé et constitue sur sadite terre et seigneurie du Ponceau et aultres ses biens de proche en proche la somme de 166 escuz deux tiers valant 500 lvires de rente annuelle payable après la dissolution dudit futur mariage par les demies années la première année commençant 6 mois après ladite dissolution et à continuer et o puissance d’en faire assiettte o grâce et faculté toutefois d’admortir ladite rente en payant et refondant par ung seul et entier payement par ledit sieur Du Ponceau ou ses hoirs etc à ladite Loyse Dolbeau ou à ses hoirs etc dedans 3 ans après ladite dissolution dudit mariage ladite somme de 7 500 livres tz et arréraiges si aulcuns sont lors deuz et escheuz avec les frais et mises raisonnables hors part de communauté
et oultre ledit sieur Du Ponceau a constitué et assigné constitue et assigne à la dite damoiselle sa future espouse douaire coustumier sur tous et chacuns ses biens et selon les coustumes ou ils seront situés et assis
et moyennant ces présentes ledits futurs espoux ont renoncé et renoncent aux successions desdits sieur et dame de la Faye père et mère de ladite future espouse et de son frère aisné seulement et ont réservé et réservent de pouvoir venir à aultres successions successions
de tout ce que dessus les parties sont demeurées à ung et d’accord et les ont stipulées et acceptées stipulent et acceptent, auxquels accords pactions et conventions et tout ce que dessus est dit tenir etc garantir etc obligent etc renonçant etc et par especial lesdits sieur et dame de la Faye au bénéfice de division d’ordre et de discussion et encores ladite damoiselle de la Faye au bénéfice du droit vélléien à l’authenticque si qua mulier et à aultres droictz introduictz en faveur des femmes que luy avons donné à entendre, qui sont que femmes ne se peuvent obliver ne intercéder pour aultruy mesmes pour leurs mariz sans expresse renonciation auxdits droits foy jugement et condemnation etc
fait et passé audit lieu de la Garanne en présence de noble homme Anthoyne Thorodes escuyer sieur de la Jutonnaye et y demeurant paroisse de Charcé, Urban Rondeau sieur de Plantes docteur es droits demeurant au bour de Ligny, Hélye Durant demeurant en ladite paroisse de Ligny en Bretaigne et missire Macé Frotté vicaire de la paroisse de Brain sur l’Authion et y demeurant tesmoings à ce requis et appellés

PJ (l’émancipation) : Sur la remonstrance faite par escuyer Paoul Du Ponceau sieur dudit lieu en la présence de Mestre Gilles Thebaud procureur de la Muce juridiction de son domicile ordinaire qu’il a passé et excédé les ans et majorité tant pour la disposition de sa personne que de ses biens les ayant toujours bien conduits et mesnaigés comme il offre informer par ses plus proches parents présents, suppliant estre mis hors de toute curatelle pour de soy et de ses biens disposer à son vouloir et volonté toutefois comme bon père de famille et à ceste fin a supplié sesdits parents estre ouiz et pour ce ouiz escuyer Allain Dollo sieru de la Bonnettière, Jan Lepetit sieur de Boisochart, Bonnaventure Lepetit sieur de la Ripvière proches parents dudit sieur Du Ponceau desquels serment séparément prins ont dit estre proches parents dudit sieur Du Ponceau et iceluy estre bon mesnaiger et administrateur de biens et qu’il a passé et excédé l’age de 25 ans et pour ce ouiz lesdits parents veu la procuration baillée par escuyer Jullien Du Buttay sieur de Saint Philbert son curateur honnoré et ouy le procureur avons iceluy sieur Du Ponceau émancipé déclaré majeur
fait par davant monsieur le sénéchal et juge ordinaire de la cour de la Muce expédiant à Ligné le 2 juillet 1585

Ces vues sont la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie >partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

7 réponses sur “Contrat de mariage de Paul Du Ponceau avec Louise Dolbeau, Ligné (44) et Trélazé (49) 1585

  1. Merci pour cet acte ,
    La Faye est à St Germain sur Moine ou des Dolbeau sont cités en parrainage sur le 1er registre.
    Je tente de les mettre en « ordre » ..
    Entre 1586 et 1596 , nous trouvons cités : Christophe ,René et Joachim de ce nom.

      Note d’Odile :
      Oui, et des porteurs du même nom de sieurie et issus de la même famille, vivaient aussi ailleurs.
      Je vais vous mettre d’autres actes, mais si vous avez aussi progressé, tenez nous informés.
      Merci
      Odile
  2. Bjr,
    Pour connaître plus précisément la parenté entre Paul du Ponceau et Mathurin de Jarzé, il faut consulter l’ouvrage « Histoire généalogique de la maison de l’Esperonnière » par Théodore Courtaux, page 151 figure l’ascendance de ce Mathurin de Jarzé, fils de Jean de Jarzé et d’Anne de Boussiron, petit-fils d’autre Mathurin de Jarzé et de Marie du Ponceau.
    Quant à Jean Le Petit, Sr de Boissouchard, époux de Renée Millet, il est fils de Guillaume Le Petit et de Charlotte du Ponceau (citée veuve en 1573).
    Son curateur, Julien du Butay, Sr de St-Philbert, j’ai repéré sur les registres de Teillé (44) (vue 134/172) bapt.le 17/01/1590 de Guill.Dirodouez, fils de n.h. Pierre D. et Dlle Catherine Malineau parrain : Claude du Butay, Sr de St-Philbert ; marraine : Françoise Symon, épouse de n.h. Guill.Raoul, Sr de la Ragotière.
    Amicalement.
    L.CHAUVIN

    Bonjour,
    Pour la parenté entre Paul du Ponceau et ses “proches parents”, je peux préciser :
    1) Mathurin de Jarzé, écuyer, Sgr de Millé les Loges, fils de Joachim de Jarzé et de Justine (Perrine) Cantineau, était époux de Charlotte du Ponceau ;
    2) Jehan Le Petit, écuyer, Sr de Boissouchard, était fils d’écuyer Guillaume Le Petit, Sr de Boissouchard, et de Charlotte du Ponceau (peut-être est-il demi-frère de Mathurin de Jarzé) ;
    3) Julien du Butay, Sr de St-Philbert, son curateur en 1585. J’ai repéré sur les registres de Teillé (vue 134/172) bapt.le 17/01/1590 de Guill.Dirodouez, fils de n.h. Pierre D. et Dlle Catherine Malineau p: Claude du Butay, Sr de St-Philbert ; m: Françoise Symon, épouse de n.h. Guill.Raoul, Sr de la Ragotière.
    Quant à Jean de Clairambault, Sr des Briffières et de Brosse (je continue les recherches).
    Le couple qui m’intéresse écuyer Claude Apvril et Dlle Michelle des Landes, Sr et Dame de la Barre (manoir / la Chap.Basse Mer – 44) eurent au moins 7 voire 8-9 enfants dont les parains et marraines sont très souvent des membres des familles Le Petit, du Ponceau, du Vernay, du Butay, du Marchy, Macé, de la Bouère, Charette, de Bouillé. Je n’ai pas encore retrouvé le lien qui les unissent aux du Ponceau. Claude Apvril est proche parent (fils ?) d’écuyer François Apvril, Sgr de la Barre, et de Dlle Françoise Prévost. Les Le Petit ont parmi les parrains et marraines des membres de la famille Prévost-Provost de la Tenaudais et du Challonge.
    Cordialement.
    Laurent CHAUVIN

      Note d’Odile :

    Sous réserve de vérifier tout ce que cet ouvrage a écrit, car cet ouvrage n’est pas une preuve, et mon blog ne travaille que des généalogies avec preuves.
    En outre, cet ouvrage vient d’être mis en cause dans l’ascendance de certain Du Breil.
    Merci de vous souvenir qu’on ne fait pas de la généalogie en recopiant les ouvrages.
    Odile

  3. Bjr, tout comme vous, je procède par étape sans oublier de noter tous les actes qui me servent de sources.
    Les ouvrages généalogiques peuvent être erronés voire fantaisistes.
    J’ai relevé à propos de ce Clairembault (Clérembault) / la « Revue de l’Anjou » « Journal de Louvet » p.23 : « …Le vendredy et samedy, deulxième et troisième jour de mars audict an (1576), la ville des Ponts-de-Cé faillit à estre prinse par le sieur de Clermont, où il fust mené des compaignées des habitants qui alloient, l’enseigne déploïée et le tambour battant, pour la garder et deffendre contre ledict de Clermont qui estoit huguenot, lesquelles compaignées furent conduites par les sieurs de la Touche et le controlleur Apuril, capitaine de laditte ville d’Angers. Comme aussy fust mis dans le château d’Angers deux dizaines d’une des compaignées de laditte ville d’Angers, duquel le sieur des Briffières fust mis hors, nommé Clerembault, qui estoit nepveu du capitaine dudict château, soubzsonné de traison pour livrer ledict chasteau à M. le duc d’Allenczon… ».
    Qui était donc ce capitaine Apuril (Apvril), oncle de Clérembault ?

    Cordialement.

      Note d’Odile :

    Je vois que l’orthographe APVRIL a plus de sens que Apuril. en tout cas je la rencontre souvent au 16ème siècle.
    Je suppose que son premier métier étant contrôleur, il doit être possible de pouvoir l’identifier quand on connaît les Avril ayant vécu à Angers. Je ne les connais pas beaucoup, sans doute d’autres lecteurs.

  4. Bernard Mayaud donne dans la Branche de Pignerolles en IV h une famille Avril sieur du Vau qui a des contrôleurs à Saumur à cette époque.
    Serait-ce une piste ?

  5. Lettres adressées à Mr le contrôleur Avril,par Puygaillard,gouverneur du château d’Angers.
    Famille AVRIL.
    Voir commentaire du 24 8 2010.Blog Mme Halbert.

  6. Bonjour, je viens de me découvrir une h.fe Françoise Le Petit, épouse de Me Jacques Duhil (Duheil) dont les enfants baptisés entre 1567 et 1588, ont comme parrains : Messire Mathurin Le Petit, Messire Bonaventure Le Petit, h.fe Louise du Bot, Marguerite du Bot, veuve de Louis de la Grée. Cette Françoise Le Petit a au moins 2 frères (Jehan et René, notaires) et 2 sœurs (Jacquette mariée avec Me Jacques Foucault, et Perrine x Guillaume Paigeault). On peut émettre l’hypothèse que cette Françoise, marraine de Mathurin de la Ramée en 1571 à Petit-Mar, soit parente de n.h. jehan Le Petit, Sr de Boissouchard (les Touches) et de n.h. Jacques Le Petit (x Radegonde de Peillac) (Casson) tous deux fils de n.h. Guillaume Le Petit (dcd avt 1563) et de Dlle Charlotte du Ponceau.
    Tout renseignement sur les familles Le Petit et du Bot sont les bienvenus !
    Question: Où dois-je rechercher les documents de la Réformation de 1668 dans lesquels figure la famille Le Petit de Boissouchard ?
    Cordialement.
    Laurent CHAUVIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *