Contrat de mariage de Zacharie Gallichon et Charlotte Bitault, Angers, 1609

Nous poursuivons l’ascencion sociale des Gallichon. Cette fois, chacun des futurs apporte plus de 10 000 livres. Cette somme est 5 fois environ le montant de la dot d’une fille d’avocat ou notaire royal à Angers.
Zacharie Gallichon est fils de Louise Moynard, dont nous parlions hier comme d’une femme de tête, assez habile pour gérer ses intérêts…

    Contrats de mariage retranscrits et analysés sur ce blog.

L’acte qui suit est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série E2558 – Voici la retranscription de l’acte, qui est une copie et non l’original : Le samedi 28 février 1609 après midy, devant nous Jullien Deille notaire royal Angers furent présents establiz et deument soubzmis noble homme maistre Zacarie Gallichon conseiller du roy et receveur général des Traictes impositions d’Anjou, filz de deffunct honnorablehomme Jehan Gallichon vivant marchant bourgeois d’Angers, et d’honnorable femme Loyse Moynard, demeurant en ceste ville paroisse de saincte Croix, et encores ladite Moynard sa mère d’une part,

    Voir ce la famille GALLICHON

damoyselle Charlotte Bitault fille de deffunctz noble homme René Bitault et damoyselle Françoyse Furet son espouze vivant sieur et dame de Beauregard, demeurante en la maison de damoyselle Renée Furet veufve feu noble Clément Allaneau vivant sieur de la Grusgerye conseiller du roy en la cour de Parlement de Bretaigne sa tante en ceste ville paroisse de sainct Denys d’autre part,

    voir l’étude de la famille Allaneau

lesquels volontairement confessant traictant du futur mariage entre ledit Gallichon et ladite Bitault avant aulcune bénédiction nuptiale avoir faict et accordé les pactions et conventions matriomoniales cy après, c’est à scavoir que ledit Gallichon prendra ladite Bitault avec tous ses droictz successifs avec convention expresse que tous les deniers qu’il recevra cy après à alle appartenant tant ceux estant en essance que don par contractz de constitutions de rente ceddules obligations en demeurera seulement audit Gallichon pour don de nopces la somme de 1 000 livres et le surplus à quelque somme qu’il se puisse monter et revenir demeure à ladit Bitault propre et de nature immeuble patrimoine et matrimoine

    le don de nopces est la part de la dot qui entre dans la communauté, et si vous avez suivi tous les contrats de mariage qui sont sur ce site, elle est de l’ordre de 10 % du montant de la dot lorsque la fortune est aisée, ce qui est le cas ici, puisque cela met le montant de la fortune de Louise Bitault à plus de 10 000 livres. J’ignore si elle a des frères et soeurs, et je ne peux donc en conclure la fortune de ses défunts parents. Si vous le savez, merci de faire signe ici.

et que ledit Gallichon et ladicte Moynard sa mère iceulx touchez et receuz par ledit Gallichon se sont obligez et ont promis chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de personnes ne de biens o renoncziation au bénéfice de division discussion et ordre de priorité et postériorité mettre et convertir en acquets d’héritaiges au profit de ladite Bitault et des siens censé ladite nature de propre en son estoc et lignée, sans que lesdits deniers immobilisez acquests en provenant ne l’action pour les avoir et demander puissent tomber en la future communaulté desdits conjoints, ains à faulte d’acquets dès à présent comme dès lors et dès lors comme dès à présent, en ont lesdits Gallichon et Moynard sa mère solidairement comme dict est vendu et constitué sur tous leurs biens à ladite Bitault ses hoirs et ayant cause rente au denier vingt qu’ils ou leurs hoirs seont tenuz rachapter et admortir deux ans après la dissolution dudit mariaige pour pareille somme que se justifiera avoir esté reçue par ledit Gallichon par-dessus ladite somme de 1 000 livres convenue luy demeurer pour don de nopces payant ladite rente depuis ladite dissolution jusques au jour dudit rachapt

et pour le regard dudit Gallichon sadite mère luy a donné et donné ledit office de receveur général des traictes d’Anjou duquel il est pourvu quicte et deschargé de tous hypotecques et outre la somme de 10 000 livres en deniers et contracts qu’elle promet fournir et bailler dans le jour de la bénédiction nuptiale desdits futurs conjoints en advancement sur la succession paternelle escheue audit Gallichon par le décès dudit feu son père sy tant monte le surplus et aulcun estoit en advancement de droictz successifs de la succession future de ladite Moynard sa mère, jusques à convenance de ladite somme de 10 000 livres, lequel office ou les deniers provenant d’iceluy et pareillement ladite somme de 10 000 livres n’entreront en ladite communaulté ains demeureront et demeurent propre et de nature immeuble audit Gallichon et les siens ensemble les autres debtes actives qui pourront luy eschoir de la succession de ladite Moynard sa mère et serai faict inventaire des meubles contractz obligations appartenant respectivement aux futurs conjoincts à la conservaiton de leurs droictz et en cas de prédécès dudit Gallichon avant ladite Moynard sa mère le douaire de ladite Bitault demeure conventionné à 300 livres par an pendant le vivant de ladite Moynard le décès de laquelle advenu et ladite Bitault la survivant l’aura entier suivant la coutume moyennant lesquelles promesses conventions dessusdites ledits futurs conjoints de l’advis et consentement de leurs proches parents et amis cy après nommez se sont promis et promettent mariaige et iceluy sollemniser en face de saincte églize catholique apostolique et romaine touttefois et quantes que l’un en sera requis par l’autre car ainsi l’ont voulu stipulé et accepté d’une part et d’autre auxquelles conventions matrimoniales et ce que dict est tenir faire et acomplir sans y vontrevenir dommaiges intérestz despens amandes se sont obligez et obligent l’un vers l’autre mesme lesdits Gallichon et Moynard à l’effect de leurs promesses et obligations en la forme prédicte chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de personnes ne de biens leurs hoirs etc renonczant etc par especial iceulx Gallichon et Moynard auxdit bénéfices de division discussion et ordre foy jugement condempnation

fait et passé audit Angers maison de ladite damoyselle de la Grugerie en présence de noble homme Zacarie Baron sieur du Vayes Pierre Desboys sieur du Puiz grand archidiacre et chanoyne en l’églize d’Angers, Loys Hamonière sieur de Mouraux advocat Angers, frère René Pottery prieur de Sainct Aulbin d’Angers, François Renoul sieur de la Riperais conseiller du roy juge des traictes d’Anjou, Charles Davoust sieur de la Marinnerie conseiller du roy au siège présidial de La Flèche, Christophle Camus et Jehan Moynard, nobles hommes Loys Bitault conseiller du roy en sa cour de parlement de Bretaigne, trésorier en l’église d’Angers, Françoys Cochelin sieur de la Coustardière, Jehan Bautru sieur des Matraitz advocat en parlement, Françoys Cochelin lesné sieur de la Coustardière, René Chetoul sieur de la Renarderye, René Hamelin sieur de Richebourg, Maurice Jary, René Paulmier advocat, Bertrand Beu sieur de la Baunnerye, Jacques Boureau sieur de la Blanchardière conseiller du roy au siège présidial d’Angers, Jacques Picquet sieur de la Maison Neufve, procureur du roy en la prevosté d’Angers, Simon de Goubiz sieur de la Rivière conseiller audit siège présidial, René Lepelletier sieur du Grignon, Jacques Bocé receveur général des traictes, Simon Poisson advocat en parlement, Charles Menard conseiller audit siège présidial d’Angers, René Leroy escuyer sieur du Mesnil, maistre Pierre Ledoisne proches parents desdits futurs conjoints pour ce présents

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog et non aller en discuter dans mon dos sur un forum ou autre blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du projet européen

Une réponse sur “Contrat de mariage de Zacharie Gallichon et Charlotte Bitault, Angers, 1609

  1. D’après la généalogie Bitault publiée par Bernard Mayaud (T12), Charlotte Bitault aurait eu un frère aîné, Jacques baptisé à Ste Croix d’Angers le 12 février 1573, dont il ne dit rien d’autre, sans doute décédé jeune. Il n’est présent ni sur le CM ni à Sainte Croix le 1er mars 1609 à 5 heure du matin (mariage religieux vue 93/331) Leur père avait acheté un charge anoblissante à la cour des comptes de Bretagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *