Création de rente obligataire par Julien Triffoueil au profit de Nicolas Guyet, Juvardeil 1626

cette création de rente obligataire présente plusieurs particularités.
En effet, comme on le constate au début, il n’y a pas à proprement parlé de cautions présentes, car d’habitude on a le plus souvent 2 cautions, parfois même plus de 2, et encore, quoique rarement moins.
Or ici, personne n’assiste physiquement Julien Triffoueil devant le notaire Serezin à Angers, où il est donc venu seul de Juvardeil. Et le plus curieux est que maître Serezin, notaire important, lui fait confiance, et là je dirais volontiers qu’une telle confiance est sans doute basée sur une quelconque connaissance entre les deux personnages.
Car, en fait de caution, Julien Triffoueil se fait fort de Pierre Gandon, et là, j’avoue que c’est une bien curieuse forme de caution, car il faut que maître Serezin ait eu totale confiance en Julien Triffoueil.

Puis, bien évidement, Pierre Gandon doit confirmer s’il est d’accord, ce qui est la moindre des choses dans un cas pareil.
Or, d’habitude les accords qui suivent les contrats pris à Angers sont signés devant le notaire local. Mais ici, Pierre Gandon est venu à Angers quelques jours après le contrat de création de rente, chez le même Serezin, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous disposons de cet acte d’accord, au pied de l’acte de création, car les actes d’accord sont rarement réinclus dans les liasses des minutes des notaires d’Angers.

Alors, il faut que non seulement Serezin ait eu une grande confiance ou connaissance de Julien Triffoueil pour le savoir solvable et le croire quand il dit que Gandon sera d’accord, mais il faut que des liens existent entre Triffoueil et Gandon. Ces liens peuvent être soit de famille soit d’affaires, soit les deux.

Enfin, j’ajoute à l’intention de Stéphane, que les Julien Trifoueil étant déjà nombreux sur mon étude des familles TRIFFOUEIL, il peut nous dire auquel il relit la signature de ce présent Julien Triffoueil sur mon étude, où j’ai déjà mis quelques signatures.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E8 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le samedi 12 décembre 1626 avant midy, par devant nous René Serezin notaire royal à Angers fut présent et personnellement estably Julien Triffoil marchand demeurant à Juvardeil tant en son nom privé que au nom et comme soi faisant fort de honorable homme Pierre Gandon sieur de la Vallée demeurant audit Juvardeil et auquel il promet faire ratiffier et avoir agréable ces présentes et le faire solidairement obliger au payement et continuation de ladite renet cy après mentionnée et en fournir et bailler à l’acquéreur cy après nommé lettre de ratiffication et obligation bonne et vallable dedans 15 jours prochainement venant à peine de toutes pertes despens dommages et intérests ces présentes néantmoings etc
lequel soubzmis esdits noms et qualités et en chacun d’iceux seul et pour le tout sans division etc a recogneu et confessé avoir ce jourd’huy vendu créé et constitué etc et par ces présentes vend et constitue
à Me Nicollas Guyet clerc juré au greffe de ceste ville y demeurant paroisse st Maurille à ce présent stipulant et acceptant lequel a achapté et achapte pour luy ses hoirs etc
la somme de 18 livres 15 sols tournois d’annuelle et perpétuelle rente rendable et payable et laquelle ledit vendeur esdits noms a promis rendre payer et continuer audit acquéreur en ceste ville en sa maison franche et quite par chacun an au 12 décembre premier payement commenczant d’huy en ung an prochainement venant et à continuer de terme en terme etc
laquelle rente de 18 livres 15 sols tz lesdits vendeurs esdits noms ont assise et assignée et par ces présentes assignent et assiet sur tous et chacuns ses biens meubles et immeubles présents et advenir et dudit sieur de la Vallée et de chacun d’eux solidairement et sur chacune pièce seule spéciallement sans que la généralité et la spécialité puisse desroger nuire et préjudicier l’une à l’autre en aulcune sorte et manière que ce soit avecq puissance audit acquéreur d’en demander et faire faire particuliète et especial assiette en tel lieu qu’il luy plaira et toutefois et quantes que bon luy semblera suivant la coustume promettant lesdits vendeurs esdits noms solidairement garantir de tous troubles les choses sur lesquelles ladiet assiette sera faicte et les descharger de tous autres hypotecques et empeschements quelconques,
la présente vendition et création de ladite renet faite pour le prix et somme de 300 livres tz payée manuellement comptant par ledit acquéreur audit vendeur esdits noms qui icelle somme a eue prise et receue en présence et au veu de nous en espèces de pièces de 16 sols et autre monnoye au poids et pric de l’ordonnance dont il s’est tenu à comptant et en a quité et quité ledit acquéreur
à laquelle vendition et création de ladite rente tenir faire et accomplir sans y contrevenir despens dommages et intérests en cas de deffault obligent ledit vendeur esdits noms et qualités et en chacun d’iceux seul et pour le tout sans division etc renonçant aux bénéfices de division discution et d’ordre etc foy jugement et condemnation etc
fait et passé audit Angers maison de nous notaire en présence de Me Jehan Granger et François Hanne praticiens demeurant à Angers tesmoings

  • la ratification par Gandon venu à Angers signer
  • PJ : Le jeudi 18 février 1627 avant midy par devant nous fut présent ledit sieur Gandon lequel après que lecture luy a esté faite par nous notaire et qu’il a veu leu et considéré à son loisir le contrat de constitution de l’autre part fait par ledit Triffoil tant en son nom que se faisant fort dudit Gandon il l’a de son bon gré et libre volonté loué ratiffié confirmé et approuvé et par ces présentes loue ratiffie confirme et approuve et promet ny contrevenir en aulcune sorte et maniète que ce soit ains à l’effet et accomplissement d’icelles payement et continuation de ladite rente de 18 livres 15 sols tz s’est ledit estably obligé et oblige seul et pour le tout sans division de personne et de biens renonçant aux bénéfices de division discution et d’ordre nous notaire ce acceptant pour ledit Guyet absent et à ce tenir etc oblige etc dont etc fait et passé audit Angers maison de nous notaire en présence de Me Jehan Granger et François Hanne praticiens demeurant à Angers tesmoings

    Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

    4 réponses sur “Création de rente obligataire par Julien Triffoueil au profit de Nicolas Guyet, Juvardeil 1626

    1. Bonsoir

      Concernant le couple Mathurin Triffoueil et Marguerite Chevallier

      J’avais la naissance de Marguerite dans mon arbre, mais pas son mariage : Merci

      Cette dernière est la soeur des mes ancêtres Thibaulde et Perrine Chevallier

      l’ainée épouse de Mathurin Cochet 1613
      la seconde épouse de André Roullin vers 1619

      toutes les 3 filles de Etienne Chevallier et Jeanne Guimier

      en reprenant les naissances Triffoueil/Chevallier
      André : parrain André Roullin Oncle
      Julien 19/12/1630 : marraine Thibaulde Chevallier tante
      Mathurin: marraine Perrine Chevallier tante
      Pierre: marraine Perrine Roullin (sans doute cousine née en 1623)
      le reste des parrain/marraine n’apparaissent pas chez les 2 autres soeurs Guyonne Bucher – V et D Mathurin Letessier et François Remberger : sans doute du côté Triffoueil

      Autre Chose, Marguerite ne devait pas habiter C/B avant 1628, car ces 2 soeurs mariées en 1613 et 1619, l’on mise comme marraine 1632 pour les Cochet (Mathurin Triffoueil le sera en 1635) et en 1631 pour les Roullin

      Marguerite serait née à C/B le 27/02/1596(ces 2 soeurs se sont mariées à 19 et 20ans)

      Cordialement
      Stéphane

        Note d’Odile :

      Merci

    2. Bonsoir

      Dans un acte du 23/03/1647 concernant la descendance de Jeanne Fardeau (Marie Guillot épouse de Guillaume Letessier et Gabrielle Morin épouse de Julien Letessier et Louise Guillot épouse de Jacques Dubreil (également mon ancêtre)) sont présent Julien Triffoueil (qui signe J Trifoil avec 3x infini) et son fils Urbain Triffoueil qui signe U Triffoueil

      Urbain Triffoueil fil de Julien et de Charlotte Bucher né le 11/12/1621 p124 soit 26 ans en 1647 donc possible

      Cordialement

        Note d’Odile :

      Merci.
      Mais quel cote d’acte pour l’acte que vous citez en mars 1647. Si c’est un acte notarié, la cote s’il vous plaît et le nom du notaire.

      Je vais mettre à jour mon étude TRIFFOUEIL, mais cela va demander un peu de temps car je vais aussi refaire tout Champigné encore une fois.

    3. Bonsoir

      Un Mathurin Triffoueil épouse x x le 04/09/1619 à Champigné sans doute Marguerite Chevallier car les 1ère naissances de ce couple sont à Champigné
      Marguerite le 23/05/1625 et Mathurin le 11/05/1626 (dans les 2 actes ; la mère est désignée par Marguerite). Le parrain de Mathurin est Mathurin Triffoueil(pas de signature, mais pas non plus d’indication qu’il ne sait pas signé)
      RAS entre 1619 et 1625 peut être une autre commune
      Peut être lui l’ainé

      Bonne nouvelle pour vous, le Julien Triffoueil , frère de Mathurin Triffoueil et fils de feu Julien Triffoueil et de Geneviève Souvestre, se marie le 23/02/1620 avec Guillemine Cadots à Etriché (il signe , vous pourrez comparez sa signature aux votres + 2 Signature Souvestre)
      A voir le Drappier de Laval de Yvré d’Etriché est peut être le même

      Cordialement
      Stéphane

        Note d’Odile :

      Merci.
      Je vais voir cela de près ces jours-ci.
      Je sais bien que le métier de drappier est quelque chose qui donne une piste, pour le moment au stade de piste, mais d’autant plus vraisemblable que les toiles de Laval, dont je possède le livre, étaient toutes issues de l’arrière pays, dont le nord du Haut-Anjou.
      Odile

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.