Succession de Pierre Gandon et Françoise Bodin, Le Lion-d’Angers, Saint-Martin-du-Bois, Angers 1665

Ce partage en 2 lots comprend des biens fonciers situés à Saint-Martin-du-Bois, Le Lion-dAngers, Angers et Pruniers, ainsi que quelques obligations actives, mais chacune d’un montant de 300 à 600 livres. Manifestement, cette succession n’a pas fait l’objet d’une entente parfaite entre cohéritiers car des jugements sont intervenus, et il semble que malgré ces jugements il existe encore des désaccords.

J’ai trouvé tous les actes qui sont sur ce blog, grâce à mes longues recherches. Cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E5 – Cette trouvaille ainsi que sa retranscription constituent un apport intellectuel au titre de la loi, s’agissant de textes anciens. Par ailleurs ce blog constitue une publication. Seule la copie personnelle est autorisée. La copie ou discussion ailleurs sur Internet constituent un vol de propriété intellectuelle. Voici la retranscription de l’acte :

Le 21 novembre 1665 (devant François Crosnier notaire Angers) partages et division en 2 lots des biens immeubles de la communauté de défunts Pierre Gandon vivant escuyer sieur du Quarqueron conseiller secret du roy maison et couronne de Fance et de ses finances et de damoiselle Françoise Bodin sa femme, que damoiselle Bernardine Bodin veuve de défunt noble homme Anthoine Roullain vivant sieur de la Fontaine conseiller du roy grenetier au grenier à sel de Pouancé à présent seule et unique héritière de ladite damoiselle Françoise Bodin vivante sa sœur, présente et fournit à nobles hommes René Gandon bourgeois d’Angers, Me Jean Gandon conseiller du roy contrôleur au grenier à sel de Château-Gontier, damoiselle Françoise Denyau veuve de défunt noble homme Louis Gandon vivant sieur de la Marche, qui estoit fils et unique héritier de défunt noble homme (blanc) Gandon, tant en son nom que comme mère et tutrice naturelle de damoiselles Françoise et Louise Gandon filles dudit défunt et d’elle, nobles hommes Pierre et François les Provosts aussi bourgeois de cestes ville, enfants et héritiers de défunts noble homme Pierre Provost et de damoiselle Marguerite Gandon, lesdits sieurs René, Jean et (blanc), et damoiselle Marguerite les Gandons héritiers dudit défunt sieur de Quarqueron leur frère pour estre lesdits deux lots tirés au sort entre tous lesdits copartageants tant en exécution de la sentence arbitrale rendue entre les parties le 16 mai 1662 et de l’acte passé entre elles devant nous le 1er juillet dernier, qu’en conséquence de l’appréciation qui a esté faite des héritages compris auxdits lots le 4 juin dernier et autres jours suivants, laquelle est demeurée cy attachée, le tout sous les protestations de de pourvoir par ladite damoiselle Bodin contre ledit acte pour les erreurs qui ont esté faites et sans préjudice de ses autres droits

  • 1er lot
  • le lieu et closerie du Pin composé de logements, jardin, terres, vignes, bois taillis et prés, situé en la paroisse de Pruniers et autres circonvoisines
    le lieu et métairie de la Daudinière aussi composé de logements, vergers, jardins, terres labourables, prés et autres choses en dépendant situé en la paroisse de Saint Martin du Bois
    le lieu et métairie du Percher Briand composé de logements vergers jardins terres labourables et non labourables prés et autres choses en dépendant situé en la dite paroisse de Saint Martin du Bois
    le contrat de constitution de 16 livres 10 sols 4 deniers de rente hypothécaire constitué pour 300 livres de principal par le sieur Quetin advocat en ceste ville et coobligés audit feu Gandon passé par Lory notaire de ceste cour le 4 mai 1644 avec l’arréraige à compter de la Toussaint dernière
    un autre contrat de constitution de 9 livres 7 sols 6 deniers de rente hypothécaire au denier seize constitué pour 150 livres de principal sur Urbain Chereau passé par Bechu notaire de ladite cour le 30 juin 1630 avec l’arrérage à compter de la Toussaint dernière

  • 2e lot
  • un corps de logis situé sur la Grande Rue de la Poissonnerie paroisse Saint Pierre dudit Angers, cour au derrière logements et issues en dépendant
    le lieu terre et seigneurie du Quarqueron composé de logements et pressouer, chapelle, colombier, fief, estang, terres, prés, vignes et autres choses en dépendant, situé en la paroisse du Lion d’Angers et autres circonvoisines
    le lieu et métairie de la Cherpantrye aussi composé de logements jardins terres prés et vignes aussi situé en la paroisse du Lion d’Angers et circonvoisines
    la ferme de contregarde en la monnaye de ceste ville, logements, gages et droits qui en dépendent depuis le décès de ladite damoiselle Françoise Bodin à la charge par ceux à qui demeurera le présent lot d’acquiter lesdits copartageants de toutes charges faites ou à faire pour raison dudit office de quelque nature qu’elles puissent estre, et de faire pourvoir audit office autre personne que monsieur Me François Poullain sieur de la Grée conseiller du roy au siège présidial dudit Angers qui n’en a esté pourvu que pour faire plaisir auxdits copartageants
    le contrat de constitution de rente de 33 livres 6 sols de rente hypothécaire constituée pour 600 livres de principal par damoiselle Catherine Maczon veuve Bechu selon contrat passé par Mestairie notaire de ceste cour le 22 avril 1642
    un autre contrat de constitution de pareille rente constitué pour 600 livres de principal audit défunt Gandon sur Mareau et autres passé par Lecourt notaire ce ceste ville le 19 juin
    un autre contrat de mesme rente de 33 livres 6 sols pour 600 livres aussi constitué par le sieur de Places Bourdais et autres passé par Garnier notaire de ceste vour le 3 août 1635

      au détour d’une succession qui ne me concerne pas, je trouve la trace de mon ancêtre Louis Bourdais sieur des Places, et je constate qu’il a une obligation toujours en cours depuis 60 ans, ce qui signifie que les fermes qu’il gère lui rapportent plus qu’une rente, et donc qu’il la conserve. En effet, les Bourdais, au même titre que d’autres familles, sont des gros fermiers, gérant plusieurs terres.

    un autre contrat de constitution de 16 livres 13 sols de rente hypothécaire constitué pour 300 livres de principal audit défunt par Pierre Joncheray passé par ledit Mestairie notaire le 3 juin 1642
    un autre contrat de constitution de 101 sols de rente pour 100 livres de principal par le nommé Aubry passé par (blanc)

    à la charge par lesdits copartageants de se garantir respectivement lesdites choses fors ledit office des faits du roy, ainsi et suivant la coustume
    et payer par chacun desdits lots les cens rentes charges et debvoirs seigneuriaux, féodaux et fonciers anciens et acoustumés que pourront debvoir lesdits héritages …

    auxquels lots et partages a esté fait arrest en la forme qu’ils sont par ledit sieur de Grée Poullain, frère de ladite damoiselle de la Fontaine, et fondé de sa procuration pour cest effet, passée par Caternault notaire ce ceste cour le 8 mai dernier … fait et passé audit Angers et en présence de nous François Crosnier notaire royal à Angers le 21 novembre 1665 après midy, présents Me Claude Moutat et Simon Allard praticiens demeurant Angers tesmoins

    2 réponses sur “Succession de Pierre Gandon et Françoise Bodin, Le Lion-d’Angers, Saint-Martin-du-Bois, Angers 1665

    1. -François Poullain sieur de Grée.
      E.3672.(Carton.)-8 pièces,parchemin;44 pièces,papier;2 sceaux.
      1361-1785.-POULLAIN.
      -Acquêt par Pierre Poullain,de Saumur,d’une rente de quatre boisseaux de seigle;- présentation par Etienne et Mathurine Poullain de la chapelle de Notre-Dame-de-Toute-Consolation en l’église de Quérré;-acte de mariage d’Antoine Poullain avec Bernardine Bodin;-acquêt par François Poullain,sieur de Grée,de la closerie du Pin en Feneu;-testament de Catherine Poullain;-arrêt de la Chambre royale de réformation de la noblesse de Bretagne,qui maintient Thibault Poullain,sieur de Maulny,René Poullain sieur de La Vallée,Guy Poullain,sieur de La Vallée,Mathieu Poullain,sieur de L’Isle,dans leurs privilèges de noblesse-partage de la succession d’Antoine Poullain et de Bernardine Bodin;-octroi par Madeleine de Laval,veuve de Louis d’Alongny,seigneur de la paroisse de Savennières,d’un banc dans l’église à Antoine Poullain de La Tirlière;-contrats de mariage de Guy Poullain,sieur de Grée,avec Marie Herreau;-de Germain-François Poulain,sieur de La Guerche,avec Madeleine-Guillelmine Riollan;dispenses ecclésiastiques pour le mariage de Jean-Michel Poullain,sieur de Brétignolles,avec Françoise-Perrine- de Bonétat;-acquêt par Jean Poullain d’une maison en la paroisse de Lézigné;-brevet pour Germain-François Poullain,sieur de La Guerche,de l’office de conseiller honoraire au Présidial d’Angers(avec signature autographe de Louis XV);-dispenses ecclésiastiques pour le mariage de René Poullain,sieur de La Tremblaye,avec Thérèse de L’Etoile;-de Philippe Poulain avec Françoise Souvestre;-testament d’Antoine Poullain,portant partage de ses biens entre ses enfants.
      (Série E.Titres de famille.AD de Maine et Loire.C.Port.)

    2. -La chapelle Sainte-Croix de La Roche-Foulques,fondée en 1158,par Foulques de Cleers,un des premiers seigneurs du fief de la Roche-Foulques.
      -L’enlèvement des plaques apposées sur les autels secondaires a permis de relever des inscriptions révélant le nom des donateurs:
      -Autel,côté de l’Evangile.
      « Posée par Messire Charle Poulain de la Tirliers(1)
      Prestre Docteur chanoine.
      L’église d’Angers
      Cy devant recteur
      De la célèbre université.
      La messe du lundi par ses
      Ayeuls fondé à perpétuité
      L’absolution les lundys
      de carême pareillement
      Fondée il y a plus de Deux Siècles dite soigneusement. »

      -Les armories représentées sur l’avers: »D’argent à trois têtes de cheval arraché de sable »,paraissent appartenir à la famille de La Rouvraye dont les attaches avec Soucelles ne sont pas établies.Or,d’après l’armorial de J.Denais,la famille Poulain de La Tirlière,s’armait: »D’argent à un houx arraché de sinople au franc quartier de gueules chargé d’une croix engrelée d’argent. »Il y a là une confusion qu’il serait intéressant d’élucider.
      (1) « La Tirlière »:lieu situé en la commune de Feneu,qui appartient à Antoine Poulain en 1637.Son fils,Germain-François,fut maire d’Angers en 1733-1737.Charles était un de ses parents.
      (Soucelles baronnie d’Anjou.Louis Maucourt.)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.