Etat des maisons détruites à Clisson pendant la guerre de la Vendée en 1794

Vous avez déjà sur mon site cet état des maisons détruites en 1794 à Clisson, mais je l’ai encore retappé ce jour pour vous le proposer 1/ en ordre alphabétique des propriétaires 2/ en ordre décroissant du prix après reconstruction, et des maisons non reconstruites.
Il y a au total 360 maisons détruites, dont 220 seulement sont reconstruites. Parmi les maisons reconstruites une bonne trentaine ne sont qu’écurie, grenier ou partie en masure. Peu de propriétaires ont reconstruit plus cher que la maison détruite, et l’immense majorité a reconstruit à prix identique, si tant est que l’estimation avant destruction soit crédible, car ce prix est manifestement une pure déclaration du propriétaire.
Voici la source : CLISSON et ses MONUMENTS Etude historique et archéologique PAR le Comte PAUL DE BERTHOU, 1910 (ouvrage de ma bibliothèque personnel que j’avais autrefois bénévolement mis en ligne)

LISTE DES MAISONS INCENDIÉES A CLISSON Etat des maisons détruites à Clisson pendant la guerre de la Vendée (Archives de Nantes. Série R. Affaires militaires modernes. Primes à la reconstruction). Certifié véritable en mairie de Clisson, le 7 juillet 1812. Le maire, BOURNEUIL.
Vu pour être transmis à M. le préfet, à Nantes, le 26 décembre 1812.
Le conseiller de préfecture, HAUMONT

Ordre alphabétique des propriétaires

propriétaire valeur avant reconstruction valeur après
Alard héritiers 400 non
Alard, de Nantes 2 400 non
Albert Louis 3 200 1807 4 000
Albert veuve 600 1797 600
Albert veuve 1 500 1797 1 500
Albert, boucher 800 non
Aubin 600 1810 600
Aubin héritiers 6 000 non
Aubron, de Nantes 2 000 1798 2 000
Audap 300 1802 300 écurie
Audap 300 non
Audap, de Nantes 600 non buanderie
Audineau père 300 1807 300
Audineau veuve 2 000 non
Audineau, teinturier 3 000 1804 3 000
Augereau François 800 1801 800
Bahuaud 800 1797 800
Bahuaud 700 1810 700
Bahuaud Joseph 800 non
Barbotin héritiers 2 000 non
Barbotin, veuve 3 000 1796 3 000
Baron, d’Asson 2 000 1802 2 000
Barreau 1 800 1801 3 000
Bastard René 1 500 1797 1 500
Baudrit René 1 000 1800 400 partie en masure
Baudry Stanislas 8 000 non
Béliard Jacques 600 1799 600
Beliard, Bâtard, etc. 35 000 1796 15 000 moulins et maisons à Jarvaud en partie reconstruits
Belliard 3 000 non
Belliard François 700 non
Belliard François 600 non
Belliard François 600 non
Belliard veuve 600 non
Belorde 800 1807 700
Belorde Beaupreau 600 1800 600
Belroche héritiers 500 non
Belroche veuve 2 500 1806 2 500
Berthomé François 5 600 1806 5 600
Bertin Bernard 3 000 1801-1806 2 600
Bertin Bernard 500 non
Bertin veuve 600 non
Bertin veuve 2 400 non
Bissuel Antoine 4 000 1809 6 000
Bissuel Antoine 1 000 non
Blanloeil, boulanger 1 400 1812 1 400 en reconstruction
Blineau fille 300 non
Bouchaud Hilaire 900 1805 900
Bouchaud Hilaire 500 non
Bouchaud René 1 000 non
Bouchaud veuve 400 non
Bouchaud veuve 300 non
Boulleau 2 000 1811 3 000
Bourdet héritiers 400 non
Bournaud, marchand 3 000 1802 2 500
Bourneuil 1 200 non
Bouteiller fille 600 1808 600
Boutillier Pierre 800 1812 600
Boutillier Pierre 800 non
Boutillier, du Landais 7 000 1811 600 en reconstruction
Bouvet, fripier 2 000 1800 2 000
Boyer héritiers 400 1803 400
Branger héritiers 600 non
Brebion François 400 non
Brebion François 400 non
Brossard, vitrier 3 000 1804 3 000 2 maisons
Brunelière 600 1807 600
Bujat, sabotier 2 000 1807 1 000 moitié masures
Bureau Jean-Baptiste 6 000 non
Bureau Robinière 2 400 non
Bureau Robinière 10 000 1807 10 000
Bureau, notaire 6 000 non
Caucal Paul 200 1807 600
Caucal Paul 2 400 non
Caucal Paul 500 1809 500 hangar
Chaillou René 500 non
Chardonneau François 500 non
Chardonneau François 700 1807 700
Charuaud Jean 200 1805 200
Châtelier héritiers 500 non
Châtellier 400 1810 540
Chevalier Jacques 100 non
Chifoleau Jean 800 non
Chifoleau Jean 2 000 1800 2 000
Chiron François, Brebionnière 240 1808 240
Chiron Mathias 500 non
Chollet Julien 240 1811 240
Chollet, menuisier 800 1811 900
Clericeau Joseph 3 000 1809-1811 4 000
Clisson Gabriel 300 non
Clisson Gabriel 12 000 1803 12 000 les murs existaient
Clisson Gabriel 2 000 non
Clisson Gabriel 6 000 1802 6 500
Clisson veuve 800 1811 800 couverte seulement
Clisson veuve 500 non
Clisson, notaire 5 000 non
Cognard, à Nantes 800 non
Coignard, à Nantes 800 non
Corbet Jean 3 000 1802 2 000
Couillaud, cabaretier 600 non
Couprie veuve 600 1812 800
Couraud veuve 1 000 non
Coutau Jacques 400 non
Couteau fils 800 1812 800 en reconstruction
Couteau père 2 000 1797 3 000
Crabit Pierre 200 1811 300
Dabin Pierre-Louis 8 000 non
de Surgère veuve 3 000 non
Defontaine veuve 2 000 1798 2 000
Deloumeau veuve 1 500 non
Deloumeau veuve 3 000 1797 2 000 partie en masure
Deniaud François 300 1800 300
Devieux héritiers 500 non
Devieux héritiers 600 non
Devieux héritiers 500 non
Devieux héritiers 500 non
Douillard Beaulieu 2 000 non
Douillard Beaulieu 400 1810 400
Douillard Beaulieu 300 non
Douillard Gui-Michel 12 000 1807-1811 10 000 en reconstruction
Douillard Gui-Michel 4 000 1811 2 000 pour partie en reconstruction
Douillard Gui-Michel 4 000 non
Douillard Gui-Michel 12 000 1800 3 000 couverte en 1800
Douillard Gui-Michel 120 non
Douillard Gui-Michel 2 000 non
Douillard Gui-Michel 700 1804 700
Droneau veuve 8 000 1798 6 000 brulée à moitié
Duboueix Michel 10 000 non
Duboueix Michel 1 500 non
Duboueix Michel 800 1801 800
Dugast héritiers 200 non
Dugast Honoré 800 1801 800
Dugast Olivier 300 1798 300
Dupouet veuve 8 000 1797 8 000
Duret héritiers 700 non
Dutemple François 2 000 1796 2 000
Dutemple François 600 1810 600
Dutemple Jean 3 000 non
Dutemple, boucher 1 500 1798 1 500
Eglise paroissiale 60 000 1806 40 000 les murs existaient
Emeriaud, charpentier 800 1810 800
Esseau François 1 800 1810 3 000
Esseau Joseph 800 non
Esseau Joseph 400 1797 500
Ferré-Prou 300 1807 500
Fonteneau, veuve 450 1796 450
Fonteneau, veuve 800 1807 500 partie en masure
Fougnot Antoine 1 000 non
Fougnot Antoine 7 200 1803 7 000 3 maisons réunies
Fougnot Antoine 2 000 non
Foulonneau veuve 800 non
Fournier veuve 1 200 1806 2 000
Fournier veuve 2 500 1799 2 500
Gaborit 700 1797 700
Gaborit veuve 300 non
Gaborit veuve 3 000 non
Gaborit, de la Chapelle 2 000 1811-1812 2 000 2 maisons
Gaillard Consant 700 non
Gareau héritiers 600 1809 600
Gautier 600 1799 600
Gautreau, jardinier 1 000 1806 2 000
Gautret François 300 non
Gautret François 4 000 non
Gautret François 500 non
Gautret François 500 non
Gautret François 500 non
Gautret veuve 800 non
Gautret veuve 400 1807 400 grenier à bois
Gautret veuve 1 200 1796 1 200
Gautret veuve 2 400 1798 3 800
Gautret veuve 650 non
Gautret veuve 600 non
Gautret, boulanger 4 000 1796 4 000
Gautret, boulanger 3 000 non
Girardeau Pierre 600 1808 600
Girardeau Pierre 300 1812 400 en reconstruction
Gogué Alexis 1 000 1798 1 700
Gogué demoiselles 2 400 1804 2 400
Gogué et Guérin 4 000 1798 2 400 2 maisons à moitié brûlées
Gogué François 8 000 en partie 1798,1804 7 000 partie encore masure
Gogué héritiers 600 non
Gogué, Joseph 2 000 1801 2 000
Gogué, quincailler 400 1802 400
Gogué-Guérin 600 1809 600
Gouraud Gabriel 2 000 1804-1809 2 600
Gouraud jeune 1 800 1810 500 partie en masure
Gouraud veuve 600 1802 600
Gouraud veuve 600 non
Gouraud, boulanger 300 1805 300
Gouraud, jardinier 1 000 1805 1 500
Gouraud, jardinier 800 1799 1 000
Gouvernement (le) 2 000 non
Goyandeau 650 1797 650
Grassal, à Nantes 2 000 non
Grégoire, sellier 800 non
Grégoire, sellier 1 100 1799 1 500
Grégoire, sellier 2 000 1805 2 000
Grelier Julien 600 1802 600
Grelier Julien 800 1800 800
Grelier veuve 600 1805 600
Grelier veuve 500 non
Grenouilleau Augustin 1 200 1800 600 partie en masure
Grenouilleau Augustin 1 500 non
Grenouilleau Jacques 4 000 1796 4 000
Grenouilleau Pierre 800 non
Grenouilleau Pierre 3 000 1808 3 000
Grenouilleau veuve 3 000 1797 3 000
Guérin et Bousseau 3 000 non
Guérin Joseph 2 000 non
Guérin Louis 600 1807 600
Guibert veuve, de Fouques 500 non
Guichet Louis 500 1809 500
Guichet René 500 non
Guicheteau François 300 non
Guilbaud Jacques 1 300 1808 1 500
Guilbaud Jacques père 600 1808 600
Guyot Yves 3 000 1799-1811 4 800 2 maisons
Guyot Yves 2 000 1804 2 400
Halereau Julien 800 1802 700
Hardouin Julien 1 000 1806-1811 1 000 écurie et grenier
Hervouet 600 1799 600
Heulin Joseph 240 non
Honoré, de Vallet 8 000
Hôpital de Clisson 50 000 1811-1812 40 000 en reconstruction
Hospice de Clisson 2 400 non
Hospice de Nantes 300 1798 300 portion de grenier
Hupé veuve 400 non
Huteau, meunier 900 1799 900
Jacquet, marchand 2 000 1809 1 000 moitié masures
Jacquet, marchand 2 000 1797 2 000 en partie brûlée
Jacquet, marchand de bœufs 3 000 1808 2 000 partie en masure
La Roque 2 000 1795 2 500
la Triboulle (de) 3 000 non
Lambourg Jean 13 000 1800-1807 13 000 4 maisons
Laroque et consorts 600 1798 600
Le Merle héritiers 600 non
Le Roux François 2 000 1806 800 partie encore en masure
Le Simple 2 400 1812 4 000 en reconstruction
Le Simple Jean 800 1798 800
Le Sueur 50 non
Lefièvre veuve 4 000 1797 5 000 brulée à moitié
Lefièvre veuve 5 000 1798 5 000 brulée à moitié
Lefort Eulalie 3 000 1802,1811 2 500
Lefort Eulalie 300 non
Lefort Eulalie 1 500 non
Lefort Eulalie 1 500 1804 2 000
Lefort Jean héritiers 2 000 non
Lefort, de Nantes 3 000 1808 3 000
Lemot Frédéric non château de Clisson
Leroy, jardinier 2 000 1809 2 000
Levron Jean 300 non
Levron père 3 000 1797 3 000
Loiret Jean, Brebionnière 300 1810 300
Loiret, maréchal 1 200 1797 1 200
Loiseau Esprit 800 1897 900
Lormière héritiers 4 000 non
Luneau François 600 1799 600
Luneau François 3 000 1803 3 000
Luneau François 800 1801 800
Luneau François 500 non
Lussaud Pierre 800 1808 800
Mabit A. 1 800 1799 1 800
Mabit Suardière 1 000 1799 1 000
Mabit veuve 900 1797 900
Mabit, boulanger 1 500 1805 2 500
Maeteau Pierre 600 non
Maillard Mathurin 400 non
Maindron Mathurin 2 000 1806 800 majeure partie en masure
Marson 15 000 1799 10 000 plusieurs maisons, moulin
Martin 1 500 1798 1 500
Massicot Berengerie 1 400 non
Massicot Berengerie 4 000 non
Massicot Berengerie 3 000 non
Massicot Berengerie 800 non
Massicot demoiselles 4 000 non
Méchinaud et Proveau 1 000 non
Méchinaud Jean-François 1 000 non
Méchinaud Julien 800 1805 1 500
Méchinaud Julien 800 1799 1 000
Méchinaud Louise 400 1812 1 200 en reconstruction
Méchinaud Pierre 1 000 1797 1 000
Méchinaud Pierre 4 000 1797 5 000
Méchinaud veuve 900 1807 1 200
Ménager Jean-Baptiste 1 200 1801 1 200
Ménager veuve 800 1796 600
Ménager veuve 2 000 1798 1 000 moitié masures
Ménard veuve 6 000 non
Ménard veuve 3 000 1800 4 400
Ménard, sarger 300 non
Mérand Pironnière 300 non
Mérand Pironnière 2 400 1804 2 400
Merseron 5 000 non moulin à bled du château
Michaud Pierre 900 non
Minguet Louis 5 000 1799-1807 5 000
Minguet Louis 20 000 1808-1811 12 000 4 maisons en reconstruction
Moreau 1 800 1810 1 800
Moreau 1 200 non
Moreau héritiers 2 000 1802 3 000
Nicolleau Philippe fils 1 500 1800 1 500
Nicolleau Philippe fils 2 000 1812 2 000 en reconstruction
Nicolleau Philippe père 3 000 1798 3 900
Onillon Jacques 200 non
Onillon Jacques 1 500 1809 1 500
Onillon veuve 1 000 1797 1 000
Ouvrard héritiers 1 500 non
Papin, tanneur 600 1800 600
Papin, tanneur 1807 7 000 ancien couvent des Cordeliers
Pasquereau 900 1797 1 000
Pasquereau Jean 1 000 1797 1 000
Pasquereau veuve 300 1797 300
Paviot frères 7 000 non
Paviot héritiers 400 non
Paviot, notaire 1807 15 000 ancien couvent des Cordeliers
Pellerin et Bertin veuve 2 000 non
Pellerin Jean 2 500 1797 2 500
Peltier Honoré 2 500 non
Peltier Honoré 18 000 1797 9 000 moitié masures
Péneaud 600 1799 600
Pépin Poultrière 7 000 non
Péreire héritiers 800 non
Perraud Pierre 3 000 1798 4 400
Perraud Pierre 1 000 1807 4 500 2 maisons
Perraud Pierre 600 1812 300 en reconstruction
Petit 700 1804 700
Piou Jacques 8 000 1798 5 000 2 maisons
Praud 700 1810 700
Praud François 400 1810 450
Prou François 400 1809 400
Racineux Augustin 1 500 1798 1 500
Racineux Augustin 450 1809 450
Racineux, meunier 900 1797 900
Renaud veuve 2 400 non
Renaudin 1 600 non
Rigaud 800 1800 1 000
Ripoche Jean 600 1800 600
Ripoche Jean 300 non
Ripoche père 800 1807 900
Robert 6 000 1797 3 000
Robert héritiers 600 non
Robert héritiers 1 500 1798 1 500
Robert Pierre 400 1800 400
Roger Joseph 800 800 en reconstruction
Roger Joseph 2 400 1807 2 400
Rousselot François 1 000 1797 2 400
Rousselot Julien 900 1797 900
Rousselot Julien 600 non
Rousselot Julien 3 000 1800 3 000
Salmon 1 200 1808 2 000
Sauvaget aîné 5 000 1800 5 000
Sauvaget Louis 1 200 1808 1 200
Seyeux héritiers 1 000 non
Subileau 600 1811 600
Surgère (de) veuve 5 000 en partie 1811 3 000 partie encore masure
Thibault fille 500 1810 500
Thibault veuve 600 1808 600
Thiébaud Charles 1 500 non
Valentin, à Paris 40 000 1811-1812 40 000 ancien couvent des Bénédictines
Viaud, marchand 700 1794 400
Viaud, maréchal 2 000 1797 2 000
Vigier Antoine 800 1812 800 en reconstruction

Ordre croissant du prix des maisons après reconstruction

propriétaire valeur avant reconstruction valeur après
Charuaud Jean 200 1805 200
Chiron François, Brebionnière 240 1808 240
Chollet Julien 240 1811 240
Audap 300 1802 300 écurie
Audineau père 300 1807 300
Crabit Pierre 200 1811 300
Deniaud François 300 1800 300
Dugast Olivier 300 1798 300
Gouraud, boulanger 300 1805 300
Hospice de Nantes 300 1798 300 portion de grenier
Loiret Jean, Brebionnière 300 1810 300
Pasquereau veuve 300 1797 300
Perraud Pierre 600 1812 300 en reconstruction
Baudrit René 1 000 1800 400 partie en masure
Boyer héritiers 400 1803 400
Douillard Beaulieu 400 1810 400
Gautret veuve 400 1807 400 grenier à bois
Girardeau Pierre 300 1812 400 en reconstruction
Gogué, quincailler 400 1802 400
Prou François 400 1809 400
Robert Pierre 400 1800 400
Viaud, marchand 700 1794 400
Fonteneau, veuve 450 1796 450
Praud François 400 1810 450
Racineux Augustin 450 1809 450
Caucal Paul 500 1809 500 hangar
Esseau Joseph 400 1797 500
Ferré-Prou 300 1807 500
Fonteneau, veuve 800 1807 500 partie en masure
Gouraud jeune 1 800 1810 500 partie en masure
Guichet Louis 500 1809 500
Thibault fille 500 1810 500
Châtellier 400 1810 540
Albert veuve 600 1797 600
Aubin 600 1810 600
Béliard Jacques 600 1799 600
Belorde Beaupreau 600 1800 600
Bouteiller fille 600 1808 600
Boutillier Pierre 800 1812 600
Boutillier, du Landais 7 000 1811 600 en reconstruction
Brunelière 600 1807 600
Caucal Paul 200 1807 600
Dutemple François 600 1810 600
Gareau héritiers 600 1809 600
Gautier 600 1799 600
Girardeau Pierre 600 1808 600
Gogué-Guérin 600 1809 600
Gouraud veuve 600 1802 600
Grelier Julien 600 1802 600
Grelier veuve 600 1805 600
Grenouilleau Augustin 1 200 1800 600 partie en masure
Guérin Louis 600 1807 600
Guilbaud Jacques père 600 1808 600
Hervouet 600 1799 600
Laroque et consorts 600 1798 600
Luneau François 600 1799 600
Ménager veuve 800 1796 600
Papin, tanneur 600 1800 600
Péneaud 600 1799 600
Ripoche Jean 600 1800 600
Subileau 600 1811 600
Thibault veuve 600 1808 600
Goyandeau 650 1797 650
Bahuaud 700 1810 700
Belorde 800 1807 700
Chardonneau François 700 1807 700
Douillard Gui-Michel 700 1804 700
Gaborit 700 1797 700
Halereau Julien 800 1802 700
Petit 700 1804 700
Praud 700 1810 700
Augereau François 800 1801 800
Bahuaud 800 1797 800
Clisson veuve 800 1811 800 couverte seulement
Couprie veuve 600 1812 800
Couteau fils 800 1812 800 en reconstruction
Duboueix Michel 800 1801 800
Dugast Honoré 800 1801 800
Emeriaud, charpentier 800 1810 800
Grelier Julien 800 1800 800
Le Roux François 2 000 1806 800 partie encore en masure
Le Simple Jean 800 1798 800
Luneau François 800 1801 800
Lussaud Pierre 800 1808 800
Maindron Mathurin 2 000 1806 800 majeure partie en masure
Roger Joseph 800 800 en reconstruction
Vigier Antoine 800 1812 800 en reconstruction
Bouchaud Hilaire 900 1805 900
Chollet, menuisier 800 1811 900
Huteau, meunier 900 1799 900
Loiseau Esprit 800 1897 900
Mabit veuve 900 1797 900
Racineux, meunier 900 1797 900
Ripoche père 800 1807 900
Rousselot Julien 900 1797 900
Bujat, sabotier 2 000 1807 1 000 moitié masures
Gouraud, jardinier 800 1799 1 000
Hardouin Julien 1 000 1806-1811 1 000 écurie et grenier
Jacquet, marchand 2 000 1809 1 000 moitié masures
Mabit Suardière 1 000 1799 1 000
Méchinaud Julien 800 1799 1 000
Méchinaud Pierre 1 000 1797 1 000
Ménager veuve 2 000 1798 1 000 moitié masures
Onillon veuve 1 000 1797 1 000
Pasquereau 900 1797 1 000
Pasquereau Jean 1 000 1797 1 000
Rigaud 800 1800 1 000
Gautret veuve 1 200 1796 1 200
Loiret, maréchal 1 200 1797 1 200
Méchinaud Louise 400 1812 1 200 en reconstruction
Méchinaud veuve 900 1807 1 200
Ménager Jean-Baptiste 1 200 1801 1 200
Sauvaget Louis 1 200 1808 1 200
Blanloeil, boulanger 1 400 1812 1 400 en reconstruction
Albert veuve 1 500 1797 1 500
Bastard René 1 500 1797 1 500
Dutemple, boucher 1 500 1798 1 500
Gouraud, jardinier 1 000 1805 1 500
Grégoire, sellier 1 100 1799 1 500
Guilbaud Jacques 1 300 1808 1 500
Martin 1 500 1798 1 500
Méchinaud Julien 800 1805 1 500
Nicolleau Philippe fils 1 500 1800 1 500
Onillon Jacques 1 500 1809 1 500
Racineux Augustin 1 500 1798 1 500
Robert héritiers 1 500 1798 1 500
Gogué Alexis 1 000 1798 1 700
Mabit A. 1 800 1799 1 800
Moreau 1 800 1810 1 800
Aubron, de Nantes 2 000 1798 2 000
Baron, d’Asson 2 000 1802 2 000
Bouvet, fripier 2 000 1800 2 000
Chifoleau Jean 2 000 1800 2 000
Corbet Jean 3 000 1802 2 000
Defontaine veuve 2 000 1798 2 000
Deloumeau veuve 3 000 1797 2 000 partie en masure
Douillard Gui-Michel 4 000 1811 2 000 pour partie en reconstruction
Dutemple François 2 000 1796 2 000
Fournier veuve 1 200 1806 2 000
Gaborit, de la Chapelle 2 000 1811-1812 2 000 2 maisons
Gautreau, jardinier 1 000 1806 2 000
Gogué, Joseph 2 000 1801 2 000
Grégoire, sellier 2 000 1805 2 000
Jacquet, marchand 2 000 1797 2 000 en partie brûlée
Jacquet, marchand de bœufs 3 000 1808 2 000 partie en masure
Lefort Eulalie 1 500 1804 2 000
Leroy, jardinier 2 000 1809 2 000
Nicolleau Philippe fils 2 000 1812 2 000 en reconstruction
Salmon 1 200 1808 2 000
Viaud, maréchal 2 000 1797 2 000
Gogué demoiselles 2 400 1804 2 400
Gogué et Guérin 4 000 1798 2 400 2 maisons à moitié brûlées
Guyot Yves 2 000 1804 2 400
Mérand Pironnière 2 400 1804 2 400
Roger Joseph 2 400 1807 2 400
Rousselot François 1 000 1797 2 400
Belroche veuve 2 500 1806 2 500
Bournaud, marchand 3 000 1802 2 500
Fournier veuve 2 500 1799 2 500
La Roque 2 000 1795 2 500
Lefort Eulalie 3 000 1802,1811 2 500
Mabit, boulanger 1 500 1805 2 500
Pellerin Jean 2 500 1797 2 500
Bertin Bernard 3 000 1801-1806 2 600
Gouraud Gabriel 2 000 1804-1809 2 600
Audineau, teinturier 3 000 1804 3 000
Barbotin, veuve 3 000 1796 3 000
Barreau 1 800 1801 3 000
Boulleau 2 000 1811 3 000
Brossard, vitrier 3 000 1804 3 000 2 maisons
Couteau père 2 000 1797 3 000
Douillard Gui-Michel 12 000 1800 3 000 couverte en 1800
Esseau François 1 800 1810 3 000
Grenouilleau Pierre 3 000 1808 3 000
Grenouilleau veuve 3 000 1797 3 000
Lefort, de Nantes 3 000 1808 3 000
Levron père 3 000 1797 3 000
Luneau François 3 000 1803 3 000
Moreau héritiers 2 000 1802 3 000
Robert 6 000 1797 3 000
Rousselot Julien 3 000 1800 3 000
Surgère (de) veuve 5 000 en partie 1811 3 000 partie encore masure
Gautret veuve 2 400 1798 3 800
Nicolleau Philippe père 3 000 1798 3 900
Albert Louis 3 200 1807 4 000
Clericeau Joseph 3 000 1809-1811 4 000
Gautret, boulanger 4 000 1796 4 000
Grenouilleau Jacques 4 000 1796 4 000
Le Simple 2 400 1812 4 000 en reconstruction
Ménard veuve 3 000 1800 4 400
Perraud Pierre 3 000 1798 4 400
Perraud Pierre 1 000 1807 4 500 2 maisons
Guyot Yves 3 000 1799-1811 4 800 2 maisons
Lefièvre veuve 4 000 1797 5 000 brulée à moitié
Lefièvre veuve 5 000 1798 5 000 brulée à moitié
Méchinaud Pierre 4 000 1797 5 000
Minguet Louis 5 000 1799-1807 5 000
Piou Jacques 8 000 1798 5 000 2 maisons
Sauvaget aîné 5 000 1800 5 000
Berthomé François 5 600 1806 5 600
Bissuel Antoine 4 000 1809 6 000
Droneau veuve 8 000 1798 6 000 brulée à moitié
Clisson Gabriel 6 000 1802 6 500
Fougnot Antoine 7 200 1803 7 000 3 maisons réunies
Gogué François 8 000 en partie 1798,1804 7 000 partie encore masure
Papin, tanneur 1807 7 000 ancien couvent des Cordeliers
Dupouet veuve 8 000 1797 8 000
Peltier Honoré 18 000 1797 9 000 moitié masures
Bureau Robinière 10 000 1807 10 000
Douillard Gui-Michel 12 000 1807-1811 10 000 en reconstruction
Marson 15 000 1799 10 000 plusieurs maisons, moulin
Clisson Gabriel 12 000 1803 12 000 les murs existaient
Minguet Louis 20 000 1808-1811 12 000 4 maisons en reconstruction
Lambourg Jean 13 000 1800-1807 13 000 4 maisons
Beliard, Bâtard, etc. 35 000 1796 15 000 moulins et maisons à Jarvaud en partie reconstruits
Paviot, notaire 1807 15 000 ancien couvent des Cordeliers
Eglise paroissiale 60 000 1806 40 000 les murs existaient
Hôpital de Clisson 50 000 1811-1812 40 000 en reconstruction
Valentin, à Paris 40 000 1811-1812 40 000 ancien couvent des Bénédictines
Alard héritiers 400 non
Alard, de Nantes 2 400 non
Albert, boucher 800 non
Aubin héritiers 6 000 non
Audap 300 non
Audap, de Nantes 600 non buanderie
Audineau veuve 2 000 non
Bahuaud Joseph 800 non
Barbotin héritiers 2 000 non
Baudry Stanislas 8 000 non
Belliard 3 000 non
Belliard François 700 non
Belliard François 600 non
Belliard François 600 non
Belliard veuve 600 non
Belroche héritiers 500 non
Bertin Bernard 500 non
Bertin veuve 600 non
Bertin veuve 2 400 non
Bissuel Antoine 1 000 non
Blineau fille 300 non
Bouchaud Hilaire 500 non
Bouchaud René 1 000 non
Bouchaud veuve 400 non
Bouchaud veuve 300 non
Bourdet héritiers 400 non
Bourneuil 1 200 non
Boutillier Pierre 800 non
Branger héritiers 600 non
Brebion François 400 non
Brebion François 400 non
Bureau Jean-Baptiste 6 000 non
Bureau Robinière 2 400 non
Bureau, notaire 6 000 non
Caucal Paul 2 400 non
Chaillou René 500 non
Chardonneau François 500 non
Châtelier héritiers 500 non
Chevalier Jacques 100 non
Chifoleau Jean 800 non
Chiron Mathias 500 non
Clisson Gabriel 300 non
Clisson Gabriel 2 000 non
Clisson veuve 500 non
Clisson, notaire 5 000 non
Cognard, à Nantes 800 non
Coignard, à Nantes 800 non
Couillaud, cabaretier 600 non
Couraud veuve 1 000 non
Coutau Jacques 400 non
Dabin Pierre-Louis 8 000 non
de Surgère veuve 3 000 non
Deloumeau veuve 1 500 non
Devieux héritiers 500 non
Devieux héritiers 600 non
Devieux héritiers 500 non
Devieux héritiers 500 non
Douillard Beaulieu 2 000 non
Douillard Beaulieu 300 non
Douillard Gui-Michel 4 000 non
Douillard Gui-Michel 120 non
Douillard Gui-Michel 2 000 non
Duboueix Michel 10 000 non
Duboueix Michel 1 500 non
Dugast héritiers 200 non
Duret héritiers 700 non
Dutemple Jean 3 000 non
Esseau Joseph 800 non
Fougnot Antoine 1 000 non
Fougnot Antoine 2 000 non
Foulonneau veuve 800 non
Gaborit veuve 300 non
Gaborit veuve 3 000 non
Gaillard Consant 700 non
Gautret François 300 non
Gautret François 4 000 non
Gautret François 500 non
Gautret François 500 non
Gautret François 500 non
Gautret veuve 800 non
Gautret veuve 650 non
Gautret veuve 600 non
Gautret, boulanger 3 000 non
Gogué héritiers 600 non
Gouraud veuve 600 non
Gouvernement (le) 2 000 non
Grassal, à Nantes 2 000 non
Grégoire, sellier 800 non
Grelier veuve 500 non
Grenouilleau Augustin 1 500 non
Grenouilleau Pierre 800 non
Guérin et Bousseau 3 000 non
Guérin Joseph 2 000 non
Guibert veuve, de Fouques 500 non
Guichet René 500 non
Guicheteau François 300 non
Heulin Joseph 240 non
Honoré, de Vallet 8 000
Hospice de Clisson 2 400 non
Hupé veuve 400 non
la Triboulle (de) 3 000 non
Le Merle héritiers 600 non
Le Sueur 50 non
Lefort Eulalie 300 non
Lefort Eulalie 1 500 non
Lefort Jean héritiers 2 000 non
Lemot Frédéric non château de Clisson
Levron Jean 300 non
Lormière héritiers 4 000 non
Luneau François 500 non
Maeteau Pierre 600 non
Maillard Mathurin 400 non
Massicot Berengerie 1 400 non
Massicot Berengerie 4 000 non
Massicot Berengerie 3 000 non
Massicot Berengerie 800 non
Massicot demoiselles 4 000 non
Méchinaud et Proveau 1 000 non
Méchinaud Jean-François 1 000 non
Ménard veuve 6 000 non
Ménard, sarger 300 non
Mérand Pironnière 300 non
Merseron 5 000 non moulin à bled du château
Michaud Pierre 900 non
Moreau 1 200 non
Onillon Jacques 200 non
Ouvrard héritiers 1 500 non
Paviot frères 7 000 non
Paviot héritiers 400 non
Pellerin et Bertin veuve 2 000 non
Peltier Honoré 2 500 non
Pépin Poultrière 7 000 non
Péreire héritiers 800 non
Renaud veuve 2 400 non
Renaudin 1 600 non
Ripoche Jean 300 non
Robert héritiers 600 non
Rousselot Julien 600 non
Seyeux héritiers 1 000 non
Thiébaud Charles 1 500 non

La soule, jouée autrefois à Monnières et Le Pallet (aux marches de la Bretagne sud), tenait plus du hockey sur gazon que du rugby.

En 1666, au décès de son épouse Jeanne Neau, Julien Forget, mon ancêtre, est dit « fermier des moulins du Plessis Guery ». Le moulin était autrefois sur la paroisse de Monnières, et est situé maintenant sur la commune du Pallet. Le moulin du Plessis-Guerry est en effet situé sur la Sèvre, rivière qui sépare les 2 communes.

Le seigneur du Plessis-Guerry, dont le moulin relevait, avait plusieurs droits qui m’émeuvent beaucoup.

Le seigneur du Plessis-Guerry avait droit de pêche sur des km de la Sèvre :

« Le 13 septembre 1544, lettres de maintenue, accordées par Henri duc de Bretagne, fils aîné du roi, reconnaissant à Jean Foucher, seigneur du Plessis-Guerry, le droit de pêche dans la Sèvre, depuis la Pierre-au-Coulon, près de la chaussée de Vertou, jusqu’au dessus de la chaussée du moulin d’Angrevier, près de Gorges, aussi loin que le meunier peut jeter un marteau de fer, pesant deux livres. »

C’est une distance impressionnante ! Je me demande bien comment il pouvait faire respecter ce droit ? Pire, je n’ai pas compris cette histoire de marteau lancé par le meunier pour mesurer la distance. Je savais certes l’existence d’un nombre incroyable de mesures, mais j’avoue que je n’avais encore jamais rencontré celle du marteau lancé par le meunier. Je sens que la prochaine fois que je verrai Alexandra Tavernier, notre championne de France, lancer son marteau, je songerai au meunier du Plessis-Guerry, Julien Forget, mon ancêtre.

Le seigneur du Plessis-Guerry avait des droits sur les mariés :

« Le 21 janvier 1522[1], haut et puissant Tanguy Sauvage fait aveu du domaine et herbergement du Plessis-Guerry à noble et puissant Christophe de Goulaine, seigneur du Pallet. Il est dit que le seigneur du Plessis-Guerry avait tous droits de haute justice, et que, sur sa juridiction, il lui était dû par les mariés de la Pentecôte, treize billards[2] et une soule[3] par le marié de Noël, un éteuf[4] tout neuf et une chanson, chantée par la mariée, à la Pentecôte suivante. »

Puisqu’il y avait 13 billards, c’est-à-dire 13 crosses, avec la soule, c’est que le jeu pratiqué à Monnières ressemblait au hockey sur gazon, enfin une sorte d’ancêtre du hockey sur gazon, car on devait sans doute jouer paroisse contre paroisse, mais je le vois mal ancêtre du rugby qui se joue sans crosse. Vous allez trouver sur internet beaucoup de sites qui donnent des infos variées et différentes, et je m’y suis perdue sans comprendre quelle région pratiquait le jeu à la main et quelle région le jeu à la crosse.

C’est la définition du dictionnaire de Marcel Lachiver qui me semble la plus claire, si ce n’est que Monnières n’est pas dans le Nord, mais bien aux marches Sud de la Bretagne : « La soule[5] : En Bretagne et en Normandie, balle de cuir, remplie de son, avec laquelle on jouait à la balle. Dans le Nord, boule de bois ou d’autre matière dure, qu’on poussait avec une crosse. »

 

 

[1] Paul de Berthou (Clisson et ses Monuments, Etude historique et archéologique, 1910) Extraits de l’Inventaire des archives du château de la Galissonnière.

[2] Un billard était un bâton avec bout recourbé en forme de crosse, pour pousser la boule ou soule. L’usage de ce jeu a persisté en Ecosse plus longtemps qu’ailleurs.

[3] La soule était une grosse boule de bois.

[4] L’éteuf était une petite balle ou pelote rebondissante, pour jouer à la paume.

[5] Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural, 1997

Journal d’Aimée Guillot, belle-mère d’Edouard Guillouard 1917-1918

Vous êtes sur le carnet de guerre d’Edouard Guillouard et photos de Fernand Leglaive au 84° RIT et il y a beaucoup de pages dont table des matières Edouard Guillouard (carnet de guerre) Fernand Leglaive (appareil photo)

JOURNAL D’AIMÉE GUILLOT, BELLE MÈRE D’EDOUARD GUILLOUARD

à la grâce de Dieu !
que nos chers disparus nous obtiennent force et résignation à accepter vaillamment ce qui arrive !
[J’ai eu l’immense bonheur de pouvoir consulter ce journal chez mon défunt cousin Alain Guillouard. Aimée Guillot, mon arrière grand mère occupe son temps en prières, lessive, jardin, raccomodage, prières, etc… et mauvaises nouvelles…. Entre crochets et en italique, c’est moi, Odile Halbert, qui vous commente le journal de mes grands parents]

Clisson, 2 octobre 1917 Aujourd’hui jour anniversaire de mon pauvre Charles voilà 8 ans ce jour qu’il nous a quitté pour toujours. La messe était à son intention. Que les Saints anges gardiens dont aujourd’hui la fête, le conduisent auprès du bon Bieu s’il n’y est déjà et qu’il prie pour nous qui sommes de reste sur cette terre pendant cette terrible guerre qui ne finit pas et peut être une révolution qui se prépare. [effectivement, c’est la révolution Russe le 17 octobren donc les journaux Français en parlait]

[photo 1917, devant la vitrine de la quincaillerie rue Saint-Jacques à Nantes. Les femmes, voutées avant l’âge, portent le deuil, habillées de noir, y compris le voile noir. A gauche Aimée Guillot, belle-mère d’Edouard  Guillouard. Elle a seulement 70 ans ! Elle écrit alors le cahier que vous lisez. Elles gardent leurs petits enfants. Celui du milieu, Robert, porte casquette militaire et fusil. Cette photo est la plus impressionnante que je possède. Elle impressionnait même ma maman, décédée à 83 ans encore jolie femme, surtout pas ratatinée et voutée et couverte de voiles noirs. Et aujourd’hui, en 2022 je vais avoir 84 ans, et je ne ressemble en rien à ces vieilles voutées, mes 2 arrière grand mères, même si je loin d’être belle ! NOUS VIEILLISSONS AUJOURD’HUI MIEUX QU’AUTREFOIS !!!]

Que la vie est loin d’être gaie comme en temps de paix où nous étions plus tranquilles. Que de disparus hélas ! La vie est en ce moment un tourment continuel.

[portrait chez le photographe Pervez rue Contrescarpe voisin des parents d’Aimée Audineau l’épouse d’Edouard Guillouard – Cette photo de 1912 était manifestement sur Edouard Guillouard avec les suivantes durant ses années au front]

L’anxiété de nos pauvres soldats, l’attente si désirée de la victoire.
La France est bien coupable mais elle est bien punie aussi. Prions les âmes du purgatoire de venir à notre secours, que nos chers disparus nous obtiennent force et résignation à accepter vaillamment ce qui arrive. Qui m’aurait dit que je serais venue demeurer ici. J’étais bien loin de m’y attendre. Je vois que le doigt de Dieu est partout.

Aimée est avec moi et ses enfants, nous nous réunissons pendant cette triste guerre et marchons à la grâce de Dieu. Il n’arrivera que ce qu’il voudra, je me mets à sa sainte volonté. Odette et Robert ont repris leur classe très heureux d’y aller et petite Thérèse toujours mignonne vient du jardin avec moi et Flavie de ramasser nos poires et nos pommes de Reinette pour cet hiver que nous serons contents d’avoir.
Le jardin est une grande occupation avec nos petits lapins. J’ai fait planter des artichauts. S’ils pouvaient réussir et ne pas geler cette année ce serait une ressource pour plus tard. Nous avons peu de chose à manger en ce moment. Il faut s’en contenter du peu qu’il y a.

3 octobre 1917 J’arrive du jardin, de rammaser l’herbe aux lapins et ensuite j’ai téléphoné à Alfred qui est absent. Jeanne était là, j’ai eu de bonnes nouvelles de nos soldats. Petite Jeannette va en classe enchantée d’y aller. Ils viendront nous voir un de ces dimanches.

[en permission, Sur ses genoux, ma maman, née en novembre 1914]

6 octobre 1917 Aujourd’hui premier vendredi du mois. J’ai assisté à la messe ce matin à la bénédiction et ensuite vaqué à mes occupatins ordinaires au jardin ramasser les fruits et conduire Robert en classe qui est heureux d’y aller chez les Messieurs. Il va bientôt savoir lire ce qui l’amuse beaucoup et surtout le dessin. Odette va chez les demoiselles aussi elle est contente de trouver des petites amies. Le mois d’octobre va être vite passé et la perspective de l’hiver n’est guère amusante et redoutable pour les enfants qui sont si fragiles comme sont les nôtres.

Dimanche 14 Je suis allée à la messe à 8 heures et à la gare chercher Jeanne et petite Jeannette heureuse de venir voir grand’mère, nous ont donné des nouvelles de Tonton Alfred et de Charles qui est en ce moment dans un gourbi à 10 mêtres sous terre. Il a 26 marches pour y descendre. Il n’a plus le beau soleil qu’il a fait la dernière quinzaine de septembre.
Quand la fin de cette interminable guerre !
Nous sommes allées faire notre visite à nos chers disparus, s’ils étaient là auraient ils de la peine de tout ce qui se passe et de voir la ruine et la gène partout, que la vie est donc triste ainsi. Quelle lutte de tous les jours pour arriver à ce résultat. Les américains nous arrivent en grand nombre pour nous aider espérons le.

[Photo : Odette et Robert, enfants d’Edouard, déguisés en infirmière et soldat]

J’ai écrit à Charles. Il est toujours content d’entendre parler de sa Jeannette qui devient de plus en plus intéressante. Odette enchantée de jouer avec elle ainsi que Robert et petite Thérèse aussi. La pluie a dérangé nos projets. Nous avons tous joué une partie de nain jaune qui amuse beaucoup les enfants.
Permission.JPGPhoto : permission à Nantes, sa femme, ses 3 enfants
Lundi 8 octobre 1917 J’ai répondu à mes soldats qui sont heureux d’avoir de temps en temps des nouvelles. Ils trouvent le temps si long dans leur gourbi et tranchées. Quelle existence pour eux si différente d’autrefois depuis bientôt 4 ans. Quelle misère. Nous attendons toujours la fin de ce terrible fléau.
Nous avons eu le visite de Mme Blanchard qui a fait 14 barriques de vin. Il se vend très cher 200 frs pris à l’anche. Les vignerons sont contents cette année. Depuis plusieurs années qu’il n’y avait rien.
J’ai terminé le sarreau noir à Robert. Au tour à Odette à présent et le raccommodage de la semaine.
11 octobre 1917 Je suis allée à deux messes pour les soldats et aujourd’hui j’ai conduit Robert en classe à 8 h et ensuite assisté à la messe de mariage de Melle Rose Dugast avec Mr Méchineau grand blessé de la guerre et réformé. Il l’a bien mérité. Ils ont eu une belle messe et du chant et un beau sermon très édifiant par Mr le Curé qui a fait leur éloge et de leur famille il y avait beaucoup d’invités mais malheureusement le temps n’était guère favorable. Que des averses toute la journée.
Notre lessive a tout attrappé. Elle séchera demain.
Odette et Robert ont écris une carte à Tonton Alfred pour sa fête. Nous avons eu la visite de Mr et Mme Coudrin et avons été faire un tour au jardin et au cimetière par un peu de soleil qui nous réchauffe en ce moment. Les enfants se sont amusés à jouer au cerceau sur la route. Les jours sont si courts qu’on profite de sortir après les classes quant il fait beau.
Reçu des nouvelles de Marie Macé. Son Alfred est toujours à la guerre. Quelle épreuve pour tous en ce moment surtout l’hiver qui arrive.
22 Octobre Je n’ai pas eu le temps de continuer mon journal. Je suis allée à Nantes pour affaires urgentes.
J’ai fait faire ma carte d’identité puisqu’on ne peut plus voyager sans cela.
Petite Jeannette était malade, la fièvre, c’est la croissance. Elle a commencé à aller à l’école enchantée d’y aller comme Odette et Robert. Cela la désennuie.
J’ai vu les quelques amies de Nantes heureuse de les revoir après cinq mois d’absence. Alfred a eu mal à un pied. Ses chaussures lui ont occasionné en allant à la chasse. Cela va mieux. Heureusement nous avons eu de bonnes nouvelles de Charles. Il est toujours aux environs de Soissons. Je lui ai envoyé ses manchettes. Voilà le froid qui arrive et il est si frileux.
J’ai vu Melle Denghin et j’ai eu de bonnes nouvelles de Mr Ralutx en bonne santé avec ses 83 ans.
J’ai été voir Mr Bioret et Mme Thomas et grand’mère qui a ses 99 ans toujours le même. Sa fille a bien peur de l’hiver pour elle. Auguste est toujours dans l’active et elles sont en attendant de meilleures nouvelles. Il est toujours bien exposé.
Quelle triste fléau que cette guerre qui attriste tout le monde et à quand la fin.
24 octobre René Libeau m’a écrit. Il a fait plusieurs batailles et est au repos pour l’instant. Je vais lui répondre un de ces jours.
J’ai reçu une lettre de Marie Louise qui m’annonce la mort d’un de ses cousins à la guerre et du petit-fils à Mme Lasnier de Loizellerie ma cousine. Je prends une vive part à son chagrin, moi qui a été si heureuse de la voir à mon récent voyage en Anjou.
Que de luttes sur cette terre et de peines pour ces pauvre soldats si exposés. La liste des morts est longue aussi en ces belles fêtes de la Toussaint, nous allons redoublé nos prières pour eux et les familles si éprouvées. Tous les jours on entend parlé de disparus !
Albert Durville est venu en permission et Marie Durville est venue nous voir. Nous avons profité de faire une belle promenade à Cugand l’après-midi et sommes revenus au clair de lune. Les enfants étaient si contents et il faisait très doux.
Visite de Mme Blanchard. Elle nous a bien amusés et nous a fait passer un bon moment avec tous ses récits sur la guerre.
Reçu nouvelle de Jeanne. Jeannette est mieux. Nous attendions Antonine à déjeuner.
Personne n’est venu. J’attends une lettre demain ou peut-être viendra-t-elle dimanche ?
La visite de Mr et Mme Boussion avec Aimée-Marie venue jouer avec les enfants. Odette et Robert l’aime beaucoup. Elle est très douce et très mignonne.
1er novembre 1917 Aujourd’hui fête de la Toussaint. Nous avons Alfred et sommes allés après déjeuner au cimetière tous en famille dire une prière à nos chers disparus. Que de vides autour de nous et demain fête des morts. J’assisterai aux offices pour les âmes des défunts qui sont en purgatoire afin de les délivrer et qu’elles nous viennent en aide à leur tour. La procession au cimetière n’a pas pu avoir lieu vu le mauvais temps. Elle est remise à Dimanche.
Nous partirons pour Nantes samedi. J’irai conduire Aimée et ses enfants avec Flavie [la domestique]. Nous y resterons une huitaine et reviendrons ici pour faire notre lessive.
Les enfants sont heureux de retourner à Nantes. Ils aiment tant le changement et surtout les voyages. Cela les amuse beaucoup.
4 novembre 1917 Nous voilà de retour rue St Jacques 60. Que va-t-il nous arriver dans notre huitaine ? Ce qui le bon Dieu voudra.
6 novembre 1917 Aimée a reçu une lettre de Valentine qui doit revenir de Lorient avec ses petits neveux et doit aller consulter un occuliste à Nantes pour eux. Aimée doit aller à sa rencontre à la gare demain à midi.
7 novembre 1917 J’ai reçu un coup de téléphone de Jeanne me disant que Madame Guillet de la rue de Rennes était très malade et d’aller la voir. Je n’ai pu y aller le matin à cause de l’arrivée de Valentine. J’y suis allée l’après midi vers deux heures et en arrivant Jeanne me dit qu’elle était à l’agonie. Jugez de ma surprise, elle avait reçu l’extrême-onction le matin. J’ai pu la voir et lui ai récité les litanies des agonisants. Elle ne quittait pas ses yeux du sacré-coeur et de soeur Thérèse. Elle avait une si grande confiance en eux ! Elle est morte comme je disais que les Anges viennent à sa rencontre et que le Seigneur la reçoive (Quelle belle mort). Je la regrette beaucoup. C’est une bonne amie de moins pour moi. Elle était si pieuse et bonne. Le bon Dieu a ses dessins sur la terre.
8 novembre 1917 Valentine a été consulté l’occuliste qui a donné un traitement pour Jean. Elle part aujourd’hui. Aimée va les conduire au train de midi.
Je vais retourner auprès de mon amie la garder et prier pour elle.
J’arrive de l’enterrement avec Jeanne et Alfred. Il y avait grande affluence de monde. Cela fait bien plaisir de voir de la sympathie. Pauvre père Guillet. Il est inconsolable ainsi que son fils Joseph. Ils se trouvent désemparés tous les deux. Ils étaient si bien soignés par une si bonne mère. Le doigt de Dieu est là. Il faut s’y conformer et tout accepter.
Dimanche Nous venons d’arriver à Clisson, Flavie et moi, pour faire notre lessive. Nous aurons la femme demain. Espérons que nous aurons beau temps.
Mardi Notre lessive est lavée et nous l’avons toute étendue (la machine n’exite pas encore). J’arrive du jardin de faire les provisions de légumes. Mes draps sont bientôt secs. Quel embarras que cette lessive. Je vais la raccommoder et Flavie va repasser et j’espère que dans la huitaine tout sera dans l’armoire. Nous avons été favorisées par un beau temps.
Jeudi Je viens de faire une grande promenade en compagnie de la famille Boussion-Veillet. Nous arrivons de la campagne de goûter du cidre qui est très cher cette année 65 frs la barrique et tout est hors prix
Samedi J’ai eu la visite de Melle Léonide. Elle est bien mieux. J’irai leur faire mes adieux demain avant notre départ pour Nantes. Aimée nous attend et les enfants avec grande impatience.
Dimanche Aujourd’hui j’ai pu aller à la grand’messe et aux vêpres et faire notre visite au cimetière (occupation de tous les dimanches après-midi) avant notre départ. Quelle triste perspective que l’hiver. Nous le passerons en famille à la grâce de Dieu.
Lundi A notre arrivée, j’ai trouvé bonne mine aux enfants surtout Thérèse qui devient si intéressante. Odette et Robert continuent leur école. Ils ont la croix tous les deux, aussi les sous se mettent dans la tirelire.
Depuis le 5 novembre, que nous sommes arrivées à Nantes, cela ne va pas fort. Je commence un gros rhume. Voilà la vilaine saison. Nous ne sortirons guère. Je vais promener Thérèse une heure l’après-midi quand il fait beau.Les jours courts passent bien monotones. Nous attendons bientôt nos soldats. Aimé doit aller au devant de son mari à Paris. Cela lui fera une distraction. Il fait déjà si froid que je m’en inquiète pour elle. Ils seraient heureux de se retrouver ensemble tous les deux.
Flavie a été bien enrhumée. J’ai bien eu peur pour elle à une bronchite, mais cela va mieux. Le temps est si dur déjà, c’est à s’en inquiéter pour passer l’hiver qui commence très froid.
décembre 1917 Nous voilà en décembre. J’ai toujours été occupée et n’ai pas eu le temps d’écrire à la famille. Nous attendond Edouard [Guillouard, son gendre] et Charles [Audineau, un de ses 2 fils, et frère d’Aimée]. Les enfants sont enrhumés. Nous gardons la maison. Il gèle tous les jours.
J’ai eu de bonnes nouvelles de Gené et des amis. Madame Bellanger m’a écrit aussi je suis bien en retard avec. Je n’ai guère de temps avec mon entretien du linge de la maison et raccommodage.
J’ai eu plusieurs visites de Mme Bégué soeur de Madame Guillet, ce qui m’a bien fait plaisir. Nous avons parlé longuement de la pauvre absente. Elle en a tant de chagrin.
Joseph est venu me voir avec Alfred (son fils, handicapé) et un de ses amis. Cela passe le temps plus agréablement.
J’ai eu aussi la visite de M Babitxa toujours alerte pour ses 86 ans, ainsi que de Mme Denghin qui en a 73, mais sa maladie de coeur la tient souvent à la chambre. Elle profite de sortir quand il fait plus doux. Je ne sais quand je pourrai en faire autant. Je suis toujours enrhumée, c’est la saison.
Nous voilà 23 décembre 1917 Aimée vient de recevoir une dépêche pour partir à Paris. J’arrive de la conduire à la gare. A mon arrivée une autre dépêche d’Edouard qui n’arrivera à Paris que Samedi matin. Elle va être bien ennuyée seule à Paris. Je lui renvoie la dépêche. Elle ne la recevra que demain. Elle va être bien inquiète.
24 décembre 1917 J’ai reçu une lettre d’Aimée [donc à chaque permission, ma grand-mère partait en train à Paris au devant de son mari en permission annoncée]. Elle a fait bon voyage. En attendant Edouard, elle a été pour voir Mme Tiger pas là que ses enfants. Après voir le cousin Luzeau absent. Quel voyage plein de péripéties. Enfin ils sont donc revenus par un froid terrible ce matin à 5 heures. Tout s’est bien passé pendant leur voyage. Je suis bien enrouée et vais être obligée de ma coucher.
janvier 1918 Edouard est là en permission et je suis au lit pas de veine, prise de bronchite. Cela ne m’arrange pas de garder la chambre. Il faut bien que j’en passe par là.
Charles est venu me voir aussi en permission. Quelle guigne d’être ainsi renfermée et ne pouvoir vaquer à ses petites occupations ordinaires. L’hiver me cloue toujours à la maison.
Robert n’est pas bien en ce moment ci. Il a sa bronchite aigüe qu’il a attrapé pendant la permission d’Edouard ayant sorti par le grand froid. Il est si délicat. Odette et Thérèse sont bien. Flavie est à sont tour bien enrhumée. Nous y avons tous passés avec cette mauvaise grippe et pourtant elle voudrait bien aller à Clisson nous chercher des provisions de légumes et haricots que nous avons conservé.
Flavie a pu faire son voyage et nous apporter des pommes qui nous font bien plaisir et confitures aussi.
février 1918 J’ai repris mon petit train de vie avec mon raccommodage. Nous avons quelques visites de l’an et n’en avons pas fait. Il fait si mauvais et le froid trop rigoureux cette année.
Nous voyons Jeanne et Jeannette souvent toutes les semaines. Jeannette vient par tous les temps. Elle est très forte et supporte toutes les températures, ce qu’on ne peut pas dire des nôtres qui attrappent toutes les maladies. Quel ennui d’avoir des enfants si peu fort.
Nous voilà en Mars le temps parait plus doux que nous arrivera-t-il ce mois-ci ?
10 mars 1918 Je viens de recevoir une dépêche m’annonçant la mort d’Henri Michel. Je téléphone à Alfred pour partir demain. Je m’en inquiète. Il n’y a qu’un train. Nous serons obligés de coucher à Chazé.
11 mars 1918 Nous voilà arrivés à Chazé (Chazé-sur-Argos, par le train du Petit-Anjou, depuis Nantes). Personne à nous attendre à la gare. Je viens de demander à Julie de la Bridelais de nous conduire demain à Gené ce qu’elle va faire avec grand plaisir.
Jules nous nous a conduit ce matin pour 9 h 1/2 pour la triste cérémonie. Pauvre père Michel. Nous le regrettons bien. Il était si bon pour nous quand nous y passions nos vacances. Marie-Louise est inconsolable et la mère Michel aussi. Il a été enlevé après 3 jours de maladie d’une congestion. C’est peu de chose que nous. Je vais rester jusqu’au service et retourner par Angers avec Eugène dont la permission finie. ll est au dépôt à Angers avec sa phlébite depuis 3 ans. Sa jambe est bien malade. On ne veut ppoint le réformer. Il serait bien plus utile chez lui. Que vont devenir les deux pauvres femmes toutes seules. Je m’en inquiète bien pour elles avec deux petits enfants de 7 et de 5 ans. Enfin le bon Dieu y pourvoira.
J’ai revu mes amies en peu de temps. Cela a été une vraie joie pour moi.
20 mars 1918 J’ai vu à Angers ma famille et mon amie Mme Buron chez laquelle je suis descendue pour y coucher. Je la regarde comme ma soeur, elle est si bonne pour moi. J’ai passé deux jours heureux parmi eux. Mad toujours aussi aimable et venue me voir. Madame Jallot et Marie Poupart où j’ai déjeuné et diner, Mr Paiveri (?) avec ses 76 ans a une congestion pulmonaire, on craint bien à son âge.
J’ai vu Marguerite avec ses enfants, toujours la même, bien affectueuse et ai vu Melle Marie De Bossoreille. Son père a 83 ans, bien conservé pour son âge toujours aussi gai. J’ai été heureuse de voir tout mon monde ainsi que nos cousins Bonnet et Bex. Marie Bex 83 ans a la jaunisse et Mme BEX 86 bien conservé et ne perdant pas la carte. Elle est en train de faire la généalogie de notre famille Guillot de la Chouanière (dont rien ne nous est parvenu !) . J’ai vu aussi Mme Roux et son mari qui ont perdu leur fils Henri à la guerre et Aimée Nourry était là aussi. Nous nous sommes retrouvées après tant d’absence. Cela fait plaisir.
J’ai fait un bon voyage en revenant par Champtoceaux où je me suis arrêtée chez notre cousin Mr l’abbé Grenouilleau, ne l’ayant pas vue depuis 12 ans. J’ai été bien heureuse de le retrouver en bonne santé ainsi que sa mère Mme Henriette qui a été très aimable pour moi et m’ont si bien reçu.
J’ai eu un temps superbe à mon voyage. J’ai été protégée visiblement.
24 Me voilà de retour à Nantes et reprendre mes occupations. Nous irons à Clisson le lundi de Pâques un huitaine seulement. Pour Robert le temps n’est pas encore assez chaud pour y rester complètement. Les enfants sont contents de la perspective et en attendant le départ il en sont ravis.
Nous voilà arrivées à Clisson lundi de Pâques pour y passer une huitaine. Nous avons trouvé la famille Boussion-Veillet en bonne santé et avons passé une bonne après-midi avec eux et Mademoiselle Jacques venue chez Madame Guérin pour 3 jours seulement. Nous avons un temps déplorable, toujours de la pluie, et l’humidité ne convient guère aux enfants, ce qui les empêchent de sortir. Nous sommes allés au cimetière et à Toute Joie, nos promenades habituelles, et au marché acheter nos provisions.
Nous attendons Alfred [Audineau, son 2ème fils] et Jeanne [Bichon, sa belle fille, épouse de Charles] et Jeannette [fille unique des précédents] dimanche et Flavie attend sa soeur et ses nièces.
Aujourd’hui dimanche, Alfred est venu nous annoncer une grande nouvelle qu’il prend la suite d’affaires de Charles avec un associé. Cela va faire sa situation enfin à la grâce de Dieu. Il m’attend demain à 9 heures à son bureau. Je m’en inquiète un peu, je ne demande pas mieux que de lui rendre service jusqu’à ce qu’il se marie.
Flavie a vu sa soeur et ses nièces, son neveu part à la guerre dans quinze jours à 19 ans. Quel malheur pour sa mère : il était le gagne-pain de la famille, il faut en passer par là et tout accepter. C’est une rude épreuve.
Charles est du côté du Mont Didier, il y a plusieurs jours qu’il ne s’est débarbouillé ni deshabillé, c’est souvent son tour. Quelle triste offensive qui met tout à feu et à sang. Le pauvre jeune homme Gaboriau a un bras de moins et c’est le droit. Quelle génance il aura pour sa menuiserie plus tard et il faut tout endurer, ses parents sont navrés, il y a où.
Edouard est en ce moment à la recherche de son régiment ayant suivi les cours, il était en retard avec ses amis. Les lettres ont aussi du retard de 4 jours, Aimée s’inquiète et a toujours peur de mauvaises nouvelles, enfin espérons quand même ; il faut s’en remettre à la volonté du bon Dieu pour tout.
4 avril 1918 J’ai eu des nouvelles de Fernand et de Madame Planche. Ils sont souvent obligés de descendre dans leur cave à cause des obus et avions qui jettent la panique partout. Quelle triste vie que la vie de Paris. Il vaut encore mieux la Province et qu’est ce qu’on deviendrait si ils arrivaient jusqu’à Nantes ? …
J’ai loué ma maison de Clisson pour 6 semaines à des Parisiens réfugiés. Nous voilà de retour ici n’ayant pu trouver de pain en arivant, obligé d’en emprunter. Nos petits enfants ont fait bon voyage. Si le temps pouvait seulement être plus beau pour qu’ils fassent de bonnes promenades pour la santé de Robert qui est si délicat. Nous espérons bientôt la fin de la guerre d’après les prophéties. Si c’était vrai. Il faut que cela aille plus mal encore pour aller mieux après, enfin espérons toujours dans le Sacré Coeur.
J’ai recu une lettre de Madame Bellanger qui se confine dans ses Tourelles, ayant pourtant l’espoir de venir nous voir à son voyage à Nantes après Pâques me disait-elle.
J’ai su la mort de Mr Fourré par Louise Chatelier qui est à passer ses vacances à Saumur. Victorine m’a écrit aussi. Elle est bien. Voilà le printemps qui devrait tous nous remettre du si dur hiver que nous venons de passer.
8 avril 1918 Aujourd’hui je suis allée route de Rennes. Alfred a pris la suite de son frère. Jeanne ne voulant pas continuer son commerce. Alfred prend un associé, je dénie bien que cela marche pour eux. Il va probablement falloir que j’aille demeurer avec lui d’ici nouvel ordre nous cherchons une maison ne pouvant avoir celle de Jeanne. Quel ennui que tous ces déménagements qu’il va falloir faire, enfin à la grâce de Dieu qui conduit tout, je ne demande que la réussite de leur entreprise qui va être un peu lourde pour commencer. Il y a tant de frais généraux.
J’attends une lettre de Charles toujours à la guerre, bien ennuyé de cette offensive et quand reviendra-t-il. Les permissions étant supprimées. Quel tourment que tout cela.
J’arrive de chez Alfred, j’ai vu son associé. Ils vont s’entendre ensemble pour le commerce et tâcher de réussir avec ordre et économie. Il y arriveront, je l’espère.
Je n’ai pas trouvé de maison, tout est loué partout et avec des prix dérisoires. Les loyers augmentent comme le reste, tout est hors de prix avec la surtaxe ; que c’est donc ennuyeux tout cela.
9 avril 1918 Jour de service anniversaire de Mme Jeanne Guillouard. J’y suis allée avec Aimée et sommes allées au cimetière après, avec la famille Beauthamie (femme de Joseph, frère d’Edouard Mort pour la France). Son oncle Mr Beauthami a bien remercié ses belles-soeurs d’avoir assisté au service et nous sommes revenus ensemble jusqu’à la maison.
J’attends des nouvelles de Charles (son fils) toujours sans nouvelles. Les lettres ont beaucoup de retard pendant cette offensive qui ne finit pas. Quel cauchemar que cette guerre atroce.
Nous avons au la visite de Mr l’abbé Loiret soldat venu à la Persagotière. Là il est plus tranquille qu’à Saint Anne d’Auray où il était à un poste d’observation et ensuite infirmier dans la salle des tuberculeux. Quel changement.
Je suis allée chez Alfred. Nous cherchons une maison, ce qui n’est pas facile à trouver auprès de son bureau, ce qui est très ennuyeux et nous voudrions être fixé pour la St Jean, il faut de la patience.
Madame Pervez (femme du photographe de la rue Contrescarpe, ex-voisine) est venue nous voir aujourd’hui, il y avait si longtemps qu’elle n’était venue et m’a apporté un bouquet de muguet pour ma fête et celle d’Aimée. Elle ne nous oublie pas. Le mariage de Jeanne Fonteneau a été célébré à St Nicolas où il y avait foule à la messe et elle s’en va à Lourdes comme voyage de noce ne pouvant aller à Paris à cause des bombardements; Quel ravage ils font dans ce Paris, le cousin Luzeau est est bien effrayé. Il y a où. Je ne sais ce que nous allons devenir à la fin.
Pas de nouvelles de Charles (son fils) et les permissions sont suspendues pendant cette triste offensive. Espérons toujours à des jours meilleurs et aussi remettons nous à la divine Providence qui n’abandonne personne.
mai Je reprends mon journal depuis si longtemps interrompu. Que d’ennuis dans la vie. Toujours le tour au même. Je vais trois fois la semaine chez Alfred garder son bureau, cela me fait une distraction.
Nous attendons Charles et toujours rien, ainsi que Edouard. Nous devions aller à la campagne. Notre voyage reculé en les attendant et quand ? Cette offensive retarde tout.
J’ai rencontré Mme de la Pierre toujours la même bien alerte et vigoureuse pour ses 75 ans. Elle m’a grondée de ne pas aller la voir, je n’ai pas le temps.
Madame Guilbaud a vendu son commerce pour venir se reposer rue de Rennes. Nous nous verrons n’étant pas loin les uns des autres quand je suis chez Alfred.
Mme Pervez s’en va à un mariage de son neveu. C’est un beau voyage à Lannion avec Yves qui l’accompagne. Je viens de déjeuner avec eux, toujours si aimable pour moi.
Je suis allée déjeuner chez Antonine. Notre voyage de Champtocé est remis à plus tard. Notre cousin à une bronchite.
A Saint Jacques, nous avons assisté à la confirmation avec les enfants qui ont eu la bénédiction de Mgr. Très heureux, il y a si peu de belle fêtes ici.
Nous sommes allés un dimanche voir la soeur de Madame Cahéri Supérieure à la clinique Jeanne d’Arc. Il y avait si longtemps que je ne l’avais vu.
Nous devons aller voir Marie Joseph un de ces jeudis et Madame Cahéri depuis le temps que je n’ai pas eu de nouvelles. Que devient-elle ? sa cousine la soeur clarisse est revenue à Nantes à leur maison. Il est très difficile de la voir étant cloitrée. Mr Rabitxa habite dans leur maison et cherche un logement qu’il ne trouve nulle part comme nous rue de Rennes. Que c’est donc ennuyeux et la St Jean approche enfin espérons en la Providence de Dieu qui veille sur nous.
Melle Denghin est mieux et bien faible avec ses 73 ans et a le coeur bien malade.
J’ai déjeuné chez Mr et Mme Bradanne depuis si longtemps partie remise. Ils sont toujours bien aimables pour moi. J’ai revu la soeur de Mme Bradanne avec le petit Joseph qui est toujours très gentil.
Roger Pervez est venu en permission. Je n’ai pu le voir cette fois ci étant toujours pris par ses amis et 7 jours c’est si vite passé.
Charles ne sait pas encore quand il viendra. Que c’est long cette attente.
J’ai eu la visite chez Alfred de Mr Bacqua qui aime beaucoup Charles et est venu en savoir des nouvelles.
Notre cousin Poupart est commandant. J’en ai fait tous mes compliments à son père et à sa mère. Marie Jallot sa femme est malade d’une sale grippe (la grippe espagnole). Je vais en savoir des nouvelles par Mr Jallot de qui j’attends une lettre.
Joseph Gardais m’écrit qu’il est en ce moment dans le nord très malheureux à faire de grands travaux et il tombe souvent des obus. A quand la fin de tout cela. Marie-Louise m’écrit aussi que son mari est toujours à l’hôpital depuis 4 ans bientôt. Il serait mieux réformé car à quoi leur sert-il, à rien, et serait bien mieux chez lui à commander, et il souffre beaucoup des jambes et ne pourra guère marcher. Je viens de recevoir une lettre d’Henriette qui nous dit d’aller le 1er juin. Son oncle est guéri et a repris ses fonctions. Je vais le dire à Antonine et nous irons si cela se peut.
Je suis allée au service de Gabriel Houis tombé au champ d’honneur. Pauvres parents, ils ont bien du chagrin de leur cher enfant qui a bien voulu donner sa vie pour la France, pauvre petit à 19 ans. Il est plus heureux que ceux qui le pleure.
Les permissions des soldats sont supprimées, quel ennui et quand les reverront nous. Dieu seul le sait, attendons.

Les nouvelles (mauvaises) circulent beaucoup grâce au téléphone, aux nombreuses lettres, et aux dépêches. Le rythme est soutenu…
La vie est chère, sans chauffage, les églises pleines, les cimetières très visités.

Fernand Leglaive Paris 1878-1948 photographe de génie sur le front 14-18 au 84° RIT

 

Fernand Louis Prudent LEGLAIVE est né à Paris 22 mars 1878 est décédé à Paris le 6 juin 1948.

Il est le 6ème enfant de Prudent Eloi LEGLAIVE, né à Hans (Marne) le 8 janvier 1835 décédé à Mauves-Sur-Huisne (Orne) le 18 juin 1896 et Augustine Antoinette DAMON, née à Paris 8° le 18 novembre décédée à Paris le 24 mars 1920

Son père est marchand layetier « Celui qui fait des layettes, des caisses de bois blanc. Layetier emballeur’. (Dictionnaire de la langue française Littré). Tome 3, 1873) – « Les maîtres de la communauté des layetiers de Paris se qualifient [en 1767] maîtres layetiers écriniers de la ville et faubourgs de Paris » (Dict. des arts et métiers).

Ce métier existe encore en 2021 mais on dit « cagettes en bois » ou « cageots » pour transporter beaucoup de produits agricolet et autres.

[Leglaive aimait aussi poser lui-même, et cette seconde photo le montre offrant son image dans la glace, ce qui atteste beaucoup de recherche d’originalité de rendu des photos. En outre, on voit qu’en tant qu’officier il est là chez l’habitant, sans doute logé ou au moins en « popote ».]

Après la mort de leur père, Fernand Leglaive et ses frères reprirent l’affaire sous le nom de « LEGLAIVE FRÈRES ».

La fiche militaire de Fernard Leglaive le donne « industriel transport et emballage »

Il a pour frères et sœurs :

1-Louise Augustine LEGLAIVE 1863-

2-Emile Arsene LEGLAIVE 1866-

3-Emile Antoine LEGLAIVE 1867-1950 Marié le 22 janvier 1906, Coulommiers, 77120, Seine-Et-Marne, Île-De-France, FR, avec Juliette Alice CHEVALLIER

4-Ernestine Eugenie LEGLAIVE 1869-

5-Eugene Ernest LEGLAIVE 1872-

Fernand Leglaive est encore étudiant lorsqu’il passe le conseil de révision (selon sa fiche militaire), donc il a un niveau d’études supérieures, ce que n’avait pas Edouard Guillouard, manifestement niveau Brevet Elementaire, qui était le niveau le plus répandu à l’époque.

En 14-18 il est capitaine au 84° RI et c’est là qu’il fait la connaissance d’Edouard Guillouard, alors lieutenant sous ses ordres. Ils vont se lier d’amitié jusqu’à la mort de Guillouard en 1947.

Fernand Leglaive avait acquit avant la guerre un appareil photo, qu’il aura avec lui durant toute la guerre, manifestement après autorisation car les appareils photos sur le front devaient être autorisés sinon ils étaient interdits.

Il partage sa passion pour la photo avec son frère Émile, et le 24 juin 1924 ils adhèrent tous deux à la Société d’excursions des amateurs de photographie, fondée en 1887. Ils y restent longtemps, selon le fonds des bulletins de cette société numérisés sur Gallica.

Le 6 juillet 1917, il reçoit du général Deligny qui commande le 39e corps d’armée, la citation à l’ordre du Corps d’Armée. Motif de la citation : a pris part aux combats de Tournay et Beaumont-Hamel en 1914 – Blessé au visage dans les tranchées de Bailleulval en 1915, n’a consenti à être évacué que sur l’ordre du colonel commandant le régiment – dans la nuit du 24 au 25 mai 1917, à la suite d’un coup de main, montré beaucoup de sang-froid et un expert de décision rapide qui ont permis de repousser l’ennemi.

Le 30 janvier 1927, son beau-frère Hector Beissier, chevalier de la légion d’honneur, demeurant 182 rue de Rivoli à Paris, le fait introduire chevalier de la légion d’honneur.

Son dossier est en ligne, dans la base « Leonore ».

Il demeure alors 30ter avenue Daumesnil Paris 12e.

Il a fait prendre beaucoup de portraits de lui durant ces 4 années de la grande guerre, et toutes posées, quelques unes avec beaucoup de recherche.

Et après la guerre il les conserva dans ses albums photos.

Même la photo assise ci-contre est déjà une forme de portrait abouti.
En effet, la chaise sur laquelle il est assis est posée en pleine forêt ou jardin, et n’a rien d’une photo de salon habituelle à cette époque.

Il semble que cette photo « assis » est prise le même jour que la photo précédente « debout ».

Et le jardin dans lequel il a posé semble être le même.

 

Les 2 photos suivantes sont pleine de malice.

 

 

Il pose d’abord avec son képi.

 

 

 

 

 

Et fait une autre pose sans le képi.

 

Vous voyez le képi posé sur un piquet de la cloture du jardin.

Et autant de malice dans ces différentes poses montre aussi que les pellicules ne manquaient pas.

 

 

Ce qui est très surprenant, car je pensais que pendant la guerre les pellicules auraient été introuvables.

 

Sur ces 2 photos, Leglaive est à Marbache en juillet 1917.

 

 

Il s’était aussi fait prendre en photo 2 mois plus tôt.

 

 

 

Il est à Mousson en mai 1917.

 

 

 

 

 

 

Puis il est au PC Saint-Jacques en octobre 1917.

 

 

 

Il devait y avoir un beau jardin au PC car la première photo de ce PC Saint-Jacques montre une très jolie passerelle.

 

 

Il n’est pas en mouvement, et on voit clairement qu’il pose.

 

 

 

 

La dernière photo est la plus étrange, tant elle créative.

 

Il pose de dos.

Il est toujours comme la photo précédent au PC du bataillon à Saint Jacques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous êtes sur le carnet de guerre d’Edouard Guillouard et photos de Fernand Leglaive au 84° RIT et il y a beaucoup de pages et de photos dont table des matières

Carnet de guerre d’Edouard Guillouard 84° RIT avril-septembre 1918

Vous êtes sur le carnet de guerre d’Edouard Guillouard et photos de Fernand Leglaive au 84° RIT et il y a beaucoup de pages dont table des matières Edouard Guillouard (carnet de guerre) Fernand Leglaive (appareil photo)

EN ALSACE 

1er avril 1918 lundi Thann, alsacienne, Agné, obus, mauvais secteur, le soir Steinbach avec Bory

[Photos : « avril 1918 : équipe de patrouilleurs volontaires du 1er Batailllon Collardelle]

2.4 mardi Alerte, évacué les avants postes, tranchées

3.4 mercredi Reprise des positions, Panam, Maison Rollin, Château-Branlant, qui sont encore évacuées dans la soirée

4.4 jeudi Traces de boches dans le village et à Panam

5.4 vendredi Rollin occupé de jour et de nuit

6.4 samedi Bombardement du village noir

7.4 dimanche Steinbach, patrouille boche autour de la Maison Rollin

9.4 mardi Patrouille repoussée avec grand déclanchement

10.4 mercredi Steinbach, inquiétude

11.4 jeudi Grenade [Veudray], pas d’incident

12.4 vendredi Les ½ sections se remplacent chaque soir

13.4 Arrivée du sergent Gabori

14.4 dimanche Mr Bronier arrive à la Cie et vient me rendre visite

15.4 Mr Bronier me remplace à Steinbach

16.4 mardi Coup demain à la 1ère, mort de Jaunait

17.4 mercredi Visite du colonel, vu le secteur

18.4 Camp Agné, oratoire

19.4 vendredi Lecoq envoie un corps franc composé de récupérés, ils ont un tué le 1er jour

20.4 Accident du 109 (109e R.I. ) à Steinbach, 2 tués 6 blessés

[Photo à droite « juillet 1918 : la tombe du lieutenant Emile Honoré Victor Jaunait » (compagnon d’armes d’Edouard), tué à l’ennemi le 16 avril 1918 au Quartier Collardelle, et inhumé dans le cimetière civil de Bitschwiller – 4 jeunes Alsaciennes sur la tombe]

21.4 dimanche Départ du Ct Lochereau, Mr Leglaive prend le commandement du bataillon et moi de la compagnie

22.4 Commande la Cie à Agné

23.4 mardi Agné, nomination de Borg adjudant et Tuffet affecté à la Cie

24.4 mercredi Relève annoncée pour le 26, pas d’incident

[photo ci-contre : « août 1918, petites Alsaciennes à Bitchwiller »]

25.4 Arrivée de Mr Tuffet

26.4 vendredi Arrivée des officiers de chasseurs 7e T.. (le 7e Bataillon Territorial de Chasseurs Alpins), relève terminée à 22 h 30, départ à minuit

27.4 Arrivée à Bitschwiller à 4 h, visite Thann, hommes fatigués, incidents

28.4 dimanche Reconnaissance du secteur Sairon, le capitaine Mithard, visite de Thann

[Photo : vue aérienne de Cernay, 5 km E. du Vieux-Thann. Je vous remets cette carte photographie aérienne, car elle est la marque d’une grande inovation pour l’époque, et pour mémoire on n’en trouve pas avant 1919 sur le site Geoportail]

29.4 Revue du colonel dans le cantonnement, secteur Sairan le soir, hommes fatigués, relève difficile

30.4 mardi P.H. du crassier nord, Mr Tuffel à Aylau, Mr Bronier crassier nord

1er mai 1918 Visite du nouveau secteur, installations

2.5 jeudi Arrivée du capitaine Mithard pour commander le 1er bataillon
3.5 Visite du colonel Bourgeois, retour de Mr Leglaive
4.5 samedi Installations au Vieux-Thann, petite chambre

[photo : « avril 1918 petites Alsaciennes », leur coiffe sont si larges que je comprends pas comment elles pouvaient remuer sans se toucher]

5.5 dimanche Messe au Vieux-Thann, bouquet à Brossier

6-8.5 Vieux-Thann, crassier nord, tranquille, les premières fleurs
9.5 Départ de Brossier et de Mr Leglaive
10-11.5 Secteur des crassiers, Tuffel se repose et Vericel prend Sault pendant quelques jours, mais nous faisons popote ensemble, pêche de brochets
12.5 dimanche Rubarbe, visite du secteur des Américains
13.5 Cigares
17.5 vendredi Obus sur Thann Hôtel de la gare
18.5 samedi Passage d’une biche
19.5 La 2e Cie vient visiter, Derobe, Dusseau, Lalouse
20.5 Relève par la 2e à 3 h, départ du secteur à 9 h
21.5 Le soir emplacement d’alerte, visite au colonel
22.5 mercredi Tir et [cancam] au F.M. et grenades
23.5 Déjeuné avec Tuffle, visite à Leimbach
24.5 vendredi Retour de Mr Leglaive, continuation des tirs
25.5 Déjeuné à Leimbach avec Mr Leglaive
26.5 dimanche Grand-messe à Thann, le sel, photo ce jour
27.5 Fin du 1er séjour à Thann
28.5 Reconnaissance du secteur Daumesnil
29.5 Maison Jourdan en remplacement de Paupion
30.5 jeudi Muhlengasse, coup de main sur la IIe
31.5 vendredi Tués et blessés dont le lieutenant André
1er juin 1918 Muhlengasse, repos dans la Maison Jourdan (photo)
2-4 Valmy, installation, P.C. confortable
5-13 juin – Tous les 5 jours échange avec Tuffet, saison des fruits, fraises, cerises, tartes, beau temps, les poilus prennent des lièvres, le petit faisan à Valmy
13-16.6 Rien de saillant, les nouvelles de l’avance sont seules inquiétantes, on attend tous les jours les journeaux
16-26 (page qui me manque)
27.6 Visite de mon beau-frère Charles (Audineau) découragé, il nous donne des détails navrants sur l’offensive du chemin des Dames
30.6 Visite à Leimbach à Lolosse, préparatifs de relève
2 juillet 1918 mardi Relève à 3 h, installation à Leimbach
3.7 Leimbach, déjeuné à Thann
4.7 jeudi Fête Nationale américaine, drapeaux
5.7 vendredi Touraine déjeune avec nous, départ avec Tuffet pour Leimbach, visite au Café de France, obus à 5 h 15, Tuffet et moi blessés et un civil, à 6 h 30 arrivée à Moosch (7 km N. de Thann), inquiétude
6.7 Après une bonne nuit, tout danger conjuré, déjeuné avec Tuffet au lit, visite de Charles Audineau
7.7 dimanche Bon déjeuné, salut
8.7 Hôpital de Moosch, promenade
9.7 Hôpital de Moosch, le grand cimetière
10.7 mercredi Départ de l’hôpital, déjeuné avec le commandant, diné à Bouvine, pluie, couché à Villers
11.7 jeudi Départ pour la montagne à Sentheim, Belfort (43 km S.S.O. de Moosch), Vu Siclon, achat à la coopérative militaire
12.7 Paris, vu Mr Leglaive et Chaussé
13.7 samedi En permission à Nantes
14.7 Fête Nationale, promenade avec les enfants
15-24.7 Permission, Le Pellerin (indisposition, boutons), voyage à StNazaire le 19, à Gachet le 21, à Clisson le 22, Charon dine à la maison le 23
25.7 jeudi Paris, déjeuné chez Chaussé, diné chez Mr Leglaive son ami Riquette et son beau-frère Bessier
26.7 Belfort, Retour alsacienne le soir
27.7 samedi Le Rocher, visite au commandant Mithard nommé depuis quelques jours
28.7 dimanche Visite à Charles et installation dans la soirée à Steinbach, après le coup de main du Bocqueteau le secteur tranquille, travaux avec la 2e section : le canon Brand
1er août 1918 jeudi Les prunes mirabelles, le père Laitillaud, la cuisine manque de confort, la signalisation avec Le Rocher
[photo ci-contre : « août 1918, PC Bataille »]
4.8 dimanche Visite du capitaine Le Bastard nouveau dans la légion d’honneur
5.8 lundi Mr Denis vient me relever et je prends le commandement de la Cie au Rocher, Mr Leglaive au Bataillon
7.8 Le Rocher, relève dans la soirée par la 7e Simonet
8.8 jeudi Arrivé à minuit à Bitschwiller-lès-Thann (3 km O.-N.O. de Thann) chez Mme Gillet
9.8 Distribution des prix à l’école, le général Bourgeois, l’avocat général, le général de division et Brigade, belle fête, la France et Liberté

11.8 dimanche Diné chez Mr Scherer, grand-messe à Bitschwiller, concours hippique à Wesserling avec Mr Leglaive [Scherer alias Scheurer, grand industriel de la vallée, photo ci-dessus :
1-général Bourgeois, commendant le corps d’armée en Alsace
2-général Renouard, commandant la 2e D.I.
3-le maire militaire de Thann
4-général Braquet, commandant I.D. 22E
5-le curé de Thann
6-l’avocat général à la cour de cassation
7-Mr Jules Scherer, industreil
8-le Cdt Pitard, commandant le 1er bataillon du 84e R.I.T.
9-Mme Jules Scherer
10-Mme Scherer-Kesner]

12.8 Les grandes fabriques, exposition de peinture

[photos « août 1918 poste de liaison de la Carrière » – « août 1918 Slovaques et poilus du 84° »]

13.8 mardi Bitschwiller, tranquille au cantonnement

14.8 StAmarin, Wesserling

15.8 jeudi Grand-messe à Bitschwiller
16.8 Bitschwiller, visite du secteur des crassiers
17.8 Départ pour Sairon, hommes pris, Marceau manque

18.8 dimanche Les crassiers

19.8 Nouvelle organisation de repli, plainte en conseil de guerre pour Marceau, retour de Mr Leglaive à la Cie
22.8 Le crassier Nord
23.8 vendredi Crassier Nord, obus route de Mulhouse

[photo « septembre 1918 : sergent téléphoniste Thirion réparant un appareil au P.C. Bataille »]

24.8 Inquiétude dans le secteur, coup de main vers Aspach
25-26.8 Travaux et promenade sur la Seille
27.8 mardi Relève à 21 h, installation à Thann, chambre chez Mr Waller
28-30.8 Bombardement la nuit sur la ville, alerte et inquiétude, pas de riposte de notre part
31.8 Un obus tombe dans la chambre de ma voisine
1er septembre 1918 dimanche Achat du Rouet
3.9 Arrivée de Quelle
4.9 Réception de la 5e
5.9 jeudi Thann

Télécharger l’original du carnet de guerre d’Edouard Guillouard

Je ne vous mets pas les vues directement car ce serait trop lourd pour visionner ma page, donc je mets seulement les liens, et cliquez pour télécharger :  début avril  1918  –  fin avril  1918  –   début mai  1918  – fin mai  1918  –  juin 1918 me manque maintenant – début juillet 1918  – fin juillet début août  1918   –

 

 

 

RI130.JPGJ 1378 (3 ans 9 mois 8 jours) : RI191.JPGdistribution de cigares
RI128.JPGle 26.3.1918 Foch prend le commandement en chef des armées alliées