Contrat de mariage de François Letort veuf, et Catherine Foussier, Angers, 1605

Le contrat de mariage qui suit infirme plusieurs points publiés par d’autres avant ce jour. J’ai mis les explications en exergue. Puissent les preuves préciser quelques éléments dans l’imbroglio Foussier non encore tiré très au clair.

    Contrats de mariage retranscrits et analysés sur ce blog.
Champigné, collection personnelle, reproduction interdite
Champigné, collection personnelle, reproduction interdite

L’acte qui suit est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E5 – Voici la retranscription de l’acte : Le 27 janvier 1605 après midy, traictant et acordant le mariage futur et près estre faict consommé et acomply entre honorable homme Me Françoys Letort sieur de la Gaudais advocat au siège présidial d’Angers d’une part
et honneste fille Catherine Foussier fille de honorable homme Me Jehan Foussier sieur de Hellault aussy advocat audit siège et de deffuncte honorable femme Jehanne Becquentin d’autre part

Hellault : ferme, commune de Champigné – Hesteaut (Cassini) – Hélan (Etat-Major) – Ancien fief et seigneurie relevant de Boyère, au devoir « d »un arc d’ourmeau, encornaillé des deux bouts, une flèche ferrée d’un fer barbelé et ung bouczon » (C105, f°335) – En est sieur Thomas Moyne, écuyer, qui rend aveu en 1447 pour sa « motte ancienne, son hébergement de Hellault, avec les douves d’iceulx, les jardins, pâtis, vergers ; » – n. h. Pierre Percault en 1540, Claire Hubé 1617, inhumée à Saiches le 20 novembre ; – Jean Foussier, cité par Bruneau de Tartifume parmi les « riches marchands, 1620 » (C. Port, Dict. du Maine-et-Loire, 1876)

    Jehanne Becquentin est ici orthographiée ainsi, et je n’y vois aucun R après le B.

    Son époux, père de Catherine, la future mariée, est dit « avocat » et non « apothicaire ». Certes, j’ai vu beaucoup de changements de métier voire de métiers multiples lors de mes recherches, je doute cependant de ce double métier !

    Il est dit sieur de Hellault, orthographié ainsi. La terre de Hellault aurait été apportée en dot le 17 janvier 1527 selon André Sarazin, acte que je n’ai pas vérifié et dont je n’ai pas la cote. Dans tous les cas il ne peut s’agir du mariage des parents de Catherine, dont est question ici, à savoir Jean Foussier avocat et Jeanne Bequentin, car on peut situer leur mariage fin 1555 à début 1556, en fonction des baptêmes de leurs enfants.

    Dans tous les cas, le Jean Foussier sieur de Hellault, donné par Gontard Delaunay, avocat à Angers en 1560 est bien le père de Catherine Foussier épouse de Letort sieur de la Gaudais en Armaillé.

Angers Saint Pierre, régistre paroissial communal, en ligne, site des AD49 « Le vingt et uniesme jour dudit mois de décembre an susdit (1568) fut batisée Catherine Foussier fille de Me Jehan Foussier licencié ès loix et Jehanne Becquantin son espouse parrain Me Marc Toublanc notaire royal à Angers Renée Foussier femme de Me Germain Cormerye aussy advocat et Magdeleine Dugrat veuve feu Jacques Hunauld »

    On voit donc que sur le baptême de Catherine Foussier, le père est bien avocat, comme son beau frère Cormerye, et que la mère est bien Becquantin sans R.

et auparavant que aulcune fiances ne bénédiction nuptialle ayent esté faictes et célébrées ont esté entre lesdites partyes faictz les accordz pactions et promesses de mariage qui s’ensuyvent et sans lesquelles ces présentes n’eussent esté accordées
pour ce est il que en la court du roy notre sire à Angers endroit personnellement estably ledit Me Françoys Letort demeurant en la paroisse de Saint Michel du Tertre de ceste ville d’une part et ladite Catherine Foussier demeurant avec ledit Me Jehan Foussier son père paroisse Saint Pierre de ceste ville d’autre part,

soubzmetans respectivement etc confessent et avoir ledit Letort avoir promys et promet par ces présentes prendre à femme et espouse ladite Catherine Foussier avec l’autorité voulloir et consentement de sondit père et de Me François Foussier aussy advocat audit siège et sire Marc Foussier marchant et Magdelayne Foussier ses frère et sœur et de sire Jehan Foussier marchant son oncle paternel et autres ses parents

    Madeleine, soeur de Catherine, est son aînée de 4 ans, née à Angers saint Pierre le 8 mars 1564, et on apprend ici qu’elle est vit encore en 1605, non mariée à cette date, car si elle avait été mariée l’acte ici retranscrit aurait spéficié d’abord le nom de son époux puis elle, et l’absence de mention de l’époux indique ici formellement qu’elle n’est pas mariée. Il convient donc de la préciser : † après janvier 1605. S.A.

soubzmiz a promys et promet prendre ledit Letort à mary et espoux et … sollempniser ledit mariage en face de nostre mère saincte église catholicque apostolicque et romayne sy tost que l’un en sera requis par l’autre cessans tout légityme empeschemans
en faveur duquel mariage ledit Foussier père aussy soubzmys soubz ladite court a promys et promet par ces présentes payer et bailler auxdits futurs espoux en advancement de droits successifs de ladite Catherine Foussier dedans le jour de leurs espousailles la somme de 1 500 livres tz laquelle somme ledit Letort a promys et demeure tenu mettre et employer en acquest d’héritages d’icelle valleur qui sera et demeurera censé et reputé le propre patrymoyn et matrymoine de ladite future espouse sans que ladite somme ne l’acquest qui en sera faict puisse estre cy après …
ne entrer en ladite future communauté desdits conjointz par quelque … qu’ilz facent ensemblement et à faulte de faire lesdits acquetz dedans deux ans après la récepttion desdits deniers a iceluy Letort vendu crée constitué et par ces présentes vend crée et constitué à ladite Foussier sa future espouse rente de ladite somme de 1 500 livres à raison du denier seize suyvant l’ordonnance royal qu’il a assignée et assigné sur tous et chacuns ses biens et sur chacune piece d’héritage seule et pour le tout sans que la généralité ne …puissent desroger ne préjudicier l’un à l’autre

et outre a ledit Foussier père baillé cédé et transporté et par ces présentes baille cèdde et transporte auxdits futurs conjointz aussy en advancement de droit successif de ladite Catherine le lieu et closerie de l’Estang sys en la paroisse de Champigné

    Ceci est extêmement intéressant. En effet, Jean Foussier sieur de Hellault était donné par Gontard de Launay comme étant « sieur de Hellault et de Lestang ». Le contrat de mariage de sa fille confirme ce point. Et par ailleurs, nous avons vu ci-dessus qu’il n’est fait qu’un avec l’époux de Jeanne Bequantin et que c’est lui qui est avocat à Angers.

    Il existe beaucoup de lieux du nom de l’Etang dans le dictionnaire de C. Port, mais aucun à Champigné. Il s’agit donc d’un nom de lieu disparu entre la date de 1605, qui est la date de ce contrat de mariage, et celle de 1876, qui est la date du dictionnaire de C. Port. Mes multiples recherches dans les plus vieux actes notariés ont déjà montré des disparitions de noms de lieux, et j’ai même vu avec les Pouriatz de Challain Combrée, qu’ils avaient fusionner 2 lieux pour n’en faire ensuite qu’un, ce qui avait alors entraîné la disparition de l’un des 2 noms. Je ne suis donc pas surprise dans le cas présent.

ainsy qu’il se poursuit et comporte avec les bestiaux qui sont sur ledit lieu en tant qu’il en appartenait … pour en payer par lesdits futurs conjointz aucune chose à eux baillées par advancement desdits droits successifs aux charges de payer les cens rentes et debvoirs deuz pour raison desdites choses
ensemble a ledit Foussier père promys acoustrer sadite fille d’accoustrements nuptiaux selon sa qualité et luy donner trousseau honneste et moyennant ce ledit Foussier père … de tous les droits successifs que ladite Catherine pourroyt prétendre à cause de la succession de sadite défunte mère tant en meubles qu’immeubles

et par ce que ledit Letort déclare avoir tant en argent monnoye que contrat gratieux tant pour luy que pour Jehan Jacques Letort filz mineur de luy et de ladite deffunte Perrine Ragaru sa femme 3 240 livres

    l’absence de mention d’inventaire après décès suivie de la mention du notaire, semble signifier que cet inventaire aurait été fait par un sergent royal et non par un notaire, donc qu’il n’existe aucune trace d’archives actuellement
    On apprend qu’en 1605, François Letort a un seul fils survivant, et non encore marié sinon son père aurait déjà partagé avec lui.

la moitié de laquelle somme appartient audit Letort futur espoux demeurera pareille nature et compris par… dudit Letort sans … chargé de nature … et sans qu’elle puisse entrer en ladite future communauté fors la somme de 600 livres en don de nopces qui demeurera de nature commune entre lesdits futurs conjointz
et outre a ledit Letort assis et assigné à ladite Catherine Foussier sa future espouse douayre sur tous et chacuns ses biens suyvant la coustume de ce pays et duché d’Anjou en cas de douayre advenant
dont et de tout ce que dessus lesdits parties sont demeurez d’accord et l’ont ainsy stipulé auxquels accords promesses de mariage et tout ce que dessus est dict tenyr etc obligent lesdites parties respectivement etc renonçant etc foy jugement condemnation
fait et passé en la maison dudit Foussier père audit Angers ès présence de vénérable et discret Me Pierre Garende docteur en théologie archiprêtre audit Angers et curé de … honorables hommes Me Franczoys Ma… et Me Jehan Gault cousins dudit Letort, sire Jacques Dufay marchant juge des consulz, Jacques René et Philipes les Defayes, Jehan Mytonneau, Pierre Drouet Hardouin Chartier le jeune Etienne Provost tous marchands et proches parents de ladite Catherine Foussier, noble homme Pierre Testard enquesteur au siège présidial et Me Jacques Gohory connesteable d’Angers et clerc juré au greffe de la presvoste dudit lieu, et honneste homme François Grimaudet sieur de la Crochery

Cette vue, portant les signatures du contrat de mariage de François Letort et Catherine Foussier, est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E5. Je la mets ici pour faciliter aux chercheurs l’identification des signatures qui sont la stricte représentation du clan familial, et en l’occurence, il semble que ce soit le clan Foussier, et peu du côté de François Letort.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog et non aller en discuter dans mon dos sur un forum ou autre blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du projet européen d’éthique des blogueurs, disponible sur le site du Parlement européen.

2 réponses sur “Contrat de mariage de François Letort veuf, et Catherine Foussier, Angers, 1605

  1. Je retrouve le patronyme de FOUSSIER sur lequel je travaille actuellement dans la paroisse de Thorigné –
    Je suis aussi allée consulter le travail sur Champteussé le mariage du couple LEMOINE X BOUVET

  2. Il s’agit ici du traducteur angevin de Plutarque, dont on dit dans la « Revue historique, littéraire et archéologique de l’Anjou », 1873 :

    « Un avocat d’Angers, François Le Tort, publiait vers le même temps en latin d’abord, puis en français, un choix d’extraits des traités moraux de Plutarque (3). On ne sait guère de François Le Tort que ce qu’il nous en apprend lui-même en son livre, savoir : qu’il était reçu avocat, et que précepteur domestique du fils ou des fils de François Grimaudet, il a entrepris sa publication pour l’instruction de ses élèves. Il se laisse comparer à Aristote dans des vers latins que l’aîné de ceux-ci lui adresse. Au demeurant, il n’a fait, au moins dans son premier ouvrage, que choisir des passages dans le texte de son auteur et découper ensuite en morceaux la traduction de Xylander ou les « Adversaria » de Turnèbe ».

    Dans ce contrat de mariage, d’ailleurs, on voit apparaître François Grimaudet, peut-être cet enfant qui lui dédie quelques vers…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *