Vente d’un logis à Rochefort-sur-Loire, sur les bords de la Loire, 1600

Le côte dont Claude Legouz est la Côte de Baleine, hôtellerie située faubourg Brécigné à Angers.

Rochefort - Collection particulière, reproduction interdite
Rochefort - Collection particulière, reproduction interdite

P. Grelier a trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E10 – Voici sa retranscription – Le 14 janvier 1600 avant midy en la cour du roy notre sire à Angers endroit par devant nous Pierre Planchenault notaire de ladite cour personnellement estably honorable homme Claude Legouz sieur de la Coste demeurant au lieu de Corde paroisse de St Germain près Daumeray soubzmettant etc
confesse avoir vendu quicté cédé délaissé et transporté etc perpétuellement par héritage
à honorable homme Scipion Brouillet sieur de la Thibauderie demeurant à Rochefort à ce présent et acceptant lequel a acheté et achète tant pour luy que pour Marthe Thibault sa femme absente et pour leurs hoirs scavoir est une maison jardin et appartenances, avec une planche de terre labourable contenant une boisselée de terre ou environ le tout en un tenant et audit vendeur appartenant sise et située en la Basse Vallée dudit Rochefort laquelle maison ledit vendeur auroit cy devant fait construite et bastir lesdites choses joignant d’un costé les communs dudit Rochefort d’autre costé la terre de Julien Hodée abouttant d’un bout la rivière de Loire un petit chemin entre deux et d’autre bout la terre de feu Naudin et comme lesdites choses se poursuivent et comportent avec leurs appartenances et dépendances et sans aucune chose en excepter retenir ni réserver lesquelles choses ledit vendeur aurait cy devant acquises de sire François Martin et de Jean et René les Hodé au fief et seigneurie de Rochefort aux cens rentes et debvoirs anciens et accoustumés que lesdites parties n’ont su déclarer sur ce advertis de l’ordonnance royale et franches et quites du passé jusqu’à huy
transportant etc et est faite la présente vendition et transport pour le prix et somme de 300 escus sol payée comptant par l’acquéreur audit vendeur qui icelle somme a eue prise et reçue en notre présence et vue de nous de francs quarts d’escu testons et monnaie jusqu’à la concurrence de ladite somme suivant l’ordonnance royale, dont ledit vendeur s’est tenu et tient à comptant et en a quicté et quicte ledit acquéreur
à laquelle vendition et tout ce que dessus est dit tenir etc garantir etc dommage etc oblige ledit vendeur etc renonçant etc foy jugement condamnation etc
fait et passé à Angers

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

5 réponses sur “Vente d’un logis à Rochefort-sur-Loire, sur les bords de la Loire, 1600

  1. Le lieu de Grohan,1482; la closerie de Grohan,1573. Cette closerie dépendait de l’auberge de la Côte de baleine. Le propriètaire en faisait disparaître autant que possible les ruines pour y planter sa vigne en 1609,quand Bruneau de Tartifume en prit le seul dessin exact qui nous en reste,mss.871, 3e part.,f.80. La gravure qu’en a donnée CL Ménard est de pure imagination. La description qu’il fait des ruines est plus sérieuse.La plus grande partie des murs ne dépassaient pas la terre. C’était un ovale de 30 perches de diamètre,sur 20 de largeur, avec cinq enceintes de murailles,écartées de 12 pieds, dont la voûte était soutenue par des murs de refend. Un double couloir voûté menait aux gradins supérieurs. Le sol abaissé à l’E. ne formait plus qu’un cloaque;vers le N,une double salle carrée,voûtée en briques; le tout en petit appareil.Le couvent fut construit sur l’emplacement de l’hôtellerie et le reste détruit ou enfermé dans l’enclos. Lors des ventes nationales,l’architecte de la ville, De Marie,acquit Grohan,qu’il divisa en petits jardins.
    (Description de la ville d’Angers,Péan de La Tuillerie) .Amphithéâtre de Grohan.

  2. E.1850.(Carton.)-2 pièces,papier.
    1675.-BROUILLET.
    -Partage de la succession de Jean Brouillet,sieur des Hommeaux,et de Charlotte Gallichon,sa femme,entre Jean Brouillet,Jean Papot,sieur de Champeaux,Charlotte Brouillet,veuve de Lenfantin de La Marinière,Maurille Hamelin,sieur de Richebourg,et Pierre Jamet de L’Aubriais;-partage de la succession de Jean Brouillet,sieur des Hommeaux,et de Marie Richer,sa femme,entre Marie Brouillet,Pierre Jamet de L’Aubriais,et François Brouillet.
    (Série E.Titres de famille.AD de Maine et Loire.C.Port.)

  3. Bonsoir,

    Au cours de mes rares recherches en Anjou (deux ou trois familles d’ancêtres), je tombe parfois sur votre blog riche et passionnant. Or j’ai fait récemment une découverte au sujet d’une ancêtre qui la relie peut-être à une famille que vous avez étudiée.

    D’après un partage et quelques actes reçus en 1641 par le notaire FONFREGE de Thouars (79), mon ancêtre Louise THIBAULT épouse d’André GALLAIS (famille protestante de marchands de draps de soie alliée à des familles de Thouars, Angers et Saumur) possède de nombreux domaines à Vezins (49) qu’elle partage avec une certaine Marthe THIBAULT dame de la Thibaudrie. Cette Marthe THIBAULT était l’épouse de Samuel LUZEAU sieur du Tertre et la mère de François LUZEAU demeurant à la Forêt-sur-Sèvre (79) qui vient à Thouars régler avec ses cousins GALLAIS un problème touchant l’héritage de leurs mères.

    J’ai identifié Samuel LUZEAU sieur du Tertre x Marthe THIBAULT qui auraient vécu à Casson (44). Mais je me demande si cette Marthe n’est pas aussi la Marthe THIBAULT épouse de Scipion BROUILLET sieur de la Thibauderie demeurant à Rochefort (49) dont vous donnez un acte datant de 1600. Le nom du fief, Thibauderie, Thibaudière, la concordance des dates, le prénom me laissent penser qu’il pourrait s’agir d’une seule et même personne.

    Enfin, je suis tenté de relier mes sœurs THIBAULT à Noël THIBAULT sieur des Hommeaux qui épouse Renée BEAUFAICT en 1575. En effet, Louise et Marthe THIBAULT possédaient le bordage de l’Humeau ou des Humeaux à Vezins. Mais je m’égare peut-être…

    Qu’en pensez-vous ? Avez-vous d’autres renseignements sur cette famille THIBAULT ?

    Avec mes remerciements anticipés.

    Cordialement,
    S. D.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.