Contrat de mariage de Clément Esnault et Françoise Richard, Châteaubriant 1718

Je descends de René Hiret et Charlotte Hunault et mes ancêtres sont présents au mariage de leur cousin ci-dessous, mes Marchandie, Lescouvette etc… Ce cousin est devenu potier d’étain, mais c’est un métier encore aisé car il apporte 800 livres comme sa promise. Ce contrat de mariage a la particularité dans la descendance HIRET d’être en Bretagne avec le droit coutumier de la Bretagne, alors que le reste de la famille est en Anjou, mais on voit que tous savent bien l’existence des 2 droits et leurs différences.

Charlotte HIRET °AngersSt-Michel-du-Tertre 9.11.1655 †Carbay 10.11.1705 Fille de René HIRET et de Charlotte HUNAULT. x Senonnes 18.2.1676 mardi Clément ESNAULT Sr de la Fresnay °Senonnes(53) 7.7.1647 †Soudan(44) 19.6.1695 Notaire et greffier à Senonnes en 1677, puis Carbay et Soudan. Fils de Clément, notaire de la baronnie de Pouancé résidant à Senonnes après le décès de Michel Hiret vers 1630,& de Madeleine Jallot.
1-Clément ESNAULT °Senonnes 10.9.1677 Filleul de Pierre Desgrées curé de Senonnes, de Jean Esnault prêtre à Carbay et de Geneviève Hiret épouse de Pierre Planté avocat à Pouancé
2-Jean ESNAULT °Carbay 26.10.1678 filleul de Jean Esnault et Catherine Hiret (belles signatures)
3-Clément ESNAULT °Carbay 23.8.1680 †Carbay(49) 23.8.1681
4-Pierre ESNAULT Notaire à Carbay en 1712 x Carbay 7.6.1712 mardi Jeanne AUBE
5-Charlotte ESNAULT x Pouancéla Madeleine 25.3.1710 mardi Mathurin GRIGNON
6-Clément ESNAULT °Soudan(44) 5.4.1693 x 1718 Françoise RICHARD

« Le 24 janvier 1718 devant Hames notaire de la baronnie de Châteaubriant pour parvenir au mariage proposé entre Me Clément Esnault marchand potier d’étain fils de defunt Me Clément Esnault vivant notaire et demoiselle Charlotte Hiret ses père et mère d’une part, et damoiselle Françoise Richard fille de defunt Jacques vivant marchand et Françoise Lahoussaye (signe Lahousset) à présent sa veuve, ont comparu ledit sieur Esnault demeurant en cette ville de Châteaubriand paroisse de St Jean de Beré évêché de Nantes, assisté et authorisé pour la validité du présent de n. h Léon René Marchandye sieur de la Grande Maison licencié es loix advocat au baillage de Pouancé, y demeurant, porteur de procuration de n. h Pierre Planté conseiller du roi grenetier au grenier à sel dudit Pouancé, curateur particulier dudit Esnault, ladite procuration en date du 23 décembre dernier, d’une part, et ladite Françoise Richard assistée de Françoise Lahoussaye sa mère et tutrice demeurant ensemble en cettedite ville de Châteaubriand même paroisse de Beré dit évêché de Nantes, d’autre part, entre lesquelles parties ont été faites et arrêtées les clauses et conventions matrimoniales qui suivent, par lesquelles ledit Esnault et ladite damoiselle Richard sous lesdites autorités, ont promis et par ces présentes promettent réciproquement de se prendre l’un et l’autre par foy et loy de mariage et iceluy faire solemniser en face de notre mère la ste église catholique et romaine si tost que faire se pourra, et lorsqu’il sera par eux avisé et délibéré ; seront les futurs conjoints communs en biens meubles et conquêts immeubles suivant la coutume de cette province de Bretagne, à laquelle lesdites parties se soumettent ; pour l’exécution du présent ladite Houssaye promet et s’oblige de donnier à ladite future épouse sa fille la somme de 800 livres savoir celle de 200 livres en meubles ou argent le jour des épousailles, laquelle somme de 200 livres entrera dans la communauté des futurs conjoints et le surplus qui est la somme de 600 livres elle s’oblige de la donner après la majorité dudit futur époux laquelle somme de 600 livres demeurera propre à la future épouse et aux siens de son estoc côté et lignée, en considération de quoi ledit Esnault sous ladite autorité a promis et s’est obligé de donner pareille somme de 800 livres, de laquelle il entrera aussi la somme de 200 livres dans la communauté et le surplus qui est aussi la somme de 600 livres lui demeurera propre et à ses successeurs dans son estoc côté et lignée, sans que lesdites sommes de 600 livres immobilisées de part et d’autre puissent être réputée meubles pour quelque cause que ce soit ; ledit futur époux à doué et doüe la future épouse de la somme de 20 livres de rente à prendre sur tous ses biens meubles et immeubles, lesquels il a dès à présent pour cet effet obligés affectés hypothéqués si mieux n’aime la future épouse prendre le douaire coutumier ; et au regard des successions qui pourront échoir aux futurs conjoints en direct ou collatéral, elles demeureront propre à chacun d’eeux en leur estoc et lignée, sans que l’un puisse rien prétendre de ce qui arrivera à l’autre par droit de succession, et à cette fin il sera fait inventaire des meubles et effets mobiliers qu leur pourront ainsi échoir, tout ainsi que des meubles et effets que peut présentement avoir en sa possession le futur époux, lequel inventaire sera fait dans le temps des épousailles pour en cas de prédécès sans hoirs de corps en disposer lui et les siens comme de ses autres propres à l’exception seulement de ladite somme de 200 livres réputée meubles ; ce que lesdites parties ont ainsi voulu consenti promis et juré tenir sur tous et chacuns leurs (f°3) biens meubles et immeubles présents et futurs quelconques renonçant etc s’obligeant etc dont les avons jugés et condamnés d’autorité de notre cour et juridiction de Châteaubriand … en présence Me Mathurin Grignon huissier audiencier au grenier à sel de Pouancé époux de Charlotte Esnault soeur du futur époux – n.h. René Richard conseiller du roy controlleur au siège du grenier à sel époux de Elisabeth Hiret tanteMe François Lescouvette apothicaire à Pouancé époux de demoiselle Marie Planté cousine germainen.h. René-Léon Marchandye Sr de la Grandemaison licencié es loix At au baillage de Pouancé époux de Marie Planté cousine germaineRené Lemonnier époux de Geneviève Hergault cousin remué de germainn.h. Pierre Planté Cr du roy au grenier à sel de Pouancé, curateur particulier de l’époux par procuration en date du 23.12

Pierre-René Guillot emprunte pour se lancer dans les affaires à Nantes et Paris : Marans 1836

Avec l’assistance de sa mère, Rose Esnault, dont il est le fils unique. Cela aide.

Mais à cette époque, le plus souvent l’argent prêté provient de métayers, voire même closiers. Cela n’était pas le cas avant la Révolution, pour des sommes si importantes.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E12 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 21 août 1836 devant Me Adam Roussier notaire au Lion d’Angers, madame Rose Esnault veuve de Mr Pierre Guillot, propriétaire, demeurant à la Batardière commune de Marans, et monsieur Pierre Guillot son fils aussi propriétaire, demeurant au même lieu, lesquels conjointement et solidairement ont par ces présentes reconnu devoir à Renée Fromy, métayère, veuve de Estienne Bonenfant, demeurant à la Vaie commune du Lion d’Angers non présente, la somme de 4 000 francs pour prêt de somme semblable qui leur a été fait de deniers appartenant à la veuve Bonenfant, comptés et délivrés en présence du notaire soussigné pour employer à leurs affaires. M. et madame Guillot se sont obligés solidairement comme il est dit à rendre et rembourser cette somme de 4 000 francs à la veuve Bonenfant le 24 août 1840 et jusqu’au remboursement réel et effectif du capital payer et servir les intérêts à raison de 5 % le 24 août de chaque année à compter du présent mois. Et pour garanti de la présente obligation en principal et intérêts, M. et Mme Guillot ont hypothéqué spécialement 1/ le lieu et métairie de la Méturie situé commune du Lion d’Angers, composé de maison, étable, jardin, cloteaux, terres labourables et prés, le tout contenant 30 ha environ, et 2/ le domaine et métairie de la Ravardière avec leurs circonstances et dépendances situé commune de Marans, consistant en maison pour le fermier, étable, cours, rue et issues, jardin, cloteaux, terres labourables et prés, et tout contenant 30 ha environ ; la métairie de la Méturie est indivise entre Mme Guillot et son fils, le domaine et métairie de la Ravardière appartiennent en entier à Mme Guillot seule.. ;. Fait et passé à la Ravardière commune de Marans. »

Vente des meubles de Rose Esnault veuve Guillot : Marans 1839 (suite et fin)

Ceci fait suite au billet d’hier qui donnait le début de cette vente.
Non seulement elle a moulin à café et cafetière, des glaces, mais elle a aussi une baignoire.
Après une première surprise de voir la vente de la baignoire comme meuble à emporter je reviens sur ma surprise, car je pense qu’il n’y avait pas l’eau courante et qu’il s’agit d’une baignoire sans robinets, comme une sorte de baquet en forme humaine, dans laquelle on versait l’eau chaude.


voici la maison que quitte Rose Esnault et qui est vidée à travers cette vente publique

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, AD49-5E12 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

(f°7) 2 draps à la femme Bottier à La Chapelle 7 F
Un drap à dame Rousseau de Segré 2,85 F
6 essuie mains à Vannier 3 F
2 sabliers à Haulbert 2,05 F
7 linges à pain à la femme Bottier 0,65 F
Un bissac et 6 linges à pain à Vannier 1,70 F
Une nappe et un bissac à Haulbert 3,30 F
Un lot de linge à dame Rousseau 1 F
Un drap à dame Rousseau 5 F
2 draps à la même 3,80 F
2 rideaux à Haulbert 10 F
Un baton doré et 2 rideaux de croisie à Allard 10 F
3 poches à Vannier 5,45 F
Une couverture à Haulbert 8,95 F
Une poche à la femme Rousseau 1,05 F
Une autre à la femme Bottier 1,05 F
Un lot de vaisselle à la veuve Hervé 0,40 F
(f°8) 4 cadres à dame Rousseau 2,60 F
Un saladier et 3 assiettes à Vannier 0,75 F
Un plat et 3 assiettes à Huet 0,65 F
3 cadres à Coheu 3,30 F
4 cadres à Popin 3 F
2 rideaux et un baton doré à Allard 8 F
4 cadres à dame Rousseau 1,85 F
Un cadre à Gastineau 0,545 F
33 bouteilles de verre à le femme Bouvet 6,40 F
Un pot à feu à dame Fleury 0,80 F
2 petits chandeliers à dame Deschere 1,25 F
Un pannier et des volumes à Gastinay 1,10 F
Un vieux livre au même 1 F
Une poche au même 0,55 F
Une table de nuit à Popin 5,10 F
Une potine et terrine à Grimault 1,65 F
Une à la veuve Hodé 0,30 F
Un égoutoir et une casserole à Chevalier 1,05 F
Un lot de ferraille à Vannier 3 F
Un soufflet et une boîte à chapeau 0,30 F
3 bouteilles de terre à Mellet 1 F
Une bouteille et un pot à la même 1,80 F
Une marmite à Gastineau 1,30 F
Un moulin à café à Naslin 1,25 F
Une cafetière un chandelier à Belois 2,95 F
(f°9) Une lanterne à Gastinay 1,45 F
Un selit ? à chevalier de Gené 0,25 F
Une boîte à Mr Rousseau 0,85 F
Une boïte, 2 figures de cire à la femme Faucheux 0,35 F
Une brosse à Vannier 0,55 F
2 cordes à lessive à Grimault 1,15 F
Un pot à lait à dame Halbourg 1,10 F
14 cuillers et 9 fourchettes à Gastinay 2,95 F
Un lot de poterie et 6 cuillers à Grimault 0,95 F
Un montauban à Popin 2,50 F
Une boîte de bois à Naslin 0,70 F
Un travouil et sas à Belois 1,05 F
Une scie de travers à Guilleux de la Ravardière 3,10 F
Une pelle, un vouge, une broche à Vannier 4 F
Un rouet à Mme Giron 1,50 F
Une pompe à Popin 4,25 F
Un bois delit démonté à Gastineau 2,75 F
Une pelle de bois et un boisseau à Guilleux 0,95 F
Une selle et bride à dame Deschère 13 F
Un caparaçon à Roussier 5 F
Un sac et des taquets à Allard 4,05 F
Un rideau au même 1,30 F
Une terrine, un pot à dame Giron 0,35 F
2 terrines à Vannier 0,50 F
Une grande table à Allard 4,50 F
(f°10) Un secrétaire à Allard 36 F
8 paillons et de la graine de navete à Prodhomme 3,50 F
Une couete à la femme Hardeux 14 F
Une pendule à Haulbert 15,25 F
Une table ronde à dame Deschères 2 F
Une table à Richard 4,25 F
Un buffet à Richard 37,25 F
Un bois de lit, carrée, vergettes et rideaux au même 40,25 F
Une glace à dame Girard 25 F
Une commode à M. Mercier 32 F
Un fourneau à Fouillet Bertais 4,05 F
Une baignoire à Vannier 28 F
6 chaises à Jeanne Popin 18 F
6 autres à M. Mercier 19 F
Une couete à Richard 49 F
Une couverture à Dame Rousseau 5,75 F
Une couete à Gastenay 23,95 F
2 traversins à Richard 6,25 F
Un traversin et un oreiller à Prodhomme 9 F
2 oreillers de bale à Dame Rousseau 0,80 F
2 oreillers à Houdayer 6,50 F
2 poches à Gastinay 1,55 F
2 poches à Pineau 2,25 F
Une glace à Gastineau 0,65 F
(f°11) Une rosse et du charbon à Bellois 2,15 F
3 bouteilles à Breton 0,65 F
Une taie d’oreiller à dame Fleurs 1,10 F
Une nappe à Richard 1,75 F
Une nappe à Chevalier 2,45 F
Un trépied à Tusseau de Chazé 2,50 F
Un chaudon à Haglaine 0,65 F
Une petite table à Chevalier 2,05 F
Un bois de lit et rideaux à Chevalier 26 F
Un bois de lit et rideaux à Tusseau 16 F
Un autre bois de lit et rideaux à dame Bouleau 40 F
Une tête de loup à dame Rousseau 4,50 F
Une vieille armoire à Crasnier 10 F
Un fut de charnier et la viande qu’il contient à dame Deschère 23 F
Un languier à Popin 3 F
Une poche à Tusseau 4,25 F
Un fauteuil à Bouleau 5,50 F
Un garde manger à Belloin 1,50 F
Une seine à M. Rousseau 9 F
Une passe de bois et son treteau à Guilleux de la Ravardière 4,15 F
Un lot de planches à Gastineau 5,60 F
Un lot de bois à Coheu 3,05 F
Une civière à Buran 4,60 F
Une panne de terre à dame Guerin 3,05 F
(f°12) 7 barriques à Guilleux de la Barre 9,60 F
6 chaises à Gastineau 1,30 F
Un lit de sangle et bois à Tusseau 3,15 F
Une table, 2 chaises à Bouleau 2,55 F
2 devant de cheminée et vannier à Bouleau 3,05 F
Des planches à Coheu 7,10 F
Un jeune cochon à Chevalier 27 F
TOTAL 1 266,20 F

Vente des meubles de Rose Esnault veuve Guillot : Marans 1839

Je descends des GUILLOT et faute d’avoir trouvé un inventaire des miens, voici un cousin proche et j’ajoute que ces familles sont absoluement proches socialement et géographiquement de ce que décrit Vipère au poing, dont je vous ai déjà parlé ici.

Cette vente est émouvante à 2 titres :

    Rose Esnault est vivante et vend tout le contenu de sa maison, ce qui semble signifier qu’elle se met quelque part « en retraite »
    Elle a un fils unique qui vit à Paris et vend tout, enfin tout ce dont il ne veut pas (et je pense que là vous m’avez comprise)

Voir ma page sur MARANS


voici la maison que quitte Rose Esnault et qui est vidée à travers cette vente publique

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, AD49-5E12 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 9 août 1839 devant Me Adam Roussier notaire au Lion d’Angers vente au lieu de la Ravardière commune ce Marans, des meubles appartenant à dame Rose Esnault veuve Guillot à la requête de Pierre René Guillot, propriétaire, demeurant à Paris, présentement au lieu de la Ravardière à Marans, agissant au nom de Madame Rose Esnault sa mère, veuve de M. Pierre Guillot, dont il se porte fort … vente (f°2) des meubles et effets mobiliers appartenant à Mme veuve Guillot et garnissan la maison de la Ravardière qu’elle habitait.
Une crémaillère et un lot de ferraille à Crasnier 1,30 F
Un moulin à café à Jean Augeul 0,30 F
Un lot de ferraille à Delestre de Champiré 1,15 F
Des boucles à rideaux à Crasnier 0,40 F
Un lot de ferraille à Cadeau de La Chapelle 1,50 F
Une araignée de fer et autres objets à Fouillet de la Bertais 0,75 F
Un hachereau, 2 serpes à Charles Baron 2,75 F
Un pannier et divers objets à Mesnard 0,25 F
2 chenets, un garde casse à Delestre de Champiré 4,30 F
Un pannier et menus objets à Cranier 0,35 F
Un lot de poterie à Fouillet Bertais 0,55 F
Une soupière et une casserole à Bonsergent de Louvaines 0,55 F
(f°3) Une lampe à Delestre 0,65 F
6 pots à confiture à la Ve Guilleux de Chazé 0,20 F
3 bouteilles de verre à Delestre 2,15 F
Une casse, un chandelier et autres objets à Cannier 1,30 F
Une cassette et un jeu de Domino à Vannier 0,30 F
Un pannier et des bouteilles de terre à Hallopeau 0,80 F
Des bouteilles de terre et une casserole à Justine Rousseau 0,40 F
Un lot de poterie à Cheray de la Joulière 0,45 F
Un lot de poterie à Jean Vannier 070 F
Des bouteilles de verre et des plumes à Delestre 0,95 F
3 cages et des fèves à Crasnier 1 F
De la graine d’olivette à la femme Deschere 0,55 F
4 pots à la femme Chevalier 0,65 F
2 chandeliers et une cafetière à Bonsergent 3,75 F
8 pots à la femme Guilleux de la Ravardière 1,55 F
Une casserole de fer et autres objets à Bellay 1,65 F
Un lot de poterie à Mme Lalande 1,05 F
Des paniers, de la tapisserie à la femme Guilleux 2,30 F
3 coins d efer à Delestre 7,10 F
3 tasses à café et autre fayence à Lalande 2,40 F
Une cafetière, un sucrier, 6 verres à la dame Duclos 2,55 F
3 tasses à café à la femme Deschere 0,75 F
2 chandeliers et une canelle à Péan de la Rabottière 2,70 F
Une fontaine et sa cuvette à la femme Deschere 6,75 F
(f°4) Un lot de fayence à dame Guilleux 2,05 F
Un parefeu et un cuvier à Gastineau 1,15 F
Des casseroles à la femme Huet 0,90 F
Un plat à barbe, des verres à liqueur et salière à la veuveGiron 1,50 F
Des pots à confiture en verre à demoielle Rousseau 0,70 F
Une soupière en porcelaine à dame Giron 1,55 F
Des pots à confiture à dame Giron mère 0,60 F
12 assiettes à dame Giron veuve 2,40 F
Un fusil simple à Genrigon de la Planche 6,15 F
Un huilier à dame Giron 1,30 F
6 assiettes à Pineau de Gené 1,05 F
Un lot d’assiettes à la femme Guilleux de la Ravardière 1 F
Un autre lot à Jufrairie 1,65 F
Un arrosoir et dévidoir à dame Halaine 2 F
Un hocol ? à Pasquier Maurice 0,80
2 chandeliers à Rochepeau 2,60 F
Un lot de soupières à la femme Guilleux 1,80 F
Une soupière et casserole à Dame Danlas ? 1,55 F
2 sabots neufs à R. Barat 1,75 F
Un lot de vaiselle à la femme Guilleux de la Ravardière 1,05 F
Un pot à l’eau et fayence à Laffay 1,65 F
Un lot de fayence à dame Girard veuve 1,10 F
Un soufflet, cuillers et fourchettes à Delestre 2,05 F
Des paniers à Pasquier 1,05 F
(f°5) Des assiettes à Desmas 3,20 F
Un lot de fayence à la femme Guilleux de la Ravardière 1,05 F
3 vases en verre à dame Davireau 1,10 F
2 chenets à dame Diron 5,60 F
8 volumes de Mollière à M. Roussier 1,60 F
Une poële chaudière à Foiuillet Bertais 33 F
Un chaudron à Péan de La Chapelle 2,15 F
Un autre à Pasquier 2,35 F
Une passette en cuivre à Gastineau 0,80 F
Une fourneau (sic) en fonte 2,75 F
2 poëlons à Roussier 2,70 F
2 poëles à frire à la femme Haie 2,70 F
Une petite poële à Mesnard de Ste Gemmes 1,05 F
Selle et pinier à dame Giron mère 3,45 F
Une poële percée à Bouvet de la Grignardière 1,60 F
Une seringue à M. Blanchet 6,75 F
2 chenets à dame Giron mère 4 F
Une veilleuse à dame veuve Giron 3,50 F
2 draps à Boisbouvier 5,05 F
2 tabliers à Péan de la Rabpttière 2,05 F
2 draps à Gaoutier Sevantais 8,50 F
2 nappes à Bellanger de Chazé 7,40 F
10 essuie mains à Jeanne Hamard de Lédais 4,15 F
2 draps à Tabourdeau de La Chapelle 5,75 F
2 nappes à Belay 4,10 F
(f°6) Une glace à M. Vourairie 24 F
Une commode àMelle Rousseau 26 F
Une roinette à Royer 0,50 F
Une armoire à Delestre 76 F
Une petite armoire à Boussier 28 F
Une huche à la femme Guilleux de La Chapelle 7,40 F
5 chaises à Guillaume Guilleux 6,75 F
5 autres au même 6,75 F
Une table à Delestre 2 F
Une grotte ? à dame Bouvet 16,50 F
Une glace à Vannier 6,95 F
Une petite glace à Gastineau 3,15 F
Un chaudron à Augustin Bellanger 2,85 F
Selle et pine ? à Jacquine Rivault 1,95 F
Une table de nuit à demoiselle Dumont 4,60 F
Une pelle et tranche à Bellay 5,20 F
Une marmite à Barré du Bourg 2,45 F
Une corde à lessive à Mauriceau de Gené 2,60 F
2 chaines à Aug. Bellanger 1,25 F
Un bois de lit dans la salle à Guilleux de la Barre 26 F
Des forces à Vannier 2 F
Une couverture à la femme Guilleux 8,45 F
2 draps à Péan de La Chapelle 8 F
Une marmite à Jouan 1,25 F
suite demain

Partage en 5 lots des biens d’Anjou et du Maine, de la succession de Guillaume Pottier, Angers 1676

ici je ne vous mets que les filiations du début de très long acte (24 pages) rempli d’obligations en Anjou

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E5 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 29 août 1676, par devant nous Françoys Crosnier notaire royal à Angers, partages en 5 lotz des biens situez ès provinces d’Anjou et de Mayne dépendant de la succession de deffunt vénérable et discret Me Guillaume Pottier prestres vivant curé de Sainte Suzanne que vénérable et discret Me Simon Pottier prêtre principal et administrateur du collège de Bueil d’Angers, Me Henry Pottier sieur du Bois advocat en parlement, et juge ordinaire civil et criminel de la baronnie d’Ambrières, tant en snon nom privé que comme procureur de vénérable et discret Me Guillaume Pottier son frère prêtre curé d’Orgères, tous enfants et héritiers de deffunt Me Guy Pottier, Me Guillaume Pottier bachelier en médecine faisant tant pour luy que pour demoiselle Françoise Pottier sa soeur, enfants et héritiers de deffunt Me Jean Pottier qui estoit fils dudit Guy Pottier, Me François Chevalier licencié en droit, tant en son nom privé que comme procureur de Me Pierre Corbeau sieur de la Haudonnière et dame Renée Chevalier sa femme lesdits Chevalier enfants et héritiers de deffunts Me François Chevalier et Renée Pottier sa femme qui estoit aussi fille et héritière dudit deffunt Me Guy Pottier par la représentation duquel tous lesdits Pottiers et Chevalier sont héritiers pour une cinquième partie dudit deffunt Me Guillaume Pottier curé de ste Suzanne fournissent à chacun de Jean Boisgontier marchand et Jeanne Duchesnay sa femme, Madeleine Duchesnay veuve de deffunt Guillaume Duchesnay sieur de la Butte, Suzanne Duchesnay veuve de deffunt Jean Bonneau, Jacques Duboys marchand et Madeleine Favrie sa femme fille et héritière de Jean Favrie et deffunt Marie Duchesnay qui estoit fille et héritière de deffunt Frannçois Duchesnay et Françoise Pottier sa femme par représentation de laquelle lesdits Duchesnay fors ledit Guillaume sont héritiers aussi pour une cinquiesme partie dudit deffunt Pottier curé de Ste Suzanne, Me Jean Collin docteur en médecine en l’université dudit Angers fils et héritier de deffunts Me François Collin vivant sieur de la Moriaye et demoiselle Madelaine Pottier du premier mariage de ladite Pottier, honnorable femme Henriette Pottier veuve de deffunt Jean Duchesnay, Georges Esnault marchand père et tuteur naturel de Claude Esnault fille de luy et de deffunte Marie Pottier vivante sa femme, lesdites Henriette et Marie Pottier filles et héritières de deffunt Pierre Pottier et de ladite Madeleine Pottier de son second mariage et par représentation de ladite Madeleine Pottier lesdits Collin, Henriette Pottier et Esnault audit nom aussi héritiers pour une cinquième partie dudit deffunt sieur Pottier curé de ste Suzanne, Jacques Denys marchand Barbe Morin sa femme, François Mustière et Louise Morin sa femme, lesdites Morin filles et héritières de deffunt René Morin et Suzanne Pottier, et par représentation de ladite Pottier aussi héritières pour une cinquième partie dudit deffunt sieur Pottier curé de Ste Suzanne, Sébastien et Jean les Meignans marchands et Pierre Ernault et Françoise Meignan sa femme lesdits Meignan enfants et héritiers de deffunts Mathurin Meignan et Barbe Pottier sa femme, et par représentation de ladite Pottier aussi héritiers pour une cinquième partie dudit deffunt sieur Pottier curé de sainte Suzanne, pour estre lesdits lots obtés et choisis par lesdits représentants chacun en son rang et ordre suivant la coustume d’Anjou et du Maine

    suivent les 5 lots contenant des rentes obligataires etc…

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog

Sous-partage, en 3 lots, d’un cinquième de la succession de Guillaume Pottier, Angers et Céaucé 1676

Ici, j’ai une différence avec ce que les Normands ont observé, à savoir que Pierre Pottier est dit sieur de la Dennavière ou quelque chose qui y ressemble car mal écrit, mais dans tous les cas ne ressemble pas du tout à la Teillaie.

