René Aubert sieur des Faveries emprunte 50 livres, Le Lion d’Angers 1523

je vous mets ici la contre-lettre bien que j’ai photos de tout l’acte avec la constitution de l’obligation, mais la contre-lettre en dit autant.
Bien entendu il est venu emprunter la somme à Angers, comme nous avons ici l’habitude de l’observer.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E121 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 9 avril 1523 (après Pasques), en notre cour du palais d’Angers (Nicolas Huot notaire Angers) personnellement estably noble homme René Aubert sieur des Faveriz en la paroisse du Lion d’Angers tant en son propre et privé nom que au nom de damoiselle Hardouyne Lemaczon sa femme de laquelle il s’est fait fort soubzmectant etc confesse les choses cy après déclarées estre vrayes et que à sa prière et requeste et pour son fait honorable homme et saige maistre Jehan Bressouyn licencié en loix sieur de la Templerie demourant à Angers s’est ce jourd’huy lié et obligé en sa compagnie envers les procureurs de fabrique de la boeste de Notre Dame de l’église paroichial de st Michel de la Paluz de ceste ville d’Angers et du procureur de la boeste des trespassés d’icelle église en la vendition de 4 livres tournois de rente annuelle et perpétuelle par hypothèque universel sur tous et chacuns leurs biens et choses présents et avenir pour la somme de 50 livres tz paiés contens par honnestes personnes sire Guillaume Richart sieur du Russeau Doré et Estienne Lemoteux procureurs d’icelle boeste de Notre Dame et fabrique d’icelle église et par René Vinoclas marchand et procureur de la boeste des trespassés d’icelle église auxdits Aubert et Bressouyn en monnaye de douzaine dixains et testons de 10 sols tz dont ils se tindrent à contens ainsi qu’il appert par le contrat de vendition et création d’icelle rente sur ce fait et passé, et combien qu’il soit dit par ledit contrat de vendition que ladite somme de 50 livres tz ait passé par les mains dudit maistre Jehan Bressouyn comme par les mains dudit René Aubert ce néantmoins ledit Bressouyn n’en a rien retenu et ne tournèrent aulcuns d’iceulx deniers à son prouffilt en vérité sont tous demourés iceulx deniers es mains dudit Aubert …

    Hélas, Huot ne faisait pas signer

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.