Etienne Deille de Marans cèdde une dette à un voisin, 1601

Cet acte d’Etienne Deille est passé la même année 1601 mais il y a plusieurs mois entre les deux actes, donc Etienne Deille venait assez souvent à Angers pour traiter ses affaires plutôt que de les régler sur place, car ici encore, comme dans l’autre acte que je vous mets ce jour en ligne, il traite avec un proche voisin et normalement pour des affaires assez minimes en importance, on aurait pu croire que les notaires de campagne auraient traité l’affaire.

J’ai trouvé l’acte qui suit est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E70 – Voici ma retranscription : Le 7 juin 1601 après midy en la court du roy notre sire Angers endroit par devant nous Michel Lory notaire d’icelle personnellement estably Estienne Deille marchand et Anne Gernigon sa femme de luy duement autorisée par devant nous quant à ce demeurant en la paroisse de Marans près Segré au lieu de la Ravardière
soubzmettant chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de personne ne de biens leurs hoirs confessent avoir ce jourd’huy céddé et transporté et encores cèdent et transportent à honneste homme René Manceau maréchal demeurant audit lieu de la Ravardière dite paroisse de Marans la somme de 40 escuz par une part audit cédant deue par honneste homme Yves Brundeau marchand demeurant au bourg de Marans à cause de prest comme il a fait aparoir par obligation passé par Lherbette notaire demeurant audit Marans depuis un an et demi et la somme de 29 escuz par autre part audit cédant deue par les paroissiens manans et habitants de ladite paroisse de Marans restant de 32 escuz aussi à cause de prest comme il a fait aparoir par obligation passée par Me René Rouault notaire demeurant au Bois de la Cour depuis deux ans lesquels 32 escuz ont esté esgaillés sur lesdits paroissiens et le taulx et esgail mis entre les mains dudit Brundeau pour en faire cueillette sur lesquels 32 escuz ledit Brundeau auroit payé audit cédant la somme de 3 escuz tellement qu’il ne reste que 29 escuz desquelles obligations cy dessus lesdits cédants promettent bailler et mettre entre mains dudit Monceau dedans 8 jours prochainement venant pour s’en faire payer par ledit Monceau tout ainsi que lesdits cédants eussent fait et peu faire auparavant ces présentes en vertu desdites obligaitons et outre lesdits cédant cèddent les droits et actions en iceulx ont subrogé et subrogent ledit Monceau etc avec promesse de garantaige
et est faite ladite cession et transport pour et moyennant la somme de 69 escuz sol valant 207 livres qui est pareille somme à quoy reviennent lesdites sommes cédées laquelle somme ledit Monceau aussi deument estably et soubzmis luy ses hoirs a promis est et demeure tenu payer et bailler en l’acquit desdits cédants aux chanoines curés et chapitre de l’église de la Trinité pour partie de 85 escuz un tiers laquelle iceulx cédants et coobligés auroient vendu et constitué auxdits de la Trinité la rente de 7 escus 6 sols 8 deniers comme apert par contrat de ladite rente et laquelle somme de 69 escuz ledit Monceau promet baille comme dit est aux de la Trinité toutefois et quantes pour aider à fait l’admortissement desdits 7 escuz 8 sols 8 deniers
ce qui a esté stipulé accepté par lesdites parties respectivement et à ce tenir garantir etc dommages etc obligent etc mesmes lesdits cédants au garantaige desdites choses cédées à leur despens et péril renonçant au bénéfice de division d’ordre et discussion de priorité et portériorité et ladite Gernigon a renoncé et renonce au droit vellien à l’epitre divi adriani à l’authentique si qua mulier et à tous droits faits et introduits en faveur des femmes que luy avons donné à entendre estre tels que femmes ne sont tenus des promesses qu’elles font et mesme pour leur mari sinon qu’elles aient expréssement renoncé auxdits droits et qu’elles pourroient en estre relevées qu’elle a dit bien entendre foy jugement condemnation
fait audit Angers à notre tablier présents François Rouault notaire et Aubin Briant praticien

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

7 réponses sur “Etienne Deille de Marans cèdde une dette à un voisin, 1601

  1. Bonjour

    Le dénommé René Monceau Maréchal à la Ravardière doit être René Lemanceau

    Stéphane

      Note d’Odile :

    Je croyais que René Lemanceau était toujours qualifié (quand il l’est) de « marchand », et un maréchal n’est jamais qualifié de « marchand »
    Je ne me souviens plus si on connaît le lieu de vie de René Lemanceau

  2. suivant dc de René Lemanceau en 1637 à Marans il est de la Ravardière
    Stéphane

      Note d’Odile :
      Comment savez-vous que ce décès est celui de René Manceau époux Gray ?
      Odile
  3. La ravardière doit venir du côté Deillé, René Lemanceau y demeure par sa mère Catherine Deillé et Jean Lemanceau par sa femme Françoise Deillé (qui est sans doute la fille de Etienne et de Anne Gernigon ou de moins probable de Jacques Deillé Sergent à Angers et philberte x)

  4. Julienne Grais est inhumée le 27 juillet 1659 « honneste femme Jul-lienne Gres vivante espouse de honneste homme René Manceau »
    ce qui signifierait qu’il est décédé après elle.
    Mais j’avais noté autrefois qu’il serait décédé avant 1642 mais je ne sais plus pourquoi

  5. Mariage de Laurent Manceau et de Jeanne Gilles le 16/09/1638 à Marans, Ajout de la Mention Deffunt pour son père et certifié en fin d’acte
    Idem pour le mariage de Louis Lemanceau(mon ancêtre) à Gené le 05/02/1643
    Je pense que cela doit être une erreur pour Julienne Gray, elle est bien veuve
    Cordialement
    Stéphane

      Réponse d’Odile :
      Merci Stéphane.
      J’étais en train de faire le même chemin, en repointant tous les actes. Et j’en ai aussi conclu comme vous que le terme « épouse » était une erreur certaine sur la sépulture de Julienne Grays en 1659
  6. D’ailleurs Louis Lemanceau était Forgeur Marechal comme son père(du moins c’est ce que j’ai indiqué comme métier à Louis). Sa fille se mariera avec un Marechal en Oeuvres Blanches René Allard

    Stéphane

      Réponse d’Odile :
      J’étais aussi sur cette réflexion, mais je prends mon temps pour mettre à jour mon document MANCEAU qui est bien ancien, et cela avancera doucement demain sans doute. D’autant que c’est moi qui ait relevé Marans et Gené.
  7. Pour répondre à la question
    René Manceau est le seul dcd entre 1635(naissance de Jean) et 1638 (Mariage de Laurent)
    Cela reste une hypothèse, qui me semble quand même très probable
    Stéphane

      Réponse d’Odile :
      OK, merci

Répondre à OH Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *