Partages en 2 lots des biens de feue Renée Goussé : Cormières (72) et Saint Denis d’Anjou 1596

Ici, les biens laissées par cette veuve consistent au moins en 2 closeries et beaucoup de pièces de terre et de vigne. Mais, il faut considérer que les biens de leur père avaient déjà été partagés lors du décès du père et que ce qui est ici partagé n’est que les biens propres de la mère, auxquels il faut ajouter son douaire qui était la jouissance d’un tiers de la précédente succession partagée avec ses 2 enfants. Donc le couple possédait au total plus que ce qui suit.

Parmi les 2 héritiers, je trouve une fille qui a épousé un horloger à Clermont, mais je n’ai pas identifié ce lieu. Cela m’intrigue car il n’y a surement pas d’horloger dans les petits villages, mais uniquement dans les villes importantes.

Cet acte est aux Archives Départementales de la Mayenne, AD53-3E19 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 24 janvier 1596 sont 2 lots et partages des choses héritaux qui sont à départir entre honnestes personnes Jehan Lecoieffe demeurant en la paroisse de Crosmyères et Me Claude Reumoye mary de Renée Lecoieffe orloger demeurant à Clermont des choses héritaux à eulx venues et escheues de la succession de deffunte Renée Gousse leur mère, ensemble des choses héritaux que ladite deffunte Renée Gousse tenoit par douayre et usufruit des héritaiges de deffunt Guillaume Lecoiffe son deffunt Mary sises à Crosmyères, icelles choses départies et mises en 2 lots et partaiges par moitié par ledit Jehan Lecoiffe fils aisné de ladite deffuncte Renée Gousse et iceulx baillés à choisie audit Me Claure Raumoye à cause de sadite femme, pour y estre procédé à la choisie d’iceulx suivant la coustume du pays, daits en la manière que s’ensuit
(f°2) 1er lot : Le lieu closerie appartenances et dépendances de la Persillère situé près Sablé ainsi comme iceluy lieu se poursuit et comporte comme il leur appartient sans rien en réserver ne retenir, avecques les boys taillys qui en despendent et comme il appartenoit à ladite deffuncte Renée Gousse et comme elle en jouyssoit en son vivant – Item ung lopin de terre sis en une pièce nommée le Champ de Layre paroisse de Crosmy-res contenant un journau et demy ou environ ainsi comme il se comporte et comme il leur apartient près le lieu de la Renardière – Item 4 planches de vigne en ung tenant sises au cloux de la Garanne Crochin paroisse dudit Crosmières contenant ung quartier de vigne ou environ joignant d’un cousté à la vigne de la veufve Guy Lecoiffe – (f°3) Item la tierce partye par indivis d’une logis auquel y a ung pressouer sis au bourg de Saint Denys d’Anjou ainsi et comme iceluy tiers leur appartient par aultres partaiges précédents – Item ung loppin de vigne sis au cloux du Predelozier paroisse dudit St Denis ainsi et comme il se comporte avecques ses appartenantes joignant et aboutant au chemin dudit Saint Denis à Saint Martin – Item la moitié d’une pièce de pré et terre sise au lieu de la Poyssonnière icelle moytyé tant pré que terre prinse du coust du long (f°4) reauge et joignant à la terre de (blanc) aboutant d’un bout au ruisseau d’autre bout à la terre du lieu de la Poyssonnière et out ainsi qu’il est mercqué par picquets – Item une planche de vigne sise au cloux d’entre les deux chemyns près les Maslonnières – Item 5 planches de vigne en ung tenant sises au cloux de vigne des Guillotères près la croix vert comme elles se comportent – Item une planche de vigne sise au cloux des Chesnays comme elle se comporte – Item 2 planches de vigne sises au cloux des perchettes au hault avecques une autre planche au bas abuctant au chemyn tendant de la Mothe au moullin de Baraize – Item une planche de vigne sise au cloux de Larche de la Mothe près la Picqueraye
(f°5) 2ème lot : Le lieu et closerie appartenances et dépendances de la Renardière sis en la paroisse de Corsmyères ainsy et comme il se comporte et poursuit, réservé d’iceluy lieu ung loppin de terre sis en la pièce du champ de Layre qui est au 1er lot – (f°6) Item une planche de vigne sise au cloux de la Garanne paroisse dudit Crosmières contenant demy quartier de vigne ou environ, joignant d’un cousté à la vigne de la veufve Guy Lecoiffe – Item ung loppin de vigne sis au cloux de la Renardière contenant demy quartier de vigne ou environ joignant aux vignes du sieur de la Landaye – Item ung loppin de pré sis au pré du Pint audit Crosmières ainsi et comme ladite deffuncte Renée Gousse en jouyssoit en son vivant par douayre et usufruit – Item l’autre moitié de ladite pièce de pré et terre nommée la Poyssonnière icelle moitié prinse joignant au pastiz de la Poyssonnière et abuctant d’un bout au russeau d’autre bout à la terre du lieu de la Poyssonnière et tout ainsi qu’il est mercqué par picquets, à la charge de fournir de chemyn à l’autre moitié pour l’exploiter (f°7) par le bout du hault au plus près et moins endommageable que faire se pourra en relevant les passaiges – Item ung petit cloux de vigne nommé Damorinal comme il se poursuit et comporte avecques ses appartenances abuctant d’un bout au chemyn tendant dudit Sainct Denys à la Croix Couverte – Item ung loppin de vigne sis au cloux de Goullevent sur le chemyn ainsi et comme il se poursuit – Item 2 planches de vigne sises au cloux de Nerbonne ainsi comme elles se comportent – Item ung careau de vigne sis au cloux des Beleners ainsi comme il se poursuit – Item ung careau de vigne sis au cloux de Chemillon joignant au cloux des Joirs (f°8) – Item 3 planches de vigne en ung tenant dont en a une en hache sises au cloux du Mietran abuctant d’un bout au chemyn dudit Sainc Denys à la Croix Couverte … – Item ung loppin de vigne sis au xloux du Vau …

Partages en 7 lots des biens Perier : Miré 1585

Cet acte est aux Archives Départementales de la Mayenne, AD53-3E19 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 11 mars 1585 devant François Morin notaire de la cour royale de Saint Laurent des Mortiers demeurant en la paroisse de Contigné : 7 lots et partaiges des choses héritault du patrymoine de deffunt Mathurin Perier en son vivant demeurant au lieu de Lasnerye lez le bourg de Myré qui sont à départie entre chacuns de Mathurin Lefebvre mary de Renée Perier, Macé Gaudin mary de Gabrielle Perier, Perrine Perier et Nouelle Thayeulx veufve dudit deffunt Mathurin Perier, usufruitière de defunts Me Jehan Perier prêtre et Mathurin Perier ses defunts enfants, Jacques et Gacianne les Periers, lesdites choses départies et mises en 7 lots et partaiges par réformacion en la manière que s’ensuit par ledit Gaudin
1er lot : la chambre de maison du milieu du lieu de Lasnerie tant haut que bas comme elle se comporte par fons et superficie, en laquelle chambre est la cheminée, et les clouaisons d’entre les aultres chambres seront mutuelles, celui qui aura ce présent lot fera une (f°2) huysserie pour exploiter ladite chambre du cousté du jardin vers soleil levant – Item la quarte partye d’un loppin de jardin près le fournil dudit lieu, icelle quarte partye à prendre au long joignant au jardrin Royne aboutant d’un bout au jardin de René Leduc
2ème lot : la chambre de maison nommée le Celyer audit lieu de Lasnerye tant haut que bas comme elle se comporte fons et superficie aboutant à la maison de René Leduc et fera une huisserye pour exploiter ladite chambre du cousté du jardrin et fera (f°3) condamner l’huysserye qui est du cousté du pressouer celui qui aura ce présent lot – Item une autre quarte partie dudit jardin à prendre au long de 2ème lot du cousté du jardin Royne – Item la moitié d’une noe de pré nommée la Maladerye par indivis – Item 2 cordes de vigne à prendre au bas de la planche de vigne du cloux de Breson abutant au chemin tendant de Myré à la Bigaudière
3ème lot : Je vous épargne les 5 autres lots, et si j’ai mis les 2 premiers, c’est qu’il permet de juger de la valeur du patrimoine. Ici, petite bourgeoisie à mon humble avis, c’est à dire aucune closerie, juste une maison et quelques parcelles de terre.

Partages en 3 lots des biens de feux Michel Fessart et Madeleine Regnard : Saint Denis d’Anjou 1587

Je descends d’une famille FESSARD à Marans, et le patronyme n’est pas très fréquent en Anjou, aussi voici une autre famille que la mienne.


Voir toutes mes cartes postales de Saint-Denis-d’Anjou

Cet acte est aux Archives Départementales de la Mayenne, AD53-3E19 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 25 mars 1587 (devant François Morin notaire Saint Denis d’Anjou) Trois lots et partaiges des choses héritaulx qui sont à répartir entre chacuns de Pierre Cornuau mary de Jehanne Fessart, Michelle Fessart et Symon Cougnart mary de Marie Fessart, des choses héritaulx à eulx venuz escheuz de la succession de deffunct Michel Fessart et Magdelaine Regnard père et mère desdites les Fessards, icelles choses sises au bourg et paroisse dudit Saint Denis d’Anjou et St Martin départies et mises en 3 lits et partaiges, ledit Cornuau à cause de sadite femme fille aisnée desdits deffunts Fessard et ladite Regnard faits en la manière que cy après s’ensuit
1er lot (choisi par Michelle Fessart) : la chambre de la maison nommée la Salle avecques la haulte chambre de dessus et le grenier aussi de dessus à prendre à ung antraneau du mytan dudit grenier et la cave dudit logis, comme elle se poursuit et comporte, à la charge que la deffance de ladite cave sera ouster d’où elle est et prendra la porte la ferreure et les (f°2) gonds et aussy que la porte de la montée de l’autre chambre sera aussy du présent lot, avecques la moitié du grand jardrain qui est près ledit logis fors 6 pieds à prendre tout au long d’une petite maison et la grange où est le pressouer jusques au pignon de ladite grange, pour faire une allée pour exploiter l’autre moitié dudit jardrain à prendre le cousté dudit jardrain le proche de ladite salle dudit logis à tirrer dudit pignon de ladite grance lesdits 6 pieds réservés au mitan du puits et prendra le surplus dudit jardrain pour en parfaire la moitié depuis ledit puits en l’ourée du bas sur le russeau et par la voyaitte à tirrer au long de la maison de Guillaume Peju, jusques à ce qu’il en ai ladite moitié dudit jardrain comme il sera mercqué par picquets, ladite maison et jardrain joignant au jardrain de Michel Trochon – Item une petite chambre de maison par bas nommée la Hodemonnerye sise au bourg dudit St Densys comme elle se comporte joignant à la maison de deffunt Jehan Bigot abutant au chemin tendant du presbitère à la Pilardière ainsi comme elle leur appartient – Item une planche de vigne sise au cloux de la Pierre qui joint à la vigne de Guillaume Theullier (f°3) – Item ung petit cloux de vigne nommé Bille ainsuy qu’il se comporte abutant à la vigne deffunct Jeamet Gaudreau – Item ung bregeon de vigne sis au cloux de Nerbonne joignant à la vigne Jehan Ledoulx sieur de la Boucquetière – Item une planche et demye de vigne sise au cloux des Grands Sourdières en ung tenant joignant et abutant à la vigne de la chapelle St Sébastien d’autre bout à la vigne Jehan Journail sieur de la Templerye – Item audit cloux ung bregeon de vigne joignant la vigne et abutant à la vigne de la cure d’aultre bout à la vigne de la chapelle de Saint Jacques – Item 2 bregeons de vigne en deulx endroits sis au cloux de Denail l’un d’iceulx abutant à la vigne de Michel Trochon – Item 2 bregons sis au cloux des Presuys une voyette traversant par le mytan, joignant la vigne Briant Gruau – Item le tiers du jardrain de la Guymplerie (f°4) à prendre le bout du bas abutant aux taillis de la Haye Saint Maurice
Je vous épargne les 2 autres lots, et si j’ai mis le premier, c’est qu’il permet de juger de la valeur du patrimoine. Ici, petite bourgeoisie à mon humble avis, c’est à dire aucune closerie, juste une maison et quelques parcelles de terre.

La succession de Sébastien Cohon a donné lieu à d’innombrables licitations et reventes entre héritiers, des années durant : 1653

Hier j’ai refait plusieurs fois le registre de Nyoiseau car j’observe quelque chose de curieux dans la filiation LEDIN et GARNIER, car le mariage du couple René Garnier et Françoyse Ledin en 1613 donne une partie de la filiation et elle donne étrangement Renée Cohon comme mère du garçon, donc de René Garnier serait fils d’un GARNIER et de Renée COHON et je ne trouve pas ce couple. A moins d’imaginer que le prêtre a fait une erreur de prénom et que ce serait Claudine Cohon ?

Mariage à Nyoiseau « le 22 octobre 1613 furent espousés en cette chapelle honorables personnes René Garnier et Françoyse Ledin … en présence de honnestes personnes Me Pierre Ledin père de ladite Françoise et Renée Cohon mère dudit René, honneste homme René Cevillé sieur de la Gueretière leur proche parent, vénérable et discret Nicolas Cornée prêtre curé dudit Nyoiseau »

Dans ce qui suit, nous sommes des années après le décès de Sébastien Cohon, mais on observe que les biens sont toujours revendus entre héritiers comme cela a toujours été le cas, on préfère la famille avant de vendre à des étrangers à la famille.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, AD49-5E7 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 14 juin 1653 avant midy, par devant nous Nicolas Chesneau notaire royal Angers, fut présent personnellement estably et soubzmis vénérable et discret Me Pierre Ledin prêtre curé de Belligné évêché de Nantes, y demeurant faisant tant en son nom que disant et assurant avoir les droits de n.h. François Garnier sieur de la Repenellet son frère virain (sic ! pour « utérain ») héritiers en partie de deffunt noble homme Me Sébastien Cohon prêtre vivant scholastique de l’église dudit Nantes, lequel esdits noms et qualités et en chacun d’iceulx a reconnu et confessé avoir du jourd’huy quitté cédé et transporté et par ces présentes quitte cède et transporte, promis et promet garantir dournir et faire valloir à noble homme Jacques Cohon sieur du Parc son cousin demeurant en ceste ville paroisse st Evroul présent et acceptant la part et portion en quoi ledit Ledin est fondé en la somme de 2 000 livres de principal due à l’hérédité et succession dudit deffunt sieur Cohon par deffunt Me Pierre Mahot pour les causes de la transaction faite entre eux passée par devant deffunt Me Guillaume Guillot vivant notaire à Angers le 8 août 1638 et les intérêts échus depuis icelle ; pour de ladite part et portion tant en principal qu’intérests jouir disposer, les prendre et recevoir par ledit sieur du pard des héritiers dudit deffunt Mahot ainsi que bon luy semblera et comme feroit ou pourroit faire ledit sieur Ledin cessant cesdites présentes, par lequelles il l’a mis et subrogé, met et subroge en son lieu place droits noms raisons actions et hypotheques ; ce fait pour et moyennant la somme de 278 livres 15 s 6 d pour le principal (f°2), et 194 L 6 s pour les intérêts, qui sont en tout 471 L 15 s à quoi ledit Ledin est contribuable par sa part .. »

Les neveux et héritiers de Jean Cohon sieur de Châtelais vendent la closerie du Mans : Noyen sur Sarthe 1639

La vente est à rente foncière au monastère de Noyen, dont la dame supérieure est Marguerite d’Achon, et la somme très élevée.
L’acte énumère les héritiers tous neveux ou petits neveux, et cet acte et le suivant qiu est sur l’étude COHON que j’ai en ligne, donnent Guillaume Houdusse dont l’un d’entre vous descend et s’est manifesté ces jours ci, aussi je lui adresse ce billet avec les vues originales qui lui serviront à jamais de preuve de rattachement aux Cohon.
Curieusement, Guillaume Houdusse, qui est présent, n’a pas signé cet acte, mais c’est un oubli, car l’acte un peu identique qui suit 3mois plus tard, et qui est dans mon étude COHON, comporte la signature de Houdusse.
Il serait intéressant au descendant de nous faire part de l’identification de cette signature comparée à celles qu’il a déjà de son côté, et de me le confirmer ou infirmer.

Enfin, j’ajoute que ce Jean Cohon, chanoine au Mans, était un oncle d’Anthyme Denis Cohon évêque de Nîmes.

Cet acte est aux Archives Départementales de la Mayenne, AD53-3E63 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :


Le 24 septembre 1639 après midi, devant nous René Boutin notaire royal à Château-Gontier y résidant, furent présents en leurs personnes, establis et deument soubzmis, Pierre Legros sieur de la Joyère marchand et Marie Cohon sa femme de luy suffisamment authorizée pour l’effet des présentes, demeurant en cette ville paroisse saint Remy, François Mellier apothicaire demeurant en la ville de Craon mary de Marguerite Cohon, tant en son privé nom que pour et au nom de sadite femme et comme procureur spécial de Jehan Marcoul notaire mary de Jehanne de La Cuche l’aisnée, demeurant au bourg de Cossé le Vivien par procuration passée par Pierre Hunault notaire royal résidant audit Craon le 24 mai dernier demeurée entre ses mains, Jacques Jousselin marchand demeurant audit Craon mary de Jehanne Cohon aussi tant en son privé nom que pour et au nom et soy faisant fort de ladite Jeanne Cohon sa femme, et encores comme procureur spécial d’illustrissime et révérandissime seigneur Messire Antime Denis Cohon évesque de Nismes conseiller du roy en ses conseils d’estat et privé, de noble Me Jehan Cohon commissaire pour sa majesté des Guerres en brouage par procuration spéciale passée par devant Bourichon et Dupuy notaires au chatelet de Paris le 12 juin 1638 et par lettres missives dudit seigneur évesque du 25 juillet dernier, qui sont pareillement demeurées es mains dudit Jousselin, et encore icelluy Jousselin comme ayant les droits cédés de Jehanne de La Cuche la puinée veuve François Foucault, et Guillaume Houdusse aussy marchand demeurant au lieu seigneurial de la Boussardière paroisse de Mée, mary de Guyonne Lorent, aussy tant en son nom privé que pour

(f°2) pour et au nom et faisant le fait vallable de ladite Lorent sa femme, et Me René Cohon prêtre curé de Douillet tant pour luy que pour ses cohéritiers en sa souche, et encores de Jehan et René (*** en f°6) les Mallnaultz nepveux dudit Houdusse, tous lesquels les Cohons Lorent les Delacuche et Mallenaut héritiers par bénéfice d’inventaire de deffunt noble et discret Me Jean Cohon prêtre vivant sieur de Chastellays, chanoine en l’église du Mans et tous lesquels lesdits Mellier Jousselin et Houdusse ont promis faire agréer et ratiffier ces présentes et à l’effet d’icelles et au garantage des choses cy après avecq eux solidairement obliger, et de ce en fournir par chacun d’eux actes vallables de ratiffication et obligation solidaire de ceux (*** suite en f°7) dont ils ont lesdites procurations et desquels ils se sont fait forts au cy après nommé dans 6 mois prochains à peine etc ces présentes néanmoins etc d’une part, et noble homme René Marmchays sieur du Petit Bois conseiller du roy recepveur du Taillon en l’élection dudit Château-Gontier y demeurant paroisse de saint Jehan l’évangéliste, aussi tant en son privé nom que pour et au nom (retour f°2) et comme procureur spécial de révérante dame sœur Marguerite d’Apchjon supérieure du monastère du saint Sacrement estably en la ville de Noyan et de l’ordre de Saincte Elizabeth comme il a fait apparroir par procuration spéciale passée par devant Peschard notaire royal soubz la cour du Mans demeurant audit Noyen le 21 de ce mois, la minute de laquelle signée sœur Marguerite Dapchon supérieure de Noyen, Noury et Peschard, est demeurée attachée à ces présentes pour y avoir recours quand besoing sera et à laquelle dame ledit sieur Marchais a pareillement promis faire ratiffier ces présentes et à l’effet et exécution d’icelles obliger et de ce en fournir aux sus nommés acte vallable de ratiffication et obligation dans 2 mois prochains venant, aussi à peine etc ces présentes néantmoings demeurant en leur force et vertu d’autre ; entre lesquels a esté volontairement fait le contrat de vendition pactions et obligations qui ensuivent


(f°3) c’est à savoir que lesdits Legros, Marie Cohon sa femme, Mellier, Jousselin et Houdusse esdits noms et en chacun d’iceux eux et chacun d’eux l’un pour l’autre seul et pour le tout sans division, renonçant au bénéfice de division, discussion d’ordre etc, ont recognu et confessé avoir ce jourd’huy vendu quité cédé délaissé et transporté et par ces présentes vendent quittent cèddent délaissent et transportent du rout dès maintenant promis et promettent garantir de tous troubles et descharges d’hypotèques interruptions évictions et autres empeschements généralement quelconques en faire cesser les causes, fournir et faire valoir tant en principal que cours d’arrérages audit Marchais audit nom ce stipulant et acceptant, lequel a achapté et achapte pour ladite dame supérieure et religieuses dudit monastère pour elles et autres supérieures et religieuses qui pourront leur succéder en iceluy la somme de 240 livres tz de rente foncière annuelle et perpétuelle que lesdits vendeurs esdits noms ont dit et assuré leur estre deue chacuns ans au terme de Toussaint par François Dean sieur de la Poulletrye marchand demeurant au forsbourg d’Azé de ceste ville sur à cause et pour raison de la terre fief et seigneurie


(f°4) de Mans située en la paroisse de Noyen sur Sarthe appartenances et dépendances d’icelle que lesdits vendeurs luy auroient ce jourd’huy baillée et transportée audit tiltre de rente foncière plus à plain mentionnée et spécifiée par le contrat du bail et prise à rente de ce fait et passé par devant Me Jacques Collin notaire de cette cour ; pour de ladite rente de 240 livres tz se faire par ladite dame supérieure et religieuses dudit monastère et autres supérieures et religieuses qui leur succéderont audit monastère payer servir et continuer chacuns ans à l’advenir dudit sieur Déan ses hoirs et ayans cause au termer porté par ledit contrat, en jouir faire et disposer comme bon leur semblera, tout ainsi que lesdits vendeurs esdits noms feroient et faire pourroient cessant ces présentes les mettans et subrogeans du tout en leur lieu et place droits noms raisons et actions à eux appartenans à cause dudit contrat de bail et prise à rente grosse duquel ils ont à ceste fin présentement baillée et délivrée audit sieur Marchais ; à tenir et ladite rente des fiefs et seigneuries de Noyen et autres dont les choses subjettes à icelle se trouveront mouvantes, soit à foy et hommage ou censivement, aux charges cens rentes foncières et debvoir antiens et accoustumés


(f°5) que les parties advertyes de l’ordonnance royale n’ont peu déclarer, de ce faire interpellées, lesquelles charges et debvoirs ledit acquéreur audit nom paiera et acquitera pour l’advenir quitte des arrérages du passé ; transportant etc ceste présente vendition ainsi faite pour le prix et somme de 6 400 livres tz que ledit sieur Marchais esdits noms et en chacun d’eux seul et pout le tout sans division etc renonçant etc comme dict est a promis et s’oblige payer auxdits Legros Mellier Jousselin et Houdusse en ceste ville maison dudict Legros dans 8 mois prochains venans, et outre ont iceux vendeurs esdits noms vendu comme dessus audit Marchais stipullant esdits noms les bestiaux et sepmances en ce qui leur en appartient sur ledit lieu du Mans pour la somme de 200 livres tz que ledit Marchais a pareillement promis payer et bailler auxdits Legros Mellier Jousselin et Houdusse en la maison dudit Legros dans ledit temps de 8 mois prochains, et jusques au paiement réel desdits sommes de 6 400 livres par une part et de 200 livres par autre, en payer servir et continuer par ledit Marchais esdits noms la rente ou intérest à la raison du denier dix-huit, à commencer du jour et feste de Toussaintz prochain, sans que la stipulation et paiement desdits inthérests puisse empescher ne retarder l’exaction du sort principal ledit terme


(f°6) escheu ; au paiement desquelles sommes tant en principal qu’inthérest ladite rente de 240 livres tz ainsi vendue est et demeure particulière et par privilège spécial affectée …

Succession sans hoirs de Mathurine Hiret et Adrien Leconte le notaire : 1557

Je descends d’Olivier Hiret, mais si je le sais héritier collatéral, je n’ai pas le lien précis, hélas, donc cet acte traîne depuis longtemps dans mes tablettes.
Si parmi vous il y en a qui ont des informations sur ce couple d’Adrien Leconte, le notaire dont nous avons un fonds aux Archives Départementales du Maine et Loire, et Mathurine Hiret, merci de me faire signe.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, AD49-5E6 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

« Le 6 novembre 1557 en notre cour royale d’Angers endroit par devant nous personnellement establiz honorable homme maistre Jehan Alasneau chastelain de Pouencé, mari de Renée Hyret, demeurant audit lieu, Olivier Hyret marchand demeurant en la paroisse de Sainct Aulbin dudit Pouencé, tant en leurs noms privés que comme et soy faisant fors de vénérable et discret maistre Mathurin Hyret official et chanoine de Mortagne au Perche dans l’Orne , Jehanne Hyret veufve de deffunt Nycolas Cormyer demeurant à Rennes,

Merci de me dire si vous lisez aussi CORMYER car j’ai par ailleurs un Nicolas Coconnier.

Jehanne Laize veufve de deffunt honorable homme Me Guillaume Dumayne, et René Aubron mari de Katherine Laize, et encores ledit Alasneau tant en son privé nom que au nom et comme curateur des enfants mineurs d’ans de deffunts Bertran Laize et Georgine Hiret, tous héritiers de deffunte Mathurine Hiret en son vivant femme de maistre Adrian Leconte en son vivant notaire royal d’une part, et (f°2) Pierre Leconte demeurant en la paroisse de St Pierre du Marché de Loudun , Estienne Davy mari de Jehanne Leconte demeurant en la paroisse de Notre Dame de Veniers près la ville de Loudun, et Nouel Davy marchand demeurant en ceste ville d’Angers au nom et comme soy faisant fort de Nycolas Collet mari de Franczoise Leconte, ladite Françoise Leconte à ce présente aussi héritière dudit deffunt Me Adrian Leconte d’autre part, soubzmetant etc confessent suivant l’accord fait entre les dessusdits le 19 octobre dernier touchant les lots et partages des biens des successions desdits deffunts Adrian Leconte et ladite Hyret, desquels biens lots et partages auroient été baillés et fournis cy-davant par lesdits Alasneau et Olivier Hyret esdits noms auxdits Davy soy faisant fort des dessus dits héritiers dudit Leconte pour venir procéder à la choisie d’iceux suivant ledit (f°3) accord obéissant auquel et procédant à ladite choisie ont les dessusdits Pierre Leconte, Estienne Davy, Nouel Davy audit nom, présente et consente ladite Franczoise Leconte opte pour et choisy le premier des lots à eux présentés par lesdits Alasneau et Hyret esdits noms auquel est la maison de la ville d’Angers et la closerie de Bellavy Champcharles selon et au désir desdits lots, et auxdits Alasneau et Hyret esdits noms et autres leurs cohéritiers demeure le second desdits lots, auquel est la closerie de la Possonière et la métairie de la Papinière en la paroisse du Lyon d’Angers le tout aux charges desdits lotz et encores dabondant a ledit Nouel Davy en son privé nom promis et s’est obligé payer auxdits Alasneau et (f°4) Hyret esdits noms la somme de 180 livres tournois dedans huitaine suivant lesdits lots ; et ont promis sont et demeurent tenus lesdits Alasneau et Hyret faire rattifier et avoir agréable tant ledit accord partage et présente choisye aux dessusdits héritiers de ladite deffunte Mathurine Hyret dont ils se sont fait fort, et pareillement lesdits Davy audit Collet et à ladite Jehanne Leconte et chacun d’eux et en fournir les uns aulx autres dedans Pâques prochainement venant lettres de rattification en forme parlante à peine de tous dommages et intérests ; et encores ledit Alasneau a sesdits myneurs eulx venuz à leur âge et en bailler lettres de rattiffication aux dessus dits (f°5) aussi à peine de tous dommages et intérests ces présentes néantmoins etc ; à laquelle choisie et tout ce que dessus est dit tenir etc dommages etc obligent etc renonçant etc foy jugement et condemnation etc ; fait et passé audit Angers en présence de Me René Ogier licencié es loix, et Jehan Leroy demeurant Angers, et Me Vincent Leconte tesmoins »