Achat de 23 780 litres de vin d’Anjou par les Mainots : Angers et Laval 1613

Cliquez sur le titre de l’article pour le lire pleine page et accéder aux commentaires et outils de recherche.

J’ai mis beaucoup d’actes notariés en ligne qui traitent de la vigne et du vin, qui vous trouvez en cliquant dans la fenêtre CATEGORIE puis SPECIALITES puis VIGNE et je constate même que j’ai déjà mis 88 actes sur ce sujet, dont plusieurs traitent de l’achat du vin d’Anjou par les Mainots, et en voici un, pour leur fine dégustation, car sans aucun doute ce vin était meilleur que celui de la vigne au nord de la Loire. Ici la commande est importante avec 50 pipes de vin, et comme toujours dans ce type de transport c’est par voie fluviale, cette voie que nous avons oubliée avec la voie ferrée et la route.

En Anjou, la pipe fait 475,6 litres donc 50 pipes font 23 780 litres, c’est un chiffre important qui illustre bien l’intérêt de ce vin du sud de la Loire pour les Mainots !

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E36 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 27 décembre 1613 avant midy, par devant nous Jehan Baudriller notaire royal à Angers ont esté présents personnellement esabliz honneste homme Richard Lamy marchand demeurant en ceste ville d’Angers paroisse de la Trinité d’une part, et honnestes hommes Jehan Salue ? et Guillaume Taulpin aussi marchands demeurant en la ville d’Ambrières pays du Maine d’autre part, soubzmectant etc confessent avoir fait et font entre eulx le marché tel et en la forme et manière qui s’ensuit, c’est à savoir que ledit Lamy a vendu auxdits Salue et Taulpin le marché de 50 pipes de vin blanc nouvel de l’année présente du cru de Montreuil Bellay, et promis le livrer sur le port de Saint Julien de Laval ledit vin ledit Lamy promet livrer auxdits Salue et Taupin tant en la rivière du Touet que celle de Maine ; et est faite ladite vendition pour en payer et bailler par lesdits Salue et Taulpin audit Lamy la somme de 24 livres tz chacune pipe savoir une moitié 4 mois après la livraison dudit vin et l’autre moitié 3 mois après lesdits 4 mois après ladite livraison…

Le seigneur de Thuré, à la Bazouge des Alleux, boît du vin d’Anjou et fait faire ses vignes à Angers, 1591

Le port du masque est obligatoire à Saint-Sébastien-sur-Loire dans l’espace public depuis samedi 12 septembre. L’espace public commence à la sortie de votre espace privé, donc à la porte de votre appartement. Mais  hier, j’ai encore été bousculée et engueulée parce que je descendais, seule, dans l’ascenceur, qui s’est arrêté et 3 personnes non masquées voulaient monter. J’ai dû sortir de l’ascenceur, tout en me faisant engueuler. Aucun affichage dans l’ascenceur sur les règles d’hygiène actuelles, c’est à dire UNE SEULE PERSONNE (ou une famille)

Je salue ce jour les Mainots et en particulier Symphorien, voisin de ce qui suit, car je vous emmêne à la Bazouge des Alleux, située au N.E. de Laval, et plus particulièrement au château de Thuré. En 1591, il appartient à la famille de Feschal depuis longtemps. Ils possèdent des vignes en Anjou, et plus précisément en Anjou, et comme vous l’avez vu ici dans beaucoup d’actes notariés, la façon des vignes est particulière et ce n’est pas le closier qui en est capable. Le seigneur de Thuré boît donc du vin d’Anjou, qui est bien supérieur à tout ce qui se fait plus haut géographiquement à cette époque (1591) alors plus piquette que vin proprement dit, mais dans tous les cas bactériologiquement plus sain que l’eau. Angers est loin de la Bazouge des Alleux, alors le seigneur de Thuré a mandaté un homme d’affaire pour aller traiter cette affaire à Angers, un nomme Rousseau. Il y a beaucoup de Rousseau dans le Maine… pour faire les 100 km aller et 100 km retour, donc il fallait changer de cheval car celui-ci ne fait que 40 km

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E36 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 20 janvier 1584 en la cour du roy notre sire à Angers endroit par devant nous (Lepelletier notaire) personnellement estably Jehan Rousseau demeurant avec et ensemblement du sieur de Turé en la paroisse de Bazouges des Alleuz pays du Maine, au nom et comme soy faisant fort et ayant charge dudit sieur de Turé et du sieur de Cognelebeuf d’une part et Vincent Arguan demeurant en la paroisse de la Trinité de ceste ville d’Angers d’autre part, soubzmettant etc confessent c’est à savoir que ledit Arguan a promis et promet audit Rousseau audit nom de faire faczonner et cultiver par chacuns ans les vignes du lieu et closerie du Port Meslet audit sieur de Turé et de Cognelebeuf appartenant, situé en ladite paroisse de la Trinité …

 

Jacques Bruère, apothicaire à Angers, possède des vignes à Craon : 1519

Si vous suivez mon blog et mon site depuis longtemps, vous savez que j’ai une page qui recense les apothicaires les plus anciens en Anjou, et j’en avais déjà plusieurs au début du 16ème siècle, mais pas encore ce Jacques Bru-re. Je vous avais mis il y y une semine Jean Camus, aussi il y a 5 siècles, et le nombre des apothicaires à cette date me semble impressionnant.

Ce Jacques  Bruère a des attaches à Craon, soit lui, soit son épouse que nous ne connaissons pas. Mais vous allez encore une fois découvrir les vignes bien au dessus de la Loire, qui est l’actuelle limite géographique des vignes, en attendant que le réchauffement climatique remette des vignes jusqu’à Craon à nouveau 5 siècles plus tard ! Mais non seulement il y avait vigne à Craon, on cultivait aussi le lin, comme assez souvent en Haut Anjou. Le lin, culture oubliée, qui ne subsiste qu’en France d’ailleurs de nos jours à ce que je lis dans la presse, mais plus rien en Anjou. Dommage, car c’est un matériau bien supérieur au coton, et j’ai même lu récemment que le mouchoir de lin, comme je l’ai connu autrefois car il n’existe plus, possède même des propriétés bactériologiques supérieures à celles du coton. Bref, le mouchoir de lin devrait revenir au lieu du mouchoir jettable !!! Réveillez-vous les écolos !!!

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E121  – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle)

Le 26 octobre 1519 en notre cour à Angers (Nicolas Huot notaire) personnellement establiz honneste personne sire Jacques Bruère marchand apothicaire demourant à Angers d’une part et Pierre Buchart demourant en la paroisse de St Clémens de Craon ainsi qu’il dit d’autre part, soubzmectans etc confessent avoir aujourd’huy faict les marchés pactions et conventions de baillée à ferme tels et en la manière qui s’ensuit, c’est à savoir que ledit Jacques Bruere a baillé et baille audit Buchart qui a prins et accepté dudit Bruère à tiltre de ferme et non autrement du jour et feste de Toussaincts prochainement venant jusques à 3 ans après ensuivans et suivant l’un l’autre sans intervalle tout tel droit et action part et portion d’héritages qui audit bailleur peult compéter et appartient au lieu du Paunant assis en ladite paroisse de St Clémens avecques toutes et chacunes ses appartenances et dépendances et tout ainsi queledit lieu se poursuit et comporte, pour en iceluy lieu domaine commercer honnestement ainsi que ung un homme de bien doibt faire et pour (f°2) cultiver labourer les terres dudit lieu et faire les vignes de toutes faczons et es saisons convenables, entretenir les cloustures d’iceluy lieu en la manière acoustumée ; et est faite ceste présente baillée et prinse à ferme pour en rendre et paier par chacun en durant le temps de ladite ferme par ledit buchart ses hoirs etc audit Jacques Bruère au aians cause la somme de 10 livres tz, 4 cent de lin tout brayé et 25 livres de beurre net paiables au jour et feste de Noel, le premier paiement commençant à la feste de Noel que nous dirons 1520 renduz en ceste ville d’Angers chez ledit Bruère aux despens dudit preneur ; et sera tenu ledit preneur paier en oultre les cens rentes et autres debvoirs deuz pour raison des choses de ceste présente baillée à ferme ; sera tenu en oultre ledit preneur à la fin de ladite ferme rendre le lieu garni ainsi qu’il l’a trouvé au commencement de ceste présente baillée à ferme et mieulx s’il se peult faire aussi laisser ensemencer 4 journaulx de terre estans des appartenances dudit lieu en la manière et tout ainsi qu’il les a trouvés

Gilles et Julien Halbert ont pour neveu Jean Delesbaupin : Rezé et Saint Sébastien 1624

L’un vit Sèvres, alors relevant de la paroisse de Saint Sébastien, et depuis 1790 absorbé par la ville de Nantes avec tout Saint Jacques, l’autre à Rezé. Ils sont ouvriers à la monnaie de Nantes, pour laquelle j’ai depuis longtemps une page sur mon site. Bien sûr, comme ce travail à la monnaie était assez rare, ils avaient tous un travail parallèle, mais vous remarquerez qu’ils ne savent pas signer.

Tous les ouvriers de la monnaie étaient issus du même estoc, ou lignée, et j’ai bien des Halbert ouvriers de la monnaie contemporains, sans avoir pu les relier à ce jour. Si vous avez des pistes, merci, car même ce Gilles et ce Julien dont on sait par les actes notariés qu’ils sont frères, ne sont à ce jour pas reliés à d’autres Halbert par moi. Et j’ajoute que tous ces Halbert ne sont pas ma lignée paternelle, mais une lointaine grand’mère Halbert début du 17ème siècle.

Cet acte est aux Archives Départementales de Loire-Atlantique 4E2-1717  – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle)

Le 30 mai 1624, a esté par davant nous Gilles Halbert ouvrier de la monnaye de Nantes demeurant au village de Saisvre paroisse de Saint Sébastien confesse avoir receu de Julien Halbert monnaieur à ladite monnoye demeurant au village de la Basse Lande paroisse de St Pierre de Rezay présent et acceptant la somme de 166 livres 11 sols tz qui est pour vente et livraison de 105 fusts de jaust d’Anjou faicte dudit Gilles Halbert audit Julien … le moys dernier ainsi que les parties se sont contentés l’un l’aultre scavoir ledit Gilles Halbert de ladite somme de 166 livres 12 sols et ledit Julien Halbert dudit nombre de fusts et s’entrequictent respectivement de ladite vente et livraison du marché qu’ils ont fait cy davant et sont les parties d’accord que ledit Julien Halbert a donné charge à Jan Delesbaupin leur nepveu de toucher et recepvoir ce qu’il a fait de Yves Deneus marchand demeurant à Guiapel la somme de 75 livres tz pour vente à luy faite de bled aui appartenant auxdites parties et en laquelle ledit Gilles Halbert est fondé pour une moitié qui est 37 livres 10 sols tz et consent ledit Julien Halbert que ledit Gilles touche dudit Delesbaupin sa moitié de ladite somme qu’il luy en donne acquit que ledit julien Halbert a agréable ; passé en notre cour royale de Nantes devant François Rapion notaire royal, les parties ont dit et affirmé ne scavoir signer

 

René Guyet, sieur de la Rablaye, engage ses vignes à Angers, 1552

Il existe encore des vignes à Angers, certes celles dont il est question ici ont été effacées par l’urbanisation, mais Angers a su garder la mémoire des vignes.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E1 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle)

Le 28 janvier 1551 avant Pasques (donc le 28 janvier 1552 n.s.) (Quetin notaire Angers) en la cour temporel du chapitre d’Angers personnellement estably honnorable homme sire René Guyet sieur de la Rablaye eschevin d’Angers demeurant audit Angers, soubzmectant soy ses hoirs etc au pouvoir etc confesse avoir aujourdhuy vendu quicté ceddé délaissé et transporté et encores vend perpétuellement par héritage à honnorable homme sire Mathurin de Crespy demeurant audit Angers à ce présent stipulant et acceptant qui a achacté et achacte pour luy ses hoirs etc le nombre de 4 quartiers de vigne à avoir et prendre par ledit de Crespy acquéreur à son choix et élection au cloux de la Jeunière paroisse de Saint Germain en Saint Lau lez Angers entre le jardin dudit lieu et closerie de la Jeunière et la closerie de feu maistre Charles Doysseau, avecques droit de chemyn pour aller et venir auxdites vignes en tirer la vendange et y mener grassins par ledit jardrin au plus aisé que faire se pourra au plaisir dudit acquéreur ; tenuz au fief et seigneurie de Saint Jehan l’évangéliste d’Angers à 20 sols tz en contribution de 10 livres de cens ou debvoir pour toutes charges et debvoirs ; transportant etc et est faite ceste présente vendition pour le prix et somme de 180 livres tournois par ledit acquéreur payée baillée et nombrée manuellement dès le 29 août dernier passé audit vendeur ainsi qu’il a confessé par davant nous et dont est apparu par sa cédule signée de luy que ledit (f°2) acquéreur luy a présentement rendue et baillée comme nulle au moyen de ces présentes tellement que de ladite somme de 180 livres tz ledit vendeur s’est tenu content et bien payé et en a quicté etc ; o grâce donnée par ledit acquéreur et retenue par ledit vendeur de pouvoir rescourcer et rémérer lesdites choses vendues du jourd’huy jusques au jour et feste de la purification Notre Dame dite Chandeleur prochainement venant en 2 ans après en rendant et refondant audit acquéreur ladite somme de 180 livres tz et loyaux frais cousts et mises raisonnables et non autrement ; à laquelle vendition et tout ce que dit est tenir etc garantir etc oblige ledit vendeur soy ses hoirs etc renonçant etc foy jugement et condemnation etc fait et donné es cloistres de l’église d’Angers présents Thibault Aulbert demeurant en Brecigné forsbourg d’Angers et Jehan Chevrolier clerc demeurant audit (f°3) Angers tesmoings » – Au pied de l’acte, le bail à ferme des choses engagées pour 12 livres – Puis le réméré effectué le 30 novembre 1552

René Davy, portefaix livrant le vin en caves, s’associe avec Guillaume Trouvé : Angers 1558

pour avoir la moitié du matériel nécessaire, et chacun entretiendra le matériel par moitié. On trouve de tels contrats d’association dans les actes notariés, qui illustrent l’activité en ville pour livrer le vin, et le travail indépendant des portefaix d’alors qui oeuvraient à leur compte et non comme salariés qu’ils deviendront plus tard.

Par ailleurs, livré des barriques en cave était autrefois plus écologique que nos consommations modernes en bouteilles.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E5 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 13 octobre 1558 en la cour du roy notre sire à Angers (Jean Legauffre notaire royal Angers) personnellement establyz chacuns de Guillaume Trouvé marchand demourant en la paroisse de Saint Maurice d’une part, et René Davy portefaix et Renée Letessier sa femme de luy suffisamment auctorisée par davant nous quant ad ce, demourant en la paroisse de Saint Pierre d’Angers d’autre part, soubmectans par ces présentes respectivement l’un vers l’autre mesmes lesdits Davy et sa femme eulx et ung chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de parties ne de biens leurs hoirs etc confessent avoir fait les marchés accordz et conventions qui ensuyvent, c’est à savoir que ledit Trouvé a vendu ceddé et transporté et encores etc cèdde et transporte auxdits Davy et sadite femme ad ce présents et acceptans pour eulx leurs hoirs etc la moitié par indivis des harnoys (f°2) et équipage pour avaller et descendre les vins es caves et les tirer et charoier et autres choses de poullains cordes charettes roues harnois quevales et autres ustancilles qui dépendent du harnoys dudit Trouvé, le tout ainsi que de présent se poursuit et comporte et tant de vieil que boys neuf que vielles et neufves cordes qui sont de ladite moitié par indivis jouir par ledit Davy et sadite femme leurs hoirs, et comme de leur propre chose : fait ladite vendition moyennant la somme de 30 livres tz, laquelle somme lesdits achapteurs ont promis sont et demeurent tenuz paier audit Trouvé d’huy en ung an prochainement venant ; est dit et convenu et accordé entre lesdites parties que tout le dit harnoys et équipage demourera en la maison dudit Trouvé ainsi qu’il est de présent jusques au jour de saint (f°3) Jehan sans ce que pour raison de louaige et garde d’iceluy ledit Trouvé puisse demander aucune chose auxdits achapteurs ; pendant lequel temps et après iceluy passé se départira le prouffit dudit harnoys et équipage moitié par moitié entre ledit vendeur et achapteurs ; outre est accordé que s’il faut aucun harnoys neuf ou autres choses dépendant d’iceluy, qu’il sera fait et achapté moitié par moitié tant en achapt de boys cordes despens façons que autres choses qui en dépendent réservé seullement audit Trouvé les copeaulx ? qui adviendront et sortiront choses qui le seront de neuf par ci après pour raison dudit harnoy ; (f°4) est aussi accordé entre lesdites parties que si ledit Davy va aux champs pour faire avoir et recouvrir des harnoys et équipages neufs pour l’entretenement et soustenement dudit harnoys que ledit Trouvé paira la moitié des frais et despens sans ce que ledit Davy puisse demander aucune chose pour ses journées et vacations ; demourent tenuz lesdits Trouvé et Davy ramasser et receuillir chacun en son endroit les harnoys comme poullains cordes et autres choses s’ils les trouvent par ville et chacun à son pouvoir ; dont et desquelles choses les paries sont demeurées à un et d’accord …