Les héritiers de François du Moulinet paient encore ses dettes 62 ans après la création de l’obligation, Château-Gontier 1703

Le bail à rente fait par François du Moulinet à Mathurin Thoumin et Renée Dupas sa femme devant defunt Me Jacques Colin vivant notaire de cette cour le 27 juin 1641, court toujours en 1703, et ses héritiers doivent reconnaître cette dette et l’assumer encore.

Quand je vois des actes de ce type, car ce n’est pas le premier, je me vois de nos jours si j’avais à faire face à une pareille situation !!!

Ses héritiers savent signer, et même les femmes, et j’aime beaucoup vous mettre des signatures de femmes.  Vous avez 2 vues, car quelques mois après l’acte qui suit il y a eu au pied de cet acte un acte d’acceptation de ce qui y était promis (c’est à dire les engagements à payer).

Je descends d’une famille BONHOMMMET x THOMIN, mais j’ignore si les THOUMIN sont liés aux THOMIN.

Je descends aussi d’une famille du Moulinet mais beaucoup plus ancienne que de François du Moulinet qui avait passé l’acte de 1641 en effet les miens vivaient un siècle avant

Acte des Archives de Mayenne 3E63 – Voici ma retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 20 mars 1703 avant midy par devant nous Marin Lecorneux notaire royal à Château-Gontier a esté présent en sa personne establye et deument soubzmise Magdelaine Thoumin veuve de François Brosier vivant Me apothicaire demeurante en cette ville paroisse de Saint Remy, laquelle a reconnu et confessé debvoir promis et s’est obligée payer servir et continuer chacuns ans à l’avenir à 2 termes et payements égaux aux jours et festes de Noel et Saint Jean Baptiste par moitié la somme de 100 livres faisant partie de 150 livres de rente foncière annuelle et perpétuelle assise sur une maison sise au Pilory de cette ville ses circonstances et dépendances, à François Jamin maistre en fait d’armes mari de damoiselle Marie Soye son épouse, demeurants en la ville d’Angers paroisse de Sainte Croix, et damoiselles Françoise et Anne Lepage demeurantes à la Bazouge de Chemeré héritières par bénéfice d’inventaire de defunte damoiselle Marie du Moulinet vivante femme de Me Charles Bourget sieur du Coudray fille et unique héritière de defunt François du Moulinet, ladite damoiselle Françoise Lepage présente et acceptante, scavoir la somme de 50 livres audit sieur Jamin audit nom à 2 termes et payements égaux moitié audit jour de Noel et l’autre moitié audit jour de Saint Jean, pareille somme de 50 livres auxdites demoiselles Lepage auxdits termes et payements, par chacun an en cette ville de Chateaugontier le premier terme et payement commençant au jour de saint Jean Baptiste prochain venant, le second au jour de Noel ensuivant et ainsi continuer de terme en terme par ladite damoiselle veuve Brossier ses hoirs et ayant cause, leurs hoirs et ayant cause pendant aussi longtemps qu’ils seront seigneurs jouissant et possesseurs de laditemaison dépendances et autres héritages obligés à ladite rente, en tout ou partie, les autres 50 livres étant deubz pour legs et outre s’est ladite damoiselle veuve Brossier obligée payer à ladite damoiselle Françoise Lepage la somme de 100 livres dans un an prochain venant à moitié et pareille date des présentes pour arrérages de ladite rente en ce qu’il en appartient auxdites damoiselles Lepage suivant les partages faits entre elles et leurs cohéritiers, item les arrérages échus jusques au 24 juin dernier sans préjudice de l’année courante, ce qui a été ainsi voulu consenti stipulé et accepté par ladite veuve Brossier qui s’y en oblige elle ses hoirs et ayant causes biens meubles et immeubles présents et futurs et particulièrement et spécialement les héritages et choses baillées à ladite rente sans que le général et spécial hypothèque se puissent nuire ni préjucier mais au contraire se confirment l’un l’autre, ce que ladite damoiselle Françoise Lepage a accepté et déclaré n’entendre déroger ni préjudicier à l’instance pendante et indécise au siège présidial de cette ville entre elle et ses cohéritiers et les autres héritiers bientenants et ayant cause de defunt Mathurin Thoumin, qu’elle s’est réservés, et tous et chacuns les droits privilèges et hypothèques à elle et ses cohéritiers acquis tant par le bail à rente fait par ledit du Moulinet audit Mathurin Thoumin et Renée Dupas sa femme devant defunt Me Jacques Colin vivant notaire de cette cour le 27 juin 1641, par le titre nouveau fait et consenti par ledit François Brossier et ladite damoiselle Thoumin audit sieur Bourget audit nom de mari de ladite damoiselle du Moulinet, devant Me René Rigault aussi vivant notaire de cette cour le 1er septembre 1668 …

Charlotte Lefebvre, fille de Jacques, cède ses droit de succession à sa soeur Jeanne, Cuillé 1571

Vous allez voir un terme ancien, que j’ai surligné. Il est écrit POURPRINS dans l’acte mais vous avez remarqué qu’au 16ème siècle souvent on écris PRINS pour PRIS etc… et je suppose que cette forme PRINS pour PRIS était problement locale.

POURPRIS, subst. masc.
« Enclos (surtout autour d’un bâtiment), en partic. jardin entouré d’une clôture »
« Enceinte, mur d’enceinte »
« Espace à l’intérieur des murs d’enceinte »
« Bâtiment que comporte l’enclos, logis » (Dictionnaire du Moyen Français sur ATLIF)

L’acte comporte une anomalie concernant le paiement de la somme, d’ailleurs elle-même fort minime voire totalement ridicule et étonnante : 30 livres, alors que la famille Lefebvre n’est pas dépourvue de biens ! mais le plus surprenant est le paiement, et je pense que le copiste qui a dressé cette copie a sauté quelques lignes, c’est la seule explication que je puisse trouver.

J’ai une famille LEFEBVRE à Cuillé et Méral, mais je ne suis jamais parvenue à la lier aux LEFEBVRE qui suivent.

Acte des Archives du Maine-et-Loire E3079 – Voici ma retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 28 avril 1571 (copie papiers famille Lefebvre du 18.1.1606) Sachent tous présents et advenir que en nostre cour de Pouancé endroit par devant nous personnellement establis Pierre Le Normant escuier sieur de Querlouan et damoiselle Charlotte Lefebvre son espouse, fille de feu Jacques Lefebvre escuier sieur de Laubrière et damoiselle Jehanne de Vangeau sa mère, auctorisée de sondit mari suffisamment par devant nous, paroissiens de Pelouant en Bretagne bretonnante ainsi qu’il disait, soubmettant eulx leurs hoirs avec tous et chacune leurs biens meubles et immeubles présents et advenir quelqu’ils soient au pouvoir juridiction ressort et jugement de nostre dite cour quant à ce faict, confessent de leur bon gré sans nul pourforcement avoir vendu et auctroyé dès maintenant à présent et à toujours mais perpétuellement par héritage à Jehan de La Barre escuier sieur de Villedé et à damoiselle Jehanne Lefebvre son espouse paroissiens de Cuillé qui achaptent pour eulx leurs hoirs et pour les ayant leurs causes, c’est à scavoir tout tel droit nom raison part et portion d’héritage qui est la moitié d’un tiers commun qu’ils ont et peuvent avoir compéter et appartenir des successions et eschoites de feu Jean de Vangeau escuier en son vivant sieur de Champjust et de feue Payrette de Vangeau, et de Jehanne Morin, en tous quelconques lieux, fiefs et seigneuries que lesdites choses (f°2) et droits sont sises et situées au pays de Pouancéen sans rien en réserver, avec les charges qui en pourraient estre deues à cause desdites choses ; transportant quitant cédant et délaissant dès maintenant et à présent lesdits vendeurs auxdits achapteurs leurs hoirs et autres ayant leurs causes, la saysine possession avec tous domaines pourprins et seigneuries desdites choses et droits ainsi vendus comme dit est avec tous et chacuns les droits, noms, raisons, causes, titres et actions, droits d’avoir d’avouer et de demander que lesdits vendeurs y avoient et pouvoient avoir sans jamais rien y demander ne y advouer aucune chose pour eulx ne pour leurs hoirs d’aucun droit commun ny especial pour en faire à toujoursmais au temps advenir desdits achapteurs leurs hoirs et des ayant leur dite cause toute leur pleine volonpté hault et bas comme de leur propre chose à eulx aquilze par doit d’héritaige et feust faicte ceste présente vandition pour le prix (f°3) et somme de 30 livres monnaye courante, dont et de laquelle somme lesdits vendeurs en ont eu et receu desdits achapteurs la somme de 70 sous tz manuellement en notre présence à veue de nous et le surplus et restant de toute ladite somme lesdits vendeurs s’en sont tenus comptens et bien payés par devant nous; à laquelle vendition et tout ce que dessus est dit tenir et accomplir fermement sans jamais venir encontre par aplegement contre plegement opposition ny autrement en aucune manière, et ledit droit choses ainsi vendus comme dit est sans garder, garantir et défendre de tous quelconques empeschements envers tous et contre toutes gens à toujoursmais et quand métier en sera et les garder sur ce de tous dommages oblige lesdits vendeurs (f°4) eulx leurs hoirs avecq tous et chacuns leurs biens meubles et immeubles présents et advenr quel qu’ils soient, renonçant devant nous lesdits vendeurs quant à ce fait à toutes et chacunes leurs choses que de fait de droit ou de coustume pourront estre à ce fait contraire, et spécialement ladite damoiselle au bénéfice du droit vélléien et à tous autres droits faits et introduits en faveur des femmes, sur ce de nous suffisamment advertye et de non venir encontre ce que dessus est dit en aucune manière lesdits vendeurs par leur foy et serment en nostre main et en ceux des juges etc condamnés par nous à leurs requestes par le jugement et condemnation (f°5) de nostre dite cour ; fait et passé au lieu de Villedé en la paroisse de Cuillé le 24 avril 1571 en présence de Jean Salomon clerc à présent maistre de lescolle de Cuillé, René Fauveau fils de François Fauveau de la paroisse de Méral et autres témoins à ce requis et appelés. – La copie cy-dessus a esté par nous notaires ds cours de Pouancé et de Craon soubsignés prise sur le greffe par vidimus et transcript, demeuré entre les mains de honneste homme Jehan  Thevenot sieur de la Motte, laquelle est non visée, ce réquérant honnorable homme Jehan Lefebvre écuier sieur de la Saulaye, le 19 janvier 1606

Guillemette de Thouars, veuve de Jacques de Thiboult sieur du Grais (aliàs Grès), 1595

Guillemette de Thouars a épousé Jacques de Thiboult sieur du Grais en 1566 (contrat du mariage du 5 mai 1566). Par les actes concernant la famille Allaneau, prêteuse de la somme de 11 000 livres, je sais qu’en 1590 elle est veuve puisque c’est elle qui traite les affaires financières concernant cette dette, et voici ce que j’avais trouvé à Angers et que je vous indiquais hier : Au fil des successions, les impayés s’accumulent, et ses héritiers intentent à plusieurs reprises des procès.  Le 26 janvier 1588[2] Clément Alaneau Sr de la Grugerie nomme Vincent Menard Sr de Langenerie At pour poursuivre Messire Thiboust Sr du Grés à fin de payement de 611ÑÑ 6 s 8 d faisant le 1/3 de 5 500 L faisant 1/2 de la somme de 11 000 L qu’il doit audit Alaneau & à ses cohéritiers. A la suite de quoi un accord est signé le 10 février 1590 par Guillemette de Thouars femme de Jacques Thiboust Sr du Grés. (Dvt René Héron tabellion de Fallaize).

Malgré une semaine de recherches, je ne suis parvenue à trouver cet acte passé à Falaize le 10 février 1590 (si quelqu’un me trouve cet acte je lui serai infiniement reconnaissante), mais j’ai trouvé beaucoup d’actes en 1593-1595 qui attestent une grande activité de Guillemette de Thouars pour gérer les affaires de son défunt mari, et ces actes sont tous passés au manoir seigneurial du Grais aliàs Grès. Manifestement elle fait face à plusieurs terres à gérer, et elle a 2 fils déjà en âge d’aider leur mère dans les affaires, donc probablement 25 ans ou plus, ce sont Jacques, l’aîné, et Pierre le puiné, mais elle a aussi des enfants mineurs. Donc au total elle a beaucoup plus d’enfants que ceux que Roglo connaît.

Au passage, vous remarquerez que ce sont les notaires qui se déplacent chez les familles importantes pour passer leurs actes, et non la famille qui vient chez le notaire. Donc ici tout se passe bien au manoir seigneurial du Grais.

« Le 15 septembre 1595[1] au lieu et manoir seigneurial du Grès devant les tabellions, furent présents noble dame Guillemette de Thouars veuve de defunt noble seigneur Jacques Thiboult vivant sieur du Grès Saint Malo et baron de Juillé, pour elle et faisant fort pour les enfants mineurs d’ans dudit défunt et d’elle, et noble seigneur Jacques Thiboult sieur du Grès Saint Mallo et baron de Juilley fils et héritier aisné dudit défunt, lesquels recognurent et confessèrent que par noble homme Marc Dauversier absent leur a esté baillé et mis entre leurs mains une quittance de noble homme Jehan de Choisy conseiller secrétaire du roi commis par sa majesté à la recepte des deniers provenant de la vente de son domaine en Normandie suivant son édit du mois de septembre 1591, icelle quittance en date du 20 juillet dernier contient comme ledit sieur du Grès défunt avoir payé pour la somme de 3 450 écuz pour la vente de la baronnie de la Ferté Macé et par André Guillebault et Jehan Pinson écuyers ses associés 3 450 écuz faisant ensemble 6 900 écuz, laquelle quittance avoit esté mise es mains dudit Dauversier par noble homme Pierre Morel sieur de Garselle qui l’avoit receue dudit sieur Choisy à la faveur dudit Dauversier stipulant pour ledit sieur du Grès, lequel sieur de Garselle avoit baillé récépissé auxdits Guillermer et Pinson, dont et de quoi lesdits dame et sieur baron de Juillé pour eulx et les autres héritiers dudit sieur du Grès furent comptents et s’en sont obligés chacun pour le tout en décharger ledit Dauversier vers lesdits Guillermer et Pinson, mesmes en décharger et faire décharger ledit Morel sieur de Garselle et faire rendre audit Dauversier dedant un mois le récépissé dudit More, duquel comme dit est sont saisis lesdits Guillermer et Pinson afin de retirer celle dont est saisi ledit Morel, et fait dudit Dauversier, et à ce tenir entretenir et accomplir obligent lesdits dame et sieur baron son fils chacun pour le tout sans division ni ordre de discussion biens et héritanes En présence de Nicolas Petron et Raullin Vinier »

Le 7 novembre 1595[2] au lieu et manoir seigneurial du Grès devant les tabellions, furent présents noble dame Guillemette de Thouard veuve de défunt noble seigneur Jacques Thiboult vivant sieur du Grès Saint Malo Bray Espaney aultremens Guee le Bremont la Guigoinre la Guiguyère et baron de Juilley au nom et comme gardienne par justice des enfants mineurs d’ans dudit défunt et d’elle, noble seigneur Jacques Thiboult sieur de Saint Mallo, fils aisné dudit défunt et de ladite dame audit lieu du Grès, lesquels ont constitué establi et ordonné leurs procureurs généraux et certains messagers especiaux (blanc) auxquels et chacun d’eux portant ces présentes lesdits constituants chacun en la qualité que dessus, ont donné et donnent pouvoir puissance et authorité défendre pour eulx par devant tous juges et commissaires qu’il appartiendra soit en la cour de parlement pour le roi à Rouen, et partout ailleurs où il appartiendra aux fins de présenter requeste narrative pour empescher la vente et aliénation que l’on prétend faire des bois et forests de la baronnie de la Ferté Macé pour estre les dessus dits franchiers et usagers auxdites forests selon les titres et enseignements qu’ils en portent, fournir opposition, contre ladite prétendue aliénation, le tout poursuivre et soustenir et procurer au nom desdits constituants comme ils feroient si présents y estoient, et généralement etc promettant etc obligent biens etc présents Jean Jonchere et Baptiste Leboucher

 

 

Le 22 novembre 1595[3] au lieu et manoir seigneurial du Grès devant les tabellions, fut présente dame Guillemette de Thouars veuve de noble homme Jacques Thiboult vivant sieur du Grès St Malo et baron de Juillé, laquelle pour elle et comme gardienne par justice des enfants dudit défunt et d’elle constitue establi et ordonne ses procureurs en toutes ses causes et généralles Jacques Héron (s) Moulinet

Le 1er décembre 1595 au lieu et manoir du Grès devant les tabellions, furent présents noble dame Guillemette de Thouars, veuve de défunt noble seigneur Jacques Thiboult vivant sieur du Grès Saint Mallo Bray l’Espancey aultre de Gravelle Brenou le Guignon et baron de Juillé tant en son nom que au nom et pour gardienne par justice des enfants mineurs d’ans dudit défunt et d’elle selon les lettres de ladite garde vues au baillage de Falaize, y recours, et noble seigneur Jacques Thiboult fils aisné dudit défunt et d’elle sieur du Grès Orvaulx et baron de Juillé, lesquels ont constitué estably et ordonné leurs procureur généraux et certains messagers especiaux noble seigneur Pierre Thiboult sieur de Saint Mallo[4] fils dudit défunt et de ladite dame présent et acceptant, auquel ladite dame poue elle en ladite qualité, mesme ledit sieur baron, ont donné et donnent pouvoir puissance et authorité audit sieur de Saint Mallo leur procureur de requérir inventaire estre fait de tous et chacuns les biens meubles tant morts que vifs, délaissés par le décès dudit défunt et qui sont à présent appartenant à ladite dame et ses enfants sur le lieu de la Guignière[5] terres fermes et héritages qui en dépendent en circonstances et dépendances et iceux biens meubles en tout ou partie sont altérés vendre ou faire vendre par tel prix qu’il voirra bon recepvoir et faire sortir à payement les prix provenant d’iceux biens, ensemble ce qui est de ladite terre de la Guignière et dépendances d’icelle soit à cause de fermage que autrement en toutes choses, louer et affermer ladite terre de la Guinière en son intégrité ou en partie, avec les terres  métairies et autres closes à ce appartenant, pour telle somme et à telles personnes que bon lui semblera et qu’il pourra s’il y a  … recepvoir et des autres choses prendre et recueillir par ledit sieur de St Mallo en bailler bons et vallables acquits, passer contrats desdits fermages par telles conditions qu’il voirra bon estre et faire toutes diligences de justice par exécutions ou assignations, plaider et procéder si besoing et du tout en rendre et tenir bon et loyal compte et généralement promettant et obligeant biens et choses ; présents François Cotier et Estienne Le provost

 

Le 13 décembre 1595[6] au lieu et manoir seigneurial de Grès devant les tabellions, fut présente noble dame Guillemette de Thouars veuve de défunt noble homme Jacques Thiboult vivant sieur de Grès St Mallo et baron de Juilley tant en son nom que au nom et comme gardienne décrétée par justice des enfants dudit défunt et d’elle, laquelle pour elle et audit nom à constitué establi et ordonné ses procureurs généraux et spéciaux  (blanc) auxquels ladite dame constituante donne plein pouvoir et autorité de pour elle en ladite qualité en la juridiction du baillage pour le roi à Falaize, faire faire requeste de honneste homme Fleury Vincent des réparations nécessaires faire aux maisons et héritages de la terre et seigneurie de Bray … pour et au nom d’elle et sesdits enfants, enchérir et mettre à prix au rabais lesdites réparations à tel prix et somme raisonnable que ses dits procureurs voiront bon estre

 

 

Le 18 juin 1603[7] au lieu et manoir seigneurial du Grès devant les tabellions, fut présent noble seigneur Jacques de Thiboult sieur et baron de Juilley et du Grès lequel transporte et délaisse à Michel Milcent demeurant au Grès présent et acceptant, scavoir est la somme de 800 livres en 2 parties à prendre et avoir sur noble Jacques de Sevron ? sieur de la Boulière au droit et à la représentation de damoiselle Renée Le Verrier, laquelle ledit sieur représente de droit par le transport qui luy a esté pareillement fait passé en ce tabellionnage … ledit transport fait pour le prix de 800 livres laquelle somme ledit sieur du Grès confesse avoir eu et reçue dudit Michel Milcent

 

Le 25 juillet 1603[8] au bourg de La Ferté Macé devant les tabellions, comme procès eust peu se mouvoir entre noble seigneur Jacques de Thiboult seigneur du Grès et baron de Juilley d’une part, et noble seigneur Philippe de Clinchamp sieur de Saint Germain, et demoiselle Renée Le Verrier sa femme, héritière en intégrité des successions de defunts Thomas et Jacques Le Verrier écuyers père et fils, vivants seigneurs de la Chaux, ses père et frère, mesme héritière de defunte demoiselle Catherine de Moirier sa mère vivante femme et épouse dudit défunt Thomas Le Verrier d’autre, résultant des demandes que ledit sieur du Grès prétendoit faire audit sieur de Saint Germain et sadite femme de plusieurs deniers qui lui estoient deubs de l’obligation desdits défunts Thomas et Jacques Le Verrier,

 

[1] AD61-4E172-3-466

[2] AD61-4E172/3/529

[3] AD61-4E172/3/548

[4] saint-malô, 61210 Putanges-le-Lac – au N.E. de St Hilaire de Briouze et Les Yveteaux

[5] la guinière, 61150 Écouché-les-Vallées – environ 25 km au N.E. du Grais

[6] AD61-4E172/3/587

[7] AD61-4E172/472/30

[8] AD61-4E172/472/328

La vente de la terre de Juillé sur la famille de Thiboult seigneur du Grais, 1612

Il y a fort longtemps, lorsque j’avais étudié à fonds les actes notariés concernant les ALLANEAU, j’avais trouvé 2 obligations exceptionnelles par les montants élevés, l’une de 20 000 livres sur la baronnie de Château-Gontier en faveur de Nicolas Allaneau, mon ancêtre, passée en 1567, et qui ne sera remboursé que des décennies plus tard après de multiples et longues procédures, l’autre de 11 000 livres en faveur de Jean Allaneau chatelain de Pouancé  sur Thiboust baron de Juillé. Juillé (Sarthe, près Beaumont). De Juillé[1] il reste aujourd’hui 431 h, un château féodal ruiné, des vestiges de la villa Juliacus, l’église romane des 12e, 15e avec statues classées.

Ces dernières semaines, étudiant mes ascendants au GRAIS, commune de l’Orne proche Faverolles et Briouze, j’observe la présence de cette famille Thiboult, et je m’aperçois, comme je vais vous le démontrer demain, qu’elle vivait  à la maison seigneuriale du GRAIS dont cette famille était seigneur. Et, j’ai donc vérifié qu’il s’agissait bien de cette famille seigneur du Grais, et baron de Juillé, et encore bien d’autres titres. Mais comment un Normand avait-il pu emprunter en Anjou à un Angevin une pareille somme, car au 16ème siècle elle équivaut au double un siècle plus tard du fait de l’inflation, autant dire que c’est le prix d’une dote de famille noble aisée, etc… Mais malgré mes recherches, je ne peux m’expliquer comment mes Allaneau on prêter à des gens aussi lointains, sachant que la base même de l’obligation s’est qu’on ne prête qu’à ses obligés, bien connus comme fiables, donc connus dans la région environnante à défaut de la famille proche. D’ailleurs, ces 2 obligations vont engendrer toutes les deux d’énormes procédures de recouvrement, qui occuperont plusieurs générations d’ALLANEAU, et elle figuerea dans beaucoup de succession ALLANEAU, tout en se divisant à chaque fois, mais même un 48ème de la rente annuelle était encore un montant très appréciable, à condition toutefois de pouvoir l’encaisser.

Je vous mets donc ce jour la procuration qui atteste que le parlement de Paris a fini par se prononcer pour la vente de la baronnie de Juillé, et les Allaneaux de la branche d’Alain qui avait prête ces 11 000 livres mandatent l’un d’eux pour aller toucher la somme. Ce n’est pas rien, j’imagine mal comment se déplacer avec plusieurs millions d’euros sur soi de nos jours ….

Au fil des successions, les impayés s’accumulent, et ses héritiers intentent à plusieurs reprises des procès.  Le 26 janvier 1588[2] Clément Alaneau Sr de la Grugerie nomme Vincent Menard Sr de Langenerie At pour poursuivre Messire Thiboust Sr du Grés à fin de payement de 611ÑÑ 6 s 8 d faisant le 1/3 de 5 500 L faisant 1/2 de la somme de 11 000 L qu’il doit audit Alaneau & à ses cohéritiers. A la suite de quoi un accord est signé le 10 février 1590 par Guillemette de Thouars femme de Jacques Thiboust Sr du Grés. (Dvt René Héron tabellion de Fallaize).

[1] Dict. d’Amboise des Pays de Loire, 1996

[2] AD49-E4263 Mathurin Grudé notaire royal Angers

Et je vous mets les vues pour vous excercer en paléographie :

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E121 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :
 

Le lundi 16 juillet 1612[1] après midy, (Jullien Deille notaire royal Angers) comme ainsi soit que par devant Guillot notaire royal en ceste ville d’Angers chacuns de Me René Hamelin sieur de Richebourg advocat au siège présidial dudit Angers, mari de Renée Eveillard, François Trippier sieur de la Bajullière aussi advocat audit siège, mari de Marie Eveillard, Mathurin Seguyn sieur de Beaunays mary de Jehanne Eveillard et Me Laurent Gault aussi advocat audit Angers, curateur aux causes de Jean Eveillard sieur de la Gasnerie, interdit, lesdits Eveillard frère et soeurs enfants et héritiers de deffunts Jacques Eveillard et Marie Alaneau vivant sieur et dame de la Gasnerie, eussent dès le 28 juin dernier constitué leur procureur irrévocable François Alaneau escuier sieur de la Grugerie et d’Orvaulx conseiller du roy en sa cour de parlement de Bretagne o pouvoir de substituer le tout à l’effet de la poursuite, à sa possibilité et de ses substituts, de la vente et adjudication (f°2) par decret de la terre et seigneurie de Juillé et autres biens de leurs débiteurs par devant nosseigneurs de la cour de parlement à Paris, ledit de Beaunes et toutes autres choses requises et nécessaires ainsi et aux charges et conditions amplement raportées par ladite procure et pouvoir, mesme de payer et bailler audit sieur Alaneau une huitième partie de ce que chacun d’eulx pourroit toucher de deniers procédant de ladite debte soit de principaulx arrérages de rente ou intérets frais et despens et toutes autres natures de deniers en provenant par quelque voie et forme que ce soit, dont ils auroient donné advis audit sieur Alaneau et de ladite procure envoyé production en forme, et lequel ne l’ayant désir accepter auroit chacun de Gilles de Rommellin escuier sieur de Mille Lestien père et garde naturel des enfants de luy et de deffunte damoiselle Charlotte Alaneau vivante son espouse, et Gilles Du Bouillis (f°3) escuier sieur de Reguin Bonnabry et Carmoien, mari de damoiselle Sainte Alaneau autorisée à cest effet dudit sieur son mary de l’authoriser et constituer ledit Hamelin leur procureur aulx mesmes charges et conditions portées par ladite procuration, à la charge de damoiselle Renée Alaneaun soeur desdits Alaneaux, lesdits Trippier, Seguyn et Gault esdits noms fournir le semblable et bailleront pareille procuration audit Hamelin, en sorte que chacun d’eulx ne puissent estre et ne soient tenus que chacun pour une huitième de l’évennement de ladite procuration et autres charges et conditions amplement raportées par ladite procure desdits sieurs Alaneau, de Rommellin et du Bouillis passé par Nazette et Gicquel notaires royaulx à Rennes le 3 mars dernier et aparu de copie signée desdits notaires, portant entre autres choses que le tout sera accepté par ledit Hamelin et certifié de ladite instance dans la huitaine, (f°4) ou quinzaine. Pour ce est il que par devant nous Julien Deille notaire royal à Angers furent présents establis et deument soubzmis ladite damoiselle Renée Alaneau demeurant Angers paroisse de Saint Denis, lesdits Trippier et Marie Eveillard son espouse, Seguin et Jehanne Eveillard son espouse authorisées respectivement par leurs dits maris par devant nous quant à ce, et encores lesdits Trippier, Seguyn et leurs femmes eulx faisant fort dudit Gault curateur dudit Jehan Eveillard interdit, promettant luy faire ratiffier ces présentes et en fournir en mains dudit sieur de la Grugerye dans huitaine ratification vallable à peine de toutes pertes despens dommages et intérestsn cesdites présentes néanmoings demeurant en leur force et vertun demeurant audit Angers paroisse de la Trinité, lesquels confessent volontairement après que leur avons de mot à autre lu les deulx procurations cy dessus datées la première passée par ledit Guillot ledit 26 juin dernier et la seconde par lesdits Nayotte et Gicquel le 1er mars, et furent lesdites (f°5) procurations en tous points et articles d’icelles fait entendre, ont aussi de leur part nommé et constitué leur procureur irrévocable ledit Hamelin sieur de Richebourg ainsi que ont fait lesdits sieurs Alaneau, de Rommelin et de Bouillis esdits noms par ladite procuration dudit 3 de ce mois sans aucune exception ne réservation se conformant à la constitution et nommination faite de la personne dudit Hamelin par lesdits sieurs Alaneau, de Rommelin et de Bouillis, par leurs procurations, ce que ledit Hamelin à ce présent a accepté ce requérant lesdits constituants cy dessus dénommés et à la charge de ce que chacun d’eux touchera par l’évennement desdits poursuites conformément à ladite procure dudit 8 juin dernier et autrement n’eust ledit Hamelin accepté et n’acceptera lesdites charges et procuration, et aux dommages intérests et despens amandes et restitution en cas de deffaut se sont (f°6) obligé et obligé eulx leurs hoirs etc renonçant etc foy jugement condemnation etc fait et passé audit Angers maison de nous notaire en présence de Me Pierre Desmazières et Nouel Perier clercs demeurant audit Angers »

PS ! Le 20 dudit mois de juillet 1612 avant midy devant nous Julien Deille notaire royal susdit fut présent establi et deuement soubmis ledit Gault sieur de la Saulnerie advocat au siège présidial d’Angers y demeuran tparoisse st Pierre, curateur de Jacques Eveillard sieur de la Gasnerie interdit, lequel audit nom après avoir veu et lu l’acte de procuration cy dessus consenti par ladite Allaneau et lesdits Trippier Seguyn et leurs femmes en leurs noms eulx faisant fort d’elles, ledit Gault (f°7) audit nom assisté par ledit Hamelin sieur de Richebourg aussi y desnommé comme à luy agréable a ratiffié et approuvé et par ces présentes ratiffie et approuve voulu et consenti veult et consent que lesdites procures et procurations sortent effet

 

[1] AD49-5E121/132 Devant Deille Notaire Angers

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog

Accord succession Thomas et Pierre Guillochin, frères, entre leurs fils devenus majeurs : Le Grais (61) 1613

Il y a 6 jours, je vous mettais ici, un acte de 1618 au Grais, où on pouvait justifier de l’existence de 2 Louis Guillochin, l’un signant, l’autre pas, et ce dernier fils de Thomas, donc j’avais la preuve que le père de mon Louis Guillochin était Thomas Guillochin, ici, je vous mets ce jour un acte merveilleux qui vient plus que compléter cette précieuse information.

Pierre et Thomas étaient frères, et faisaient pot commun, sans doute faute d’avoir les moyens de vivre séparément, mais ils étaient mariés et laissent des enfants mineurs, élevés par la veuve de Pierre qui a vécu plus longtemps. Devenus en âge de traiter leurs affaires, et sans doute songeant au mariage, les fils demandent que cette communauté de biens soit rompue et que chacun retrouve son apport. L’acte permet ainsi de nommer le frère de Thomas, les noms des fils respectifs, mais aussi nous permet de remonter un peu l’année de naissance de notre ancêtre Louis Guillochin fils de Thomas, car s’il est en 1613 en âge de traiter ses affaires c’est qu’il est majeur ou tout au moins proche de la majorité, et je suppose qu’en Normandie cette majorité était à 25 ans comme en Anjou ? Voici l’arbre que je peux reconstituer :

N. GUILLOCHIN

1-Thomas GUILLOCHIN †quelques années avant 1613 x N. †quelques années avant 1613

11-Jacques GUILLOCHIN assez censé en 1613 pour traiter ses affaires

12-Louis GUILLOCHIN assez censé en 1613 pour traiter ses affaires

2-Pierre GUILLOCHIN †quelques années avant 1613 x N. qui vit encore en 1613

21-Jean GUILLOCHIN assez censé en 1613 pour traiter ses affaires

22-fille GUILLOCHIN x /1613 N. [Fleury Ameline a épouse en 1611 Guillemette fille de Pierre et Marie Gautier, donc beau-frère de Jean Guillochin] donc cette fille est Guillemette

Ils traitent ensemble le 10 mai 1613 en présence de honnestes hommes Louis Guillochin (s) et Noël Bistu (s) du Grès, Jehan Heudiart (s) fils de Jehan de St Hillaire et Fleury Ameline (m) de Rânes »

Et voici la retranscription de l’acte parlant, car cet acte parle filiativement alors, pour ceux qui ne connaissent pas Le Grais, il n’existe aucun registre avant 1697  (entre parenthèse m pour marque de ceux qui ne savent pas signer – s pour les autres qui signent – parmi les témoins vous voyez un autre Louis Guillochin, qui signe, que nous pouvons appeler celui de la branche aisée, époux Gandoin et pour mémoire je descends du premier Louis Guillochin, celui qui ne signe pas et qui est fils de feu Thomas)

« Le 10 mai 1613[1] comme ainsi soit que Thomas et Pierre Guillochin, frères, de la paroisse du Grès, eussent fait leur actuelle résidence et demeure ensemble en communauté de biens jusqu’au jour du décès dudit Thomas et après lequel décès ledit Pierre eust nourrit et gouverné tout le ménage encore par communauté et nourri et gouverné les enfants dudit Thomas aussi jusqu’au jour de son décès peu de temps après lequel estoit aussi décédée la femme dudit Thomas, et estoit seulement restée la veuve dudit Pierre qui auroit sans faire faire aucune garde ni délibération de parents, nourri gouverné et entretenu les enfants dudit Thomas comme les siens jusques à présent, et pendant ladite festion elle auroit fait quelques acquêts et augmentations, et que aujourd’huy Jacques (s) et Louis Guillochin (m) fils dudit Thomas, et Jehan Guillochin (s) fils dudit Pierre soient duement censés et âgés, désirant rompre et dissoudre leur communauté à l’avenir et que avant (f°2) de ce faire, lesdits Jacques et Louis voulaient demander quelque récompense en prenant lieu de la récompense de la promesse de mariage de leur mère qui avoit entré dedans la maison et quelques deniers auroient esté employés par ledit defunt Pierre à plusieurs affaires où ils n’estoient point sujets et de ce qu’il avoit cousté au mariage de la sœur dudit Jehan où ils en eussent peu tomber en procès : pour à quoi faire furent présents lesdits Louis et Jehan Guillochin de la paroisse du Grès, lesquels ont accordé ce qui ensuit, c’est à savoir qu’ils partageront également tous et chacuns leurs meubles morts comme vifs, et également par moitié à savoir pour lesdits Jacques et Louis une moitié et pour ledit Jehan et sa mère pour laquelle il s’est fait fort promettant qu’elle aura ces présentes agréables et les faire ratiffier toutefois etc, l’autre moitié, et que ledit Jehan aura le mariage de sa mère en ce qui en est encore deub à son profit, et s’aidera de l’état de … ainsi qu’il advisera bon, ensemble partageront avec leur propre tous les conquests tant de leursdits deffunts père mères que d’eux et pour récompenser lesdits Jacques et Louis des récompenses qu’ils eussent peu prétendre et demander ledit Jehan pour et auditnom leur a donné et promis payer après leur part fait la somme de 200 livres tz, laquelle somme sera payée 3 mois après ledit partage fait, et partant se sont quittés l’un l’autre de toutes récompenses qu’ils eussent peu demander les uns aux autres ; dont et quant à ce tenir et obligent respectivement chacuns etc ; présents honnestes hommes Louis Guillochin (s) et Noël Bistu (s) du Grès, Jehan Heudiart (s) fils de Jehan de St Hillaire et Fleury Ameline (m) [il a épouse en 1611 Guillemette fille de Pierre et Marie Gautier, donc beau-frère de Jean Guillochin] de Rânes »

[1] AD61-4E119/9/113

Partages en 2 lots des biens de défunts Pierre Goupil et Jeanne Colin : Château-Gontier 1612

Je viens de relire attentivement le magnifique ouvrage de Mme de la Théardière, G. d’Ambrières et R. Villedey sur la famille TROCHON, l’un des rares ouvrages de généalogie que j’admire. Je n’y trouve pas (ou bien je suis dans la lune, ce qui est tout à fait possible actuellement car nous vivons tous sur un nuage viral) ce Lancelot Trochon, mais l’ouvrage cite bien un Lancelot Trochon probable proche parent qui aurait pu avoir transmis ce joli prénom par ailleurs rare à ma connaissance. J’insiste donc ce jour lourdement auprès de mes lecteurs Mayennais pour savoir que penser de ce Lancelot Trochon, à la fort belle signature ci-dessous, et au vu de ses liens Gouppil famille aisée, donc plus que probablement dans cette parentèle des TROCHON de Châteaugontier. Je remets donc ce jour ici cet héritage qu’il reçoit au titre des GOUPPIL par sa femme. Merci encore de voir ce que vous pouvez faire car cette succession n’est pas une invention, mais bien une preuve en généalogie.

Je descends d’une famille GOUPIL qui n’est pas du même milieu social, donc je n’ai rien à voir avec ceux qui suivent, mais ils pourraient tout à fait être du même milieu social et ne sont pas géographiquement très loin des autres GOUPIL que je citais rapidement dans mon étude.
Enfin, je suppose le rang social par l’alliance Trochon, qui est une famille notable, car pour ce qui concerne ce partage il est modeste et désignerait plutôt un artisan.

Acte des Archives Départementales de Mayenne 3E63/1119 – Voici sa retranscription (ma propriété intellectuelle) :

Le 24 février 1612 ce sont les lots et partages de la succession des deffunts Pierre Gouppil et Jehanne Collin faits et présentés par René Mahier curateur ordonné par justice aux biens de Pierre Gouppil fils et héritier pour une moitié dudit Gouppil et de ladite Collin en conséquence du jugement donné de monsieur le lieutenant général à Château-Gontier le 16 du présent mois, avecq l’advis et consentement dudit Gouppil et de Anne Chardon sa femme authorisée et ayant les droits de ses cohéritiers, à Lancelot Trochon mari de Louise Gouppil fille et héritière pour une moitié desdits deffunts Gouppil et Collin, lesquelles choses héritaux demeurés de ladite succession ont esté partagés en 2 lots pour estre choisi par ledit Trochon comme cy après s’ensuit :

  • 1er lot

la haulte chambre étant sur la rue d’Ollivet où il y a une petite cheminée avecq deux greniers sur icelle, avecq la moitié de la bouticque et allée estant soubz ladite chambre depuis la clouaison entre ladite boutique et la salle basse de ladite maison, et demeurera ladite moitié du présent lot le costé vers la maison du sieur Moreul, avecq puissance de faire faire une cave soubz toute la bouticque et allée jusques à la poulière sans incommoder néantmoins celuy qui aura le partage cy après et remettre la clouaison en ce qu’il en appartiendra audit second lot d’entre le dite boutique et ladite salle ainsi qu’elle est à présent ; et sera la clouaison d’entre ladite boutique et salle partagée faite à communs frais et despends ; aura le présent lot et celui qu’il appartiendra et eschoira 4 livres de rente chacuns ans de retour de partage que luy fera le second lot cy après à commencer du 1er mars prochain que l’on dira 1613 et qui continuera d’an en an audit jour et terme. Item demeure avecq ledit préent lot une portion de terre labourable contenant 2 journaulx ou environ, à prendre depuis une grosse rosse à Noées au droit fil tendant au coing d’ung fossé d’une pièce de terre dépendant du lieu des Fresches en laquelle portion de terre y a ung grand chasteigner avecq une planche de jardin contenant 11 cordes ou environ estant es jardrins du lieu de la Motte sur le chemin avecq droit de passer par le hault de ladite pièce avecq leurs harnois et chevaulx pour exploiter ladite portion de jardin et terre

  • 2ème lot

la salle basse de ladite maison à prendre depuis la clouauson qui est à présent en ladite boutique avecq l’autre moitié de l’allée et boutique qui sera partagée et demeure ladite moitié le costé vers la maison Paul Pinault avecq ung cellier au derrière d’icelle et superficie qui en dépend, ainsi qu’il se poursuit et comporte et sera tenu celui qui aura le présent second lot faire de retour par chacuns ans 4 livres de rente au premier lot ; pour le regard de ladite maison chacun au droit de passer sur les autres ; et seront tenus fournir de griottières pour mettre à ladite maison quand besoin en sera qui est que par l’ung l’autre en sera pareillement au droit de son terrain par moitié de ladite maison. Item l’autre moitié de ladite pièce de terre située au lieu de la Motte qui est le long et joignannt la pièce de terre dépendant du lieu de la Guillotière abutant au bas à la pièce de terre appartenant à Me Guillaume Le Bret prêtre avec une petite chambre de maison située au village de la Motte sans chemin ne superficie qui à présent sert d’estable ; à la charge de prêter chemin par le hault de ladite pièce avec charues harnais et chevaux pour exploiter ladite portion
Le 24 février 1612 par devant nous Nicolas Girard notaire royal à Château-Gontier a comparu sire Lancelot Trochon mari de ladite Gouppil lequel a dit avoir eu communication des lots et partages cy dessus et choisir le second lot où est la salle basse de la maison