Je regrette d’avoir fait de la généalogie : elle est dévoyée et devenue dangereuse.

En ce 75ème anniversaire de la libération d’Auschwitz je m’inquiète des dérives de la généalogie.

Informatisée en 1982, j’ai été pionnière en relevés de registres, mais vite j’ai compris l’horreur de la création de bases de données, et je n’ai jamais accepté aucun de ces monstres. J’ai toujours refusé d’y être et même d’utiliser un logiciel de généalogie, tant il comporte de risques de données mélangées et/ou contaminées et/ou diffusées et/ou incontrôlables.

Hors depuis peu, suite à divers courriels que j’ai reçus, je viens de refaire le point.

Et il s’avère que l’année 2020 sera une année terrifiante de dérive totale, car la dérive est en route.

JAMAIS JE N’AURAIS FAIT DE GÉNÉALOGIE SI J’AVAIS PU PRÉVOIR LES DÉRIVES ACTUELLES ET À VENIR.

Après la libération d’Auschwitz, IBM fut poursuivi pour avoir informatisé les Juifs.

Nous souvenant sans doute de ce risque de dérive nous avons eu la CNIL depuis 1975.

Mais en 2019 il y a déjà 26 millions d’individus sur ces bases de données dites généalogiques qui y ont leur ADN et ils seront 100 millions fin 2020 selon les études de la revue CAPITAL (cet article publié en décembre 2019 est à lire par tous, car il est sérieux et l’étude bien faite)

Non seulement des Français contournent la loi qui interdit l’ADN mais nos chaînes de télé ventent leur mérite et ce dans plusieurs émissions en 2019.

Non seulement Internet livre les kits de test, mais les Américains débarquent aussi en France en personne, bourrés de kits dans leurs bagages. Pourtant, la loi Française interdit l’ADN et dit punir (mais n’a jamais puni) de 3 750 euros toute utilisation.

Alors que, dans le même temps si j’ai bien compris :

  • la police n’a toujours pas droit d’utiliser l’ADN de tout un chacun, pour rechercher un potentiel suspect voire même un immigré de famille recomposée
  • notre parlement vote actuellement la PMA avec toujours une possibilité de dons de spermes anonymes

Tout cela n’a aucun sens, puisque l’ADN américain a envahi la France, et leurs fichiers ont tout. L’anonymat des suspects, et l’anonymat des donneurs est donc désormais impossible.

Que devient la CNIL devant ce désastre ?

Je suis totalement perturbée depuis plusieurs semaines que je fais le point sur l’avancée terrifiante du phénomène. Je regrette profondément d’avoir fait de la généalogie, cette saloperie dévoyée désormais par les bases de données, et surtout ne me dîtes pas que certaines bases de données sont propres, car vous n’avez aucun regard sur elles en réalité, et sur ce qu’elles échangent dans votre dos.

Au revoir Françoise !

Jamais l’un sans l’autre.

Certes, on rencontre parfois des couples qui partagent notre passion commune, mais rarement aux archives. Vous étiez toujours Pierre et vous l’un à côté de l’autre. Vous y faisiez mon admiration, tant j’étais heureuse de contempler que l’harmonie existait en couple ! Car mon cursus m’avait peu versée à croire cela possible, et cela me réconfortait de contempler un tel couple ! Grâce à vous je sais que cela existe et j’y pense souvent, avec bonheur !

Lors de nos périples Angevins, nous avons défriché les immenses liasses d’actes notariés, bien avant les autres chercheurs ! Les liasses, volumineuses, encloses dans les  journaux d’antan et de la grosse toile de chanvre bien cousue, étaient si énormes qu’elles pesaient leur poids, et nous laissaient surtout beaucoup de poussières… poussières des siècles des actes encore non lus, que nous défrichions avidement.

De Craon à Angers en passant par Candé, tout était bonheur de trouvailles. Parfois nous avions un centre d’intérêt commun, alors l’échange fonctionnait. Vous mettiez même sur mon site et mon blog des retrancriptions comme les tables de La Cornuaille…

Infatiguable, vous aviez adopté l’informatique, et même la photo numérique si merveilleuse découverte sur nos vieux jours ! Car nous avons traversé toutes les évolutions dans les recherches, depuis le 100 % papier et la photocopie limitée à 10 pages/jour ! jusqu’au numérique en ligne.

Galissonnière n’est plus, mais ce blog en garde le souvenir à jamais. Je suis heureuse de vous avoir connue Françoise. Puisse Pierre accepter mes plus sincères condoléances.

Avis en ligne

 

La mairie de La Baule a fait de faux états civils durant des décennies et refuse de les admettre

Vous êtes nombreux à avoir soudain changé d’état civil car né à Escoublac-La Baule avant 1962 on vous met désormais né à Escoublac. Nous en avons déjà parlé ici en mars 2019.

Désormais, l’informatisation de notre état civil est gérée par le RNIPP : Répertoire national d’identification des personnes physiques

Lequel ne reconnait pas les erreurs de la ville d’Escoublac-La Baule durant des décennies. Et de son côté la mairie de La Baule oublie de s’excuser près de vous pour des décennies d’erreur d’état civil émis par ses services, ce qui représente une erreur monumentale. Et, même un peu fatiguée que vous vous plaigniez, ils ont le toupet de mettre la réponse sur leur site :

Voici cette réponse inhumaine de la mairie de La Baule qui refuse d’assumer ses erreurs passées.

Elles sont monumentales, non seulement l’état civil est clairement libellé dans ses registres ESCOUBLAC-LA BAULE, mais même les recensements etc… en voici quelques florilèges, mais j’en ai des milliers :

 

 

Coupure de ligne téléphonique, donc panne d’internet (ADSL) car pas encore de fibre

BONJOUR A TOUS !

Je suis un peu sonnée par ce qui vient de m’arriver et je vais reprendre mes esprits et mon courage sous 48 h

Je viens de subir, et moi seule manifestement dans ma tour, une coupure de ligne téléphonique. Or, je fonctionne avec Livebox sous ADSL faute d’arrivée de la fibre, et j’ai passé des heures sans internet, sans télé.

Ma première préoccupation a été d’aller acheter une radio pour égayer mes longues soirées… car je vivais depuis longtemps sans radio.

Je vous dis à très bientôt car j’ai retranscrit des choses importantes, qu’il me reste à mettre en ligne.

Merci de votre compréhension pour la page blanche pendant 2 jours.

Odile

 

 

Cimetière Nantes saint Jacques : sans bus ni parking, mais envahi d’herbes folles, trous et ornières

Je vous mettais il y a un an ce qui suit : rien n’a changé comme j’ai pu le constater hier. Pourtant tout près, à Vertou, le cimetière est magnifiquement entretenu.

  • Sans bus, ni parking

Je vous signalais déjà en 2011 les difficultés d’accès au cimetières saint Jacques de Nantes
Pour ceux qui seraient tentés de prendre une voiture faute de transports en commun, rassurez-vous aucun stationnement, aucun parking, et même actuellement d’importants travaux de construction à côté d’où d’énormes camions sur le seul trottoir.

Et pour agrémenter mon déplacement sur les trottoirs j’ai eu le droit à une trotinette, d’un enfant de 8 ans, heureux de se défouler, et maman loin derrière, qui a vu mon regard (je n’ai rien dit, seulement eu un regard effaré) et qui en a ri. Vous avez bien lu : faire peur aux personnes âgées c’est amusant !

Dans quel monde vit-on ?

  • envahi d’herbes folles, trous et ornières

Aucune allée n’est entretenue. Place à la végétation partout.


L’herbe qui subsiste n’est en fait qu’une protubérance ou on se tord le pied. Plus rien n’est plat.


et voici le rondi grossi :

Les arbres ne sont pas en reste, et laissent tomber le bois mort, et même les rondins. Voici un rondin qui me rappelle celui qui il y a 2 ans sur le trottoir à Saint Sébastien m’a fait rouler et tomber en arrière. (Je suis une habituée des chutes, dont 6 ces dernières années). J’ai désormais une peur bleue des rondins qui traînent..


Les services funéraires utilisent des engins lourds pour accéder aux tombes, ils multiplient les trous et ornières.

  • beaucoup de croix ont été abattues

Sous prétexte de danger.

et voici la même vue arrière de la croix

en voici 3 autres: celle qui est la plus à gauche est couchée dans la végétation

  • Que va devenir ce manque d’entretien du cimetiére ?

J’en suis triste, car même l’an prochain il me faudra envisager le taxi car j’ai trop peiné cette année. Et si j’en ai les moyens, pour honorer ma maman, qui a les moyens ?
Je prendrai aussi des cannes pour ne pas tomber dans les ornières.

Mais je suis persuadée qu’en France, les senties de randonnée sont mieux entretenus !

  • Pourtant c’était un beau cimetière

Créé route de Clisson en 1816 pour le quartier artisan de St Jacques, il abrite 2 sites funéraires remarquables :


la tombe des naufragés du Saint Philibert, toujours fleurie par les services municipaux.


Les tombes des gens du voyage, que d’autres appelent Gitans, pour lesquels j’ai le plus profond respect tant ils honorent leurs morts. Chaque année chaque tombe reçoit des dizaines de pots de fleurs, créant tout autout un immense champ fleuri.
Et ils viennent respectueusement les déposer.