Mon ascendance à Guillaume ALLARD x vers 1600 Julienne REMOUé

Je viens de mettre à jour mon ascendance à Guillaume Allard x vers 1600 Julienne Remoué, en donnant plus de détails sur leur métier et leur niveau culturel.

13-Guillaume Allard x vers 1600 Julienne Remoué

12-Jean Allard x avant 1623 Magdeleine Gastineau

11-René Allard x2 Louvaines 1er juillet 1664 Jacquine Deshayes

10-Pierre Allard x StMartin-du-Bois 29 novembre 1704 Florence Sureau

9-René Allard x Louvaines 10 juillet 1731 Renée Choisi

8-Pierre Allard x Louvaines 26 janvier 1761 Marie Guilmault

7-Pierre Allard x Louvaines 11 février 1794 Perrine Lemanceau

6-François Allard x Vern d’Anjou 25 octobre 1828 Anne-Françoise Phelippeau

5-François Allard x La Pouèze 16 mai 1854 Aimée Girardiere

4-Louis Allard x Montjean-sur-Loire (49) 28 septembre 1882 Françoise Moreau

3-Magdeleine Allard x Nantes (44) 23 septembre 1907 Edouard Halbert

2-mes parents

1-moi

 

Ils sont de Louvaines qui est sur mon site avec cartes postales

J’ai encore des actes notariés les concernant et non exploités à ce jour, et je vais tenter de mettre à jour une fois de plus

Louis Bureau 1640-1711 : ma découverte de sa naissance, ma publication en 1985 : le peu de respect de ma découverte

Sur mon blog ces jours-ci, un Canadien et un Français tentent de publier leur découverte de Jeanne de Portebise. Je viens ici leur montrer le peu de respect que les généalogistes ont des publications de telles découvertes, car en 1985, ma découverte du baptême de Louis Bureau fut une découverte telle que le Canadien René Bureau 1915-2016 qui cherchait en vain depuis des décennies, me remercia par alors « à Mademoiselle Halbert, remerciements éternels »

Voici en juillet 2021 ce à quoi ressemble l’éternité des droits d’autreur 36 ans plus tard :  je suis très peu citée et on a parfois ajouté des erreurs importantes. Je suis cependant sur le site FichierOrigine et citée par Google.

Mais Geneanet donne 91 généalogistes tous aussi peu scrupuleux les uns que les autres, et comme toujours dans Geneanet on ne sait plus qui a copié qui, si ce n’est que l’un d’eux dit avoir copié la base Ancestry, donc fait la même erreur. Tous les généanautes cependant n’ont pas copié tout les uns sur les autres car quelques uns donnent correctement que Louis Bureau était né à Saint Sébastien St Jacques Pirmil et non à Nantes St Jacques comme les autres. Les informaticiens qui ont créé les bases de données ne se sont pas donné le mal de prévoir les auteurs du travail réel pas plus que les changements de nom des communes. Pour Louis Bureau, autrefois paroisse de Saint-Sébastien d’Aigne dont la partie Pirmil a été littéralement absorbée par Nantes pendant la Révolution, d’où le classement actuel aux Archives de la ville de Nantes, ce que je raconte longuement.

Sur Roglo, un Canadien en parle, qui ne me site pas sur la page sources de son site et s’octroie l’auteur sur Roglo. Pire, ce curieux généalogiste ajoute une couche de connerie telle qu’elle illustre les dérives de la méconnaissance totale des travaux, en l’occurence de mes travaux. Il ignore Saint Sébastien et même Nantes et met Pirmil en Sarthe, de sorte que le malheureux Louis Bureau se retrouve né en Sarthe !!! Notez que ceux qui ont droit d’écrire dans le fichier Roglo sont des MAGICIENS !!! sans doute parce qu’il ressort parfois n’importe quoi du chapeau !!!

Sur Ancestry ils n’ont pas compris ce que j’ai pourtant tenté d’écrire, à savoir le changement de territoire et nom de la paroisse lors de la révolution.

En conséquence, merci aux découvreurs de Jeanne de Portebise de m’aider à réhabiliter correctement mes droits d’auteur sur Geneanet, Roglo, Ancestry etc… afin de pouvoir eux-même par la suite mieux pouvoir affirmer leurs futurs droits. Si toutefois cela est possible car ces bases n’ont absolument pas pris en compte le respect des recherches et de leur fiabilité, c’est le moins que je puisse dire.

J’ajoute pour ce qui concerne le problème d’idendification des lieux de naissance, noms de paroisses et communes qui ont été modifiés au fil des siècles, que je suis née à Nantes rue St Jacques, paroisse St Jacques de Pirmil, et que je demeure depuis 28 ans à Saint Sébastien sur Loire, la commune autrefois Saint Sébastien d’Aigne mais amputée en 1790 de sa moitié artisanale, le quartier St Jacques de Pirmil. J’ai tout plein de travaux sur ce quartier sur mon site. Voyez mes catogéries, ou même Google qui me connaît bien.

Je vous remets ici ce que j’avais publié :

LOUYS BUREAU, DIT «SANSSOUCY» 1640-1711 extrait du Bulletin du Centre Généalogique de l’Ouest, 1985, N°43 pages 105-108

LA TRÊVE DE PIREMIL,
PAROISSE DE SAINT SÉBASTIEN D’AIGNE

En cet hiver 1630-1631 le froment se fait rare et son prix monte à 18 livres le setier. Du bocage vendéen, les affamés affluent vers Clisson. En vain, car la ville n’a pas de quoi les nourrir.

Un jeune tonnelier de la région veut épouser Renée TENNEGUY, il se nomme Mathurin BUREAU. Par de lointains parents BUREAU artisans dans les faubourgs de Nantes, il a appris que là-bas le poisson était abondant ; le travail aussi, car le commerce des vins du port et l’industrie de l’eau de vie font vivre les tonneliers. C’est là que Mathurin et Renée vont aller tenter leur chance.

D’où viennent-ils? Les BUREAU sont fréquents dans toute la région, notamment à Vertou, Rezé, Basse-Goulaine etc…. mais les TENNEGUY sont fort rares. On en rencontre plusieurs familles à Gorges à la fin du 17e siècle, dont plusieurs femmes prénommées «Renée». Le patronyme évoluera au début du 19e vers TAINGUY, TINGUY. Or, à Gorges à la fin du 17e, on trouve également des familles BUREAU, dont plusieurs hommes prénommés « Mathurin ». Il y a même parmi eux des tonneliers. On peut donc supposer que Mathurin et Renée viennent de Gorges. Sans doute pourra-t-on le vérifier un jour ?

Mathurin et Renée arrivent donc par le chemin des Sorinières au faubourg de Piremil, paroisse Saint-Sébastien, au début des années 30.

Saint-Sébastien s’étend alors au nord jusqu’à la Loire, bras de la Madeleine, les Îles des Biesses, de Vertais, Piremil, Pont-Rousseau, Seivre, la Gilarderie, la Civellière, le Douet et l’actuelle commune de Saint-Sébastien. Sur les îles autrefois désertes, les artisans se sont installés le long des rues étroites. Pour aller à l’église paroissiale il faut franchir les nombreux ponts et une lieue de marche passé Piremil. Les moines du Prieuré Saint-Jacques de Piremil assurent donc pour ces nouveaux habitants les fonctions de succursale paroissiale, c’est la TRÊVE DE PIREMIL. Pratiquement le recteur de Saint-Sébastien ne dessert que les «champs» (l’actuel Saint-Sébastien) mais on le voit parfois aller jusqu’en Vertais, à la Gilarderie, Seivre. Les paroissiens pouvaient sans doute choisir de recevoir les sacrements soit à la paroisse, soit à la trêve de Piremil.

Sur les registres de Saint-Jacques de Piremil, les religieux sont peu bavards pour les mariages, mais sont un peu plus explicites pour les baptêmes.

En 1636 une épidémie, parmi d’autres, sévit dans les faubourgs, mais pour Mathurin c’est la vie qui est au rendez-vous et le 06.12.1636 il fait baptiser à Saint-Jacques de Piremil « soulz Mr. le Recteur de Saint-Sébastien d’Aigne» son fils René. Messire André Arnaud, qui baptise, est natif de la paroisse et il comprend fort mal l’accent du bocage. N’avant jamais entendu auparavant le patronyme dé la femme de Mathurin, il hésite, fait une rature, puis écrit «TANNEGUY».

Anne suivra le 20.04.1638, puis Marguerite le 15.06.1639.

Papier a esté achepté trente cinq / solz par le sieur Estienne Couïllaud / fabricqueur de Sainct Sebastien / d’Aigne pour enregistrer les / baptesmes qui se font en / l’Eglise de Saint Jacques de Piremil l’an / 1635  / Vénérable et discret messire Jacques Tixier recteur / de Saint Sébastien et messire André Ernaud / prestre natif de la Paroisse vicaire audit Piremil

Au début de 1640 Mathurin entend parler de nouvelles pièces d’or à l’effigie du Roi Louis XIII. Mais les louis d’or seront-ils pour lui ? Il a bien du mal à faire vivre la famille qui va bientôt s’agrandir. Le 19 juin Renée met au monde un fils et lui donne le prénom du roi « Louys». Messire Arnaud, qui ne s’est pas habitué entre temps à l’accent de Mathurin, écrit cette fois «TENNEGUY» sur l’acte de baptême.

 Louys a 3 ans lorsque le roi meurt. Un autre roi Louis le remplace, mais à Nantes le Maréchal de la MEILLERAYE, capitaine de Piremil et Gouverneur de Nantes est nommé Gouverneur de Bretagne. Pirmil et Nantes ont leur destinée unie dans les mains d’un grand homme. Par ailleurs, la ville de Nantes poursuit ses achats de droits de pâturage, pêche sur les ponts et les îles de Saint-Sébastien. Cette année 1643, c’est au Prieur de Pirmil qu’elle achète les droits de pêche sur le Pont-Rousseau, à sa charge de l’entretenir désormais.

Louys grandit dans les rues étroites et malodorantes. Tandis que Mathurin goujonne, rabote, cercle le bois de châtaignier pour quelques deniers royaux, Louys s’évade sur les rives du fleuve, et contemple les toues débordantes de lamproies, de saumons. Au printemps, il regarde les laboureurs de Saint-Sébastien ramasser de la rive les civelles grouillantes pour les jetter sur leurs cultures maraî- chères qu’elles feront profiter. Enfin, Louys préfère les prairies des îles où paissent les troupeaux, aux rues étroites.

A 11 ans il vit un premier drame. On doit rapidement se réfugier dans les petites chambres à l’étage pour échapper au flot qui emporte tout, à commencer par les ponts Rousseau, Piremil, Vertais, etc … Il faut même s’éloigner en barque de la maison totalement inondée. A Pirmil il faut d’urgence construire un pont flottant moyennant droit de passage.

Et les épidémies se succèdent, mais la ville de Nantes s’efforce d’obtenir la grâce de Saint-Sébastien pour protéger la ville et ses faubourgs de maladie contagieuse. Louys voit passer les processions qui vont en pèlerinage à l’église paroissiale de Saint-Sébastien, telle celle du 20 janvier 1652. Louys la suit à travers les cultures maraîchères et les moulins à vent qu’il préfère au moulin à eau du pont de Biesse.

Un Jean TENEGUY vint s’installer dans le faubourg de Pirmil. Il a de Marie LEMASSON 5 enfants de 1649 à !!; est-il parent de Louys ?

En 1657, à l’angle du chemin de Bonne-Garde, on édifie une chapelle. Deux ans plus tard la Loire est prise par les glaces pendant plusieurs mois et Louys s’habitue ainsi à la rudesse de l’hiver.

En 1661 les régiments suisses arrivent fin août et logent en Vertais et en petite Bièce. Ils sont bientôt suivis par les régiments des gardes du roi. Mr le Maréchal de la MEILLERAYE a fait rassembler tous les canons pour accueillir Louis XIV. Le roi est entouré de quelques cavaliers. L’un d’entre eux a dû trop voir de louis d’or et va être arrêté. Il s’appelle FOUQUET.

Louys choisit-il alors la carrière militaire? Il est vrai qu’en tant que cadet, il n’a pas de place dans le tonneau. En outre la vie est dure, car par suite du mauvais temps, le blé a encore monté de prix. Les épidémies profitent de la mauvaise alimentation. Bref, l’uniforme est une solution pour Louys. On est nourri et habillé. Louys ne reverra pas Pirmil.

LA NOUVELLE FRANCE

Le roi confie à Mr de TRACY une mission à Cayenne. Quatre compagnies embarquent donc à La Rochelle le 26 février 1664 sur le «Brezé» suivi d’autres vaisseaux armés. le Saint-Sébastien, l’Aigle d’Or, le Sainte-Anne et d’autres bâtiments. La compagnie de Louys est du nombre.

Cayenne renfloué, on passe par la Martinique, la Tortue, la Guadeloupe, Grenade et Marie-Galante. On quitte la Guadeloupe le 25 avril 1665 pour la Nouvelle-France où l’on arrive fin juin.

Louys met pied sur la terre de Nouvelle-France. C’est une petite colonie d’à peine 3 000 personnes et les Indiens se manifestent aux alentours. Les expéditions de «pacification» se succèdent et Louys échappe aux flèches des Iroquois. Il s’habitue si bien aux rigueurs de l’hiver québécois, qu’il décide de rester avec quelques autres compa- gnons lorsque la troupe rembarque pour la France. Il est vrai que la prime à l’installation est incitative.

En France tout est mis en oeuvre pour éxpédier des filles à marier aux colons. Sur place le gouverneur TALON n’est pas moins efricace: il s’efforce d’accélérer le peuplement de la petite colonie à coup de mariages précoces ou forcés, de répression du célibat…

Mais Louys reste sans compagne

Le 26 juillet il achète à l’Ancienne-Lorette, sur la côte de Saint-Paul, une terre. Avec ses 42 ans il doit comme d’autres attendre que les petites filles grandissent. Jean GAUVIN en a précisément une qu’il veut bien lui «accorder» en juillet 1685. Marie-Anne a 14 ans et Louys en annonce 55 sur le contrat de mariage. Pourquoi se vieillit-il ainsi?

Marie-Anne s’éteint avant 1695. Si jeune, elle a cependant eu le temps de donner à Louys un fils, Jean, né en 1689, et une fille, Marie-Catherine, née le 11 mai 1690. Alors âgé de 55 ans, Louis a besoin d’aide pour élever les 2 petits. Justement, Marie COQUERET est veuve et a 32 ans. Pour elle, Louys se rajeunit et annonce « 50 ans ».

Marie élève les deux petits mais ne participe pas plus au peuplement

La nuit du 13 au 14 février 1711, Louys s’éteint, non sans avoir eu le temps de faire son testament quatre jours auparavant. Il peut désormais reposer en paix sur cette terre de Nouvelle-France : en effet il a résisté 46 années aux rigueurs du climat malgré sa constitution moins robuste que d’autres, et enfin il a « pris racines » et laisse deux enfants en âge de se marier.

Ses enfants et sa veuve vendent sa terre le 14 mai 1713 car Jean vise la terre de Jean RACINE. Marie COQUERET lui donne sa part, aussi il l’héberge jusqu’à sa mort le 05.02.1724. Marie lui est probablement utile pour aider Marie-Anne LA CHESNE, qu’il a épousé à l’Ancienne- Lorette le 9 mai 1712, à s’occuper des enfants. 13 au total, dont 6 atteindront l’âge adulte. Et c’est des 4 fils de Jean que sortent les 4 branches de BUREAU qui couvrent au 20e siècle l’Amérique du Nord.

LA PAROISSE NANTES SAINT-JACQUES DE NANTES

Entre temps à Pirmil, les religieux connaissent quelques différents avec leur recteur. Le 05.10.1699 ils n’ont plus le droit de baptiser et les paroissiens doivent aller jusqu’à l’église paroissiale pour recevoir les sacrements. Heureusement pour eux, tout rentre dans l’ordre au printemps de 1702 et les moines baptisent à nouveau.

Puis arrive 1789 qui trouve les religieux partagés: certains prêtent serment ; parmi eux le prieur. D’autres cependant vont devenir martyrs. Mais le culte est abandonné.

En 1791 les habitants des villages de Seivre, la Sivellière, la Gilarderie, les moulins de Chiron, et autres lieux, adressent au District une supplication datée du 19 mai. Ils ont en effet entendu parler de la création d’une nouvelle paroisse et demandent à être rattachés à celle-ci car «l’église de la paroisse de Saint-Sébastien est au moins à trois quart de lieue ». Ils signent nombreux. Parmi les signataires on note un Jean PORCHER, dont je descends, mais aucun BUREAU. D’ailleurs, à cette époque il n’y a plus qu’une famille BUREAU dans ce faubourg.

Ils ont gain de cause et croyant choisir une paroisse, ils ont changé de commune, car le 29 mai 1791, Donatien TIRET, prêtre assermenté élu curé de Saint-Jacques deux semaines plus t-bt est installé dans la nouvelle paroisse Saint-Jacques de NANTES. Elle est bordée au nord par Sainte- Croix, elle suit la rivière de Seivre jusqu’à la paroisse de Vertou puis se rend au grand chemin de Nantes à Clisson, le remonte et prend celui du Clos-Torreau jusqu’à Bonne-Garde, pour aller border Portechèze, descendre vers la Loire par le chemin de la nouvelle fonderie. La nouvelle paroisse est si grande qu’on lui adjuge une succursale de Toussaint, future paroisse de la Madeleine.

Sans bruit. sans douleur, Nantes vient de prendre à Saint-Sébastien la moitié d’elle-même. L’oubli va désormais caractériser cet évènement important dans l’histoire de Nantes. Les historiens de Nantes n’en parlent pas, et pourtant ils vont écrire de longues pages sur Doulon et Chantenay.

L’annexion de Pirmil était-elle si peu digne d’intérêt ? N’y a-t-il pas pourtant un formidable sujet de thèse pour étudier comment le sort de ce faubourg s’est trouvé acheté par la ville de Nantes au cours des siècles !

En 1951, René BUREAU, généalogiste Québécois, descendant de Louys, recherche sa trace à Saint-Sébastien. Le secrétaire de Mairie, puis ultérieurernent plusieurs membres du C.G.O. cherchent. Mais à Saint-Sébastien on a totalement oublié Pirmil. Si Louys avait quelque peu embrouiller sa date de naissance (1630 ou 1645), il avait bien dit être «fils de Mathurin BUREAU, vivant tonnelier demeurant en la ville de Nantes, paroisse de Saint-Sébastien et de Renée TENDIÉ ».

Début juillet à Sherbrooke les BUREAU d’Amérique du Nord accueillent l’Abbé Joseph BUREAU, Nantais, venu leur apporter l’amitié des BUREAU de France. Pour ce grand rassemblement, René BUREAU parle de l’ancêtre Louys : « on ne saura jamais sa date de naissance, car à Saint-Sébastien. sa paroisse natale, les registres de l’époque n’existent plus ».

A Sherbrooke en 1983 un autre rassemblement BUREAU reçoit cette fois cinq nantais. Pendant ce temps, Victorine dépouille les mariages de Saint-Sébastien et n’y trouve pas d’autres BUREAU que les miens, venus de Vertou au début du 18e. Mais je recherche mon ancêtre Jean PORCHER et je suppose qu’il est sur Pirmil. Sans doute que Louis BUREAU aussi. C’est là en effet que je trouve beaucoup de Jean PORCHER (trop pour trouver le fil) et Louis BUREAU. Nous sommes le 21 décembre 1983 et il pleut dans les Archives Municipales, autant que dehors, depuis la grêle de juillet. L’abbé Joseph BUREAU aussitôt alerté sur la découverte me prête ses compétences photographiques, sans flash, devant l’unique fenêtre des Archives, par un temps toujours gris. Mais la photo est réussie et franchie immédiatement par avion l’océan à la grande joie de René BUREAU.

1985 : Les Archives Municipales de Nantes ont mis le registre, où figure Louys au sec, en déménageant : il était temps car Louys allait moisir au sens propre. Sur le pont de Pirmil, nième du nom, le trottoir amont est interdit aux piétons. Les saurnons n’ont pas attendu d’interdiction pour fuir et quelques rares spécimens de civelles persistent encore à venir. On reçoit par jets le saumon du Canada.

Seule l’église Saint-Jacques, parfois remaniée, entourée, dégagée, reste le témoin du temps où Louys fût baptisé.

Odile HALBERT, Mai 1985

BIBLIOGRAPHIE

RP Saint Sébastien d’Aigne – AM Saint Sébastien RP Saint-Jacques de Pirmil, paroisse de Saint- Sébastien d’Aigne – AM Nantes
BUREAU René, l’Ancêtre, 1978 mai, « notes sur Jean BUREAU »
BUREAU René, « La famille BUREAU : 3 siècles d’histoire » Sherbrooke 1978
GUÉPIN M.A. «Histoire de Nantes », 1839
RADIGOIS A., « Saint-Sébastien d’Aignes», 1897
AD44-L661 «État des paroisses ou églises supprimées, conservées ou établies 31.10.1791, District de Nantes»

  • Louis Bureau arrive au Canada avec le régiment de Lallier, non celui de Carignan. Il est dans une compagnie de 50 hommes, commandée par le capitaine Isaac Berthier, choisie en 1664 pour accompagner aux Antilles Alexandre de Prouville, marquis de Tracy. Sa compagnie suit Mr de Tracy à Québec, où elle débarque le 30.6.1665. Louis est alors âgé de 23 ans selon un témoignage. C’est aussi l’âge moyen de ses compagnons d’arme. Louis va rester au Canada et devenir l’ancêtre des Bureau du Canada.
  • En 1681, encore célibataire, Louis se loue à Nicolas Marion sieur de la Fontaine, marchand de Québec, qui s’engage à l’employer à des travaux légers, vu son état de santé, attendu : « qu’il n’est par d’un fort travail et qu’il est de faible complexion malseing, ce qui est de la connaissance du sieur de la Fontaine« . Est-la raison pour laquelle il ne trouve pas femme ? Il faut dire qu’elle sont rarissimes.
  • Louis ne sait pas compter, comme la plupart de ses contemporains, aussi lors des anniversaires, le compte se fait mal, ou plutôt ne se fait pas. Si bien que lorsqu’il trouve enfin une épouse en 1685, le prêtre le déclare âgé de 55 ans à vue d’oeil, faute d’autre renseignement, comme les prêtres le faisaient la pupart du temps à l’époque. On peut en conclure que Louis fait plus vieux que son âge, puisqu’on sait maintenant qu’il avait 45 ans et non 55. Rassurez-vous, il ne vieillit plus, car en 1695 lors de son remariage il paraît 50 ans, preuve que le mariage lui a réussi, ou que le prêtre de ce mariage a vu plus clair !
  • Louis meurt à l’Ancienne-Lorette le 14.2.1711 entouré de sa 2e épouse Marie Coqueret et de ses 2 enfants Jean et Marie-Catherine issus de sa 1ère épouse Marie-Anne Gauvin. Ils sont les auteurs des Bureau du Canada.
  • Louis a laissé peu de traces de ses parents français. Il est dit fils de Mathurin Bureau tonnelier et Renée Tendie, sur son 1er contrat de mariage. Louis ne sait pas écrire et le notaire à oralement compris « Tendie ». Plus tard, des sources imprimées au Canada vont écrire « Tendié », ce qui ne se peut, puisque l’accent est inexistant à l’époque ! D’autres sources la diront aussi Fardi ou Fardy.
  • Jusqu’en 1984, date de ma découverte de son baptême en France, Louis sera dit par erreur à défaut de mieux « né en 1631 fils de Mathurin et Renée Tendié ». En fait Louis est né le 19.6.1640 à Pirmil, trêve dépendant de la paroisse de Saint-Sébastien-d’Aigne, fils de Mathurin Bureau, tonnelier, et de Renée TENNEGUY, TENEGUIE, THANEGUY, TANNEGUY (selon ce qui figure sur les baptêmes de sa fratrie). Le patronyme réel est TANNEGUY qui va devenir TANGUY quelques décennies plus tard. Il est présent dans le bocage, en particulier à Gorges près Clisson, où il y a aussi des Mathurin Bureau à la même époque. Pirmil est le faubourg ouvrier de Nantes, où s’installent ceux qui sont montés à Nantes sur la poussée démographique des campagnes. Les métiers d’artisans y fleurissent. Je suis spécialiste de l’accent du boccage, et paléographe, aucun doute possible sur le patronyme Tanneguy.
  • Ainsi, le nom de la mère de Louis fut écorché pendant des siècles, et l’est encore par certains, tant en généalogie il y a de compilations non vérifiées. Pire, certains descendants, qui croient plus facilement leurs sources publiées que cette page, demandent de ci de là de revérifier la mère, histoire de croire que j’ai mal fait mon travail…
  • Pourtant il est facile de comprendre la déformation qui s’est produite au Québec. Renée TANNEGUY a été facilement « déformée » car l’accent du bocage est très prononcé, et nul ne peut dire comment les accents se sont entrecroisés sur le sol Québecois. Dans le bocage, le G et le D sont souvent interchangeables, comme DIET/GUIET, DIARD/GUIARD etc… et même Vendée/Vengée. Louis, natif du bocage et des faubourgs de Pirmil, annexe du bocage, a probablement conservé longtemps les déformations de son accent. Et la preuve que les accents se sont bien entrecroisés au Québec, c’est qu’il en reste quelque chose de nos jours…

une longue recherche :

  • En 1951, le Canadien René Bureau (1915-après 2009) lance les recherches en France. Si Louis a toujours déclaré être de Saint-Sébastien près Nantes, Saint-Sébastien a éclaté en 2 en 1790 dans l’indifférence générale, une partie absorbée par Nantes, l’autre, amputée devenue Saint-Sébastien-sur-Loire. Les pistes étaient donc brouillées, car il faut chercher à Nantes, paroisse Saint-Jacques pour trouver Louys. Après 33 ans de persévérance, elles aboutissent en 1984 à Pirmil et sont publiées immédiatement dans le Bulletin du Centre Généalogique de l’Ouest (à télécharger 300 ko .PDF).
 Saint-Sébastien-sur-Loire, collection personnelle, reproduction interdite   ascendance Française de Louis Bureau dit Sansoucy  Mathurin BUREAU †/1644 tonnelier x ca 1636 Renée TENNEGUY remariée à Julien Chauveau avant 1644
1-René BUREAU °Saint-Sébastien-d’Aignes-Pirmil 16.12.1636    2-Anne BUREAU °Saint-Sébastien-d’Aignes-Pirmil 20.4.1638
            3-Marguerite BUREAU °Saint-Sébastien-d’Aignes-Pirmil 15.6.1639
    4-Louys BUREAU °Saint-Sébastien-d’Aignes-Pirmil 19.6.1640Louys est le cadet. S’il s’est engagé c’est probablement que son frère René vit en 1660, sans que j’ai pu à ce jour le déterminer. Le patronyme BUREAU est si répandu à cette époque, que j’ai passé des semaines à tous les noter (les BUREAU 148 ko .PDF), en vain pour ce qui est des liens éventuels en France, mais cette recherche pourra sans doute un jour aboutir à travers les actes notariés.
le remariage de sa mère        
  • L’acte notarié ci-après, qui est un procompte, nous apprend que Louis Bureau a perdu son père, Mathurin, peu après sa naissance. Sa mère, Renée Taneguy, s’est remariée à Jullien Chauveau, et l’enfant est élevé dans le magasin que le couple loue à Louys Roger rue de Vertais . Le beau père de Louis signe ce qui atteste un milieu de petit boutiquier ou artisan éduqué, et non la pauvreté totale, d’ailleurs le prix du loyer renforce ce point de vue.  «Le 2 janvier 1644 par devant nostre cour de Nantes, ont estés présents en leur personne devant nous Me Louys / Roger sieur de la Gabardière demeurant en la ville de Nantes / paroisse de St Léonard d’une part et Jullien Chauveau et Renée / Taneguy sa femme tant en son nom que comme mère et tutrice des enfants mineurs d’elle et deffunt Mathurin / Bureau en leur vivant femme et mary, icelle / Taneguy dudit Chauveau son mary bien et duement / authorisée pour l’accomplissement des présentes et ce qui en déppend / demourant en la rue de Vertais paroisse de St Sébastien / d’autre part, entre lesquels a esté fait le procompte final / qui en suit par lequel lesdites parties esdits noms / ont procompté ensemblement des jouissances faites par lesdits Chauveau et femme esdits noms / tant de ce qui est porté en la ferme faicte entre eux / le trante août mil six cent quarante devant Aubin / notaire royal du temps de trois années deues qui ont / fini à la feste de Nouel dernière passée à raison de cent / vingt livres par an, que pour un an et demi de / jouissance du magasin appartenant audit sieur de la Gabardière / fini aussi à la feste de Nouel dernière à raison de soixante / et trois livres par chacun an, en toutes lesquelles choses / lesdits Chauveau et femme sont ancore à présent demourant que / des sommes de deniers que lesdits Chauveau et femme esdits noms / ont payé en l’acquit dudit Sr de la Gabardière tant à Jan Bouanchau / cherpantier pour avoir mis une poultre et une piesse / de soulliveaux audit logis, comme aux depans fait / en leur maison tant par ledit sieur de la Gabardière que ses gens / pour pain et viande prinse chez eux, argent baillé par lesdits Chauveau et femme tant audit sieur de la Gabardière / que ses enfans et serviteurs par billet quittance / que aultrement et pour despans de chevaux et généralement / et enthierement tout ce que lesdits Chauveau et femme / auroient faict et fourni audit sieur de la Gabardière en / son acquit depuis ledit acte de ferme surdabté jusque / à ce jour sans aulcune réservation lesdits Chauveau / et femme se sont trouvés debvoir de reste / audit sieur de la Gabardière de la somme de cent soixante / et seize livres quinze soulz tz pour laquelle somme ledit / sieur de la Gabardière poura mettre à exécution sur ledit / Chauveau et femme quant bon lui semblera tant (par) l’acte de ferme / faict entre lesdits établis, et icelles provisions / par ledit sieur de la Gabardière obtenues contre lesdits Chauveau / et femme devant monsieur le sénéchal de Nantes le sept / de mars mil six cent quarante trois cauptions signifiées auxdits / Chauveau et femme par par Cassard sergent royal le saize / d’apvril audit an mil six quarente trois et / par la voix et rigueur porté par lesdits lois et sentence / cy dessus dabtées et sans que ledit intimé acte puisse / nuire ne préjudicier à la domme de six vingt deux / livres sinq soulz tz portée en l’acte de ferme du / trante aoust mil six cent quanrete en forme de / procompte faict entre ledit sieur de la Gabardière et ledit / deffunt Bureau et ladite Tanneguy sa femme pour le payement / de laquelle somme lesdits Chauveau et femme se sont atournés / vers ledit sieur de la Gabardière et icelle payer à tel jour / que bon lui semblera et se sont obligés sur / obligation exécution et contrainte de / corps et biens et sollidairement lesdits Chauveau / et femme l’ung pour l’autre ung seul et pour / le tout, renonciation par eux faicte au bénéfice de division / ordre de droit et discussion de bien et personne et par / expres à ladite femme renonzer au droit vesleien à l’épitre / divy adriany et à tous autres droits faicts et introduicts / pour et en faveur des femmes lui donner à entendre / qu’il est advis que femme en puissance de mari ne peut / s’obliger pour autrui voir pour son propre mari sans / avoir renonzé auxdits droits laquelle a dict bien savoir… signature de Chauveau » (AD44-4E2/213/f°184 Belute Notaire)  page 1 de 4 de l’original (330 ko, papier brulé par le temps d’où le fonds noir et écriture patte de mouche : lecture musclée) pages suivantes sur demande \  signature de Julien Chauveau (48 ko)

Les familles Hévin de Brielles, Vitré, et Le Pertre : étude exhaustive

Je viens de passer 2 semaines sur les registres paroissiaux anciens de Brielles, Vitré et Le Pertre, pour établir les éventuels liens entre les Hévin. Je mets en ligne ce jour le résultat de mes travaux exhaustifs, c’est à dire, contrairement à ce que beaucoup pratiquent, à savoir le point par point, moi, je reste certaine que seule la méthode du peigne fin exhaustif est valable lorsqu’aucun mariage n’est filiatif, et le patronyme aussi présent, donc les confusions entre individus de même prénom trop vite faites. Et j’ajoute même, totalement consternée, que cette méthode du point par point sévit beaucoup sur Internet, avec des généalogies totalement erronées qui en découlent.

Les Hévin sont issus de Brielles et non de Vitré et du Pertre. Certains membres se sont installés plus ou moins à Vitré à la fin du 16ème siècle, mais font de fréquents aller-retour avec leurs racines à Brielles.

Ma lignée Hévin est l’unique lignée qui est au Pertre. Elle n’a pas de liens Hévin à Vitré, et si des baptêmes sont à Vitré dans cette lignée fin 16ème siècle c’est uniquement parce que Jacquine Ronceray est de Vitré, et aimait, comme beaucoup de femmes de tous temps anciens, aller accoucher chez maman, d’autant que la maison des parents à Vitré était manifestement accueillante. Pour mémoire, mes Ronceray de Vitré étaient avocats. J’y reviendrai.

Donc, je viens de revoir ma lignée et j’ai eu le plaisir de vérifier qu’autrefois, au temps du tout papier et tous déplacements aux archives, j’avais fait un bon travail sur ma lignée Hévin, et j’ai pu avec plaisir y ajouter tous les parrainages en détail, ainsi que quelques illustrations.

Mais j’ai aussi fait tous les Hévin de Brielles, car c’est de Brielles que les Hévin tiennent leur origine, et il est même probable, mais on ne peut le vérifier, que l’unique lignée des Hévin du Pertre (bourg tout proche de Brielles, le tout en Ille-et-Vilaine) soit parente des Hévin de Brielles, mais on ne peut identifier à quel degré, si ce n’est que le milieu social est tout à fait le même, ce qui est déjà une indication de parenté probable avec un tel patronyme, et une telle proximité.

Malheureusement, l’absence de filiations dans les mariages, et le nombre élevé de couples à Brielles, ne permet pas de lier tous les couples de Brielles, et j’ai tenté quelques liens par les parrainages et aussi par les terres, car il est évident qu’une terre est un lien. A ce sujet, j’ai même observé sur Internet que certaines généalogies mélangaient même les terres, c’est à dire n’hésitaient pas à mettre une terre manifestement des lignées de Brielles, dans celle du Pertre, alors même qu’à Brielles plusieurs couplent ont déjà cette terre, enfin du moins le titre, car le titre n’est pas synonyme de possession.

Je pris instamment ceux qui possèdent des actes notariés ou autres sources de me les faire connaître et je m’engage à les dépouiller, puisque si vous me connaissez vous savez que je manie la paléographie et l’analyse des actes anciens, et je vous serai donc utile et utile à tous. Car avec mon âge de 82 ans je ne peux plus me déplacer aux Archives, alors merci d’avance de considérer que je peux encore être utile depuis chez moi. J’ai demandé dans ce billet à ceux qui avaient des actes notariés HEVIN de me les envoyer, je n’ai en aucun cas demandé les actes notariés personnels de tout le monde et tous les patronymes.

Claude Hévin, prénommé Guillaude sur son mariage, a aussi une curieuse signature

Voici la signature de Claude Hevin parrain d’un petit-fils en 1624 au Pertre :

Son prénom est difficile déchiffrable et ne ressemble pas beaucoup à Claude. En outre, en Anjou du moins, et je ne sais si c’était de même au Pertre, les notables signaient sans écrire leur prénom entier mais uniquement avec son initiale.

Je descends de René Hévin Sr des Gautries †Le Pertre 24.9.1616 et comme j’avais fait cette famille il y a très, très longtemps, du temps du tout papier, si vous voyez ce que je veux dire, j’ai fait hier quelques registres anciens en ligne pour tenter de relire et noter les parrainages auxquels je tiens tant, car ils sont souvent parlants.

Le plus ancien mariage, celui de Claude Hevin et Jacquine Ronceray, donne un prénom curieux, et je vous prie de croire qu’il s’agit bien de Claude Hevin, qui aura par ailleurs de nombreux enfants, et sera toujours prénommé Claude. D’ailleurs le D de ce curieux prénom sonne bien AUDE à la fin, et si vous avez un peu envie de vous distraire, je vous communique ce à qui il me fait penser.

Mariage à Vitré paroisse Saint Martin le 9 mai 1591 « Guillaude Hevin et Jacquine Ronceray ont receu le sainct sacrement de mariage en l’église de Saint Estienne le 9° de may audit an » Vitré était une grande ville, car la paroisse se nomme bien Saint Martin, du moins dans le classement des registres paroissiaux, qui comportent aussi la paroisse Notre Dame, et même des registres protestants. Et je lis bien qu’ils se sont mariés dans l’église Saint Etienne. Merci de me dire ce que vous savez de cette église.

Le prénom GUILLAUDE, que je vous assure donc être CLAUDE, m’a amusé, car il atteste de l’accent autrefois. Mais comme en ces temps de pandémie, j’ai surtout envie de m’amuser pour mieux survivre ces temps difficiles pour tous, j’ai immédiatement eu en tête « le glaude » de Villeret et de Funès, dans la « soupe aux choux », et je dois même vous avouer que j’en ris encore. Voilà, je m’amuse car j’ai un ancêtre qui faisait « le glaude », et, comme vous sans doute j’adore Villeret. Donc je m’amuse en faisant mes recherches anciennes.

 

 

 

 

Benoît Halbert, artiste peintre, s’en est allé : ses oeuvres demeurent.

Benoît Halbert demeure par son oeuvre. Ainsi, cet ancien presbytère habite ma salle de séjour, me rappelant aussi que ces lieux ont souvent été désertés faute de prêtres, même certains ont une seconde vie de nos jours.

J’avais acheté cette oeuvre dans les années 1990, découvrant alors que l’artiste peintre avant un ancêtre commun avec moi, mais avant la Révolution, et cela remonte loin. Il est inhumé demain à Sucé-sur-Erdre, et j’aurai une pensée, devant ce presbytère qu’il a signé.

A sa mémoire.

 

 

Implexe Grelet x Grelet aux Lucs-sur-Boulogne, 1681

Lorsque j’ai débuté mes recherches en généalogie, au temps du tout papier et aucune numérisation, j’avais buté très vite sur un mariage JALLOT x JALLOT dont je descends, dans lequel les parents respectifs étaient aussi JALLOT x JALLOT.

Je suis occupée à illustrer mon ascendance GRELET dans laquelle j’ai également des mariages GRELET et ici, je vous livre un double mariage GRELET x GRELET.

Mariage double aux Lucs-sur-Boulogne « le 28 janvier 1681 Charles Grelet avec Perrine Grelet et Louis Grelet avec Catherine Grelet, présents Pierre et Joseph Savariau beaux-frères dudit Charles Grelet, Louis Bernard son cousin germain, Charles Grelet cousin germain de ladite Perrine et Mathurin Grelet son cousin – et aussi de Charles Grelet cousin germain dudit Louis Grelet, Pierre Malidain son oncle, et Joseph Savariau beau-frère de ladite Catherine, Louis Bernard son cousin germain, qui ne signent »

Je descends de Louis et Catherine. Et si je suis en train de revoir cette ascendance, c’est que j’ai tenté de comprendre comment leur descendant, venu maçon à Nantes, a pu placer de l’argent en une terre. Et je fais tous les massacres de 1794, et tous les descendants survivants. Ainsi, je peux vous assurer que lorsqu’il y avait beaucoup de décès soit par pandémie, guerre ou massacres, les survivants devenait de facto plus riches. J’avais découvert cette vérité terrifiante il y a de nombreuses années dans un fascicule des Archives du Maine et Loire sur la mort : les survivants des épidémies héritaient donc devenaient plus aisés.  Triste vérité en vérité.