Quand l’arquebuse était appelée fusil en Anjou et au Maine et sans doute ailleurs

Bonjour à tous
et comme je ne suis pas une adepte de l’écriture inclusive, les dames sont bien entendu dans mon bonjour ! elles avaient compris !

Je suis depuis 3 semaines dans un inventaire qui m’a réservé des surprises, et mieux, non seulement j’ai l’inventaire mais j’ai aussi la vente des meubles. C’est du pur bonheur, car les 2 actes contiennent tous deux le détail de la tannerie et le montant, et même si je me doutais bien que les tanneurs n’étaient pas spécialement pauvres, je dois dire que je découvre une aisance plus que certaine.Mieux, je découvre, ahurie, la multiplicité des peaux et des modes de traitement, et de destination des peaux, bref, toute la complexité du métier.
Bien sûr je vais revenir sur cette tannerie en détail car il sagit d’un JALLOT et comme vous l’avez sans doute remarqué sur ce site et ce blog, je descends plusieurs fois des JALLOT.
Ici, il s’agit d’un double collatéral car je descends aussi par les Jallot de Louise Crespin la soeur de Marie. Et les 2 filles CRESPIN étaient les filles de Louise Chesneau, dont je vous parlais ces jours-ci car l’inventaire de ses biens dépassait 10 000 livres, donc famille très aisée.

Ce couple va mourir jeune laissant des orphelins. Lui est décédé à 43 ans seulement.
Jean JALLOT °Noëllet 13.9.1671 †Ampoigné 22.8.1714 Fils de Guillaume 1er JALLOT & de sa 2e épouse Marguerite ALLANEAU. x Ampoigné(53) 20.7.1700 Marie CRESPIN †1714 soeur de Louise.

Peu d’inventaires mentionnent des armes, car autrefois les armes étaient rares, et j’ai déjà mis depuis longtemps celles que j’ai trouvées dans les inventaires sur mon site, et je vous analyse bientôt cette page sur les armes.

Donc, ces tanneurs disposaient de plusieurs milliers de livres de marchandises, et se déplaçaient souvent à cheval (il en a un, j’y reviendrai) pour acheter et pour ventre ses peaux. Pour sa sureté sur les chemins d’alors, il a donc des pistolets. Le sabre est surprenant et on peut supposer que c’est un héritage, et l’arme de ses ascendants ?
L’inventaire donne aussi un fusil, qui a la particularité de ne plus apparaître dans la vente, et pour ne pas être méchante langue, je me contenterais donc de dire qu’il a disparu, et d’ailleurs plusieurs choses ont disparu, j’y reviendrai.

  • inventaire

Une paire de pistolets, un fuzil, un sabre avec un sainturon (sic) de cuir, une paire de boujettes de cuir 10 livres

  • vente

Une paire de pistolet avec un sabre et sainture de cuir chamoizé audit Guillaume Jallot 9 livres 5 sols

Mais au juste, qu’est ce qu’un fusil fin 17ème début 18ème siècle ?

Stupéfaction, comme vous avez pu le constater sur ma page recensant les armes, il n’y a jamais le terme ARQUEBUSE mais souvent le terme FUSIL
Je regarde donc l’histoire du fusil, et les dictionnaires d’époque, et là, je découvre stupéfaite que le fusil tel que cité dans les inventaires de l’époque n’est autre que l’arquebuse, car partie de l’arquebuse s’appelait aussi fusil.

  • Le Dictionnaire de l’Académie française 1694, t. 1

FUSIL. subst. masc. Petite piece d’ acier, avec laquelle on bat un caillou, pour en tirer du feu. Pierre à fusil. battre le fusil. amorce de fusil. meche à fusil.

On appelle aussi, Fusil, La piece d’ acier qui couvre le bassinet de certaines armes à feu. Fusil d’ arquebuze, fusil de pistolet. arquebuze à fusil. pistolet à fusil.

Fusil, signifie aussi, L’ arquebuze entiere, quand elle est à fusil. Il le tua d’ un coup de fusil. un fusil de quatre pieds. un fusil juste, qui ne manque point.

  • Dictionaire critique de la langue française T.2 (E-N) [ 1787 ]

FUSIL, s. m. FUSILIER, s. m. FUSILLER, v. act. [Fuzi, zi-lié, zi-glié: mouillez les ll au 3e.] Fusil est, 1°. Une petite pièce d’acier, avec laquelle on bat un câillou pour en tirer du feu. « Pierre à fusil, battre le fusil. = 2°. La pièce d’ acier qui couvre le bassinet de certaines armes à feu. « Fusil de pistolet, d’ arquebûse. = 3°. L’ arquebûse elle-même, quand elle est à fusil. « Il le tua d’un coup de fusil.

Voyez auss l’histoire du fusil, bien faite, sur la page du site ARMAE J’espère que ce site n’est pas d’usage mauvais des armes, et que je ne vous induis pas en mauvaises pages d’Internet !!! car parler des armes de nos jours est dangereux.

 

Ainsi, le terme FUSIL est un faux ami pour nos recherches, car il n’a rien à voir avec ce que nous connaissons aujourd’hui, mais il s’agit bel et bien de l’arquebuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *