Robert Hardy et Mathurin Sourdrille, héritiers en partie de Philippe Du Hirel, Laval et Houssay 1639

Philippe Du Hirel, protestant, a été assassiné peu avant.
Il était sans hoirs, et ces héritiers le sont manifestement du côté maternel de Philippe Du Hirel. Voici de que sais de son ascendance maternelle.

N. LESURE
1-Marie LESURE x Aymard De La COTTINIÈRE
11-Marguerite de La COTTINIÈRE x Charles Du HIREL Sr de la Hée
111-Philippe Du HIREL écuyer Sr de la Hée
x Henriette De PORTEBIZE
2-Jouachine LESURE x René GUYET
21-Simon GUYET x Loyse VETAULT
211-René GUYET « Md apothicaire rue du Fresne à Ingrande, paroisse de Montrelais » en 1636
212-Denise GUYET †/1636 x Macé JACOB
2121-Jouachine JACOB x Mathurin PILTE Md à St-Sauveur-de-Flée 1636

Mais l’acte qui suit donne Robert Hardy et Mathurin Sourdrille héritiers en partie par leurs femmes, mais omet de préciser le nom de ces femmes.

Ceci dit, l’acte est surtout riche en détails concernant la réfection d’une toîture dont la charpente et les ardoises autrefois.

Cet acte est aux Archives Départementales de la Mayenne série 3E2-728 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 7 aoput 1639 après midy devant nous Pierre Gaultier notaire au comté de Laval et y demeurant a été présent et personnellement etably Guillaume Davy Me couvreur demeurant en la paroisse de la Trinité de ceste ville de Laval lequel soubmettant etc confesse avoir eu et receu auparavant ce jour que présentement de noble Me Robert Hardy sieur de la Bellengère conseiller du roy esleu en l’élection de Laval et honorable Mathurin Sourdrille sieur de la Baratrie marchand demeurant audit Laval à ce présent stipulant et acceptant en qualité d’hérities par bénéfice d’inventaire à cause de leurs femmes de deffunt noble Philippe du Hiret vivant sieur de la Hée la somme de 24 livres 10 sols en laquelle ils avoient accordé verbalement ensemble pour couvrir partie à neuf d’ardoise et réparer aussi ce qui estoit couvert d’ardoise de la maison et bouge où demeure le mestaier du lieu de Vezins paroisse du Houssay dépendant de ladite hérédité et dit avoir emploié et fourny deux miliers d’ardoise neufve pour emploier ledit nombre d’ardoise et relaté et champlatté et mis couyaux et doubliers jusques au nombre de 550 sur ledit bouge en ce qui en estoit couvert d’ardoise oultre celle qui avoir esté emploiée de puis peu par deffunt Nicolas Cheuvraye sieur du Val comme à l’estimation d’environ quatre miliers et pour avoir fourny de chaulx et acomoder la cheminée et encore faut redreser la cherpente dudit bouge greniers et estable le tout soubz un mesme festé et mis à neuf sur icelle neuf chevrons et remis la sablière, enlever les chevrons de l’ancienne charpente qui ont peu servir à icelle, trois faux entravaux neufs, laquelle cherpente n’estoit couverte que de gué et estoit toute pourrie relatté et chenlatté tout à neuf icelle cherpente et mis des coyaux et doubliers où il en estoit besoing et encore emploié à ladite couverture neuf miliers d’estule deux miliers et demy de latte chenlatte

chanlatte : Pièce de bois taillée en biseau qui porte le dernier rang de tuiles d’un toit et sert de chéneau (Dictionnaire du Moyen Français– 1330-1500) sur http://www.atilf.fr/dmf

coyaux et doubliers réparé l’estable aux vaches et employé sur icelle 600 d’escule

    je n’ai pas trouve le terme « escule », seulement dans le Dictionnaire de l’ancien Français cité ci-dessus, j’ai trouvé « esgole » qui signifie « gorge », mais je doute que cela réponde à notre contexte. J’ajoute que pour « 600 d’escule » le pluriel attendra… comme pour les « 15 miliers de clou » etc…

