Michel et Georgette Buscher acquièrent un carreau de jardin, Cherré 1558

et en prennent immédiatement possession, comme le voulait la coutume.

Cet acte est une archive privée – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le VIIe jour de juin l’an mil cinq cent cinquante et huit En notre court de Chateauneuf sur Sarte endroict par davent nous personellement estably missire Simon Jouet prêtre demeurant au bourc de Cherré soubmettant luy ses hoirs etc confaise etc avoir vendu, quité, cedé et transporté et encores etc à Benoit ? Meslet et à Michel Bucher et à Georgette Bucher sa seur veufve de feu Mathurin Garnier à ce présens et acceptent qui achetent moitié par moitié pour eulx etc demeurans au dit bourc de Cherré, c’est assavoir ung carreau de jardin ainsi quoy qu’il se poursuit et comporte sis près la croix du Serersez près le dit bourc de Cherré joignant d’un coté et abutant d’ung bout au grant chemin tendent du dit bourc de Cherré a Daon et d’autre couté et bout au jardin des héritiers feue Michelle Pichon advecques les hes (pour « haies ») et cloysons et apartenances d’iceluy quareau de jardin, tenu du fie et seigneurie du Buron Buyseau à ung denier tounoi de devoir soub le devoir de quatre sous et deux deniers tz deuz en la frarayche des dits héritiers feue Michelle Pichon et autres deuz par chacun ans au terme de l’angevine pour tous devoirs etc, oustre chargé par chacun ans à la cure de Cherré à la somme de tresze deniers tournois de rente ou legs pour aidez à poyez la somme de dousze sols 5 deniers deuz en frarayche desdits héritiers de la dite feue Michelle Pichon et autres, transportant etc o tous les droits et etc, et est faite ceste présente vendicion cession et transport pour le pris et somme de quinze livres tournois paié content en notre présence et à veu de nous par les dits achepteurs au dit vendeur et dont ledit vendeur s’est tenu à content et bien paié etc à laquelle vendision et tout ce que dessus est dit tenir etc et les dits chouses garantir etc oblige le dit vendeur luy ses hoiers etc renoncant etc foy jugement condamnation etc fait et passé au bourg de Cherré es présences de Jehan Bucher et Jullien le le Prevost, constat et à réservé le dit vendeur la cuillette des dites chouses et pour la prochene cuillette seullement S Jouet R Triffouel J Buscher J Leprovost M Théart
Dans la marge :
En vin de marché du consentement des dites parties dix sols tz

PS : Aujourd’huy XIe jour de juing l’an 1558 Michel Buscher et Georgette Buscher sa seur ont prins possession et saisine des choses contenues en l’autre part Etc pouvoir par eulx plusieurs bons delay etc disant qu’ils prennent possession et saisine des choses contenues en l’autre part etc, es présences de Mace Crosnyer et Abraham Potin
signé : M Théart

2 réponses sur “Michel et Georgette Buscher acquièrent un carreau de jardin, Cherré 1558

  1. Bonjours Madame,

    Autre temps autres moeurs; lorsqu’on remarque : En vin de marché ( officiel au XVI ème siècle) c’est devenu un pot de vin à notre époque ( délit punissable) et si cela existe surtoit à ne pas mettre dans un contrat notarié.
    Avez vous avancé sur les Buscher grace à cet acte.
    Bonne journée

      Note d’Odile :

    Bonjour monsieur
    Le vin de marché ne se résume pas tout à fait ainsi, car de nos jours le notaire encaisse plusieurs choses, à savoir ses frais et les droits de mutation, et aussi sa com (ou c’est l’agence immobilière qui touche sa com) le tout légalement et systématiquement.
    Autrefois, les frais de notaire et la com, sont dits « vin de marché », et il est tout à fait normal de les payer au notaire. Et ensuite on allait payer les droits de mutation au seigneur dont relevait le lieu.

    Vous ne pouvez donc pas parler de pot de vin concernant les notaires.
    Il s’agit d’autres coms que celles des notaires, et tout à fait illégales.
    Odile

  2. E.3589.(Carton.)-4 pièces,parchemin;20 pièces,papier.
    1500-1753.-PICHON.
    -Quittance par Sébastien Pichon d’une rente de 120 livres sur le jeu de paume des Basses-Rues,à Saumur.;-codicille de Jean Pichon,marchand,portant divers legs d’argent à ses fermiers et fondation d’une rente de 50 livres tournois au profit de l’Hôtel- Dieu d’Angers;-inventaire,après saisie,des meubles de Sébastien Pichon;-partage entre Guillaume Pichon et Louise Pichon,veuve de René Caillé,de la succession de François Pichon et de Marguerite Réveillon,sa femme;-mémoires pour Jeanne Brouilly,veuve de Pierre Pichon,sieur de La Billeterie,contre Joseph Motet et Yves Bourreau,au sujet de la succession de Renée Godin,veuve de Florent Brouilly;-déclarations rendues par François Pichon au fief de La Guimondière ,en la paroisse de Meigné;etc.
    (Série E.Titres de famille.AD de Maine et Loire.C.Port.)

Répondre à Marie Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *