Contre-lettre d’Hercules de Charnacé et Marquis de Salles pour mettre Nicolas Lemanceau hors de cause, Contigné 1616

ils semblent avoir en besoin de ce Nicolas Lemanceau à plusieurs reprises comme caution.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E6 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le lundi 28 novembre 1616 avant midy, devant nous René Serezin notaire royal à Angers furent présents et personnellement establiz Me Hercules de Charnacé chevalier de l’ordre seigneur dudit lieu et de Gastines, Marquis de Salles escuier sieur de Beaumont et de Moiré, demeurant audit lieu noble de Charnacé, paroisse de Contigné, lesquels soubzmis soubz ladite cour eux et chacun d’eux seul et pour le tout sans division etc ont recogneu et confessé que ce jourd’huy paravant ces présentes à leur prière et requeste et pour leur faire plaisir seulemetn honorable homme Nicolas Lemanceau sieur de la Pouperye demeurant Angers s’est avecq eux solidairement mis et constitué vendeur de la somme de 37 livres 2 sols de rente hypothécaire vers Jacquine Goderon veufve de deffunt Me Joesph de La Fuye comme appert par contrat qui en a esté passé par devant nous et combien que par iceluy apparaisse que ledit Lemanceau ayt eu et receu ladite somme avecq lesdits sieurs establis néanmoings la vérité est qu’à l’instant dudit contrat ladite somme a esté pour le tout prise et receue par lesdits sieurs establis sans que il en soit rien demeuré aux mains dudit Lemanceau ne aucune partie de ladite somme tournée à son proffit partant ont lesdits establis promis rendre payer et continuer ladite rente au jour et terme porté par ledit contrat et du rout le montant en iceluy acquiter libérer et indempniser tenir et mettre hors ledit Lemanceau et luy en fournir et bailler en sa descharge de ladite Goderon lettes d’extinction et admortissement bonnes et vallables tant en principal d’arrérages d’ici deux ans prochainement venant à peine de toutes pertes despens dommages et intérests stipulés et acceptés par ledit Lemanceaun en cas de deffault et à ce tenir etc et aux dommages etc obligent lesdits sieur establis eux et chacun d’eux seul et pour le tout sans division etc renonçant au bénéfice de division discussion et d’ordre de priorité et postériorité foy jugement et condemnation etc
fait et passé audit Angers à notre tablier présents Nicolas Jacob et Mathurin Nicollon demeurant Angers tesmoings

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

5 réponses sur “Contre-lettre d’Hercules de Charnacé et Marquis de Salles pour mettre Nicolas Lemanceau hors de cause, Contigné 1616

  1. LE CHATEAU DE CHARNACE à CONTIGNE.
    -Le nom de Charnacé est fort connu en Anjou.Il fut celui d’une famille féodale connue depuis André de Charnacé,vivant en l’an 1090 et qui tenait son nom d’une seigneurie située à Champigné.Sa descendance,qui s’illustrera particulièrement au XVIe siècle,se scindera en deux branches au XIVe,l’ainée conservant la terre patrimoniale,la cadette donnant elle,son nom à un nouveau manoir de Charnacé,à Contigné.
    -On voit,génération après génération,ces Charnacé rendre obéissance féodales pour  » l’houstel de Charnacé et métairie de La Croix »,aux seigneurs de Margat dont ils relevaient à un cheval de service:Régnault de Charnacé,1408,André 1445,qui allait laisser dix enfants de Catherine Touchard de La Touchardière,Jehan 1469,époux de Marguerite Coustard de La Coustardière,André 1487,Aymar marié le 10 août 1497 à Jeanne de la Haye de Brissarthe et décédé dès le 1er janvier 1500: son unique fille,Jeanne,épousera Henry Meslet,seigneur de Selaines en Tiercé,puis vers 1550,Guy Briand et en 1600 René Meslet,écuyer,homme d’armes de la compagnie de M. de Rochefort,gouverneur de l’Anjou;Charnacé restera jusqu’à la fin du XVIIe aux Meslet.De leur manoir est parvenu jusqu’à nous un dessin naïf mais précis,montrant une petite demeure à fenêtres à meneaux et belles lucarnes renaissance.chapelle dans un angle de la cour,douves d’eau vive franchies par un pont de bois.
    Ce manoir allait passer des Meslet aux Maunoir,puis être vendu en 1740 à Bonaventure Jean Avril(un cousin des célèbres Avril de Pignerolle),qui,selon l’usage du temps,prendra le nom d’Avril de Charnacé.Riche,vieux garçon,il fera construire l’habitation actuelle,élégante demeure très typique du milieu du XVIIIe dans sa parfaite ordonnance.L’ancienne chapelle,rasée,était remplacée par une nouvelle,dans la partie arrière de la maison couverte d’un bris Mansard.Homme de goût raffiné,Bonaventure Avril ornait intérieurement sa demeure d’un escalier à superbe rampe en fer forgé,de précieuses cheminées de marbre,de boiseries à trumeaux;glaces,tables de marbre en consoles,encoignures,tables à jeux,tric-tracs avec leurs dames d’ivoire,ottomane en velours cramoisi d’Utrecht,tables de toilette à flacons de cristal,nous informe l’inventaire;qu’il y faisait bon vivre ! Mais il fallait bien un jour quitter tout cela,pour un monde que nous lui souhaitons meilleur…Ce qui arriva en 1773.
    Bonaventure s’était choisi pour héritier son neveu et filleul Jean-Bonaventure Gautier,qui à son tour allait reprendre le nom Charnacé;conseiller secrétaire du Roi au parlement de Paris,il connaîtra les prisons révolutionnaires,mais échappera à la guillotine,comme son château,mis sous séquestre,échappera à la vente nationale.Son fils Bonaventure Gautier de Charnacé,conseiller à la Cour d’appel de Paris,éminent juriste,sera fait baron par Napoléon en 1809 pour sa contribution à l’élaboration du Code civil.C’est cette même année 1809 cependant qu’à la demande de sa femme il vendra Charnacé pour acquérir une propriété plus proche de Paris,dans la Brie.
    Ce succèderont alors,par héritages successifs,les familles de Berset,d’Alès,qui y logeront leurs fermiers,puis l’ayant hérité de sa mère,le comte d’Anthenaise,en 1966,qui a mené à bien la restauration.
    (« Gens et Maisons du temps passé « André Sarazin.)

  2. -Le velours d’Utrecht,est un velours d’ameublement fait de coton ,de lin, et de mohair,poil de chèvre d’Arménie,qui fait l’originalité du tissu.
    Après la révocation de l’Edit de Nantes (1685),les meilleurs fabriquants de l’époque,de confession protestante,ont fui Amiens et les persécutions pour s’installer à Utrecht aux Pays-Bas,ils y continuèrent leur travail.
    Quand ils revinrent en France,vers 1754,le nom d’Utrecht,avait une telle renommée,qu’il est définitivement associé au velours…
    Le fameux velours d’Utrecht aurait pu s’appeler »Velours d’Amiens » !
    (Métiers d’Art. Picardie.)

  3. E.2629.(Carton.)-3 pièces,parchemin;22 pièces,papier.
    1540-XVIIIe siècle.GIRARD (de).
    -Partage entre Claude de Charnacé,veuve d’Anselme de Girard,marquis de Salles,et François d’Anthenaise,des terres de Charnacé,Gastines et Le Plessis,dépendant de la succession d’Hercules de Charnacé;-contrat de mariage de Jacques de Girard de Charnacé,sieur de Gastines,avec Catherine de La Bigotière,veuve de Sébastien Rousseau;-transaction entre Philippe de Girard,baron de Vaux et de La Blanchardière,et Yves Bernard,sieur de La Fosse ,au sujet de l’hommage de la seigneurie de Princé;-arrêt du conseil d’Etat rendu contre Jacques de Girard,sieur de Gastines,qui supprime le péage du pont sur l’Oudon dans les dépendances de la seigneurie du Bois-de-Montboucher;-notes et extraits généalogiques par le feudiste Audouys,etc.
    (Série E.Titres de famille.AD du Maine et Loire.C.Port.)

  4. 2 E 639. Une petite chemise avec trois actes:
    – Autour du mariage de Jeanne de Charnacé et du marquis de Salles en 1605.
    – Le partage de la succession de Mo-r de Charnacé du 23 juillet 1640.
    – Extrait du procès de Paris au rapport de Mr le BOINDRE.
    (Vais essayer de faire une page sur geneawiki, surtout pour Hercule de Charnacé…)
    Cdt,

      Note d’Odile :

    Ce qui serait intéressant c’est de faire la retranscription fidèle de ces 3 documents.
    En avez vous pris photo ?

  5. J’ai bien les photos des trois documents. J’ai mis les transcriptions (telles que j’ai pu le faire pour l’instant) sur le site geneawiki à défaut de le pouvoir ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.