Donation de Christophe Du Bois à ses 2 filles, Grez-Neuville 1608

il est noble et sa succession le sera donc, mais il me semble bien qu’il reste un tiers aux cadets, à se partager entre eux, or ici, il donne précisément un tiers à ses filles, mais on lit au cours de l’actes qu’il aurait d’autres filles et fils. Bref, je ne sais combien il avait d’enfants, mais je suppose que les 2 filles dont il est ici question s’occupent de lui sur ses vieux jours, et qu’il veut récompenser ce service.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E5 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le jeudi à la matinée 20 novembre 1608 devant nous Guillaume Guillot notaire du roy à Angers fut présent en personne deument souzbmis et obligé Christofle Du Boys escuyer sieur dudit lieu du Boys de Grez et y demeurant paroisse de Neufville du costé de Grez, lequelle a recogneu et confessé estre à présent grâce à Dieu en bonne santé et avoir de son bon gré franche et libérale volonté sans aulcune contrainte induction ne persuasion en faveur et considération de l’amitié qu’il porte à damoiselle Marye Du Boys sa fille et Magdalaine Du Boys aussy sa fille femme de Marin du Cerizay escuyer sieur du Mast, des bons et agréables plaisirs et services qu’il dict recepvoir d’elles pour aulcunes causes et considération à ce le mouvant et par ce que très bien luy a pleu et plaist donné quitté céddé délaissé et transporté et par ces présentes donne quitte cèdde et transporte dès mainetnant et à présent par donnation entre vifs pure parfaite et irrévocable auxdites les Duboys ses filles présentes stipulantes et acceptantes pour elles leurs hoirs la tierce partie de tous et chacuns ses biens immeubles soient propres et acquests et conquests que ledit donneur a et luy compètent et appartiennent peuvent compéter et appartenir quels qu’ls soient de quelque nature espèce et qualité, et en quelque lieu et place qu’ils soient situés et assis sans aucune chose en ladite tierce partie y excepter ne réserver avec tous et chacuns les biens meubles et choses mobiliaires mises et réputées de ladite nature de meubles, qui audit donneur sont compètent et appartiennent aussy de quelque espèce et nature qu’ils soient sans rien en excepter,
pour de ladite tierce partie d’immeubles et de tous lesdits meubles jouir faire et disposer par lesdites damoiselles Marye et Magdelaine Duboys ses filles en pure et plainne propriété et à perpétuité comme de leur propre elles leurs hoirs et ayans cause
et s’en est ledit donneur leur père dès maintenant et à présent dévestu desmis et désaisy s’en dévest desmet et désaisist e en a vestu et saisy vest et saisist sesdites filles leurs hoirs etc sans qu’il leur soit besoing d’en requérir ne avoir aultre ne plus ample possesison et saisissement que ces présentes qu’il dit faire pour les causes susdites et à la charge touteffois de l’usufruit desdites choses sa vie durant seulement sans que ledit usufruit et jouissance puisse néanmoings aulcunement desroger ne préjudicier à la présente donnation et à la tradition réelle faite par icelle desdits biens, s’en constituant usufruitage et jouissance par précaire desdites filles seulement,
à condition aussy que le décès advenant de l’une desdites Marye et Magdalaine sans hoirs issus d’elles la survivante aura et prendra pour le tout lesdites choses données et luy appartiendront à l’exclusion de leurs autres frères et sœurs ainsy que sy ladite donnation estoit faite à elle seule et pour faire registrer et insinuer ces présentes ou besoing sera et en lever acte a ledit donneur constitué et nommé son procureur spécial Me Estienne Dumesnil

    j’ai surgraissé cy-dessus « les autres frères et soeurs », qui semblerait indiquer qu’il y avait beaucoup d’enfants, et qu’elle n’auraient donc pas eu le tiers sans cette donation, mais je pense qu’en succession noble, un noble n’avait pas le droit de donner à un enfant plus que la part qui lui revenait selon le droit, donc qu’il n’aurait pas eu le droit de donner un tiers à ses filles si, mis à part le fils aîné, il y avait d’autres enfants.

à laquelle donation et transport garantir combien que donneurs ou donneresse ne soient tenus garantir les choses par eulx données s’il ne leur plaist etc oblige etc renonçant etc foy jugement etc
fait audit Angers maison et demeure dudit sieur du Mas en présence de Robert Gasteboys son domestique Me Jan Suzanne escrivain Michel Guillot et Jehan Giroust clercs demeurant audit Angers tesmoings

Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.