les 2 fusils et 2 pistolets de Nicolas Denais : Chemazé 1724

Je termine avec vous ce long inventaire qui m’a tant appris !
Grâce à lui, j’ai tous les détails sur le métier de Nicolas Denais, car les papiers donnent les liasses de baux à ferme et acquits de baux à moitié. Il était donc marchand fermier, d’abord de la terre de la Ferrière de Flée, puis celles de la Broissinnière et de Gastines à Molière en Chemazé.
Il entreposait dans la maison seigneuriale de Gastines qu’il habitait donc en tant que fermier de la terre de Gastines, d’importantes quantités de lin, chanvre, pois, fèves, céréales, etc…
Il se déplaçait souvent avec des marchandises et/ou des sommes importantes, donc, il possède 2 fusils et 2 pistolets. Cette mention est peu fréquente dans les inventaires, et j’ai depuis longtemps recencé sur mon site ces mentions d’armes. Il est manifeste qu’elles sont liées à une activité de déplacements risqués.
Et peu de personnes possédaient de telles armes !!! C’est du moins ce que tous les nombreux inventaires après décès que j’ai dépouillés reflètent.

Nicolas Denais est mon ascendant, et sa vie est désormais très illustrée et il le mérite car il a eu un parcours remarquable.
Fils d’un marchand tissier de Bonchamps, il a à peine 6 mois quand son père meurt, et sa veuve ne se remariera que 14 ans plus tard, élevant donc seule ses jeunes enfants.
Je suppose qu’elle les a placé dans des familles, et que Nicolas a eu la chance de se rapprocher ainsi au service des nobles qui l’ont par la suite embauché pour gérer leurs terres.
Il se marie tard, et sa première femme décède en 1720 sans lui avoir donné d’enfants.
Il se remarie en 1721, alors âgé de 51 ans, et là, je vous réserve bientôt la surprise ce ce contrat de mariage stupéfiant !
à bientôt

La seringue de Nicolas Denais : Chemazé (53) 1724


15 boisseaux de froment rouge 82 livres – Une seringue 3 livres – Un septier 4 boisseaux d’avoine 26 livres – 12 septiers 2 boisseaux de bled seigle 490 livres – Un manteau de Camelot de nulle valeur 5 livres – Une mauvaise paire de souliers et une paire de pantoufle 2 livres 10 sols

Vous avez bien lu. Ce passage est extrait du long inventaire après décès de Nicolas Denais en 1724 à Molière en Chemazé, où il était marchand fermier, d’où le long inventaire car il a un stoc impressionnant de produits des récoltes.

Le mot seringue ne peut pas être compris avec notre sens médical actuel, et rassurez vous mon ancêtre ne se droguait certainement pas.

Certes j’ai d’abord aussi étonnée que vous, d’autant que le dictionnaire du monde rural de Marcel Lachiver ne donne pas cet outil. Mais il donne cependant l’explication plausible :
En horticulture le seringage consiste à arroser en pluie fine.
J’en conclue donc que la seringue de Nicolas Denais était un pulvérisateur, et que cette manière douce d’arroser était sans doute pour des fleurs et un jardin de madame !
Odile HALBERT

Les 2 culottes de cuir de Nicolas Denais : Chemazé (53) 1724

Je travaille depuis 3 semaines mes DENAIS dont Nicolas décédé en 1724 à 54 ans à Molière en Chemazé, et je retranscris et analyse l’inventaire après décès qui me livre beaucoup sur sa vie et son travail.
Et j’ai même quelques surprises, alors que j’ai déjà fait beaucoup d’inventaires après décès assez anciens, je croyais avoir tout vu.
Il n’en est rien, je découvre encore des choses, la preuve, voyez ici parmi d’innombrables vêtements, une multitude de cravattes et de mouchoirs, il a aussi 2 culottes de cuir.
Je suis surprise de cette information, car je n’avais jamais pensé rencontré ce type de vêtement. Nicolas Denais est un marchand à la fois marchand fermier de 3 seigneuries et manifestement aussi intermédiaire dans le commerce de la toile vers Laval. Alors, à quoi lui servaient les culottes de cuir ? surement pas à livrer de la toile à Laval, mais à aller voir ses métayers ???

Or, impossible sur Internet de trouver d’autre piste que la Bavière, que je connais comme vous sans doute, et qui manifestement semblent avoir le monopole de l’information sur la culotte de cuir.
Mais je ne trouve rien sur la France d’autrefois.
Et vous ?
d’avance merci.
Odile

Inventaire des biens de feux Catherine Gault et Maurice Barré : Pouancé 1662

Je vous avais déjà mis sur ce blog les Partages en 4 lots des biens de feux Maurice Barré et Catherine Gault, qui avait eu 15 enfants, Pouancé 1663
J’ai l’inventaire qui avait précédé pour estimer les biens, mais il est très long, soit 55 pages. Je vous mets ici uniquement les 4 premières pages, qui sont la première closerie, et je vous demande si je dois poursuivre cet acte.

Acte des Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E5 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 2 octobre 1662 (classement chez François Crosnier notaire royal à Angers, qui a fait ensuite les partages) appréciation des héritages et choses immeubles appartenant aux enfants et héritiers de defunts Me Maurice Barré et Catherine Gault, faits par nous Mathurin Garnier et Louis Homo notaires de la baronnie de Pouancé en vertu du jugement de monsieur le juge de la prévosté d’Angers, et en présence et à la diligence de vénérable et discret Me Maurice Barré prêtre, l’un desdits héritiers et aîné en ladite succession, ainsi que s’ensuit

au lieu et closerie de la Hallerie situé à Pouancé st Aubin
ce qu’il y a de logements avec les rues et issues et fonds 200 livres
ce qui dépend de terre de ladite succession et un jardin situé au dvant desdits logements 11 livres
un autre jardin clos à part étant au derrière dudit logis 20 livres
f°2/ 5 planches de terre dans le jardin nommé le Castouau proche ledit logis 30 livres
un petit jardin clos à part contenant 2 cordes ou environ appellé le jardin du Pastis 4 livres
la pièce nommé l’Ouche contenant environ un journal de terre labourable 70 livres
un petit jardin clos à part nommé le jardin du bois contenant 2 cordes 5 livres
une pièce de terre close à part appellé le Petit Bois contenant avec les haies tout autour environ 2 boisselées
une autre pièce de terre close à part appellée la pièce de la Croix contenant un journau de terre ou environ 60 livres
une pièce de terre close à part moitié en terre labourable moitié en pré appellé le grand Rast en laquelle y a nombre de poiriers 100 livres
f°3/ un petit pré clos à part appellé le pré de la Charayère contenant environ 7 cordes de terre 40 livres
2 pièces de terre joignant une aultre appellée les Clais du haut de l’une desquelles y aune vieille gaste de maison contenant 7 boisselées de terre ou environ 90 livres
un petit pré clos à part appellé les Clais ou il vient environ une vielotte de fouin 50 livres

    veilloche : de la Saintonge au Cotentin et au Vendômois, tas de foin ou de fourrage artificiel fait dans un champ en attendant qu’on l’enlève et qui correspond à peu près au chargement d’une charrette. Dans le Haut-Maine, en Anjou, cette meule de foin, apellée veille, pouvait peser 500 à 2 000 kg. On trouve aussi veillotte, vieillotte, mulon, veillochon M.Lachiver, Dictionnaire du monde rural, Fayard 1997

une quantité de terre lande et chesnais nommée les Jaulnais contenant environ une boisselée et demie 40 livres
une pièce de terre partie en chesnais close à part appellée les Mortiers contenant 5 boisselées ou environ 50 livres
une quantité de terre estant au bas de celle cy dessus contenant 4 cordes ou environ nommée le Mortier 8 livres
un pré clos à part appellé le pré des landes où il a environ d’une chartée de fouin 90 livres
f°4/ une quantité de pré joignant le pré cy-dessus situé dans le pré nommé la Plataine dans lequel il y environ d’une vielotte 50 livres
un autre pré de la Plataine d’environ une vielotte de foing 36 livres
une quantité de terre en pré située au milieu du pré appellé le pré Gras ou vient une vielotte de foing 40 livres
un petit pré clos à part appellé le pré Bouesseau ou vient une vielotte de foing 50 livres
un verger appellé le Petit Rafet clos à part contenant une boisselée 50 livres
une quantité de terre contenant 12 cordes ou environ située en la pièce des Grand Bois 12 livres
une quantité de terre en pré au pré de la Vigne où tient environ une vielotte de foing 40 livres
ce qu’il y a de landes dépendant dudit lieu situées dans les landes de Ricordeau avec les droits de communs 40 livres
somme totale 1 280 livres

J’ai l’inventaire qui avait précédé pour estimer les biens, mais il est très long, soit 55 pages. Je vous mets ici uniquement les 4 premières pages, et je vous demande si je dois poursuivre cet acte.

Inventaire des biens de Mathurin Cassard au décès de sa première femme Julienne Honoré : Saint Lumine (44) 1743

Je vous emmêne de temps à autre faire un détour par Clisson et ses environs. Pays de vigne, vous allez voir que le peu que possède Mathurin Cassard, ainsi que sa seconde femme, Catherine Maillard, consiste surtout en barriques.

Les lits sont tous mauvais, comme on disait alors pour ce qui était loin d’être neuf, et qui avait sans doute déjà fait plusieurs générations.

Mais, oh stupéfaction ! Il a des napes, des mouchoirs, et même une chemisette, choses surprenantes. Certes les mouchoirs sont certainement assez rudes pour le nez en grosse toile, et il en existait de plus fins, en baptiste, pour les riches. Mais tout de même, j’avais cru comprendre qu’on se mouchait le plus souvent sur sa manche en l’absence de mouchoirs, et que le mouchoir était très rare autrefois.

La seconde épouse, Catherine Maillard, est certe veuve, mais comme le notaire ne fait aucune allusion à un quelconque compte qu’elle rendra dans le futur à ses enfants on peut conclure qu’elle n’en a pas.

Le vocabulaire variait beaucoup selon les régions à l’époque, ainsi ici les draps sont des linceuls, et les manteaux, à ce que j’ai compris sont des bernes. A moins que vous ayiez une meilleur suggestion. Je vous ai mis en rouge les termes inhabituels sur ce blog, et en rose ceux qui attestent de la modicité. J’attire surtout votre attention sur l’assiette, unique assiette de tout l’inventaire ! Je me suis demandée comment ils mangaient, mais il semble que la vaisselle était en terre, enfin c’est ce que j’ai cru comprendre.

Acte des Archives Départementales de Loire-Atlantique, 4E/18 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 4 juillet 1743 devant nous notaires de la cour royale de Nantes et du marquisat de la Galissonnière résidant à Clisson et Monnières, Inventaire et prisage des meubles, effets et bestiaux dépendant de la communauté d’entre Mathurin Cassard laboureur demeurant au village du Pay paroisse de Saint Lumine et de defunte Julienne Honnoré sa première femme, père et garde naturel de Mathurin, Jean et Thérèse Cassard ses enfants d’avec ladite feue Honnoré, fait pour arrester la communauté d’entre luy et ses dits enfants, étant convolé en secondes nopces avec Catherine Maillard sa femme, veuve en premières nopces de Gabriel Paviot, auquel inventaire a été vacqué par nous notaires royaux de la cour et diocèse de Nantes résidant à Clisson le 4 juillet 1743 sur la réquisition dudit Mathurin Cassard en présence de François Lefort oncle maternel desdits mineurs demeurant audit village du Pay dite paroisse et de François Cassard oncle paternel desdits mineurs demeurant aussi audit village du Pay, et étants en la maison et demeure desdits Mathurin Cassard et femme après serment par chacun d’eux fait et presté séparément ès mains de l’un de nous dits notaires, l’autre présent, de tous les biens dépendants de ladite communauté montrer et enseigner pour estre inventoriés au présent inventaire sans aucuns cacher ny détourner sous les peines de l’ordonnance leur exprimées et données à entendre par nous dits notaires, lesdits biens meubles ont été prisés et estimés par Mathurin Bastard laboureur demeurant au village du Pay paroisse de Saint Lumine, et Pierre Metayreau aussi laboureur demeurant à la Bigotière paroisse de Maison priseurs jurés et expérimentés, qui après avoir devant nous dits notaires presté séparément le serment au cas requis, les ont prisés et estimés en leur conscience eu égard au cour des terres selon et ainsi qu’il ensuit :

2 chaudrons, un grand et un moyen, avec un poislon et une marmite, une poisle à frire et une cramaillère 18 livres 10 sols

2 bouts de planche servant de table 10 sols

une met (maie) à boulanger 4 livres

un grand coffre fait à panneau 9 livres

un coffre fait à plein bois 5 livres 10 sols

une paire d’armoire faite à 4 batans 12 livres

un mauvais lit avec un charlit 10 livres

2 mauvaises couchettes avec une mauvaise baline 30 sols

2 paires de portoires 3 livres 10 sols

3 pics , 3 tranches et une mauvaise ratelleuse 6 livres 10 sols

2 pelles de fer et 2 fourches, l’une à 3 l’autre à 2 doigts de fer 4 livres 10 sols

2 faucherets tous emmanchés 2 livres 15 sols

une forge avec son marteau 20 sols

2 grandes serpes et 2 serpes à tailler, avec un hachereau 3 livres 10 sols

3 faucilles 15 sols

un troipied avec un penseau de fer et un boisseau 2 livres

un charnier avec un petit marteau et une paire de tenailles 2 livres 6 sols

une posne de terre 25 sols

9 bernes (manteaux) de grosse toile avec 3 napes de grosse toile 15 livres

2 mauvais cotillons un de grenete et l’autre de toile, un corset brun, 2 devantières une de toileet l’autre brune avec une mauvaise chemisette 3 livres

3 coiffes et 3 mouchoirs tant de grosse toile que de fine 15 sols

une assiette d’étain 10 sols

toute la poterie de terre et bouteilles 1 livre

une seille de bois 5 sols

une grande cuve 9 livres

11 barriques et 2 quarts 17 livres

une mère vache 40 livres

et finalement une jument avec tout son équipage 36 livres

 

Et sont tous les meubles dépendant de ladite communauté, lesquels sont trouvés monter, sauf erreur de calcul à la somme de 211 livres 11 sols, desquels meubles et bestiaux ledit Cassard s’est volontairement chargé pour les représenter et en tenir compte à sesdits enfants en terme et lieu

Et on lesdits priseurs signé avec nous dits notaires, et sur ce que les autres parties ont déclaré ne savoir signer, ledit Mathurin Cassard a fait escrire Pierre Hallouin, ladite Maillard sa femme Jean Kelly, ledit François Lefort écuyer Jacques Robinault, et ledit François Cassard Pierre Ernaud, tous de Clisson

 

Et avenant les 2 heures de l’après midy de cedit 4 juillet 1743 nous notaires susdits avons procédé à l’inventaire des meubles appartenant à la dite Catherine Maillard femme dudit Mathurin Cassard :

une marmite avec une travaillère 1 livre 15 sols

2 chaudrons 7 livres

une poisle à frire avec un poislon 1 livre 10 sols

3 pieds 1 livres 10 sols

une serpe à tailler avec une mauvaise grande serpe, une faucille 1 livre

une ratelle avec un cereau 13 sols

une hache avec une uville 1 livre 5 sols

un pic avec une mauvaise pelle 1 livre

une gruge avec un peseau de fer 12 sols

une paire de portoires 1 livre 10 sols

3 barriques 4 livres

un grand coffre 7 livres

3 bouts de planche 10 sols

un lit avec un travers de lit, un mauvais charlit avec les rideaux 20 livres

7 bernes de grosse toile avec 2 linceux de brin, 5 napes et 2 serviettes 17 livres

un travoüil avec ses fuseaux et 4 gèdes de graille 7 sols

une güie 5 sols

un chandelier de cuivre avec une grille de fer 10 sols

et finalement un mauvais lit avec un travers, un petit oreiller et une mauvaise berne 5 livres

Et sont tous les meubles appartenant à ladite Catherine Maillard femme dudit Cassard, lesquels elle a fait amener chez son dit mari ainsi qu’il le reconnaît pour entrer en leur communauté, lesquels se sont trouvés monter sauf erreur de calcul à la somme de 72 livres 7 sols. Fait et arrêté en la maison et demeure desdits Cassard et femme.

Odile Halbert – Si vous mettez mes travaux sur un autre site, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

 

 

 

 

 

Inventaire des titres de défunte Catherine Meslet : Angers 1572 (fin)

Nouvelles informatiques de la migration obligatoire de mon site.
Vous pouvez me faire savoir ce qui ne va pas, en précisant bien quel navigateur et/ou tablette vous utilisez(chez moi le meilleur résultat est obtenu avec Firefox Mozilla).

Merci de me faire savoir si tout est lisible (je vais aussi apprendre à mettre la largeur adaptée au navigateur, si j’y parviens)

Enfin, soyez patients, car il va y avoir sur encore plus de 5 semaines d’importants travaux informatiques sur mon site.

Il y a 3 jours, nous avons vu la première partie de cet inventaire, en voici la fin. Hélas, je n’y ai pas trouvé de contrats de mariage, successions ou autres plus intéressants, et uniquement des acquets et baux, et quitances.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E7 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

/f°20 et bail à ferme fait desdites choses par ladite Meslet audit Bohic ledit jour par devant ledit Poulain notaire … Copie d’un contrat d’acquest contenant que Jehan Beauvillain a vendu certaines choses o gâce devant Legauffre notaire le 3 juin 1567 … /f°21 Copie de contrat d’acquest fait par ladite defunte Meslet de René Morineau et Estienne Bohic d’un quartier de terre labourable pour 25 livres avecques grâce, ledit contrat du 8 mai 1568 … Copie d’un contrat d’acquest fait par ladite defunte Meslet de Ollivier Marchant avecques grâce passé soubé la cour royale d’Angers par Gouyn notaire le 13 mai 1568 – Copie de bail à louage fait par ladite Meslet à Marin Aujubault de 2 chambres haultes et autres choses pour 35 livres tz passé par Gouyn notaire le 9 janvier 1568 – Bail à closerie fait par ladite Meslet à Pierre Galopin du lieu de la Boysnerye passé soubz la /f°23 cour royale d’Angers par devant Gouyn le 25 novembre 1569 – Accord et compte fait entre ladite defunte Meslet et Pierre Chevalier Me cordonnier Angers au nom et comme curateur ordonné par justice aux enfants mineurs d’ans de deffunt Estienne Chevalier passé soubz la cour royale d’Angers par J. Huot notaire le 20 février 1568 – /f°24 Bail à ferme fait pas ladite defunte Meslet à René Regnault de l’herbe tonture pasturage d’un pré clos appellé le pré de la Bouesnerie pour 37 livres tz passé soubz la cour royale d’Angers par Gouyn le 26 février 1569 – Accord fait par ladite defunte Meslet avecques chacuns de Jehan Maunoir Michel Lemoulnyer et Robert Busson touchant la perrière /f°25 de la closerie de la Bouenerie pour la pierre d’icelle passé soubz la cour royale d’Angers par devant Callyer notaire le 12 novembre 1566 – Un autre accord fait par entre ladite defunte Meslet et Charles Doysseau et Renée Meslet sa femme pour raison d’une viene (sic mais pas compris) estant dans la cour et maison dudit Doysseau et autres choses … passé soubz la cour royale d’Angers par devant Callyer notaire le 15 juillet 1566 – /f°26 Ung contrat d’acquest fait par ladite Meslet de Pierre Deroucheau de Me Samson Legauffre et Jehan Bafet du lieu et appartenances de la Motouaye pour le prix de 700 livres tz avecques condition de grâce passé en la cour royale d’Angers par devant Eluard notaire le 16 septembre 1567 signée Lepelletier – Ung contrat de vendition fait par André Delafuye à René Regnault d’une estable et superficie dessus d’icelle pour 30 livres tz passé soubz la cour royale d’Angers par devant Lemesle le 29 /f°27 avril 1560 signé Lemesle et Millard pour tabellion, au dos duquel contrat est une quittance … pour la recousse et réméré … – Une quittance en papier du 31 décembre 1565 signée M. Belyer contenant que ledit Belyer confesse avoir /f°28 receu de ladite Meslet 10 livres tz pour la pension de son fils Nicolas – Une minute d’obligation passée soubz la cour royale d’Angers le 18 octobre 1570 contenant que François Dumont et sa femme doibvent à cause de prest 81 livres 4 sols 6 deniers signée Lory – Une quittance du 14 août 1566 signée M. Joubert /f°29 contenant que Michel Joubert le jeune à confessé avoir receu de ladite Meslet 113 livres 12 sols restant de la somme de 313 livres 12 sols – 3 quittances de frère Gilles Symon religieux de st Cierge … pour paiements de certains debvoirs deuz à cause d’une chapelle de Levesche – Une autre quittance du 4 /f°30 mars 1561 contenant que Georges Mouschet maczon a receu de Thyefaine Lemoyne 4 livres tz pour un foyer fait à neuf – Une sentence donnée par devant les juges et consuls d’Angers au profit de ladite Meslet à l’encontre de Mathurin Lebarbier contenant condemnation de la somme de 32 livres 