François Marchand termine 2 ans d’apprentissage de menuisier, Rablay 1760

et con contrat était probablement en engagement oral, car il n’a pas encore payé et sa mère est convoquée chez le notaire pour promettre de payer.
Je constate comme vous que l’on passe de 5 années d’apprentissage en 1530 à 2 années en 1760. Je suis sans explications.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E30 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 27 mai 1760 avant midy, par devant nous Charles Billault notaire royal à Angers résidant à Rablay furent présents establis et soumis Jean Richou bricquier mari de Renée Catrou auparavant veuve de Jacques Marchand et François Marchand son beau fils mineur de 20 ans ou environ demeurant au bourg de Beaulieu paroisse de Saint Lambert du Lattay d’une part, Jean Huet menuisier demeurant audit Beaulieu même paroisse de St Lambert du Lattay d’autre part, entre lesquels dits Jean Huet et François Marchand sous l’autorité et consentement dudit Richou et femme a esté fait le brevet d’aprentis pour les clauses et conditions suivantes, c’est à savoir que ledit Huet a promis et s’est obligé de montrer sondit métier de menuisier audit Marchand et tout ce qui le concerne, de le nourrir, coucher et reblanchir et luy donner bon traitement pendant le temps et espace de 2 années qui ont commencé le 11 septembre 1758 et qui finiront le 11 septembre prochain, en faveur de quoi lesdits Richou et femme se sont obligés et ont promis donner sous l’hypothèque de tous leurs biens audit Huet la somme de 90 livres scavoir 46 livres lors de l’entrée dudit March and chez ledit Huet, et les 44 livres un an après à peine etc car le tout a eté ainsi voulu consenty stipulé et accepté à ce tenir obligent etc renonçant etc dont etc fait et passé à Rablay en notre étude en présence de François Liger maréchal et de Pierre Jeus tailleur d’habits demeurants audit Rablay tesmoins à ce requis et appellés, lesdites parties establies ont déclaré ne savoir signer de ce enquis
et au moyen de ce que les termes cy dessus sont expirés lesdits Richou et femme promettent paier les susdites sommes à la première réquisition qu’en fera ledit Huet, auquel ils fourniront copie des présentes à leurs frais

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog

Une réponse sur “François Marchand termine 2 ans d’apprentissage de menuisier, Rablay 1760

  1. E.3277.(Carton.)-13 pièces,parchemin;55 pièces,papier.
    1564-1786.-MARCHAND.
    -Acquêt par François Marchand de terres aux Closeaux dans le fief de Goizé;-partage de la succession de Pierre Marchand,entre François Branlard,Nicolas Siret,Jean et Claude Marchand;-consultation des avocats Artaut et Caille au sujet du porc gras dû sur le lieu de Groizé;-partage de la succession d’Etienne Marchand et de Renée Huet;-acquêt par René Marchand d’une maison à Tigné.-donation mutuelle entre Pierre Marchand et Renée Landry sa femme;-contrats de mariage de Pierre Marchand avec Andrée Robreau;-de François Hersard,maître chirurgien,avec Madeleine Marchand;-partage de la succession d’Urbain Marchand,messager de Paris à Angers,entre Euphémie Goupil,sa veuve,et leurs enfants;-contrat de mariage de Jean-Baptiste Marchand,sieur de La Pasquerie,avocat,avec Marie Ollivier;-partage des successions d’André Marchand et de Marie Gallais;-acquêt par Maurice Marchand de terres en la paroisse de Villebernier;-dispenses d’affinité pour le mariage d’ Urbain Marchand avec Geneviève Morna;etc.
    (Série E.Titres de famille.AD de Maine et Loire.C.Port.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *