Vente de boeufs de harnois et fruits pour payer des dettes, Villevêque 1591

C’est un noble qui a une dette envers un illettré mais doué en affaires, puisque la dette est de 60 écus, ce qui fait 180 livres en 1591 ! Une belle somme tout de même !
Et il paye en nature, n’ayant pas de liquidités !

Avec cette vente, je m’aperçois que la catégorie VENTES n’est pas assez spécifique, et il faudrait que je distingue les ventes de biens fonciers, les ventes de biens meubles et de fruits de récolte. Je vais d’abord tenter d’extraire les ventes foncières dans une sous-catégorie.

L’acte qui suit est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E1 – Voici la retranscription de l’acte :Le 16 août 1591 après midy en la cour du roy notre sire à Angers endroit par devant nous François Revers notaire d’icelle personnellement establis noble homme Loys de Grenoillon sieur de la Pierre demeurant à Villevesque d’une part et Simphorien Delanoe demeurant audit Villevesque lesdites parties respectivement etc confessent etc scavoir ledit de Grenoillon avoir vendu ce jour d’huy et vend par ces présentes audit Delanoe le nombre de 7 bœufs de haroys restant de présent au lieu et métayrie d’Housle et au lieu de la Barre en ladite paroisse de Villevesque lesquels 7 bœufs ledit Delanoe a dict avoir veuz et haittez et de la livraison desquels bœufs il a esté contenté,
et oultre a ledit de Grenoillon vendu audit Delanoe qui a achapté comme dessus tous et chacuns les fruits de 11 quartiers de vigne audit de Grenoillon appartenants et qui sont à présent pendant par les racines et cloux des Rouziers et de la Scottière en ladite paroisse de Villevesque et pour ceste année seulement lesdits fruits desquelles vignes ledit Delanoe a pareillement vue et haittés et s’en est contenté dont et de tout les fruits et vendanges desquelles vignes ledit Delanoe pourra faire pressouer (presser) si bon lui semble au pressouer (pressoir) dudit lieu Dousle sans qu’il soit tenu en aucuns frais ne pressouaraiges envers ledit de Grenoillon

    non seulement il faut de la paléographie, mais aussi beaucoup d’attention avec le vieux françois et le patois, car pressouer et pressouer étaient identiques sur l’acte. Donc, pratiquement, il faut se lire à haute voix, mentalement bien entendu, le texte, afin de dérouler le sens comme il convient, et cela n’est pas toujours facile !

Item vend ledit de Grenoillon audit Delanoe comme dessus les grains et avoynes estant de présent à cueilir en une pièce de terre nommé la Pasture dépendant dudit lieu Dousle
et est faite la présente vendition pour et moyennant la somme de 60 escuz sol quelle somme ledit achapteur a auparavant ces présentes solvée payée et baillée audit vendeur comme il a confessé par devant nous dont et de laquelle somme de 60 escuz ledit vendeur s’est tenu à content et bien payé et en a quité et quite ledit achapteur et ses hoirs et ayant cause
à laquelle vendition et tout ce que dessus est dit tenir et garantir comme dessus etc dommages etc oblige ledit de Grenoillon soy ses hoirs etc renonczant etc foy jugement condemnation etc
fait et passé à notre tablier Angers en présent de Michel Troublot Michel Lory et Pierre Delalande praticiens demeurant audit Angers tesmoings, et ledit Delanoe a dit ne savoir signer

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog et non aller en discuter dans mon dos sur un forum ou autre blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.