Laurent Beziau vend un chambre de maison, Saint Jean des Mauvrets 1519

Je descends de Beziau à Saint-Jean-des-Mauvrets, par mes GUILLOT, mais sans pouvoir les remonter, alors je ne peux établir aucun lien avec ce Laurent qui vivait en 1519 !

    Voir ma page sur Saint-Jean-des-Mauvrets

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E121 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 15 juin 1519 en notre cour à Angers etc (Huot notaire) personnellement estably Laurens Beziau demourant en la paroisse de Saint Jehan des Maulvretz ainsi qu’il dit soubzmectant etc confesse avoir aujourd’huy vendu et octroié et encores vend et octroie dès maintenant et à présent à tousjoursmais perpétuellement par héritage
à Thomas Touchais marchand chaussetier à présent demourant à Angers qui a achacté pour luy ses hoirs et aians cause
une chambre de maison estant au derrière de la maison dudit achacteur sise en la paroisse de Juigné sur Loire joignant d’un cousté et aboutant d’un bout les maisons des Hardouyns une allée entre deulx et d’autre cousté l’allée commune desdits Hardouyns et dudit achacteur et d’autre bout la maison dudit achacteur avecques toutes et chacunes ses appartenances et dépendances
ou fye des doyen et chapitre de l’église d’Angers et tenu de là aux debvoirs anciens et accoustumés pour toutes charges quelconques
transportant etc et est faire ceste présente vendition pour le prix et somme de 4 livres 15 sols tournois paiés baillés et nombrés contant en notre présence et à veue de nois par ledit achacteur audit vendeur qui les a euz et receuz en deux escuz d’or au merc du soulleil bons et de poids et le surplus en monnaie dont ledit vendeur s’en est tenu par davant nous à bien paié et contant et en a quicté et quicte ledit achacteur
et a promis ledit vendeur faire lyer et obliger Franczoise sa femme à ce présent contrat et iceluy luy faire avoir agréable et en rendre et bailler lettre vallable de ratiffication audit achacteur et aux despens d’iceluy achacteur dedans la feste de la Magdalaine prochainement venant à la peine de 30 sols de peine commise à appliquer audit achacteur en cas de deffault ces présentes néanmoins demourant en leur force et vertu
à laquelle vendition et tout ce que dessus est dit tenir et accomplir etc et à garantir etc et aux dommages etc oblige ledit vendeur soy ses hoirs etc renonçant etc foy jugement et condemnation etc
présents ad ce Maurice Fremont de ladite paroisse de St Jehan et Laurens Lesné esmolleur demourant à Angers tesmoings
fait à Angers en la rue st Jehan Baptiste le jour et an susdit

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

6 réponses sur “Laurent Beziau vend un chambre de maison, Saint Jean des Mauvrets 1519

  1. Bonjour Madame,

    Sur la famille Guillot, de Saint Jean des Mauvrets et Juigné sur Loire, voici quelques données, non mentionnées dans votre étude, qui devraient vous intéresser :

    – l’inhumation de Françoise Moreau femme de Vincent Guillot à Juigné sur Loire le 29 septembre 1638

    – l’inhumation de René Guillot à Saint Jean des Mauvrets le 10 décembre 1639

    – l’inhumation de Madeleine Sailland, femme du précédent à Juigné sur Loire le 15 mars 1616

    – le baptême de Vincente Guillot à Saint Jean des Mauvrets le 2 février 1613, fille des précédents

    – l’inhumation, en deux lignes, de Marguerite Beziau à Angers, paroisse de La Trinité le 29 novembre 1686

    – l’inhumation de Marguerite Couleon à Saint Jean des Mauvrets le 29 septembre 1721

    Bien cordialement

      Note d’Odile :

    Bonjour monsieur
    et un grand merci
    je m’empresse d’aller voir ces actes et les ajouter dans mon étude.
    Bonne journée
    Odile

  2. Bonjour Dominique
    J’ai mis à jour, en vous citant, mon étude qui datait de 2008.
    Mais je n’ai pas trouvé la preuve que Françoise Moreau était bien la mère des 5 frères Guillot, parce que il a pu exister plusieurs Vincent Guillot, et/ou Vincent Guillot a pu avoir plusieurs lits.
    Si vous avez des preuves merci de me les communiquer, mais dans l’état actuel j’ai donc écrit PROBABLEMENT devant le nom de Françoise Moreau, faute de prouver que c’est bien elle la mère des 5 garçons. Et en outre, il est curieux de voir que si elle a vécu si longtemps on ne la retrouve dans aucun acte de naissance ou autre.
    Bonne journée à tous
    Odile

  3. Bonjour Odile,

    J’ai pris connaissance de votre nouvelle rédaction. Nous sommes bien d’accord sur le fait qu’il ne s’agit que d’une présomption. On peut même imaginer que cette Françoise Moreau soit la première femme de Vincent fils de René, et que cette union soit restée  » sans hoirs « …et que Vincent se soit remarié trois ans plus tard.

    Par ailleurs, il y a lieu de noter le baptême de Madeleine Guillot à Saint Jean des Mauvrets le 25 avril 1614, fille de René et Madeleine Sailland, soeur de Vincent et…Vincende. La proximité des naissances de cette dernière avec celle, supposée, de Vincent est troublante…d’autant que l’on ne retrouve pas le baptême de ce Vincent…et que vous avez identifié deux enfants seulement.

    Les dates des sépultures de Madeleine Sailland et Marguerite Beziau sont cohérentes avec les actes que vous citez. En particulier pour Marguerite Beziau quand vous écrivez  » pourtant le partage de leurs biens a lieu le 11 février 1687  » soit un mois et demi à peine après le décès de celle-ci, ce qui est raisonnable…

    Enfin, pour vos tablettes, le mariage de Jean Couleon et Renée Girardeau a lieu à Saint Jean des Mauvrets le 18 juillet 1646. Pierre leur premier fils est baptisé le 2 août 1647, Jean est baptisé le 3 juillet 1653 et Jacques le 2 décembre 1654, tous à Saint Jean des Mauvrets.

    Pour le moment, les causes de la dispense papale du mariage de Vincent Guillot et Marguerite Beziau ne sont pas identifiées…

    Pour conclure, je connais Dominique Druhen, mais vous constaterez à l’e-mail laissé dans l’en-tête de ce message, qu’il ne s’agit pas du même Dominique…ce qui va le surprendre !

    Bonne journée

    Dominique M

    Note d’Odile :
    Oups !
    Je vous présente mes excuses pour mon aptitude à mélanger les Dominique !
    Je vais aller rectifier.
    Odile

  4. dans mon étude, vous avez au début ce que je sais des SAILLAND par actes notariés, et cela donne :

    Madeleine SAILLAND †/1617 x /1613 René GUILLOT
    1-Vincent GUILLOT Mineur en 1618
    2-Madeleine GUILLOT Mineure en 1618

    Par ailleurs, Françoise Moreau est « veuve de Vincent Guillot » à son décès donc ne peut être une première épouse.
    Elle ne pourrait être que l’épouse du premier vincent Guillot, avec le commentaire suivant :
    On trouve dans les registres paroissiaux de Juigné sur Loire l’inhumation de Françoise Moreau femme de Vincent Guillot le 29 septembre 1638 « mercredi 29 septembre 1638 a esté inhumée au petit cymetière de céans le corps d’honorable femme Françoise Moreau vivante veufve de deffunt Vincent Guillot et a esté conduite depuis l’appartenance de Mr le juge des Eaux et Forests où elle faisoit sa demeure jusques à ladite église et ledit jour a esté fait servisse sollemnel pour le repos de son âme ». Malheureusement rien à ce jour ne permet de confirmer :
    • que ce Vincent Guillot dont Françoise Moreau est bien le même que le père de René, Denis, Léonard, Marc et André
    • que Vincent Guillot n’a eu qu’un lit, et que Françoise Moreau est donc bien la mère des 5 garçons ci dessus.
    • qu’elle soit qualifiée dans cette sépulture d’« honorable femme », alors que les Guillot sont vignerons, et n’ont pas ce qualificatif
    • en particulier, si elle a vécu si longtemps, il est curieux qu’on ne la retrouve nulle part dans les parrainages et autres actes.

  5. Rebonjour Monsieur
    J’ai mis à jour mon étude GUILLOT mais ce document sera à compléter d’ici quelques semaines, car j’ai encore des actes notariés sur cette famille que je n’avais pas encore eu le temps de retranscrire.
    Donc, je vais m’y atteler, et voir si on peut y trouver d’autres informations utiles.

    Par ailleurs, je vous ai mis dans mon étude 3 commentaires importants, l’un sur la veuve Françoise Moreau, l’autre sur la naissance de Madeleine et enfin, le 3ème sur les causes de l’abscence du baptême de Vincent. Car selon mes observations nombreuses dans les registres paroissiaux, les jeunes épousées avaient souvent coutume d’aller accoucher du premier né chez leur mère, et je vous ai mis l’inventaire des registres de Juigné, qui ne commencent qu’après 1613. Donc selon moi, Vincent est né avant 1613 probablement 1612 et je suis sure de sa filiation selon l’inventaire de 1618, qui est un acte notarié.
    bon dimanche
    Odile

  6. Bonjour Odile,

    L’erreur est sans importance et je ne saurai vous en vouloir !

    Oui Françoise Moreau est bien mentionnée comme  » veuve de Vincent Guillot  » et l’hypothèse d’un remariage de Vincent II ne peut être retenue.

    Oui, son existence est bien discrète à Saint Jean des Mauvrets. Les Moreau ne manquent pas à Juigné sur Loire…Il y a un mariage intéressant dans cette paroisse le 24 novembre 1615 entre Jean Moreau et Julienne ou Adrienne Sailland, avec mention des pères et une consanguinité au 4ème degré…

    Oui le premier né apparaît souvent chez sa grand-mère maternelle, et nous n’avons pas de registres à Juigné sur Loire

    Et si vous avez des actes notariés  » sous le coude  » je suis impatient d’en prendre connaissance…La clé de l’énigme y réside peut être comme bien souvent avec ces documents…!

    Bonne semaine

    Dominique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.