10 sols tz en dabte du 13 décembre 1565 – Une quittance de Jehan Morier commis du fermier et recepveur /f°31 de la secretairie de l’abbaye de st Aulbin contenant paiement de 7 sols 6 deniers tz du 22 septembre 1568 – Un paquet de 21 lettres de Nicolas Chevalier adressantes à ladite Meslet sa mère – Un obligation passée soubz la cour du chastelet de Paris le 19 mars 1570 contenant que Jacques Boullay au nom et soy faisant fort de ladite defunte /f°32 Meslet à Me Nicolas Chevalier en apprentissage en la maison de honneste femme Françoise Guerrif – Une obligation passée soubz la cour royale d’Angers par Legauffre notaire le 22 février 1571 contenant que ledit Boullay auroit mis ledit Nicolas Chevalier en la maison de Guillaume Regnault marchand demeurant à Paris – Une lettre missive adressante à sire Jacques Boullay pour faire tenir à la veufve André Delafuye en date du /f°33 22 septembre 1569 soubscripte Nicolas Guy – Ung escript non signé … « pour madame Delafuye donné à Lézin Debonnaire » … « 9 livres 7 sols » – Quittances portant acquit de 410 livres tz par le célérier du moustier et abbaye de st Cierge pour la ferme du lieu et mestairie du Pin dépendant de la cellerie de ladite abbaye passées soubz la cour royale /f°34 d’Angers le 18 mars 1555 signée Lemesle – Une quittance de 100 livres tz de André Delafuye et de ladite Meslet faisant le reste et parfait paiement de 600 livres tz à laquelle defunte Françoise Meslet estoit tenue et redevable vers lesdits Delafuye et ladite defunte Catherine Meslet passée soubz la cour royale d’Angers par devant Vincent Millard notaire le 23 novembre 1558 – Accord faite entre André Delafuye et ladite defunte Meslet d’une part, et Pierre Chevalier d’autre /f°35 conenant que ledit Chevalier estoit tenu payer à Jehanne Duval pour les causes contenues par ledit accord 349 livres tz et en bailler acquit audit Delafuye et ladite defunte Meslet, passé soubz la cour royale d’Angers par devant Poustelier notaire le 20 avril 1553 après Pasques – Quittance de Pierre Belot du 3 octobre 1563 contenant que ledit Belot avoit receu 70 livres de ladite defunte Meslet – Une autre quittance de Guillaume Ducerne du 20 mai 1559 /f°36 signée G. Ducerne contenant quittance de 19 livres 11 sols – Une quittance de Michel Bellemotte du 7 avril 1553 contenant que ledit Bellemotte a receu de André Delafuye 74 livres tz – Une liasse de quittances de plusieurs acquits et paiements faits par ledit defunt Delafuye et ladite Meslet … – /f°37 Une contre-lettre et assurance de Pierre Belot du 20 décembre 1560 contenant reconnaissance faite par ledit Belot que la somme de 250 livres tz à luy prestée et audit defunt Delafuye a du tout tourné au profit dudit Belot … – Une provision de curatelle faite en la sénéchaussée d’Anjou devant Me François Chalopin lieutenant particulier par laquelle Guillaume Potier fut pouveu curateur aux enfants mineurs de defunt Estienne Chevalier daté du 19 septembre 1544 – /f°38 Ung sac de toile sur lequel y a étiqueté « sac où sont les pièces du lieu de la Bouesnerye : contrat d’acquest fait par ledit André Delafuy et ladite Catherine Meslet sa femme de Pierre Regnault et Janne Poutevyn sa femme du lieu et closerie de la Boysnerye pour 475 livres passé soubz la cour royale d’Angers par devant Lemesle notaire le 31 janvier 1555 … /f°39 … au dos dudit contrat est l’acte d’insinuation d’iceluy … – Quittance des ventes dudit contrat de Jehan Bellemote et Jehan Charpentier fermier de la celerye de st Sierge du 18 mars /f°40 1555 – Quittance des ventes du secretain de st Aulbin d’Angers du 12 juin 1556 – Ung contrat d’acquest passé soubz la cour royale d’Angers par Lemesle le 9 mai 1556 contenant que ledit defunt Delafuye et ladite defunte Meslet ont acquis certaines choses de René Richard et Oportine Regnault sa femme /f°41 au dos duquel contrat est l’acte de prinse de possession … Au dos dudit contrat est la quittance des ventes

Odile Halbert – Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos