Insinuation du contrat de mariage d’Etienne Coursier et Françoise de Scépeaux

L’acte qui suit est extait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 1B160 insinuations – Voici la retranscription de l’acte : Sachent tous présents et advenir que le sabmedy après midy 28 mai 1605 comme propos et traité de mariage sont entre noble homme Estienne Coursier seigneur de la Richardière demeurant à sa maison seigneuriale de la Brosse paroisse de Méral d’une part,
• et damoyselle Françoyse Despeaux fille de deffuntz nobles personnes François Despeaux et de damoyselle Jacquette de La Tousche vivant sieur et dame du Couldray de la Cherbonnerye demeurant au lieu et maison seigneuriale de la Cherbonnerye paroisse de Ballotz d’autre part,
• ont esté faictz les accords et conventions de mariage telz que cy après s’ensuit pour ce est il que en la court de Craon endroit par devant nous Jehan Cherruau notaire d’icelle et y demeurant ont esté présents et personnellement establiz ledit Coursier seigneur de la Richardière et ladite Despeaux soubzmettans respectivement eux leurs hoyrs et ayant cause avecques tout et chacuns leurs biens meubles et immeubles présents et futurs quelz qu’ils soyent confesent de leurs bonnes volontez sans contrainte avoir convenu et accordé en traitant dudit mariage lequel autrement n’eust esté faict ny accomply comme cy après s’ensuict c’est à scavoir que ledit Coursier et ladite Despeaux en la présence et authorité de noble homme René Despeaux escuyer sieur du Couldray fraire (frère) aisné de ladite Françoyse Despeaux et noble homme Charles Cybel escuyer seigneur de la Robertière et de damoyselle Magdelayne des Cées sa compaignes et espouze ladite des Cées (Descrées ?)

    Voir mon étude de la famille CYBEL qui résida à La Jaillette
    Voir mon étude de la famille de Scépeaux qui résida à La Jaillette

sœur de mère de ladite Françoise et autres ses parents cy après nommez ont promis mariaige l’un à l’autre et iceluy mariaige consommer et solempniser en face de esglize quant l’un en sera requis par l’autre
• et a ledit Coursier pris et prend ladite Françoise Despeaux avecques ses droictz noms raisons et actions après le partaige faict par ledit René Despeaux à ladite Françoyse sa sœur des biens demeurez des successions de leurs deffunctz père et mère par lequel entre autres choses est demeuré à ladite Françoyse le lieu et métairie de la Fournelière en la paroisse de Saint Saturnin en ce qui en appartenoict auxdits deffunctz et 20 livres de rente que luy doibt par chacun an ledit René Despeaux au désir de leurs partaiges

    Françoise de Scépeaux, qui est cadette, a donc l’équivalent de 100 livres de rente par an environ, en comptant les revenus de la métairie. C’est une aisance comparable à celle d’un petit marchand, mais à l’abris du besoin, toutefois en vivant modestement, mais je suppose qu’Etienne Coursier possède un peu plus ? Donc, les deux fortunes ajoutées, ils ont de quoi vivre, même sans travailler…

• au parsur ledit Coursier a donné et donne par ces présentes à ladite Françoyse sa future espouze elle présente et acceptante pour elle ses hoyrs et ayant cause tous et chacuns ses meubles noms raisons actions réputez pour meubles lors de son décès à perpétuité et ses acquestz et le tiers de son patrimoine aussy à perpétuité selon le pouvoir de la coustume et au cas qu’il n’ay auroit enfants procréez de leur chair lors dudit décès ledit don des acquestz et patrimoine est par usufruit
• et aussy au cas que ledit Coursier survivroit ladite Françoyse Despeaux en ce cas ladite donnaison n’aura aulcun effect
• et a ledit Coursier aussy constitué douaire coustumier à ladite Despeaux sa future espouse cas de douaire advenant et tout ce que dessus a esté ainsy stipulé et accepté par lesdites parties
• et pour publier et registrer ces présentes partout où il appartiendra et en requérir acte ont lesdits establiz constitué et constituent le porteur ou porteurs de ces présentes leur procureur spécial et généralement de procurer pour eux tout ce que procureurs deument fondez peuvent et doibvent etc…

    il est un fait que très peu de contrats de mariage sont insinués, et je vois rarement dans les contrats de mariage des minutes des notaires cette clause prévoyant un procureur pour aller faire insinuer l’acte

• Le contrat de mariage cy dessus a esté leu et publyé en jugement la court et juridiction ordinaire de la sénéchaussée d’Anjou et siège présidial d’Angers tenant Me Françoys (blanc) auquel a esté décerné ce présent acte et ce fait a esté insignué au papier des insignuations dudit greffe pour y avoir recours quand besoing sera sonné par devant François Lanier conseiller du roy lieutenant général de Mr le sénéchal d’Angers le 27 juin 1605

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog et non aller en discuter dans mon dos sur un forum ou autre blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du projet européen d’éthique des blogueurs, disponible sur le site du Parlement européen.

4 réponses sur “Insinuation du contrat de mariage d’Etienne Coursier et Françoise de Scépeaux

  1. D’après l’abbé Angot Dictionnaire de la Mayenne, les Brosses – Méral puis Laubrières – : « le lieu de la Brosse était alors habité par h.h. Etienne Coursier sieur de la Richardière, dont la femme, Judith de la Pommerais, fut inhumée dans l’église en 1604 » (cf. RP Méral 8 novembre 1604 vue 40/86) C’est sans doute ce précédent mariage qui justifie l’insinuation. Etienne Coursier habitait la Brosse mais n’en était pas le propriétaire.

  2. Très intéressant pour situer cette famille par rapport à leurs revenus puisqu’il y aura un lien avec la famille Pellaud On trouve ce couple à Ballots :baptême de Charles 15 mai 1606,puis sur les registres de St Saturnin du Limet(53) sont qualifiés sieur et dame de la Richardière: 2 baptêmes : Estienne mars 1609, Pierre novembre 1610 Françoise décède en novembre 1611. Estienne se remarie à Noellet (49)avec.. Anne Pellaud (registre transcrit par O Halbert) le 24 /01/1613 :Un enfant Claude baptisé à St Martin du Limet le 20 mai 1614 vue17.Malheureusement Anne ,dame de la Richardière ,décède en février 1617dans cette paroisse registre vue 25.

  3. Françoise de Scepeaux avait 2 soeurs appelées Marguerite : une Marguerite qui a épousé Louis de Mordret, et une autre Marguerite mariée à Jean Chevillard seigneur de l’homeau, mon ancêtre lointaine, elle demeurait à Ballots à la charbonnerie. Je recherche des renseignements sur elles, qelqu’un saurait-il quelque chose ce sujet.
    J’admire votre travail madame, je fait des recherches depuis 1974, je respecterait votre chartre;Merci d’avance.

      Note d’Odile :

    Je vais voir dans mes tablettes si j’ai encore des actes en réserve sur la famille de Scépeaux.

  4. Dans le 8èmevolume de la collection Dugast-Matifeux léguée à la ville de Nantes, on t rouve le procès-verbal de la comparution de Marie Renée Marguerite de Scepeaux âgée de 26 ans, veuve de Charles Melchior Arthus Bonchamp 15 germinal an 2 et sa condamnation à mort le lendemain, puis la décl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *