Contre-lettre de Pierre Davy sieur de Boutigné à son beau-frère Guillaume Avril, Craon 1612

il demeure à Craon, mais l’acte est signé à Angers.
L’acte le qualifie d’écuyer, et je reste sceptique, même si je reconnais que les notaires utilisaient rarement ce qualificatif à tort.
Pierre Davy de Boutigné a eu durant son mariage, une politique d’achats de bien fonciers et de rentes obligataires, et il a laissé une fortune à ses héritiers. On voit donc que l’emprunt qu’il fait ici était certainement une manière moderne de faire de concevoir la gestion d’un portefeuille, en achetant un bien immobilier à crédit, sachant qu’il rapporte encore plus par la suite, et qu’il a de quoi rembourser son emprunt. Cette rente n’est en aucun cas à mes yeux le signe d’un endettement quelconque.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E121 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 17 avril 1612 après midy, devant nous Jullien Deille notaire royal Angers fut présent Pierre Davy escuyer sieur de Boutigné l’un des gentilshommes de la maison du roy demeurant en sa maison de Boutigné paroisse de St Clément de Craon, tant en son nom que comme procureur spécial de damoiselle Marguerite Leroy son espouse par procuration passée par Me Philippe Chevalier notaire royal demeurant à Craon le 7 de ce mois la minute de laquelle est demeurée cy attachée en nos mains pour y avoir recours, lequel duement estably et soubzmis soubz ladite cour esditsnoms et en chacun d’iceulx seul et pour le tout sans division de personnes ne de biens ses hoirs confesse combien que ce jourd’huy et présentement noble homme Guillaume Avril sieur de la Fosse conseiller du roy eleu en l’élection d’Angers y demeurant paroisse de saint Maurille se soit en sa compaignie esdits nos constitué et obligé vendeur solidaire vers damoiselle Anne Ayrault veufve feu noble homme André Eveillard conseiller du roy au siège présidial d’Angers de la somme de 187 livres 10 sols de rente annuelle et perpétuelle paiable en ceste ville par demy année our la somme de 1 000 livres tz de principale paiée content aulx dessus dits comme plus amplement est porté par ledit contrat de ce fait et passé par nous
néanmoins la vérité est que ledit sieur Avril auroit ce fait pour faire plaisir audit estably esdits noms et à sa prière et requeste lequel au mesme instant dudit contrat avoit et a prins le tout sans que d’icelle en soit demeuré ne aucune chose tourné au profit dudit sieur Avril comme ledit estably esdits noms a recogneu et confessé
promet et s’oblige ledit estably esdits noms paier et continuer de ses deniers ladite rente et en faire le rachapt et admortissement, tirer et mettre hors dudit contrat ledit Avril et luy en fournir acquit et admortissement valable dedans 3 ans prochainement venant et cependant faire cesser toutes poursuites qui pourroient estre contre luy faites à peine de toutes pertes despens dommages et intérests dès à présent par ledit Avril stipulés et acceptés en cas de default, cesdites présentes néanmoins etc
à laquelle contre-lettre promesse obligation et tout ce que dessus est dit tenir etc dommages etc oblige ledit estably esdits noms et en chacun d’iceulx seul et pour le tout sans division de personne ne debiens etc choses à prendre vendre etc renonçant etc et par especial au bénéfice de division discussion et ordre etc dont etc
fait et passé audit Angers à notre tabler en présence de Me NoPel Berruyer et Pierre Desmazières clercs audit Angers tesmoings

Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

6 réponses sur “Contre-lettre de Pierre Davy sieur de Boutigné à son beau-frère Guillaume Avril, Craon 1612

  1. Bonjour,

    Merci de nous faire partager vos travaux sur cette famille Davy.
    Selon votre notice, Guillaume Avril serait le mari de la nièce de Pierre Davy sgr de Boutigné, et non son beau-frère.

  2. Je n’avais pas lu l’acte précédent, autant pour moi… Anne Leroy, soeur de Marguerite, épouse de Guillaume Avril sr de la Fosse

      Réponse d’Odile :

    Et surtout pas lu mon énorme travail DAVY dans lequel j’explique en long et en large, avec preuves importantes, que d’autres avaient publié une erreur, et je constate que l’erreur est donc perpétrée dans les bases de données sans tenir compte des preuves qui sont sur mon site depuis des années, car mon travail DAVY est ancien.
    Je pense qu’à force de fréquenter les bases de données que vous fréquentez vous échangez avec un peu trop de copistes de n’importe quoi !
    Et surtout, ces bases de données détruisent mon travail énorme de preuves !
    et cela c’est la plus choquant.
    Je dis « détruisent » car non seulement on omet de me citer, mais le logiciel de ces bases de données n’est pas fait pour mettre en ligne les vraies peuves, dont elles mêlent allègrement ce qui est copié et ce qui est prouvé !
    Salutations
    Odile
    PS c’est la raison pour laquelle vous ne me verrez jamais sur une base de données, parce que par définition on ne peut savoir qui copie et qui a des preuves, et quelles preuves.

  3. Votre blog n’est pas le lieu pour faire des procès d’intention, s’il vous plaît. Comment savez-vous que je fréquente les fameuses « bases de données », sinon par le fait que vous les fréquentez vous même. A la différence que, personnellement, c’est le même sentiment, le même intérêt pour la généalogie qui m’animent lorsque je visite votre site ou lorsque je fréquente les bases de données que vous semblez honnir.
    Ne mélangeons pas tout: la base de données dont vous parlez n’est qu’un outil, et par ailleurs chaque fiche nominative de cet outil doit spécifier précisément les sources utilisées, certaines fiables, d’autres moins (y compris les manuscrits d’Audouys, et pas seulement les compilations « mondaines »). Cet outil permet en outre des fonctionnalités très intéressantes pour un généalogiste amateur, en tout cas c’est mon avis. Libre à vous de ne pas le partager.
    J’ai lu avec attention, contrairement à ce que vous affirmez, votre travail sur les Davy, avec d’autant plus d’intérêt que, comme vous, j’en descends par les Maugars. Quant à « l’erreur perpétrée (ou perpétuée) » (je suppose qu’il s’agit de Marie Gebu), j’y remedierai en son temps, en citant toutes les sources comme il se doit et comme je l’ai toujours fait.

    Rien de nouveau du côté de Charles Davy, sr du Hallay à Angers Saint Pierre?

    Bien cordialement

      Note d’Odile :

    Non, rien de nouveau sur Charles Davy sieur du Hallay.

    L’erreur perpétuée portait sur Pierre Davy sieur de la Souvetterie époux Leroy, traité page 8 et suivantes de mon étude Davy, mais effectivement Marie Gebu est une seconde erreur, aussi mentionnée dans la même étude.

    Par ailleurs je ne fréquente aucune base de données, et vous êtes mal informé sur ce point.

    Odile

  4. « L’acte le qualifie d’écuyer, et je reste sceptique » Pierre Davy est « l’un des gentilshommes de la maison du roy » ce qui lui confère la noblesse au moins personnelle

      Note d’Odile :

    C’est effectivement curieux, et c’est sans doute lui qui s’est présenté comme tel, car j’observe que les notaires utilisaient pourtant parcimonieusement ce qualitificatif, et le plus généralement à bon escient.

  5. Des cotes,sans doute déjà consultées.

    E.2209.(Carton.)-45 pièces,parchemin;51 pièces,papier.
    1469-1650.-DAVY.
    -Partage de la succession de Jean Davy,entre Jean Davy,son fils,et Jean Belhomme,son gendre;-acquêt par Julien Davy,prêtre,de maisons en Corzé;-testament de Laurent Davy et de Jeanne Cerlaude,portant fondation de la chapelle Saint-Laurent,en l’église de La Fosse-de-Tigné;-lettre de tonsure de René Davy;-testament de Laurent Davy,sieur de La Faultrière;-acquêt par Pierre Davy,sieur de Boutigny,de La Petite- Perrine en la paroisse d’Athée;-testament d’Ysabelle de La Guette,veuve de Laurent Davy;-inventaire des meubles de la succession de Sébastienne Lemoine,veuve d’Allain Davy,sieur de La Diacrays,et en secondes noces ,femme d’Honoré Fabron,sieur du Plessis;-brevet pour René Davy de conseiller-juge honoraire en la Sénéchaussée d’Angers,etc.
    (Série E.Titres de famille AD du Maine et Loire C.Port.)

  6. E.2210.(Carton.)-5 pièces,parchemin;55 pièces,papier.
    1651-XVIIIe siècle.-Accord entre les héritiers de Julien Davy et d’Andrée Hervé,sa femme;-prisée et partage des biens et immeubles d’Allain Davy,sieur de La Bournée,conseiller au Présidial d’Angers,et de Marguerite Volaige,sa femme;-acceptation par Jacques Davy,sieur du Chiron,des privilèges de la noblesse d’échevinage;-contrat de mariage de René Davy et de Marie Gorge;-testament de Marie Davy;-prisée des meubles de Robert Davy,notaire,et de Marie Garnier;- Acquêt par François Davy de Chauvigné des métairies de La Goupilière et de La Bourelière;-par René Davy de Vaux de l’office de conseiller du Roi,correcteur en la Chambre des Comptes de Bretagne;testament de Françoise Lancelot,veuve de Pierre Davy;-arrêt du Conseil d’Etat,qui ordonne la rectification de tous les titres et brevets de François Davy de Chauvigné,qui par erreur portent le prénom de Claude;-note du feudiste Audouys.
    (Série E.Titres de famille.AD du Maine et Loire.C.Port.)

Répondre à Marie Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.