Maurice Girardière et Perrine Fayau empruntent 300 livres par obligation : Segré 1622

je descends d’une famille Girardière, probablement proche de celle qui suit, mais pour le moment je suis toujours dans l’impasse, faute d’existence de registres paroissiaux à Sainte-James

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E5 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 15 juillet 1622 avant midy, devant nous Guillaume Guillot notaire du roy à Angers furent présents et personnellement establiz Maurice Girardière marchand demeurant en la ville de Segré tant en son nom privé que pour et au nom et se faisant fort de Perrine Fayau sa femme à laquelle il a promis et demeure tenu faire ratiffier ces présentes et obliger avec luy et aultres cy après nommés à l’effet et accomplissement des présentes et en fournir lettre de ratiffication vallable dedans un mois prochainement venant à l’acquéreur cy après, à peine etc ces présentes néanmoins etc, et Me Bonaventure Girardière son frère, demeurant en la paroisse de sainte Jame près Segré, lesquels esdits noms chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de personne ne de biens ont confessé avoir vendu créé et constitué et par ces présentes vendent crée et constitue dès maintenant et à présent promis promettent et demeurent tenus paier fournir et faire valoir par hypothèque général et universel sur tous et chacuns leurs biens tant meubles que immeubles rentes et revenus présents et futurs de proche en proche à Charles Verger sergent royal demeurant en ladite paroisse de Segré, présent et acceptant qui a achapté et achapte pour luy ses hoirs la somme de 18 livres 15 sols de rente hypothécaire annuelle et perpétuelle payable et rendable franchement et quitement par lesdits vendeurs esdits noms solidairement comme dessus leurs hoirs etc audit acquéreur ses hoirs etc en sa maison par chacuns ans à l’advenir à pareil jour et date que ces présentes le premier paiement commenczant d’huy en ung an prochain et à continuer ; au paiement et continuation de laquelle rente sont et demeurent tous et chacuns les biens rentes et revenus desdits vendeurs esdits noms généralement et spécialement affectés hypothéqués et obligés et l’ont sur iceux et sur chacune pièce seule et pour le tout assise et assignée assient et assignent avec pouvoir audit acquéreur ses hoirs etc d’en demander et s’en faire faire autre et plus ample expresse et particulière assiette sur une pièce seule ou plusieurs desdits biens à son choix, valant de revenu annuel toutes charges desduites ladite rente, sans que la généralité et spécialité d’hypothèque se puissent aulcunement déroger ne préjudicier l’ung à l’autre, ains se confirment et approuvent ; ladite vendition et création de rente faite pour et moyennant le prix et somme de 300 livres tournois paiée et baillée manuellement content présentement au veu de nous par ledit acquéreur auxdits vendeurs esdits noms qui l’ont eue et receue en monnaie bonne et de poids jusqu’à concurrence dont il l’en quite ; à quoi tenir etc dommages etc obligent etc lesdits vendeurs esdits noms solidairement comme dessus renonçant etc et par especial au bénéfice de division et discussion etc foy jugement et condempnation ; fait audit Angers en nostre tablier présents Nicolas Bonvoisin et Pierre Hardy clerc tesmoins

Odile Halbert – Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

8 réponses sur “Maurice Girardière et Perrine Fayau empruntent 300 livres par obligation : Segré 1622

  1. Bonjour Odile,

    Il semble que Bonaventure et Maurice Girardière avait un frère Louis (06/08/1578 SGA).
    Votre Louis Girardière se marie avec une Martin.
    la soeur de Maurice et Bonaventure Girardière, Anne épouse un Laurent Martin à Segré St Sauveur le 16/10/1625.

    Peut être des pistes de recherches??

    Bon courage pour vos problèmes d’évacuation
    Stéphane

  2. Bonjour Stéphane
    Merci infiniement pour cette lumière dans mes ténèbres.
    Je n’avais pas le mariage à Segré en 1625 d’une Anne Girardière épousant un Martin, et c’est une magnifique piste.
    Je me doutais bien que ce Maurice Girardière était d’un milieu social, sachant bien signer, comparable, mais cela n’allait pas plus loin, pour conclure que celui qui est né à SGA en 1578 pourrait être le mien, car le mien a eu une géographie un peu plus bousculée, et le rattacher franchement à SGA était hasardeux sans preuves

    Pour ce qui est de mon trouble de jouissance, il n’est pas à la veille de se résoudre, et je suis les conseils de Galissonnière.

    Odile

  3. Rebonjour
    Le Louis Girardière née à SGA le 6 août 1578 n’a pas pour mère une LOYAU mais une CONEAU

    Certes, le père, que nous ne connaissons pas, puiqu’il ne subsiste que ces tables, a pu avoir 2 épouses successives mais dans ceci est impossible car cette CONAU a aussi un fils en octobre 1602, date à laquelle la LOYAU est bien épouse Girardière et mère qui fait des enfants.

    Odile

  4. Bonjour Odile,

    Oui, j’ai rapproché un peu vite Coneau à Loueau.
    Oralement Loyau ressemble à Loueau. Je descends de Guillaume Loueau/Loyau de SGA Sergent Royal, et Jeanne Loueau épouse de Jean Girardière Sergent Royal est la fille du second lit de Guillaume Loueau.
    D’ailleurs vous connaissez le 1er lit, Guillaume Loueau est l’époux de Marie Cévillé (cf votre étude). Guillaume signe bien Loueau (après vérification).

    Il existe donc 2 couples Girardière / Coneau & Girardière / Loueau, dont l’un aura son 1er et dernier enfant sur SGA.

    Bon Dimanche
    Stéphane

  5. Bonjour Stéphane
    j’avais refait hier SGA, enfin ce qu’il en reste, et bien cerné les 2 couples, c’est pourquoi je vous avais posté le commentaire ci-dessus.

    Je n’ai aucun Louis ni aucun Maurice dans les naissances du couple, pourtant sur mon blog, j’ai un acte qui donne un Louis Girardière fils de Jeanne Loyau, et comme il possède une signature, je suis en train de vérifier (en vain pour le moment) si cette signature se retrouve ailleurs.

    Odile

    Jean Girardière x /1580 Jeanne Loyau
    Jehan GIRARDIERE †/1625 x Jehanne LOYAU
    1-Renée GIRARDIERE °selon tables de Sainte-Gemmes-d’Andigné 30 mars 1580
    2-Jeanne GIRARDIERE °selon tables de Sainte-Gemmes-d’Andigné 1er avril 1581
    3-Renée GIRARDIERE °selon tables de Sainte-Gemmes-d’Andigné 4 octobre 1584
    4-René GIRARDIERE °selon tables de Sainte-Gemmes-d’Andigné 31 décembre 1586
    5-Marie GIRARDIERE °selon tables de Sainte-Gemmes-d’Andigné 13 mai 1588
    6-Mathurine GIRARDIERE °selon tables de Sainte-Gemmes-d’Andigné 13 janvier 1590
    7-Louise GIRARDIERE °selon tables de Sainte-Gemmes-d’Andigné 17 mars 1591
    8-Bonaventure GIRARDIERE °selon tables de Sainte-Gemmes-d’Andigné 10 octobre 1596
    9-Anne GIRARDIERE °selon tables de Sainte-Gemmes-d’Andigné 31 mai 1605 x Segré StSauveur 16.10.1625 Laurent MARTIN

  6. Odile,

    Voir votre etude Cevillé : http://www.odile-halbert.com/Famille/Ceville/Ceville.pdf
    p70 / 75
    Vous y mentionnez également les Loueau, je confime que Guillaume Loueau signe très bien et clairement lisible « Loueau »
    Je Confirme également que Loueau se transformera en Loyau la génération d’après(tous ces enfants portent le patronyme Loyau: 3 de sa 1ere union & 2 de sa 2nde)

    Je vous envoie sa signature pour l’indexer à mon commentaire

    Pour info Maurice Girardière n’est pas baptisé à SGA mais à Angers la Trinité le 29/08/1592

    Stéphane

  7. Rebonjour Stéphane
    curieuse transformation de nom chez des gens sachant signer.

    Bref, j’avançais parallèlement car j’ai déjà un acte sur mon blog de Louis Girardière fils de Jeanne Hoyau, et j’en ai un second que je commence à retranscrire, mais il est long et moi trop préoccupé par mon inondation.

    Merci pour Maurice né à Angers, c’est sans doute dû au repli pendant les troubles des guerres de religion, la date doit bien correspondre de mémoire
    Bon dimanche
    Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *