saint Innocent, honoré le 28 juillet, et les saints Innocents, honorés le 28 décembre

Aujourd’hui nous commémorons le massacre des saints Innocents, dont parle saint Matthieu dans son évangile.

Or, il se trouve que j’ai rencontré le prénom Innocent en 1611 ces jours-ci. J’ai donc cherché à comprendre s’il se référait à ces enfants massacrés par Hérode, et Nominis sur son site semble le penser.
Mais mon missel, enfin celui que j’ai reçu à ma communion il y a donc 60 ans de cela, donne bien le 28 juillet fête de saint Innocent :

Innocent 1er, naquit à Albano et vécut au temps de saint Augustin et de saint Jérôme. Cer dernier écrivait de lui : « Gardez la foi de saint Innocent, qui siège sur la chaire apostolique et ne recevez pas une autre doctrine, si sage et si séduisante qu’elle paraisse. » Il mourut en l’an 417.

Pour sa part, le dictionnaire hagiographique des saints, de l’abbé Pétin, encyclopédie Migne, donne pas moins de 9 saints ayant porté le prénom d’Innocent, dont le pape Innocent 1er, dont la biographie permet de comprendre pourquoi saint Jérôme parlait de lui ainsi. (voir ci-dessus).
Parmi ces 9 personnages, je trouve que 2 d’entre eux ont un lien avec notre région, et je vous ai mis en rouge leur texte. Je me suis alors demandée si ce n’était pas plutôt l’un d’eux qu’on commémorait en donnait le prénom d’Innocent en Anjou au 17e siècle ? La question reste ouverte…

INNOCENT (saint), Innocentius, martyr, était Athénien de naissance, et après avoir souffert diverses tortures pour la foi chrétienne, il fut décapité par ordre du président Triponce, avec saint Isaure, diacre, et plusieurs autres. — 17 juin.

INNOCENT (saint), martyr à Sirmich avec sainte Sebastie et trente autres, est honoré le 4 juillet.

INNOCENT (saint), sous-diacre de l’Eglise romaine et martyr pendant la persécution de l’empereur Valérien, fut décapité l’an 258, avec le pape saint Sixte II. — 6 août.

INNOCENT (saint), soldat de la légion thébéenne, souffrit en 286 avec saint Maurice et ses compagnons. Son tombeau fut découvert au milieu du VIIe siècle sur les bords du Rhône, et son corps fut levé de terre par les évêques de Genève, d’Aoste et de Sion. Les églises de Vienne et d’Angers obtinrent de ses reliques. — 22 septembre.

INNOCENT (saint), martyr à Gaëte, était originaire d’Afrique. — 7 mai.

INNOCENT (saint), évêque de Tortone et confesseur, eut beaucoup à souffrir pour la foi sous l’empereur Dioclétien, et il mourut en paix sous Constantin le Grand.— 17 avril.

INNOCENT 1er (saint), pape, né à Albano, l’an 360, fut élevé à l’âge de quarante-deux ans sur le saint-siège en après la mort d’Anastase I. Ce ne tut qu’avec peine et comme en tremblant qu’il acquiesça à son élection. En effet le gouvernement de l’Eglise présentait alors de grandes difficultés : Honorius tenait d’une main faible les rênes de l’empire d’Occident, et Alaric, à la tête d’une armée de Goths, menaçait de porter la désolation dans toute l’Italie. Innocent commença son pontificat par exhorter les fidèles a recevoir avec résignation les malheurs qui allaient fondre sur eux ; ce qui ne l’empêcha pas d’employer, pour les prévenir, tous les moyens que prescrivait la prudence. Il fit plusieurs démarches pour ménager la paix entre Alaric et Honorius, mais sans succès. Les Romains, commandés par Stilicon, beau-père de l’empereur, en vinrent aux mains avec les Goths en 403, et ces derniers furent défaits. Alaric, voulant prendre sa revanche, marcha sur Rome pour la saccager ; il l’épargna cependant, après en avoir exigé de fortes rançons ; mais sur le refus de l’empereur de lui donner le commandement de ses troupes, il vint fondre de nouveau sur cette ville, et cette fois il la livra à la fureur de ses soldats. Rien ne fut épargné que l’église de Saint-Pierre et de Saint-Paul, que le vainqueur, tout irrité qu’il était, avait ordonné de respecter comme un asile inviolable. Pendant ce pillage de la capitale du monde, qui, selon l’énergique expression de saint Jérôme, était devenue le tombeau de ses habitants, Innocent était à Ravenne avec Honorius, et après le départ des Goths, il revint à Rome, et sa présence contribua beaucoup à consoler son peuple, qui venait de supporter avec une patience admirable les plus grands désastres. Ce courage chrétien au milieu de l’adversité excita l’admiration des idolâtres, et ils se présentèrent en foule pour demander le baptême. Le saint pape profita de ces dispositions salutaires pour abolir dans Rome les restes du paganisme. Pendant que l’Italie était ravagée par les barbares, les autres parties de la chrétienté fournissaient à Innocent d’autres sujets de douleur. L’Eglise d’Espagne était troublée par un schisme qu’il fit cesser en écrivant aux évêques de cette contrée une lettre pressante pour les exhorter à la concorde et à l’observation des règles cdnoniques. L’Eglise d’Orient était encore dans un état plus triste, à cause de la persécution à laquelle était en butte saint Jean Chrysostome, patriarche de Constantinople.Quand il apprit que ce saint évêque avait été déposé par la cabale de ses ennemis, il ordonna un jeûne public dans la ville de Rome, afin d’arrêter ce nouveau schisme dont l’Eglise était menacée. Il accueillit l’appel du saint patriarche, et cassa l’inique sentence portée contre lui dans le conciliabule du Chène. Il chassa de Rome les donatistes, condamna les novatiens et porta les premiers coups à l’hérésie de Pélage, qui commençait sous son pontificat à infester l’Eglise de Dieu. Les évêques recouraient de toutes parts à ses lumières dans les cas difficiles, et ses décrétales ainsi que ses lettres sont tout à la fois des monuments précieux pour la discipline, et des preuves immortelles de sa science et de sa sagesse. Il confirma les conciles de Carthage et de Milève, tenus contre les pélagiens, et mourut en défendant la grâce de Jésus-Christ en 417, à l’âge de cinquante-sept ans, et après avoir occupé quinze ans le saint-siège. — 28 juillet.

INNOCENT (saint), innocent, évêque du Mans, né après le milieu du Ve siècle, fut baptisé et élevé par saint Victoire, l’un de ses prédécesseurs. Il succéda, vers l’an 502, à saint Principe, et continua la chaîne des saints pontifes qui avaient gouverné jusqu’alors l’église du Mans. Il fit achever la cathédrale, et y fit placer les reliques des saints martyrs Gervais et Protais. Il favorisa l’établissement d’un grand nombre de solitaires dans les vastes forêts du Maine, et prit une part active aux principaux événements religieux qui eurent lieu de son temps. Saint Innocent mourut vers l’an 542, après un épiscopat de quarante ans. — 19 juin.

INNOCENT (saint) est honoré à Mérida, en Espagne, le 21 juin.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci de laisser un commentaire sur ce blog afin de le faire vivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *