La fabrique d’allumettes de la côte Saint Sébastien à Nantes Sud Loire en 1846

Voir tous les articles sur Nantes Sud Loire Saint Jacques

En 1846, la côte Saint Sébastien n’a pas encore de restaurants, ou autres lieux de détente, qui ne vont apparaître qu’à la fin du 19ème siècle.

En 1846, on y trouve une fabrique d’allumettes, dans des bâtiments appartenant à Deplanchettes, propriétaire de plusieurs maisons dans le coin. Les exploitants de cette petite fabrique viennent de loin, même si je dois vous avouer que je n’ai pas identifée la région d’origine, car j’ai seulement le lieu de naissance que je n’ai pas situé, merci de m’y aider. Les voici (type de bâtiment, nom du locataire, âge du locataire, nombre d’années à Nantes, état matrimonial Célibataire, Marié, et enfin le lieu d’origine)

maison basse Duval Alphonse 23 6 C Raion
batiment fabrique Bespois Charles 50 6 M Gray

Ces 2 locataires qui fabriquent les allumettes sont manifestement issus d’une région qui connaît ce type de fabrication, malheureusement j’ignore l’histoire de la fabrication des allumettes, et j’avoue humblement n’avoir jamais pensé aux allumetes de nos ayeux alors que j’ai des marchands ciergiers et autrse fabriquants de bougies dans mes ascendants, et une très bonne conscience de ce qu’est la vie sans l’électricité, d’autant que j’ai connu la guerre et les lampes pigeons etc… qui me rappellent fortement ce que nos ancêtres ont connu, et même je pense à eux en cette période de l’année aux très longues soirées dans le noir, et sans télé … comme c’est mon cas depuis 3 semaines, car ma tour est en transition technique de suppression de l’ADSL et son réseau téléphonique pour la fibre encore non installée chez moi, et je sais ce que c’est qu’une soirée sans télé, donc je pense encore plus à nos ayeux. Ceci dit je suis en tentative d’installation de la réception TNT avec antenne intérieure pour me passer de la box mais avoir la télé pour Noël.

Bonne journée à vous tous, profitez bien des immenses progrès technologiques que nous a apport la fée électricité…. Chez moi les allumettes, des Gitanes, sont dans un tiroir oublié, faute d’avoir été ouvert depuis des années et des années !!!

 

7 réponses sur “La fabrique d’allumettes de la côte Saint Sébastien à Nantes Sud Loire en 1846

  1. La Manufacture d’allumettes de Trélazé.
    En 1863,les frères Lebatteux,sont propriétaires d’une fabrique d’allumettes à Angers,transférée à Trélazé.(qui fut fermée en 1981)
    Une colonie bretonne,qui se regroupe dans le quartier de « La petite Bretagne ».
    Les hommes travaillant aux ardoisières,les femmes à la Manu.

    1. Bonjour Madame
      Merci.
      Je vous souhaite bonne continuation en ces temps perturbés.
      Merci d’être aussi fidèle à mon blog.
      Bien à vous
      Odile

  2. En espérant que vos soucis de réseau téléph soient vite résolus.
    Courage à vous.
    Marie.
    PS: J’ai souvent pensé aux longues soirées d’hiver de nos aîeux,sans électricité,méditant devant la lumière de l’âtre,(pour ceux qui possédaient une cheminée,)et quelques chandelles,mais en ville,ce devait être d’une grande tristesse !

  3. Merci Marie de rappeler à moi l’Angevine la fabrique d’allumettes de Trélazé, la colonisation des Bretons qui habitaient jusque dans le quartier dit de la Madeleine où mes ancêtres côté ma famille maternelle (Turbelier) ont vécu un bon bout de temps. Il existe des descendants bretons actuellement, et même un bagad dont j’ai oublié le nom mais que j’ai pu entendre il y a quelques années.

  4. Bonjour, je n’ai pas eu le temps de répondre hier, mais étant originaire de Trélazé, j’ai bien sur pensé à la « Manu ». Il y a eu 2 sites de production : le Profac, et la Manu. Le Profac accueille maintenant une école maternelle, l’école de musique, la médiathèque, le théatre de l’Avant-scène… et la Manu a été reconvertie récemment en logements et… en Lidl ! A la fermeture, les ouvriers trélazéens ont été « invités » à rejoindre la Seita à Nantes. Nous penserons à ces petits bouts de bois de peuplier soufrés en allumant le tréfoué !

  5. Bonjour à tous,

    Je pense que je me passerai plus facilement de la télé que d’internet mais je suis heureuse pour vous Odile que votre soucis soit résolu.
    Une petite historie des allumettes : https://gallica.bnf.fr/blog/03042018/petite-histoire-des-allumettes?mode=desktop
    Mon GP maternel a commencé à travailler à 14 ans dans la fabrique d’allumettes d’Aubervilliers (93) en 1909. Mais on peut dire qu’il a eu de la chance , il ne s’agissait plus des allumettes au phosphore blanc qui ont fait tant de dégât dans le monde ouvrier, même les enfants bien plus jeunes y étaient alors employés. Dans le livre Aubervilliers de Léon Bonneff on découvre le monde insalubre de l’industrialisation dans la fin du XIXe siècle, en particulier dans ces usines d’allumettes au phosphore blanc..
    Donc apprécions aujourd’hui à sa juste mesure, même si tout n’y est pas rose.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *