L’incroyable succession de Louise et Michel Maugars : Angers 1712 (4ème partie)

Toujours aussi incroyable, car tous les biens sont situés à Cuillé, alors qu’ils sont nombreux.
Quand je pense aux difficultés que j’avais autrefois rencontrées pour remonter cette filiation Maugars, pour décrouvrir Cuillé !!!

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 2E1966 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

2ème lot : La closerie du Rocher au bourg de Cuillé, consistant en maisons cours rue issues jardins appartenances et dépendances d’icelle terre et prés en dépendant, ainsi qu’elle est spécifiée par les PV d’appréciation (en marge : 1 425 livres par Henryet et par Fogottin 1 625 livres non compris les semances et bestiaux et par Besnard 1 742 livres 15 sols) – Item pour la somme de 46 livres de bestiaux qui sont sur ledit lieu suivant l’acte passé devant ledit Bulourde le 7 janvier 1705 et suivant le PV dudit Besnard – Item la somme de 16 livres pour le prix de 8 boisseaux de seigle mesure de La Guerche qui sont sur ledit lieu suivant l’acte passé devant ledit Bulourde et le PV dudit Besnard – (f°10) A la charge par ceux qui auront le présent lot de laisser ledit lieu cy-dessus comme il se poursuit et comporte avec ses appartenances et dépendances bestiaux et sepmances et ainsi que le tout est rapporté par lesdits procès verbaux audit sieur René Maugars advocat au parlement de Bretagne héritier pour un tiers dans une septième partie desdits biens censifs desdits deffunt sieur de la Bellangerie et damoiselle Louise Maugars suivant et conformément à l’acte fait entre ledit defunt sieur de la Bellangerie et ledit sieur René Maugars passé devant Jacques Paillard notaire royal résidant à Craon le 31 janvier 1707, et autres sous seing privé des 25 novembre audit an et 7 octobre 1709 si bon leur semble, copie en forme et originaux desdits actes et soubz seing privé par ledit sieur René Maugars sans que ledit lieu bestiaux et sepmances puissent estre partagés ni subdivisés entre lesdits copartageans au moyen de l’option faite par ledit sieur René Maugars dudit lieu bestiaux et sepmances le 3 décembre dernier par acte passé devant maistre René Bouclier notaire royal de cette cour signifié audit sieur du Bordage Jarry le 6 desdits mois et an, qui est demeurée attaché à ces présentes … en exécution desdits actes et soubs seings privés cy dessus, et attendu que ledit lieu bestiaux et sepmances excèdent la part en laquelle ledit sieur René Maugars est fondé en lesdites successions, il demeure tenu de faire raison de l’excédient dudit lieu bestiaux et sepmances à ses autres cohéritiers auxquels eschera ledit présent lot et de leur payer les sommes qu’il se trouvera redevable conformément audit acte du 31 janvier 1707 cy dessus rapporté, et cependant l’intérest jusqu’au jour du payement réel en cas que ledit sieur de Mondable et ladite damoiselle Piel audit nom n’optent ledit présent lot, ceux auxquels il eschoira, ils retourneront vers le lot que lesdits sieur de Mondable et la damoiselle Piel auront choisi et opté et prendront sur le lot qu’ils auront opté pour autant d’effets que ledit sieur René Maugars aura pris et retenu dudit présent lot, conformément auxdits actes et soubs seing privé, dont lesdits sieur de Mondable et damoiselle Piel seront tenus de faire partage de subdivision dudit lot par eux choisi en 3 lots, 3 sepmaines après ledite choisie, sur lesquels dits partages de (f°11) subdivision lesdits sieur Mondable et damoiselle Piel demeurent tenus de présenter à ceux auxquels eschoira ledit présent lot dans le temps de 3 sepmaines à peine etc, lesquels dits partages et subdivisions seront aux frais desdits sieur de Mondable et damoiselle Piel, sans que ceux auxquels eschoira le présent lot en soient tenus pour aucune chose et faute par eux de présenter lesdits partages dans ledit temps ceux auxquels eschoira ledit présent lot prendront et choisiront un tiers desdits biens et effets du lot opté par lesdits sieur de Mondable et damoiselle Piel des plus clairs biens dudit lot – Item est et demeure au présent lot la somme de 120 livres pour 2 années de la ferme dudit lieu du Rocher escheue au jour et feste de Toussaint 1710 à raison de 60 livres par an suivant le beil à ferme passé devant ledit sieur Meaulin notaire de Craon le 14 mars 1708 à prendre et receoir lesdites 2 années du fermier dudit lieu du Rocher ou autres personnes qui les auroient receues et touchées dudit fermier – Item 2 années de redebvance de 10 livres de beurre dues par le fermier dudit lieu du Rocher escheues audit jour de Toussaint dernière à prendre et recevoir dudit fermier – Item la somme de 300 livres de principal pour laquelle est créé 18 livres 15 sols de rente hypotéquaire par chacun an deue par Olive Bulourde veuve de Louis Gohier ainsi qu’il est raporté en l’acte en forme de transaction du 11 mai 1690 passé devant ledit Meaulin, et autres pièces qui sont à la liasse cottée G par l’inventaire fait après le décès dudit defunt sieur de la Bellangerie – Item la somme de 56 livres 5 sols pour 3 années d’arrérages de ladite rente escheue le 10 août dernier – Item la rente foncière de 20 livres deue par chacun an au jour et feste de Toussaint sur le lieu du Bois Hunault paroisse de Fontaine Couverte possédée par Jean Feuillet suivant l’acte de baillée à rente passée devant ledit sieur Meaulin le 5 août 1701 et autres pièces … – Item la somme de 55 livres pour 2 années 9 mois d’arrérages de ladite rente cy dessus – (f°12) Item la somme de 186 livres 10 sols à prendre et recevoir du fermier des Prés pour arrérages de fermes et redenvances qu’il doit depuis la Toussaint 1708 jusqu’au 1er juin de la présente année. – Item la somme de 13 livres un sol 8 deniers de rente hypothéquaire que doivent René Gripon François Martin et René Haiton au désir du contrat passé devant ledit sieur Meaulin le 27 juin 1696 et autres pièces … – Item la somme de 30 livres de principal que doit faire de retour le 7ème lot cy après audit présent lot payable 6 mois après l’option desdits présents partages sans intérests (monte à la somme de 2 898 livres 9 sols selon estimation de Me Henryet et 3 098 livres 9 sols selon Duverger)
à suivre pour le 2ème lot

L’incroyable succession de Louise et Michel Maugars : Angers 1712 (3ème partie)

Toujours aussi incroyable, car ce partage a nécéssité 3 experts et non 2 comme d’habitude. Le troisième est nommé « tiers expert » et c’est Besnard. Sans doute nommé car on ne parvenait pas à s’entendre, en effet, les PV d’appréciation des 2 premiers experts donnaient des estimations différentes !!!

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 2E1966 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Suit le partage censif en 7 lots qui consistent en les héritages cy après qui ont esté appréciés par lesdits experts, en rentes foncières (f°7) rentes hypothéquaires, arrérages et rentes et sepmances, bestiaux et autres effets demeurés desdits deffunts sieur de la Bellangerie et Louise Maugars.
1er lot : la maison appartenances et dépendances appellée la Gloriette située au bourg dudit Cuillé ainsi qu’elle se poursuit et comporte, estables, cours, rues et issues en dépendant, et un jardin au derrière contenant 10 cordes ou environ, le tout joignant d’un costé le cimetière de la paroisse dudit Cuillé, d’autre cosé la maison et jardin de la chapelle du Rocher, d’un bout les appartenances de la cure dudit lieu et d’autre bout le grand chemin tendant dudit bourg à aller au bourg de Gastine ; Item un jardin enclos de murs au devant de la maison cy dessus, le chemin entre deux, contenant 12 cordes ou environ ; Item un pré appelé le Pré Montis près ledit bourg contenant 80 cordes ou environ, enclos de hayes (en marge : 850 livres compris le jardin enclos de murs et le pré appelé le Pré Montys) – Item une autre maison située audit bourg appellée la Grande Maison aliàs le Porche ainsi qu’elle se poursuit et comporte ses appartenances et dépendances, rues et issues en dépendant, un jardin au derrière de ladite appartenance, et un petit pré au bas, qui estoit cy devant un jardin, contenant ensemble 40 cordes ou environ, lesdites choses joignant d’un costé le chemin tendant dudit bourg de Cuillé à aller à Gennes, d’autre costé les appartenances du sieur de la Rotteière, d’un bout la grande rue dudit bourg, d’autre bout la terre dudit sieur Maugars advocat en parlement ; Item un pré contenant 50 cordes ou environ de l’autre costé dudit chemin dudit bourg de Cuillé à Gennes et tout ainsi que lesdites choses cy dessu sont spécifiées par le susdit procès verbal d’appréciation desdits sieurs Henryet et Fagottin sans rien en réserver et suivant les appréciations portées par iceluy ; Item dans la pièce des Grands Champs un canton de terre contenant tant en ce qui se laboure que en coustaux et dans un petit étang 4 journaux de terre ou environ ; Item dans la pièce des Mottays 3 loppins de terre labourable contenant ensemble 2 journaux et demi ou environ, et tout ainsi que lesdites 2 pièces de terre sont spécifiées par les susdits procès verbaux desdits sieurs Henryet et Fagottin et Besnard sans rien en excepter ni (en marge (240 livres par Henryet et 200 livres par Fagotin et 220 livres par Besnard) (f°8) réserver et suivant les appréciations rapportées par ledit procès verbal dudit sieur Besnard tiers expert, lesquelles dites deux pièces de terre composaient et estaient avant les présentes de la métayrie du Clos qui est à présent réduite en une closerie au moyen des présentes et comprises au 4ème desdits lots. – Item la somme de 106 livres 12 sols faisant partie de celle de 214 livres 3 sols 4 deniers à prendre et recevoir du propriétaire du lieu de la Réauté pour partie des arrérages qu’il doit de la rente foncière de 83 livres sur ledit lieu escheue le 1er juin de la présente année, et le surplus desdits arrérages est demeuré au 2ème lot – Item pour la somme de 92 livres de bestiaux à prendre sur la prisée des bestiaux qui sont sur ledit lieu du Clos après que ceux auxquels escheront les 3ème et 4ème lots auront pris ce qui leur en conviendra et ainsi qu’il sera dit cy après – Item la somme de 300 livres de principal deue à la succession dudit defunt sieur de la Bellangerie par Pierre Lebastard mari de Françoise Beasse fille de defunt Estienne Beasse et par Renée Beasse veufve Jacques Cherruau fils (sic, sans doute « fille ») de deffunt François Beasse et auparavant ladite somme estoit due à Jean Goussé sieur de la Coquerye laquelle dite somme est créée pour 15 livres de rente hypothéquaire annuelle et perpétuelle ainsy qu’il est rapporté par l’acte de cession de ladite rente faite par ledit sieur Goussé audit deffunt sieur de la Bellangerie passée devant Bulourde le 5 décembre 1685 par l’obligation dudit sieur Goussé passée devant ledit Bulourde le 4 mai audit an. – Item la somme de 20 livres de reste d’arrérages de 2 années de ladite rente escheues au jour et feste de Toussaint 1708 – Item la somme de 38 livres 15 sols pour 2 années 7 mois d’arrérages de ladite rente escheues au 1er juin de la présente année 1712 – A la charge pour ceux auxquels eschera le 1er lot de faire raison audit Lebastard sur lesdits arrérages de 30 sols qui luy sont deubz par ladite succession pour 3 journées qu’il a faites audit deffunt sieur de la Bellangerie. (f°9) – Item la rente de 10 livres deue à ladite succession sur le lieu de Grippe Housse situé paroisse de Fontaine Couverte possédé par Pierre Chazé admortissable à sa volonté pour 200 livres ainsi qu’il est rapporté par l’acte de vendition dudit lieu fait par ledit deffunt sieur de la Bellangerie audit Chazé passé devant ledit Bulourde le 9 septembre 1686. – Item la somme de 26 livres 13 sols 4 deniers pour 2 années 8 mois de ladite rente escheue le 9 juin de la présente année 1712 – Item la somme de 150 livres faisant partie de celle de 339 livres 7 sols pour partie des arrérages de la rente de 100 livres deue sur la métayrie de Villecourtoise à prendre et recevoir du sieur de Lantivy comme propriétaire de ladite métayrie. – Item la somme de 13 livres 14 sols 2 deniers pour arrérages escheus le 25 juin dernier de la rente de 13 livres 1 sol 8 deniers et le surplus des arrérages demeure au 5ème lot – Item la somme de 20 livres de principal que doit faire de retour audit présent lot le 7ème lot et cependant l’intérest à raison du denier vingt sans que la stipulation d’intérest puisse empescher ny retarder le paiement de la somme principal (en marge ; « monte en tout à 3 054 livres 4 sols par Henryet et 2 884 livres 4 sols par Duverger ») à suivre pour le 2ème lot

L’incroyable succession de Louise et Michel Maugars : Angers 1712 (2ème partie, tierce foi des 5/8èmes des 1/7èmes)

Vous avez déjà sur mon blog et mon site de nombreux partages de biens hommagés tombés en tierce foi.
J’avais autrefois découvert de type de partage avec mon étude de la famille Cevillé, et rappelé que ce partage n’était pas noble car non lié à la personne, mais lié à un type de bien foncier. Car il ressemble au partage noble, en ce que l’aîné à les 2/3 et le 1/3 restant est partagé entre les puinés.
Ici les puinés sont au nombre de 6, mais comme il s’agit d’une génération postérieure, chaque 1/6ème est divisé ensuite en un grand nombre de cohéritiers.
Mieux, ici, le bien hommagé est un pré.
Et pire, ce pré a déjà été partagé en tierce foi, donc il n’en reste que les 5/8èmes.
Il ne va donc rester aux puinés que le 1/7ème des 5/8èmes du pré, à se diviser entre eux car ils sont plusieurs.
Je me suis demandée en tappant ces lignes si chacun avait assez de place du final pour y poser une vache ou un chaise à défaut !!!

Une chose cependant mérite d’être souligné dans tout cet acte, qui est si long, que vous aurez la suite dans les jours qui suivent, c’est que le notaire faisait un énorme travail sérieux et méticuleux, que j’admire, car pour mémoire en 1712 on n’avait même pas de calculette etc… et de système métrique… et d’état civil bien tenu…

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 2E1966 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

1er partage en 2 lots des biens nobles tombés en tierce foy consistant en 5/8èmes du Pré Herrault acquis par deffunt noble et discret Me René Maugars prêtre vivant curé de Cuillé de 5 testées de ses cohéritiers héritiers de deffunt Me René Maugars et damoiselle Louise Joubert, ainsi qu’il est rapporté par l’acte passé devant Louis Bulourde notaire de la baronnie de Pouancé résidant audit Cuillé le 19 septembre 1682 qui est demeurée cy attachée et que ledit pré seroit tombé au lot dudit defunt René de la Bellangerie des biens demeurés du décès dudit deffunt René Maugars curé ainsy qu’il est rapporté par les partages passés devant Me Raffray notaire royal audit Angers le 3 août 1683 dans lesquels 5/8èmes parties lesdits sieurs Jarry, damoiselle Julienne Maugars et leurs cohéritiers sont fondés dans lesdits deux tiers comme aisnés dans lesdites successions auxquels lesdits deux tiers demeurent avec les jouissances et les arrérages de fermes depuis le décès dudit sieur de la Bellangerie, jusqu’au jour de l’option desdits présents partages pour après ladite option faire entre lesdits deux tiers subdivisés entre eux noblement suivant ladite coustume ainsy qu’ils leur sont escheus, et l’autre tiers est et demeure aux autres copartageants puisnés en ladite succession avec les jouissances et fermes dudit tiers depuis le décès dudit sieur de la Bellangerie, à la charge par eux de le subdiviser entre eux ainsy qu’il leur est escheu et de faire raison de la part et portion en laquelle peut être fondé ledit sieur René Maugars advocat en Parlement dans ledit tiers et le surplus du Pré sera (f°5) partagé censivement entre tous lesdits copartégeants et sera fait plan de bournes dudit pré entre tous lesdits cohéritiers de ce qu’un chacun y sera fondé pour éviter toutes les contestations et difficultés qui pourroient naistre à l’advenir, à l’effet duquel plan de bournes divisions et subdivisions tous lesdits copartageants emportent assignation et demeurent inthimés à se trouver en la maison du sieur Meaulin notaire résidant à Cuillé 15 jours après l’option finale des présents partages pour se transporter sur ladite place de pré dans ledit jour et ayant à y comparoir en personne ou par procureur protestant que ladite subdivision en plan de bournes sera tait tant en leur présence qu’absence et sera fait et dressé procès verbal et acte requis nécessaire par deux experts dont les puisnés en conviendront d’un pour leur option et les aisnés d’un autre, pouquoi lesdits sieurs Jarry et damoiselle Julienne Maugars audit nom conviennent dès à présent dudit sieur Meaulin notaire lequel procès verbal et acte sera exécutoire contre tous lesdits cohéritiers soit qu’ils soient présents ou non.
Et outre, consistent lesdits biens nobles tombés en tierce foy en la somme de 13 livres 18 sols de rente foncière faisant partie de celle de 100 livres deue par chacun an au jour et feste de Toussaint sur la métayrie noble de Vilcontoise suivant l’acte de baillée à rente passé devant Guillaume Cointre notaire le 28 février 1625, laquelle rente est à présent due par le sieur de Lantivy comme propriétaire de ladite métayrie, admortissable à sa volonté à la somme de 2 000 livres dont le principal de ladite rente de 13 livres 18 sols est de 277 livres 15 sols 8 deniers, tombés en tierce foy, laquelle dite somme est pour les 2/9èmes parties des 5/8èmes parties, en lesquelles estoient fondés lesdits defunt sieur et damoiselle Maugars lors du décès dudit defunt sieur René Maugars curé leur frère qu’il avoir pareillement acquise de 5 testées de ses cohéritiers, héritiers desdits defunts René Maugars et Louise Joubert, ainsi qu’il est rapporté par ledit acte cy dessus daté, passé devant ledit Bulourde, des biens qui estoient tombés en tierce foy du décès de leurs dits père et mère, dont lesdits 5/8èmes parties dudit (f°6) Pré Herrault et de ladite rente de 100 livres faisoient part du tiers desdits biens nobles tombés en tierce foy aux puisnés de la succession dudit defunt René Maugars et Louise Joubert, de laquelle dite rente de 100 livres ladite damoiselle Louise Maugars a toujours jouy jusqu’au jour de son décès en conséquence de l’acte de démission faite entre elle et ses cohéritiers, héritiers sudit defunt sieur Maugars curé son frère, passée devant Gastinau notaire royal résidant à Craon le 19 juillet 1681, laquelle luy auroit esté délaissée avec autres sommes rapportées en icelle pour sa part de ce qu’elle pouvait prétendre de la succession de son frère ainsy qu’il est rapporté par ledit acte de division qui est demeuré cy attaché pour y avoir recours, de laquelle dite somme de 277 livres 15 sols 8 deniers, lesdits sieur Jarry et damoiselle Julienne Maugars et leurs cohéritiers auront et prendront les deux tiers montant à la somme de 185 livres 3 sols 9 deniers, comme aisnés en lesdites successions avec les intérests qui en seront deubs desdits deux tiers depuis le décès dudit defunt sieur de la Bellangerie et l’autre tiers montant à la somme de 92 livres 11 sols 10 deniers, est et demeure auxdits puisnés aussi avec les intérests dudit tiers depuis le décès dudit deffunt sieur de la Bellangerie, à la charge par lesdits puisnés de faire raison de la part et portion en laquelle est fondé ledit sieur René Maugars advocat en parlement en ledit tiers, de subdiviser ledit tiers suivant la coustume ainsi qu’il leur est escheu, de se faire servir et continuer du tiers de ladite rente de 13 livres 18 sols et de recevoir l’admortissement qui sen pouroit faire par ledit sieur de Lantivy ou autres personnes, comme par lesdits aisnés de diviser et subdiviser lesdits deux tiers ainsy qu’ils leurs sont escheus de se faire servir et continuer desdits deux tiers de ladite rente de 13 livres 18 sols en recevoir l’admortissement qui s’en pourroit faire par ledit sieur de Lantivy ou autres personnes et le surplus de ladite rente de 100 livres sera partagé censivement entre tous lesdits copartageants n’estant tombée en tierce foy, et laquelle sera comprise aux partages censifs cy-après.
à suivre pour le partage des biens censifs

L’incroyable succession de Louise et Michel Maugars : Angers 1712 (1ère partie)

Incroyable sur beaucoup de points :

Ils décèdent tous deux âgés et sans postérité

Mais avec beaucoup de frères et soeurs ayant postérité
Donc on a 7 lots qui remontent 2 générations plus haut car les naissances de toute cette fratrie remontent un siècle plus tôt à Cuillé, et nous sommes à Angers devant notaire !!!
Donc toujours incroyable de trouver une succession de Cuillé à Angers, car pour mémoire Cuillé est loin, très loin, à l’extrême point N.O. de l’Anjou !!!

Et encore plus incroyable je descends de ces MAUGARS !!!! que j’avais bien remontés autrefois avec contrats de mariages etc… mais je n’avais pas encore toutes les alliances de la fratrie du début 17ème siècle, alors que là, dans ce qui suit, j’ai trouvé une mine de collatéraux !!!

Mieux, cette incroyable succession se complique car des biens sont hommagés et tombés en tierce foi. Vous savez bien, si vous suivez tant soit peu ce blog, que ce type de biens ne se partage pas égalitairement, mais que l’aîné, quoique non noble, prend les 2/3 (comme pour les partages nobles) et tous les autres le 1/3 restant (comme pour les nobles). Donc, cette incroyable succession va procéder en 2 temps, d’abord les biens hommagés tombés en tierce foi, puis les biens censifs… Bref, c’est vous dire que cela est un très gros morceau, à suivre, et tout d’abord je vous mets ce qui concerne uniquement les héritiers et leurs liens.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 2E1966 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

« Le (sans date, mais dans le texte j’ai trouvé « la présente année 1712 ») partages des héritages tant hommagés que censifs, rentes foncières aussi tant hommagées que censives, rentes hypothéquaires, arrérages et rentes, semances et bestiaux et autres effets demeurés des successions de defunte damoiselle Louise Maugars et de defunt Me Michel Maugars prêtre sieur de la Bellangerie habitué en l’église de Cuillé que maistre François Jarry sieur du Bordage advocat au siège présidial d’Angers, noble homme Jacques Jean Jarry sieur du Plessis, bourgeois de Paris, enfants et héritiers de Me Jacques Jarry vivant advocat audit siège et de damoiselle Elisabeth Maugars leur père et mère, damoiselle Julienne Maugars veufve de defunt messire Julien Boisineux vivant docteur en la faculté de médecine dudit Angers, tant en son nom que comme procuratrice générale et spéciale de damoiselle Jeanne Maugars veufve de noble homme Estienne Martinet vivant sieur des Hayes suivant sa procuration passée devant François Meignan notaire royal à Château-Gontier le 23 juin 1710 et encore procuratrice spéciale et générale de damoiselle Anne Maugars veufve de noble homme Anselme Quantin vivant sieur de la Roche, suivant sa procuration sous seing privé du 15 janvier dernier …, tous héritiers soubs bénéfice d’inventaire desdits defunts sieur et damoiselle Maugars et aisnés en leur succession par la représentation de defunt François Maugars vivant sieur de la Grandinière, aussy advocat audit siège présidial dudit Angers, ayeul desdits sieurs Jarry et père desdites damoiselle Elisabeth, Julienne, Anne et Jeanne Maugars, fournissent et présentent en exécution des jugements rendus au siège présidial dudit Angers les 18 février, 11 mars et 8 aout 1710, de l’acte de présentation de serment fait par Me Estienne Henryet sieur du Founau et Lezard Fagotin sieur du Verger devant Mr le lieutenant général particulier dudit siège présidial (f°2) du 15 mai audit an, et des autres actes de présentation de serment faits par Me François Besnard marchand troisième expert devant le sieur curé de Cuillé le 1er septembre audit an 1710, nommé pour faire l’appréciation desdits héritages, des procès verbaux d’appréciation faits par lesdits sieurs Henryet Fagotin et Besnard en date du 1er avril et 4 septembre 1710, des actes de vérification desdits procès verbaux faits devant le sieur lieutenant particulier dudit Angers les 9 mai et 18 septembre ensuivant de ladite année 1710, lesquelles sentences présentations de serments procès verbaux vérification etc… sont demeurés attachés….,
à noble homme René Hunault sieur de la Resnière, noble homme René Hunault sieur de la Suardière, tant pour eux que pour leurs autres cohéritiers, héritiers de defunte Perrine Maugars leur mère et bisayeule vivante espouse de defunt Me Pierre Hunault vivant sieur de la Malinière et en cette qualité tous héritiers sous bénéfice d’inventaire desdits defunts sieur et damoiselle Maugars pour une septième testée,
à Me René Melin sieur du Plessis prêtre chanoine de l’église Notre Dame de La Guerche, fils et héritier de defunt noble homme Me Pierre Melin sieur du Plessis vivant procureur fiscal en la ville de la Guerche, et de damoiselle Renée Houget et damoiselle Estiennette Houget fille majeure tant pour elles que pour leurs autres cohéritiers, héritiers pour une septième partie soubs bénéfice d’inventaire desdits defunts sieur et damoiselle Maugars par représentation de damoiselle Renée Maugars, vivante femme de defunt noble homme Jacques Houget sieur et dame de Lespine leur père et mère,
et damoiselle Marguerite Piel veufve de noble homme Jacques Maugars vivant sieur du Rocher au nom et comme mère et tutrice de (f°3) ses enfants et dudit defunt sieur Maugars, et à François Maugars sieur de Mondable aussy héritiers pour chascun un tiers d’un septième desdits successions soubz bénéfice d’inventaire par représentation de defunt Me Vincent Maugars leur père, frère desdits defunts sieur et damoiselle Maugars, et l’autre tiers de ladite septieme partie desdites successions est demeurée à Me René Maugars advocat au parlement de Bretagne ainsy qu’il sera expliqué,
à damoiselle Anne Duchemin veufve de noble homme Vincent Leclerc vivant sieur de la Chevrottinière au nom et comme mère et tutrice de Joseph François Leclerc son fils et dudit defunt, à noble homme Joseph de Gennes sieur de la Mothe et à dame Marie Leclerc son espouse, et en cette qualité héritiers soubs bénéfice d’inventaire pour une septiesme partie desdits defunts sieur de damoiselle Michel et Louise Maugars, par représentation de damoiselle Andrée Maugars vivante femme de noble homme Estienne Leclerc vivant sieur du Lattay, leurs ayeulx,
à damoiselle Gilette Maugars veufve de noble homme Jacques Lefaucheux vivant sieur de la Dorserie, héritière de son chef soubz bénéfice d’inventaire pour une septième partie en lesdites successions,
à maistre Louis Maugars conseiller du roy au grenier à sel de St Rémy, Me François Maugars prêtre curé de Bierné, noble homme Jean Maugars marchand ancien consul de la ville d’Angers, Me Jacques Maugars prêtre curé de st Clément de la Place, noble homme Antoine Maugars sieur de la Gancherye, et à noble homme René Maugars marchand ancien consul et eschevin dudit Angers tous héritiers de defunt noble homme Louis Maugars vivant sieur de la Gancherye, frère desdits deffunts sieur et damoiselle Michel et Louise Maugars et en cette qualité aussy héritiers soubz bénéfice d’inventaire pour une septième partie en lesdites successions
lesquels partages lesdits sieurs Jarry et damoiselle Julienne Maugars esdits noms font savoir pour les biens nobles tombés en tierce foy en 2 lots et le surplus de tous les autes biens et effets en 7 lots, pour estre procédé à la choisie desdits partages par lesdits héritiers chacun en son (f°4) degré suivant la coustume de ce pays et duché d’Anjou, à commencer par les biens et effets qui ne sont tombés en tierce foy par le plus jeune ou leurs représentations de chacune testée suivant ladite coustume, dans lesquels sont employés les héritages cy après, les rentes foncières et hypothéquaires, les arrérages des dites rentes et fermes desdits héritages, les bestiaux et semances et autres effets demeurés desdites successions qui sont à présent en existence.
à suivre

Les 4 frères Maugars s’entendent pour partager : Angers 1715

et quelle magnifique entente !
c’est beau à voir !
Ils ont même fait l’économie du notaire, car l’acte est sous seing privé. Pourtant ils sont aisés, et il y a beaucoup à se partager.

Enfin, chaque fois que je rencontre autant de sommes à se partager, je reste en admiration devant notre système décimal et je me demande toujours comment pratiquement ils comptaient avec 3 monnaies différentes non décimales (livre, sol, denier) et surtout aucune calculette ou ordinateur. J’ai bien 2 bouliers chez moi, mais ils sont pour un calcul décimal, du temps où l’URSS était encore aux bouliers, dans les années 1970, mais je ne pense pas que nos ancêtres avaient de bouliers.

Vous pouvez également aller voir mon étude de la famille MAUGARS, dont je descends, mais pas par cette branche.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 2E1966 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

« Le 19 mars 1715 nous soussignés Louis Jean René et Antoine les Maugars avons fait entre nous la division et partage tant des effets à nous restés de la succession de feu nostre oncle Michel Maugars sieur de la Belangerie que de la maison de la Calandre et argent par nous perceu suivant l’état cy dessous savoir : La maison de la Calandre arentée à Mr du Rateau 100 livres par an fait en principal celle de 2 000 livres – Pour la vente courue jusque au 1er mars 1713 75 livres – Pour restant de deu par Mr de la Suardière Hunault 600 livres attendu que nos frères curés en ont pris pour 1 000 livres, 600 livres – Pour les intérests courant jusque audit jour 1er mars 48 livres 18 sols – 2 contrats de 50 livres chacune l’un au profit du sieur Pierre Romain et l’autre de damoiselle Jeanne Romain sur nostre frère Louis et retiré des deniers de la succession pa rnostre frère René 1 000 livres – Pour les intérests courus jusque audit 1er mars 239 livres 16 16 sols 5 deniers – Reste du par Mr de Lantivy de ladite succession 150 livres – De la somme de 598 livres un sol 3 deniers pour restant des deniers que nostre frère Jean auroit receu – De la somme de 164 livres que nostre frère Antoine avoit aussy receue – De la somme de 262 livres 17 sols 8 deniers aussi pour restant que nostre frère René a receu – Faisant en tout la somme de 5 138 livres 13 sols 7 deniers – Laquelle somme de 5 138 livres 13 sols 7 deniers avons partagée entre nous quatre suivant les lots mentionnés cy après au moyen desquels nous demeurons respectivement quittes les uns vers les autres tant desdits deniers que nous avons receus que de nos mise et débours jusque à ce jour 19 mars 1715 – 1er lot écheu à moy Louis Maugars les 2 contrats au profit de monsieur et mademoiselle Romain tant en principal qu’intérest montant 1 239 livres 16 sols 8 deniers, et recevoir 44 livres 16 sols 11 deniers sur les 150 livres deux par Mr de Lantivy, revenant ensemble 1 284 livres 13 sols 7 deniers – 2ème lot escheu à moy Jean Maugars pour le restant de deu par Mr Hunault de la Suardière la somme de 600 livres de principal et 48 livres 18 sols d’intérests, plus la somme de 598 livres un sol 3 deniers, plus 37 livres 14 sols un denier à prendre sur les 150 livres dues pes Mr de Lantivy, revenant ensemble à 1 284 livres 13 sols 4 deniers – 3ème lot escheu à moy Antoine Maugars 1 000 livres pour moitié de la vente due sur la maison de la Calandre, et pour les intérests escheus 37 livres 10 sols, plus 164 livres pour restant des deniers que j’avais receu 164 livres, plus 83 livres 3 sols 4 deniers que mon frère René m’a compté sur les deniers qu’il avait receus, revenant ensemble à 1 284 livres 13 sols 4 deniers – 4ème lot escheu à moy René Maugars 1 000 livres pour l’autre moitié de la vente deue sur la maison de la Calandre, et pour les intérests escheus 37 livres 10 sols, plus 179 livres 14 sols 4 deniers pour restant des deniers que j’ai receus, plus 67 livres 9 sols pour le restant des 150 livres deues par Mr de Lantivy, revenant ensemble à 1 284 livres 13 sols 4 deniers – Nous soussignés avons arresté les présents partages … »

Julien, Noël, et les enfants de François Bernier, vendent leurs héritages aux Barberel leurs voisins : La Sauvagère (61) 1689

l’acte donne des liens et voici de que cela donne :

Guillaume BERNIER †/1689
1-François BERNIER °La Sauvagère †/1689 Dont enfants mineurs en 1689
11-Noël BERNIER vivant à Montenay pays du Maine en 1698
12-Marie BERNIER x /1698 Ambrois PHILIPPE
2-Julien BERNIER °La Sauvagère Dt à StMaurice en 1689
3-Noël BERNIER (du x2 Avoie DUPONT) °La Sauvagère Dt à Antoigni en 1689

Mais manifestement de Guillaume Bernier était proche de Marin Bernier car ses biens y touchent.

Je descends bien de BERNIER à La Sauvagère, mais pas trouvé le lien avec ceux qui suivent.

Vous allez voir, encore une fois, que le jardin à légumes, ou potager, se nomme jardin à porée.
Mais surtout vous allez voir la complexité du paiement. Enfin, tant mieux pour vous si vous parvenez à le suivre, car moi, j’ai perdu le fil dès les premières lignes du paiement, si ce n’est que je pense avoir compris qu’ils sont 3 vendeurs donc le paiement des 180 livres est divisé en 3 et chacun touche directement 60 livres, enfin, les touchera à grand ressort d’obligations etc…

EN TAPPANT CET ACTE, J’AI EU UNE PENSEE EMUE POUR LA NOUVELLE ZELANDE OU SONT LES DESCENDANTS BARBEREL QUI ETAIENT VENUS A LA SAUVAGERE AVEC MOI IL Y A DES ANNEES SUR LES TRACES DE LEURS ANCETRES !

  • L’acte notarié qui suit est extrait des Archives Départementales de l’Orne, série 4E176

Le 5 février 1689, furent présents Julien et Noel Bernier frères, lesquels tant pour eux que faisant fort pour les enfants mineurs de feu François Bernier leur frère tous de la paroisse de La Sauvagère à présent ledit Julien demeurant en la paroisse de St Morice, et ledit Noel en la paroisse de Anthoignis, lesquels tant pour eux que pour leurs hoirs ont ce jourd’huy vendu quité et délaissé à fin d’héritage perpétuel à toujours mais à Guillaume et Jean Barbrel frères, demeurant en la paroisse de la Sauvagère, aussi présent, acquéreurs, c’est à savoir tout ce qui leur peut compéter et appartenir de la succession de feu Guillaume Bernier leur père, tant pour eux que pour lesdits mineurs, une carré de maison servant de tassière tant haut que bas laquelle est en ruines et prête à tomber, jouxtant Sébastien Barberel d’autre costé les acquéreurs et d’autre bout les héritiers Michel Bernier – Item, une portion de terre sur laquelle il y a queles pieds d’arbres plantés nommée le Jardin du presoir jouxté d’un costé et d’un bout Marin Bernier, d’autre côté Richard Regnault, et d’autre bout le chemin du village de l’aistre Bernier – Item une petite portion de terre servant de jardin à porée jouxté des deux costés et d’un bout les héritiers feu Me Guillaume Bernier prêtre et d’autre bout Sébastien Barbrel par acquest – Item une autre portion de terre plantée en taillis nommée les Vals qui jouxte d’un costé Marin Bernier et d’autre costé les acquéreurs ou héritiers feu Jacques barbrel d’un bout à la Lande Perier et d’autre bout Gilles Barbrel par aquest – Item ce qui peut compéter et appartenir auxdits vendeurs à cause desdits héritages tant au village de l’Aistre Bernier que autres lieux où ils ont droit, lesdits héritage (f°2) sis et situés au lieu et village de l’Être Bernier, en la paroisse de la Sauvagère, tenus de la sieurie de la Coulouche soubz le fief de la Charbonnière exemption de toutes rentes sauf foy hommage reliefs … coustumiers le cas offrant ; et fut la présente vente fait par le prix et somme de 180 livres en principal achapt de laquelle somme il a esté payé présentement audit Julien la somme de 10 livres et le surplus lesdits acquéreurs s’obligent d’en acquiter et descharger ledit Julien envers le trésor et fabrice de l’église de St Morice suivant le contrat de constitution et l’acquiter des arrérages à ce jour, et à l’égard dudit Noel il a esté aussy paié présentement au moyen et parce que ledit Noel a consenty et est demeuré d’accord qu’il demeure entre les mains desdits acquéreurs la somme de 20 livres pour tenir le droit du tiers de ses enfants, à laquelle fin lesdits acquéreurs en paieront le soub la livre jusques à ce que ledit Noel ait trouvé remplacement pour lesdits enfants et pour l’outreplus qui se monte à 40 livres il a payé aussi présentement la somme de 28 livres 7 sous 6 deniers au moyen et parce que lesdits acquéreurs ont tenu ledit Noel d’une obligation montant pareille somme de 28 livres 7 soubs 6 deniers passée devant les tabellions de Briouze le 16 juin 1674, laquelle est demeurée entre les mains desdits acquéreurs pour leur servir d’hypothèque et pour le surplus qui se monte la somme de 11 livres 11 sous 6 deniers ils ont esté paiés aussi présentement, et égard des enfants mineurs de feu François Bernier les deniers provenant de ladite vente qui se montent la somme de 60 livres lesdits acquéreurs en paieront le sous la livre jusques à ce que ils demandent partage auxdits acquéreurs s’ils ne veulent se contenter du prix de ladite vente, à la réserve de la somme de 15 livres qui ont esté paiées présentement audit Noel attendu qu’il a remplacement à prendre sur les immeubles de feu Guillaume Bernier leur père, estant ledit Noel sorty du second mariage suivant le traité de mariage fait entre ledit Guillaume Bernier et Avoie Dupont père et mère dudit Noel passé devant les tabellions de la Ferté Macé le 31 janvier 1647, y recours, lequel traité de mariage a esté mis présentement entre les mains desdits acquéreurs pour leur servir d’assurance en cas de troubles …

L’acte suivant reprend 9 ans le précédent, mais j’ai noté cette fois que Guillaume Bernier était « oncle » et non « père », donc il faudra revoir ces actes.
Le 28.11.1698, Noël Bernier fils de François, et Ambrois Philippe son beau-frère comme ayant épousé Marie Bernier sa sœur, Dt en la paroisse de Montenay pays du Maine, lesquels après avoir entendu lecture de 2 Ct le 1er de la vente faite par Julien et Noël Bernier frères au bénéfice de Guillaume et Jean Barberel frères passé Dvt nous pour 180 L, le 2e la vente faite par lesdits Julien et Noël Bernier à Guillaume Barberel de leur part de la succession de Guillaume Bernier leur oncle, ledit Noël Bernier fils François et ledit Philippe son beau-frère ont approuvé (AD61-4E176/16)