Les barbiers d’Angers, assemblés chez l’un d’eux, transmettent l’office de lieutenant de premier barbier du roi à Antoine Delaillé, Angers 1520

ils doivent être assez nombreux, car il y en ici beaucoup de nommés, mais on précise qu’ils ne sont pas tous présents. Il serait intéressant de calculer combien cela fait par habitant.

J’ai eu du mal à déchiffer le terme CIRURGES mais j’en suis certaine ; sans doute n’étais-je pas réveillée, mais il faut dire qu’aux lettres aussi différentes que informes parfois, il faut ajouter le vieux français et même parfois le français du notaire, qui pouvait différer du français officiellement connu des dictionnaires de cette époque.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E121 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 12 mars 1519 (avant Pâques, donc le 12 mars 1520) en notre cour à Angers (Huot notaire Angers) personnellement establyz Julien Martin Jacques Hayn et Guillaume Cameau jurés et gardes du mestier de barbier et cirurges en ceste ville d’Angers, Jehan Brisset, Olivier Bricet, Macé Esnault, Thomas Godiveau, Jehan de Romigne, Jehan Lamy, Guillaume Leboucher et Franczois Guyberte, tous maistres barbiers jurés en ceste ville et faulxbourgs d’Angers, deumens congrégés et assemblés en la maison dudit Martin et faisant la plus grande partie des autres maistrse barbiers de ceste dite ville, soubzmectans etc confessent avoir aujourd’huy voulu consenty et accordé et encores consentent et accordent et sont tous d’un accord et assentement que Anthoine Delaillée l’un des maistres barbiers de ceste dite ville d’Angers ait l’office de lieutenant du premier barbier du roy en ceste dite ville faulxbourgs et banlieue d’Angers que soulloit avoir par cy davant Mathurin Debonnaire aussi maistre barbier à Angers o le bon plaisir et consentement de messieurs les juges et gens du roy de ceste dite ville, pour iceluy office de lieutenant du premier barbier du roy tenir et doresnavant excercer en la manière accoustumée et mieulx s’il se peult affaire, laquelle office ledit Anthoine Dalaillée a accepté et accepte par ces présentes et a promis de bien et loyaulment soy y gouverner comme ung homme de bien doibt faire, sans y commettre aulcune fraude ne abuz ne enfraindre les statuz et ordonnances dudit mestier,
auxquelles choses dessusdites tenir et accomplir d’une part et d’autre etc et s’entregarder d’une part et d’autre de tous dommages obligent lesdites parties l’une vers l’autre etc renonçant etc foy jugement et condemnation etc
présents ad ce Estienne Planchenault et Pierre Jarry barbiers demourans à Angers tesmoings
fait à Angers en la maison de Jullien Martin les jour et an susdits
et ledit Debonnaire a baillé audit Delaillé toutes et chacunes les lettres qu’il a en ses mains touchant et concernant ledit office de lieutenant du premier barbier du roy

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur. Odile Halbert –

Une réponse sur “Les barbiers d’Angers, assemblés chez l’un d’eux, transmettent l’office de lieutenant de premier barbier du roi à Antoine Delaillé, Angers 1520

  1. E.4419.(Carton.)-6 pièces,parchemin;12 pièces,papier.
    -1713-1785.-PERRUQUIERS-BARBIERS-BAIGNEURS-ETUVISTES d’ANGERS
    -Extraits de délibérations de la communauté portant constitution de rentes au profit des religieux de La Haye-aux-Bons-Hommes(1713),d’Alexandre Taupin,maître chirurgien(1713),de Jérôme Lefèvre de Laubrière (1719),Michel Olivier(1720),Calliot de La Neuville(1745),René Carré(1751);procès-verbal dressé contre Rose Coussault,femme Barbier,pour exercice clandestin du métier(1778);-lettre de la communauté des perruquiers de Poitiers portant signalement de deux garçons perruquiers »brûleurs sans certificat »,qui ont fait route sur Angers, »où il s’agira d’en imposer à l’habitude « de leur brigandage »;-procédure entre la communauté et Guillaume La Fourcade,ancien lieutenant des maîtres perruquiers,accusé d’avoir continué à travailler du métier,quoiqu’il ne soit plus maître(1785)

    E.4420.(Carton.)-8 pièces,papier;2 pièces,parchemin;un cachet.
    1711-1784.-Contrats d’acquêt de places de maîtres perruquiers par Jean Dupain,Alexandre Guériton,Pierre Ravat,Jean Mazot,Pierre Huchet,Denis Antier,Antoine Jouet(1735-1784);-rente constituée par la communauté au profit de Gabriel Fleuriot(1711);-lettre d’envoi par la communauté des perruquiers de Tours des certificats et signalements des garçons: »Ils ont voulu faire les méchants,lorsqu’il a été question de prendre leur signalement;mais ils s’y sont rendus »(1783).
    (Série E-Corporations d’Arts et Métiers.)A D du Maine et loire.C.Port.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.