Jean Bertrand vend son peu de terre labourable : Le Lion d’Angers 1635

et comme manifestement sa mère est une Bellanger, je reviens poser la question des liens BERTRON BELLANGER, si toutefois ils existent pour mon François BERTON époux de Marie GOUPIL parents de ma Marie GOUPIL

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E36 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le (illisible) février 1635, par devant nous René Billard notaire de la Chatelenye du Lyon d’Angers fut présent en sa personne estably et deument soubzmis soubz ladite cour Jean Fourmy (illisible, mais sans doute « curateur » par déduction du contexte) à la personne et biens de Jean Bertrand fils et héritier de deffunts Bertrand et Bellanger ses père et mère lequel audit nom et en vertu et conséquence et suivant la permission à luy donnée et consentye par les parents dudit mineur par devant monsieur le lieutenant de ladite chastelenye le 1er du présent mois confesse avoir présentement vendu quitté céddé délaissé et transporté et encores etc perpétuellement par héritage promis garentir de tous troubles et empeschements quelconques à noble homme François Lailler marchand bourgeois demeurant en la ville d’Angers paroisse de la Trinité absent Georges Guerif stipulant et acceptant pour luy ses hoirs et ayant cause scavoir est 3 hommées un tiers d’hommée de terre labourable qui autrefois fut en vigne à prendre à 4 endroits en une pièce de terre appellée le Cloux de la Voye dont le reste dudit cloux appartient audit sieur Lailler fors trois quarts d’hommée de terre qui appartiennent à Jacques Bonnenfant demeurant à la Mensellerye paroisse dudit Lyon, et comme lesdites 3 hommées un tiers d’hommée de terre se poursuivent et comportent et qu’elles appartiennent audit mineur sans aucune réservation en faire, à tenir du fief et seigneurie dont lesdites choses sont tenues que les parties n’ont peu déclarer adverties de l’ordonnance royale, transportant etc et est faite la présente vendition cession délais et transport pour et moyennant le prix et somme de 16 livres 5 sols tz, laquelle somme ledit Guerif a présentement baillé solvé et poié content et des deniers dudit sieur Lailler ainsi qu’il a dit et déclaré, laquelle somme ledit Fourmy a eu prinse et receue et s’en est tenu et tient à content et bien payé et en a quité et quite ledit sieur Lailler, et demeure tenu ledit Fourmy bailler et déliver copie dudit payement audit sieur Lailler à ses despens dedans 8 jours prochainement venant, dont etc et audit contenu etc quittance tenir etc garantir par ledit vendeur etc oblige ledit vendeur ses hoirs etc renonçant etc foy jugement et condemnation etc fait et passé maison de nous notaire en présence de (illisible) Justeau et Nicolas Blouin tesmoings lesdits Fourmy et Guerif ont dit ne savoir signer

Odile Halbert – Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

10 réponses sur “Jean Bertrand vend son peu de terre labourable : Le Lion d’Angers 1635

  1. Bonsoir,

    Comme je vous avais dis, j’ai poursuivi mes investigations concernant les P & M des enfants Bruslé Lebreton:
    -Jean Delestre de la Hamonnière : RAS
    -Renée Bellanger : Soeur « de coeur » également née en 1619, fille de jacques et de Mathurine Galichon
    -Jacques Bellanger : Beau père, vf de Mathurine Galichon, de Jeanne Chérubin et époux de Marie Goupil
    -Renée Bellanger : Soeur « de coeur » également née en 1619, fille de jacques et de Mathurine Galichon
    -François Aubert : un couple Aubert / Lebreton existe sur la C/O vers 1635
    -?? (Renée) Bellanger : impossible de faire le moindre lien
    -Jacques Bellanger : Beau père, vf de Mathurine Galichon, de Jeanne Chérubin et époux de Marie Goupil
    -Mathurine Vignais : peut être épouse Mathurin Gardais / Jean Levesque
    -René Bonsergent : époux de Renée Bellanger
    -Perrine Bonsergent : Soeur du précédent épouse de René Gernigon (de Gené)
    -Pierre Pennard : RAS (rare peut être un lien avec les Panard de Gené)
    -Louise Roussin : RAS
    -Jacques Gardais : RAS (peut être un lien avec Mathurine Vignais Prédécemment citée)
    -Marie Hobé : sans doute épouse de Pierre Lemesle de la C/O

    Piste de travail:

    1-Jacques Bellanger x 17/11/1616 à Gené Mathurine Galichon ° & + à Gené
    11-Renée Bellanger ° à Gené en 1619 x 08/01/1646 Gené René Bonsergent ° à Gené en 1622
    111-voir Baptême de René Bonsergent en 1654 à Gené p270 la marraine ne vous sera pas inconnue
    1-Jacques Bellanger x 01/01/1626 à Gené Jeanne Chérubin
    1-Jacques Bellanger x entre 1626 et 1628 à Marie Goupil vve de François Lebreton

    La seule commune ou il y a des manques pour cette période est Vern d’Anjou

    Nous savons que Perrine Lebreton est née en 1619, il faudrait sans doute revoir la naissance de Charles Bruslé vers 1613 voir 1617 (ce méfier de l’age de 100ans « donné à la va vite » dès que l’on a un grand age)

    J’ai regardé rapidement sur Louvaines; lors des 1ères naissances issues du couple Bruslé / Vignais, Mathurine Vignais a été marraine d’un enfant Vignais (1614 p49).
    La mère de cet enfant Vignais était une Charlotte Loyseau.
    Charles Bruslé a un prénom qui n’est pas si fréquent (Jean René Pierre): pourrait il avoir un lien avec cette Charlotte Loyseau? Grand mère, Tante…ou rien du tout?
    Je vous laisse regarder

    Cdt
    Stéphane

  2. Bonjour Stéphane
    C’est merveilleux !
    Je me réveille et tout cela dans ma BAL !
    Je vous remercie infiniement
    et pour ce qui est de l’âge, je suis d’accord avec vous, car c’était aussi ma supposition
    Bonne journée
    Merci infiniement
    Odile

  3. Rebonjour
    J’ai cherché en vain sur Gené et Le Lion d’Angers le décès de Jeanne Cherubin, car mariée à Jacques Bellanger en janvier 1626 à Gené, il faut qu’elle soit décédée avant le 20 avril 1628, date à laquelle Marie Goupil apparaît comme marraine qualifiée de « femme de Jacques Bellanger »
    Faute de pouvoir trouver le remariage de Marie Goupil avec Jacques Bellanger, et le décès de Jeanne Cherubin, je peux supposer qu’il existe un autre Jacques Bellanger, d’autant que Jacques Bellanger décède à Gené en 1662 et Marie Goupil à Grez-Neuville en 1667, ces deux dernières actes sans aucune mention filiative, mais tous deux ont un nom assez rare

    Ne pourrait-on pas partir ce l’acte notarié que je mettais ce jour en ligne, qui attestant l’existence d’un couple BERTRON x BELLANGER hélas de si mauvaise qualité car abimé par le temps que les prénoms n’existent pas, mais tout de même il a bien existe quelque part un couple de ces deux noms, et cela serait une piste aussi.
    Je vais mettre en ligne les GOUPIL dans l’état où ils sont.
    Odile

  4. Bonsoir

    tout converge sur Gené
    Le Jacques Gardais parrain y réside avec sa femme Jeanne Guibert (mariage en 1658): Jean et Charles Bruslé sont les 2 1er parrains de leurs enfants (Jeanne et Charles Gardais)
    la Famille Pennard/Panard est bien de Gené (cette famille est liée au Bonsergent)
    les Bellanger y sont également
    des parrainages croisés entre les couples Bruslé/Lebreton & Bonsergent/Bellanger
    le dc de Marie Goupil (1667) ne doit pas correspondre à l’épouse Lebreton et Bellanger. Par supposition, si Perrine Lebreton s’est mariée (très) jeune 15ans, elle devait être orpheline de père et mère (Marie Goupil aurait été marraine). De plus il semble que Perrine Lebreton était enfant unique, elle aurait sans doute pris sa mère chez elle (environ 78ans), et non la laisser sur Grez Neuville toute seule (cela ne colle pas avec l’époque).
    Mais cela ne reste que des hypothèses.

    Bonne chance, pour démêler ce méli-mélo

    Stéphane

  5. Bonjour Stéphane
    J’ai mis en ligne l’état actuel de mes relevés GOUPIL
    http://www.odile-halbert.com/Famille/GOUPIL.pdf

    Mais, je vais continuer pour tenter de tenir compte de vos observations, mais cela commence mal dès ce matin, car ouvrant mon fichier sur le chartrier de la Jaillette je découvre une autre Perrine Lebreton à Louvaines mêmes dates, et ensuite promis, je vous adresse tous les actes concernant Aubin Bienvenu

    à suivre

    hier j’étais très occupée (tour de France + championnats d’athletisme + foot France Allemagne) et en conséquence je n’ai rien fait sur mes recherches

    Odile

  6. Bonjour,

    petit complément,

    Nicolas Brusle est bien né au Lion, le 26 0ct 1650 (vue 314) de Charles Brusle et perrine Gouppil

    Mathieu Goupil X Mathurine Gernigon
    Maturine Gernigon doit être la fille de Jean Gernigon métayer de la Talonniere en 1573 (vue 85) X Jeanne Allard
    donc Mathieu probablement frere de Mathurin travaillant aussi à la Talonniere.

    perrine Goupil X Jean Berthelot
    -Pierre Berthelot le 29 juillet 1606 à Grez (vue 314)

    Bonne journée.

  7. Rebonjour
    Perrine Goupil est une seconde confusion entre le nom de la grand mère maternelle Marie Goupil et le nom de la mère Perrine Bertron fille de Marie Goupil.
    Cela semble bien indiquer que Marie Goupil vivait chez sa fille. Elle était veuve de François Berton depuis 1626.
    Je pense par ailleurs que la Marie Goupil épouse d’un Jacques Bellanger n’est pas la même Marie Goupil, mais celle qui suit :
    Marie GOUPIL °Grez-Neuville 2 juillet 1607 « en latin – baptisée Marie fille de Mathieu Goupil et Perrine sa femme présentée par honneste garçon Marin fils de honneste homme François Delaporte et Jeanne fille de defunt Georges Goupil »

    Odile

  8. Bonsoir Odile

    Encore un indice qui va toujours dans le même sens, il semble bien que Jacques Bellanger était également vf en 1628. Nous savions que Jacques Bellanger et Jeanne Cherubin avaient dû quitter Gené (pas de naissance et de dc). peut être qu’ils résidaient à Grez, Une Jeanne Chérubin y est dcd le 16/06/1627 (métayère au Perrin) p171

    Stéphane

  9. Bonjour Stéphane
    Bonjour Patrick

    Merci pour le cadeau que vous venez de me faire tous les deux, hier Patrick avec la naissance de mon ancêtre dans une file en désordre des baptêmes du Lion, et aujourd’hui Stéphane.
    J’avais fait les S à Gené et pas songé un seul instant qu’il ait pris un bail ailleurs.
    Donc, Jacques Bellanger, après avoir épousé en janvier 1626 à Gené Jeanne Cherubin du Lion, dont le mariage est aussi au Lion, mais elle y est prénomée « Renée », a pris le bail du Perrin.
    Le Perrin est situé au sud de la Ville du Lion, dont la frontière avec Grez-Neuville est assez proche de la ville, et le Perrin est juste à cette frontière. Il est situé à égale distance des 2 églises, celle du Lion et celle de Neuville.
    Un bail ne s’interrompait pas facilement, et il fallait continuer à faire fonctionner la métairie du Perrin après le décès de Jeanne Cherubin, et je reconnais, que malgré l’absence de leur mariage à Grez-Neuville, au Lion, et à Gené, c’est bien ma Marie Goupil qui est dite marraine de Jeanne Goupil en avril 1628 :

    Jeanne GOUPIL °Grez-Neuville 20 avril 1628 « baptisée Jehanne fille de Symon Gouppil et de Louyse Hamelin sa femme parrain Jehan Hamelin fils de deffunt Etienne Hamelin, Marie Goupil femme de Jacques Bellanger marraine » †Grez-Neuville 27 avril 1698 « a été ensépulturé dans le petit cimetière de céans Jeanne Goupil vivante femme de Vincent Boumier décédée d’hier âgée de 71 ans en présence dudit Boumier et Vincent Boumier son fils et Jean Rouvraye son gendre qui ne savent signer » x Vincent BOUMIER Dont descend Stéphane

    Marie Goupil y est donc bien l’épouse de ce Jacques Bellanger et tante maternelle de la baptisée.

    Encore merci
    et je vais survivre allègrement à mon anniversaire (ils sont plus impressionnants, à cause des chiffres, quand on a mon âge qu’à 20 ans)
    Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.