avoir fourny et employé à ladite réfection 15 miliers de clou tant à latte que ardoise 500 de coyau et palastreau et quatre livres de ferrettes faire lestule latte et chanlatte coyaux et doubliers du bois qu’il y auroit esté monstré et délivré sur ledit lieu par lesdits Hardy et Sourdrille scavoir un chesne corbelé et ceux situé au hault du pré devant la porte et un vieu chastenier corbelé aussi situé au hault dudit pré, un aultre chesne pris en la pièce de la Bruère proche ledit pré pour faire de la latte et un aultre chesne qui estoit situé au hault du grand pré de Vezins quels trois chesnes pouroient contenir en tout bois 10 chartes ainsi que ledit Davy a dit
de laquelle somme de 64 livres 10 sols il en quite lesdits Hardi et Sourdrille au moien de quoi ils se tiennent quite de l’effet de la convention sauf à eux à recouvrir le tout ou partie de ladite somme contre qui ils verront l’avoir à faire, dont avons jugé les partyes à leur requeste et de leur consentement, fait et passé en la ville de Laval en présence de Me Julien Mondières notaire et Jean Croissant praticien demeurant audit Laval tesmoings
ledit Davy a déclaré ne savoir signer

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

2 réponses sur “Robert Hardy et Mathurin Sourdrille, héritiers en partie de Philippe Du Hirel, Laval et Houssay 1639

  1. d’après une généalogie aux AD 53 archives du château de Vancenay microfilmée
    Adrien Conseil épouse Marie de La Cottinière dame de la Cottinière près Laval
    dont
    Marie Conseil épouse (cm le 27 janvie 1589 devant Me Hamon notaire) Gaspard Chasseboeuf sieur de La Fosse
    dont 3 enfants
    1-André Chasseboeuf sieur de La Cottinière épouse Renée Thomas
    2-Françoise Chasseboeuf épouse Robert Hardy sieur de La Bellangerie
    3-Marie Chasseboeuf épouse Mathurin Sourdrille sieur de la Baratterie

    toujours d’après cette généalogie, Marie de La Cottinière étant tante d’un Guillaume de La Cottinière écuyer père d’autre Guillaume de La Cottinière époux de Marie Boulier dont Diane (x Jean Le Doux), Michelle (NN écuyer sieur de Launay, Guillaume (Jeanne Le Bouvier), Marie (x Julien Nicolas sieur de La Bertaudière) et Françoise

    d’après le partage des biens de Gaspard Chasseboeuf et de Marie Conseil le 16 novembre 1637 devant Me Jean Huneau, la Cottinière est un closerie à Houssay

      Note d’Odile :

    Bonjour
    Donc, c’était bien par la famille de la Cottinière qu’il y avait cette succession.
    Je suis bien aise d’apprendre que la Cottinière était située à Houssay, car j’avais autrefois trouvé sur cette famille de la Cottinière ce qui suit, que je mets en citation car c’est dans mon ouvrage L’Allée de la Hée des Hiret, gentilshommes campagnards » :

    Le beau-père de Charles Du Hirel de la Hée, Aymard Leboeuf Sr de la Cotti-nière et de Vezin, dit « Aymard de la Cottinière », est avocat au présidal d’Angers en 1538. Il est le frère de Guillaume de La Cottinière conseiller au présidial d’Angers.
    La famille Leboeuf, dont est issue la branche de la Cottinière, est une très ancienne famille bretonne, qui a pos-sédé la seigneurie de Nozay en Loire-Atlantique au 13e siècle. Elle paraît aux montres de Merguer dans l’évêché de Tréguier, et de StBrieuc . Les Leboeuf portent « de gueules à un bœuf rampant d’or contourné »
    « Vézins est un ancien fief compre-nant partie du faubourg StLazare d’Angers. Le manoir avait été converti en une petite aumônerie.. Des poteaux aux armes de la baronnie de Vézins délimitaient la mouvance et ne furent enlevés qu’en 1783. Les protestants en avaient fait leur centre de réunions au 17e » « en 1581, un terrain y est autorisé par la ville d’Angers pour la sépulture des protestants, mais l’autorisaiton ne put jamais être appliquée »

    Donc, j’ai été très troublée en retranscrivant hier l’acte qui fait ce post, car j’apprenais qu’une métairie à Houssay portait aussi le nom Vezins, et en conséquence j’étais un peu perdue.
    Bonne journée à vous
    et encore une fois, merci
    Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *