Les paroissiens de Paimpol en Bretagne doivent 1 800 livres de munitions, Angers 1603

et cet acte est un accord entre les créanciers.
J’ignore pour quelle raison militaire les Paimpolais avaient eu recours à ces munitions ! En tout cas, la somme est relativement importante.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E121 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Cet acte est très abimé, et j’ai fait ce que j’ai pu. Je vous ai laissé une vue sur l’état de l’acte sous les signatures, mais le reste était dans un était pire.
Le 25 juin 1603 après midy, par devant nous Jullien Deille notaire royal Angers fut présent Jehan Amyot escuyer sieur de Xainctonge demeurant en la ville de Rennes
lequel duement estably et soubzmis soubz ladite cour ses hoirs etc confesse combien que ce jourd’huy et présentement Jehan Pierres aussi escuyer sieur des Heus ? luy aict cédé l’action et droit qu’il a à l’encontre des paroissiens et obligés de la ville de Paimpol en Bretagne pour la restitution et représentation des camus/canins ? pouldres et autres munitions de guerre mentionnées en l’acte de ce faict au poyement de la somme de 1 800 escuz pour la valeur d’icelles au désir dudit acte
que néanmoins la vérité est que ledit sieur des Heues doibt seulement audit Amyot la somme de 800 livres et le surplus montant (acte mangé sur 2 lignes) ce jourd’huy qu’avant ce jour (effacé) estre deu chacune chose (effacé) l’autre paiée audit sieur des Heues … faite par ledit acte de cession pour ces dites causes promet le dit Amyot après s’estre rembourrsé desdits 1 500 livres à luy … d’en paié lesdits despens pour les causes raportées par ladite cession, au mesme temps qu’il aura receu le parsus suyvant ladite cession ou autrement par accord et composition et randre audit sieur des Heues sur ce déduit les frays qu’il fera en exécution de ladite cession ou cas qu’il n’en fust paié par sesdits débiteurs,
luy donnant ledit sieur des Heues à ce présent et soubzmis pouvoir d’accorder et composer de ladite caution et debte en ce qui en excède ladite somme de 1 500 livres à luy deue à tel prix et condition qu’il (effacé) ledit sieur des Heues (effacé) simple sans autre preuve ne vérification au contraire et faire cesser toutes oppositions qui pourroient intervenir à l’occassion
et où il ne peust estre paié en tout entièrement de ladite somme de 1 500 livres et à deffault de ce faire la luy randre et rembourser toutefois et quantes par mesme hypothèque qu’il a retenu en l’assignation avecq tous intérestz frays et despens jusques au jour de ladite restitution remboursement et pour l’eécution des présentes et ce qui en despend sera le contrevenant poursuivi de leur consentement en la cour de Rennes ou siège d’Angers au choix du poursuyvant et requérant comme par devant ses juges naturels renonçant à tous … à ce contraires elleu domicile scavoir ledit Amyot (3 lignes effaccées) Franchet sieur de la Cherbonniere et ledit Pierres en la maison de Me Jehan Moullin procureur audit parlement de Bretagne et en ceste ville maison de Me Robert Bouyer aussi advocat pour y estre, et en chacun d’iceulx, faict tous exploits de justice comme à leurs propres personnes ou domiciles naturels
et à ce tenir obligent etc foy jugement condemnation etc
fait et passé à Angers maison dudit Franchet procureur lesdits Franchet et Bouyer et Jacques Berthe tesmoins

Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie >partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.