actes précédents sur cette famille :

Outre la route du clou, les Normands avaient une bonne raison de venir à Angers : le collège de Bueil

Guillaume Pottier a eu beaucoup d’héritiers collatéraux, ici les Chevalier, Saint Roc (61) et Angers 1676

Guillaume Pottier a eu beaucoup d’héritiers collatéraux, ici Louise Morin, Céaucé et Angers 1676

collection particulière, reproduction interdite
collection particulière, reproduction interdite

Voir toutes mes cartes postales de Sainte-Suzanne

Il y a 157 km de Céaucé à Angers, soit plusieurs jours de voyage à 40 km/jour distance quotidienne du cheval, il faut coucher à Angers et plusieurs nuits, et même coucher en route sans doute à Laval en le traversant. On dépense beaucoup d’argent pour toucher l’héritage !!!

A la fin de ce billet, vous avez la signature d’Henriette Pottier à la mode Normande. En effet, en Normandie tous ceux qui ne savaient pas signer mettaient leur marque, et c’est ce qu’elle a donc fait à Angers, probablement devant l’étonnement du notaire François Crosnier, peu habitué à laisser une femme qui ne sait pas écrire signer ainsi.

La totalité de ce sous partage peut être comptée, et doit avoisiner 2 000 livres ce qui mettrait la totalité des 5 lots à quelque chose comme 10 000 livres, ce qui est équivalent à la fortune de certains avocats ou équivalents. En fait la cure de Sainte Suzanne devant rapporter, et bien plus qu’il ne dépensait, et on constate que puisqu’il a créé à Angers des obligations dans les dernières années de sa vie, il ne pouvait pas vivre à Sainte Suzanne ces années là, et ceux qui sont fidèles lecteurs de ce blog savent que les curés vivant à Angers mais possesseurs d’un cure au loin, étaient très nombreux, et nous avons ceci à travers les baux à ferme des cures en question, et vous en avez déjà quelques uns sur ce blog.

Ensuite pour la fortune de ces religieux, j’ajoute que oute le revenu de la cure, ces célibataires n’avaient pas à débourser de dots aux enfants, comme c’est le cas pour tous les couples mariés, et ces dots constituaient une part importante de leur patrimoine. En conséquence, je dirais qu’un prêtre laissait à son décès plus qu’un père de famille puisque son patrimoine n’était pas amputé de dots.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E5 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 1er septembre 1676 (devant Françoys Crosnier notaire royal à Angers) Partages en 3 lotz des contrats et autres effets escheuz de la succession de deffunt vénérable et discret Me Guillaume Pottier prestre vivant curé de Sainte Suzanne à chacun de Me Jean Collin sieur de la Hemeriaye docteur en médecine en l’université d’Angers fils et héritier pour une tierce partie des biens d’Anjou et du Maine en la succession de deffunte damoiselle Madeleine Pottier de son premier mariage avec deffunt Me Jean Collin vivant sieur de la Hemeraye, honorable femme Henriette Pottier veuve de deffunt honorable homme Jean Duchesnay vivant marchand et honorable homme Georges Esnault aussi marchand comme père et tuteur naturel de Claude Esnault sa fille et de deffunte Marie Pottier sa femme, lesdites Henriette et Marie Pottie rfilles et héritières pour un tiers chacune esdits biens d’Anjou et du Maine, de ladite deffunte Madeleine Pottier de son second mariage avec deffunt Me Pierre Pottier sieur Dannevière ?? (mais pas « la Teillaye » comme donné par certaines sources), et par représentation de ladite Madeleine Pottier lesdits sieur Collin, Henriette Pottier et Esnault esdits noms héritiers pour une cinquiesme partie dudit deffunt Pottier curé de st Suzanne suivant les actes des esgallement et partages entre tous les héritiers dudit feu sieur curé passé devant Me François Crosnier notaire royal à Angers les 28, 29 août 1676, que ledit sieur Collin comme aisné en la succession de ladite Madeleine Pottier fournist et présente à ladite Henriette Pottoer et audit Esnault audit nom pour estre lesdits lots par eux obtés et choisis chacun en son rang et ordre au désir des coustumes d’Anjou et du Maine
1er lot : un contrat de constitution de la somme de 55 livres 11 sols 2 deniers de rente hyothécaire constituée pour la somme de 1 000 livres de principal audit deffunt sieur curé de ste Suzanne par Me Louis Chotard sieur de la Sablonnière par contrat passé devant ledit Crosnier notaire le 27 novembre 1656 … ; à la charge de celui qui aura le présent lot de faire de retour la somme de 114 livres à celuy ou celle qui aura le second lot, avec la rente ou intérests au denier vingt jusqu’au payement réel à compter de ce jour ladite somme payable après que l’admortissement de ladite rente aura esté fait
2ème lot : ladite somme de 114 livres de retour de parage deue par celuy ou celle qui aura le 1er lot avec la rente ou intérêt au denier vingt à compter de ce jour ladite somme payable trois jours après que l’admortissement de ladite rente aura esté fait ; Item un contrat constitué de la somme de 20 livres de rente hypothécaire constituée pour la somme de 400 livres de principal au profit de Me Zacharie Gilbert greffier commis au siège présidial dudit Angers par Me Urbain de Lalande chevalier seigneur des Plans es qualités qu’il procède passée par ledit Crosnier notaire le 30 décembre 1669 lequel Gilbert auroit recognu que ledit contrat en principal et arrérages avoit tourné audit Crosnier par son escrit privé du mesme jour dudit contrat en conséquence de quoy il auroit par ledit Crosnier esté ceddé et transporté audit feu sieur Pottier par cession passée par devant Jean Gauvreau notaire de ladite cour le 20 mai 1670 avec la somme de 53 livres 8 sols 8 deniers pour ce qui reste à payer d’arrérages de ladite rente du passé jusqu’à ce jour ; Item un autre contrat de constitution de 111 sols de rente hypothécaire constituée pour la somme de 100 livres de principal au profit dudit defunt sieur curé par Me Gillebert sieur de Chanbusson et autres passée devant ledit Crosnier notaire le 2 juin 1663, avec la somme de 12 livres 9 sols pour les arrérages de ladite rente courus depuis le 2 juin 1674 jusqu’à ce jour ; Item la somme de 32 livres un sol 3 deniers deue par Jean Piednoir Jean Fourrier et autres pour une année de la rente mentionnée au partage des biens de ladite succession situés en Normandie passé par Cireul notaire royal audit Angers le 28 août 1673 avec la somme de 174 livres 2 sols en argent contant
3ème lot : la somme de 253 livres 12 sols d’arrérages de la rente due par ledit sieur Chotard mentionné au 1er lot estant à payer des arrérages du passé jusqu’à ce jour ; Item un contrat de constitution de 15 livres de rente hypothécaire pour la somme de 300 livres de principal au profit dudit feu sieur curé par honorable femme Aubine ? Chenoir veuve de Me Joseph de la Fuye, Me François Lemaczon advocat au siège présidial d’Angers et demoiselle Anne Hiron sa femme solidairement passé par ledit Cireul notaire le 16 mai 1669 avec la somme de 31 livres 12 sols pour ce qui reste à payer de arrérages du ladite rente du passé jusqu’à ce jour ; Item la somme de 26 livres à prendre de Me Henry Pottier juge d’Ambrières qui les a receuz du nommé Michel Rossignol, Guillaume et Nicolas les Heron pour arrérages de rente mentionnés au partage passé par ledit Cireul et la somme de 276 livres 4 sols 6 deniers d’argent comptant, ainsi que le tout est escheu auxdits compartageants de la succession dudit feu sieur curé de sainte Suzanne par l’estat d’également et à condition que lesdits compartageants ne seront garends les uns vers les autres desdits contrats et autres soubz quelque prétention qu’il le puisse estre suivant et conformément audit acte d’esgalement et partage et que les grosses desdits contrats et pièces seront délivrées par ceux des compartageants auxquels ils se trouveront appartenir par l’issue de la choisie au moment d’icelle, auxquels partages ledit Collin a fait arrest par devant nous François Corsnier notaire royal audit Angers …

  • la choisie
  • Et le dit jour 1er septempre audit an 1676 après midy devant nous notaire royal susdit furent présents soubmis ledit Collin docteur en médecine demeurant en la paroisse de Céaussé province du Mayne, ladite Henriette Pottier veuve dudit Jean Duchesnay demeurant à la Tillaye paroisse dudit Céaussé, et ledit Georges esnault marchand tant en son privé nom que comme père et tuteur naturel de Claude Esnault sa fille et de deffunte Marie Potier sa femme, demeurant en la paroisse de Dampierre vicomté de Domfront en la province de Normandie desnommés au partage cy dessus et de l’autre part, lesquels après que ladite Henriette Pottier et ledit Esnault esdits noms ont recognu avoir eu congnoissance desdits partages les trouver bon et duement et également faits et estre prests de procéder à l’option et choisie d’iceux, y procédant ledit Esnault esdits noms comme plus jeune et premier fondé en ladite choisie a obté et choisi le premier desdits lot, ladite Henriette Pottier comme estant son rang et ordre de choisie a obté et choisi le troisième dedits lots, en sorte qu’il est demeuré audit sieur Collin le second desdits lots …

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog