Règlement de dettes aux Rousseau par les héritiers Allaneau, Angers 1605

Vous savez maintenant qu’on pouvait hériter de dettes actives et de dettes passives. Après avoir hérité de dettes passives, il arrivait parfois qu’on oublie de payer. Ce doit être le cas ici.
Marie Rousseau, qui avait manifestement contracté une dette de 900 livres, on ne sait trop comment car cela n’est pas explicité, l’a bel et bien laissée à ses enfants, car même si cela n’est pas spécifié dans l’acte qui suit.
Voici ce que je sais de cette Marie Rousseau :

Julien ALASNEAU † avant avril 1595 Fils de Nicolas 3e ALLANEAU de la Bissachère & Anne HELBERT x vers 1575 Marie ROUSSEAU † après avril 1595 et avant 1600

    1-Renée ALASNEAU †/1625 x Pierre MENORET Dont postérité
    2-Jean ALASNEAU Sr de la Motte †1649/ x /1612 Thibaude CONSEIL Dont postérité
    3-Michel ALASNEAU †/1645 Sgr de Villedé & de la Huberdière x Jacquine LEROY Dont postérité
    4-Marguerite ALASNEAU Dame de la Brosse x (ct 15.11.1593 à Pouancé) André CONSTANTIN Dont postérité
    5-Isabelle ALASNEAU °Pouancé 17.4.1584 filleule de Julien Legoulx & de Marguerite Durand

Et pour Anne Allaneau mariée à un Jacques Godefray vivant à Châteaugiron, j’avais déjo trouve :
Durant des années, j’avais Anne, Marie, Isabelle et Nicole, dans les non rattachés. La découverte de l’acte suivant les donne héritiers présomptifs de Nicolas 3e Allasneau de la Bissachère, et puisque les deux autres héritiers mentionnés dans cet acte sont Renée Allaneau épouse de Pierre Ménoret et Jean Allasneau Sr de la Mothe, il est possible que ces 5 Allasneau soient frères et sœurs, bien que ceci ne soit pas explicité. Ceci reste donc une hypo-thèse à ce stade des recherches. C’est la raison pour laquelle je les mets dans ce paragraphe pour le moment.
Le 12.7.1607, Dvt Pierre Frescher Nre à Angers, h. h. Pierre Menoret bailli de Pouancé mari de Renée Allaneau [fille de Julien et Marie Rousseau, petite fille de Nicolas 3e Sr de la Bissachère], noble homme Jacques Godefroy Sr de la Tousche, capi-taine et commandeur de Chasteaugiron, père et tuteur naturel des enfants de lui et †Anne Allaneau, Julien et Robert les Ernault maris de Marie et Ysa-bel les Allasneaux Dt au bourg de la Chapelle Glain, en Bretagne, et Nicolas Berthe mari de Nicole Al-lasneau Dt à Juvardeil, constituent Jehan Allasneau Sr de la Motthe [fils de Julien et Marie Rousseau, petit fils de Nicolas 3e Sr de la Bissachère], leur procureur général, en tant qu’héritiers présomptifs de †Nicolas Allasneau Sr de la Bissachère, lequel avait acquis sur la baronnie de Château-Gontier la somme de 1 500 L de rente, pour recevoir les arrié-rages et le principal de ladite rente en leur nom. (AD49)

Anne ALLANEAU †Chateaugiron(35) 21.7.1603 x /1595 Jacques GODEFROY Sr de la Touche, capitaine & gouverneur du chateau de Chateaugiron, qui x2 Saulnières Suzanne PERRIN

    1-Charlotte GODEFROY °ca 1595
    2-Julien GODEFROY °Chateaugiron 22.12.1596
    3-Guillemette GODEFROY °29.1.1598
    4-Françoise GODEFROY °18.4.1599
    5-Marguerite GODEFROY °13.10.1602

Effctivement, ce Jacques Goderfroy semble dans l’acte qui suit sur le même plan que les autres à savoir Menoret, Constantin, et Jean Allaneau. On ne parle pas ici de Michel Allaneau, mais cependant à un moment, on dit bien « et les autres », ce qui lui laisse une petite place.
Maintenant, concernant cette Marie Rousseau, serait-ce enfin une piste que je viens de trouver ? Car à ce jour, riien, et tellement de Rousseau de Craon à Pouancé, qu’on ne peut les rattacher. J’ai bien une étude, d’autant que j’avais relevé Craon à cet effet, mais elle est encore inconstitante, tant les branches sont diverses et pas rattachées à ce jour. En tout état de cause, René et Claude Rousseau ont traité avans 1600 avec Marie Rousseau, et cela devient une piste à suivre.

J’ai trouvé l’acte qui suit est aux Archives du Maine-et-Loire, série 5E8 – Voici ma retranscription : Le jeudi 5 mai 1605 après midy, par devant nous René Serezin notaire royal à Angers furent présents en leur personne honorables hommes Me René Rousseau sieur de la Grand Maison advocat à Craon et y demeurant tant en son nom que comme soi faisant fort de Claude Rousseau son frère promettant luy faire ratiffier et avoir agréables ces présentes en en fournir et bailler aulx cy après nommés ou l’un d’eulx lettres de ratiffication dedans 8 jours prochains à peine et ces présentes néanmoins etc
lequel esdits noms et qualités et en chacun d’eux seul et pour le tout sans division, a recoigneu et confessé avoir ce jourd’huy eu et receu contant de noble homme Jacques Godefray sieur de la Touche, gouverneur de Châteaugiron, père et tuteur naturel des enfants de luy et de défunte Anne Allaneau, Me Pierre Menoret sieur de la Fontaine docteur en droits, baillif de Pouancé, mari de Renée Alaneau, André Constantin sieur de la Picaudière mari de Marguerite Alaneau et de Me Jehan Alaneau sieur de la Mothe, qui luy ont payé et baillé la somme de 900 livres tournois en quoi défunte Marie Rousseau estoit condemnée vers lesdits Me René et Claude les Rousseaulx par sentence donnée au siège présidial d’Angers le 8 février 1602 en conséquence d’autre précédente sentence du 6 août 1601 et transaction précédente passée par Desprées notaire de Craon le (blanc) 1600 et la somme de 14 livres 8 sols à quoi ils ont composé pour les intérests de ladite somme de 900 livres depuis le 8 février dernier jusques à huy, frais et despends faits au recouvrement de ladite somme, revenant à 915 livres 8 sols, que ledit Rousseau esdits noms a eue prinse et receue, en présence et à veue de nous en pièces et contrats dont il en quite lesdits Godefray, Constantin, Menoret et Alaneau et tous autres, ensemble de la rente et intérests de ladite somme de 900 livres depuis ledit jour du 8 février 1602 à ce jour,
et lequel paiement iceulx Godefray, Constantin, Menoret et Alaneau ont déclaré faire partie des deniers par eulx pris à constitution de rente de damoiselle Guillemine Chacebeuf dame de la Melletaye et sans préjudice de leur recours despens dommages et intérests, comme ils verront bon estre à faire,
lequel Me René Rousseau esdits nom leur a céddé et cèddent ses droits et actions les a subrogé et subroge, sans aucune garantage ne restitution de ladite somme et auxquels Godefray, Menoret, Constantin et Alaneau iceluy Rousseau a promis rendre la grosse de la sentence du 8 février 1605 et l’exploit du 7 février 1603 fait en vertu d’icelle, et proms rendre la grosse du jugement du 16 août 1601, copie de ladite transaction et autres pièces qu’il et ledit Claude son frère peuvent avoir concernant ladite somme de 900 livres dedans 8 jours prochainement venant,
à laquelle quittance tenir etc oblige lesdits Me René Rousseau esdits noms et qualités et en chacun d’iceulx seul et pour le tout sans division renonçant au bénéfice de division discussion d’ordre de priorité et postériorité, foy jugement condemnation etc
fait et passé audit Angers maison de la dame de la Fromentière en présence de vénérable et discret Me Jacques Constantin sieur de la Chayère ? chanoine en l’église royal St Martin de ceste ville et Fleury Richer praticien demeurant à Angers

Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

9 réponses sur “Règlement de dettes aux Rousseau par les héritiers Allaneau, Angers 1605

  1. Bonjour,

    je pense avoir trouvé un lien de famille entre René Rousseau de Grandmaison, son frère Claude Rousseau et Marie Rousseau. Un lien de famille qui existe peut-être aussi par les Rousseau (vu votre article sur la procuration faite par les Allaneau à Jacquine Rousseau, devant ce même René Rousseau !), mais le lien dont je parle ici est par alliance avec la famille Allaneau.

    En effet, un Claude Rousseau de la Ménardière est le mari en première noce de Nicolle Allaneau, fille de Christophe. Ce Claude est donc un neveu par alliance de Marie Rousseau. Ce mariage est sans postérité, Nicolle décédant avant 1594 (voir votre étude sur les Allaneau). Claude Rousseau de la Ménardière et Nicolle Allaneau demeurent au Plessis de Cosmes en 1590.

    Or, par la lecture de vos relevés des actes de Craon, on constate de nombreux croisements de parrainages entre eux-mêmes ou entre leurs proches parents, entre René Rousseau de Grandmaison, Claude Rousseau de la Ménardière, mais aussi René “le jeune” Rousseau du Tertre. Le Claude Rousseau frère de René Rousseau de Grandmaison qui a traité avec Marie Rousseau avant 1600, serait donc Claude Rousseau de la Ménardière, un neveu de Marie Rousseau, par alliance avec les Allaneau.

    Après le décès de Nicolle Allasneau, Claude Rousseau de la Ménardière s’est marié en seconde noce avec Elisabeth Hannier (je n’ai rien trouvé sur cette famille Hannier). Ils ont de nombreux enfants à Craon, dont Anne Rousseau, ancêtre de Joseph Garande, dont j’ai déjà parlé sur votre blog.

    Claude Rousseau de la Ménardière décède le 16 avril 1624 à Craon et est enterré à Cosmes. Cosmes, la commune où se trouve à la fois le Plessis de Cosmes (où il est présent avec Nicolle Allaneau en 1590), mais aussi la Rousselière.

    Un Melchior Rousseau est présent au décès à Craon de René Rousseau de Grandmaison le 16 mars 1625. Un Melchior Rousseau sieur de Mécorbon est également présent à la naissance d’une fille de René “le jeune” Rousseau du Tertre à Craon. Pour Angot, T3 p 464, Melchior Rousseau est très probablement le père de René Rousseau du Tertre.

    D’après Angot, T3 p 466, René Rousseau est sieur de la Rousselière, mort avant 1593, père de Melchior Rousseau.

    D’après Angot, T4 p 805, Melchior Rousseau est le cohéritier bénéficiaire avec René, avocat, et François (soit des frères soit des neveux de Melchior) de René Rousseau qui fit bâtir la Rousselière à Cosmes dans le lieu primitivement nommé Montaleu.

    René Rousseau, père de Melchior, grand-père de René du Tertre (et donc aussi de ses frères René de Grandmaison et Claude de la Ménardière – sauf erreur de ma part), est d’après Angot, T4 p805, le fermier général de la Garaudière à Cosmes, propriété de l’Abbaye de la Roë, dont son frère Jean est l’abbé fiduciaire de 1587 à 1597.

    Mécorbon dont est sieur Melchior se situe à proximité du château de Montjean, attenant aux terres des Prouveries, propriété des Le Cornu du Plessis de Cosmes, et attenant aussi à la Valinière, dont est sieur René Rousseau, chirurgien, frère de François (est-ce les cohéritiers de Melchior ?) malheureux diplomates entre Jean Criqueboeuf, châtelain de Montjean, et Pierre Le cornu du Plessis de Cosmes (voir de nombreux textes sur cette épisode, dont celui d’Angot).

    Cordialement,
    Luc

      Note d’Odile :

    Les Rousseau sont TRES nombreux, et il m’est arrivé de me décourager pour les miens, qui sont liés aux Allaneau, et que je vais tenter de revoir ce jour au vue de votre commentaire.
    Je suppose que vous connaissez mes Rousseau, mais je n’ai pas en ligne le fichier le plus récent, faute de courage sur ce patronyme foisonnant, en particulier à Craon et environs, alors que je suis à Noëllet.
    http://www.odile-halbert.com/Famille/Rousseau.pdf
    Odile

  2. Bonjour,

    je connais effectivement très bien votre étude, et vous en remercie !

    Vous y consacrez un article sur Claude de la Ménardière, mais sans y évoquer son premier mariage avec Nicolle Allaneau, et un autre article sur René du Tertre. Vous y parlez aussi de René de Grandmaison, mais sans y consacrer d’article, alors qu’au vu de vos relevés de Craon, il doit y avoir aussi de quoi faire. Si vous le souhaitez, j’ai assez décortiqué vos relevés de Craon pour vous en envoyer les extraits nécessaires.

    Il y a beaucoup de chose sur les Rousseau, un nom partagé par plusieurs familles, ce qui ne facilite pas leur étude. Les articles de l’Abbé Angot sont assez riches sur cette famille, mais sans être très précis pour établir clairement les liens entre les branches de cette famille. J’ai entre aperçu Claude de la Ménardière dans Les registres de Cosmes. Les registres de Courbeveille sont assez riches en ce qui concerne me semble t’il la branche de la Valinière, mais je n’arrive pas à les déchiffrer avec suffisamment de précision (je ne possède pas votre art !) pour y trouver quoi que ce soit. Ces Rousseau semblent également très liés à Laval où il y a peut-être des actes les concernant. L’étude de la famille Domin pourrait sans doute apporter quelques éclaircissements : René, chirurgien, impliqué contre son grès dans le meurtre de Jean de Criqueboeuf est marié avec une Domin. Pierre Le Cornu commet cet assassinat à l’aide de membres de la famille Domin. On retrouve des Domin dans les relevés de Craon concernant Claude de la Ménardière :

    B 1599.11.26 DOMIN Françoys fils de Françoys Domyn Sr de la Raimbaudyère et de Anne Rousseau, filleul de Me René Rousseau avocat à Craon et de Syre André Gastineau et de Marguerite Fardeau dame de la Grange

    B 1600.03.01 ROUSSEAU Françoyse fille de h.h. Claude Sr de la Ménardière et de Helysabeth Hannier, filleule de h.h. Guillaume Domyn Sr de Royaulté et de h. femme Françoyse Rousseau et de Renée Letourneux

    Dans les textes sur la mort de Criqueboeuf on retrouve un François Domin de la Raimbaudière et un Guillaume Domin de la Réauté.

    Une autre piste que je n’ai pas réussi à trouver, celle de l’ascendance de Jacquine Rousseau, veuve de Lancelot Delaunay, dame de Mécorbon et de la Rousselière en 1680 (Angot T4 p 806-807).

    Je n’ai pas réussi à localiser la Ménardière ni la Grandmaison. La Ménardière ira au descendant de Françoise Rousseau, les Hellault (Hesland) :

    M 1622.09.13 HELLAULT Jacques, h.h., Md, fils de h.h. Jehan Hellault et de Renée Ballet/Bullot Dt en la ville de Châteaugontier / ROUSSEAU Françoise fille de h.h. Claude Sr de la Menardière et de †Isabel Hanier (relevé de Craon).

    En 1664, dans les archives de la Mayenne, les enfants de Jacques Hesland, sieur de la Ménardière, et de Françoise Rousseau, sont confrontés au paiement de la pension de Renée Hesland, religieuse à Nyoiseau.

    La famille Rousseau semble bien connaitre quelques difficultés en cette seconde moitié du XVII ème siècle, car Marie (Gabrielle) Rousseau, fille de René du Tertre, devait quitter les couvent de la Patience, sa famille ayant eu un revers de fortune (Angot T3 p 465).

    Cordialement,
    Luc

    Note d’Odile :
    Un grand merci à mon tour, de m’aider à y voir un peu plus clair dans les Rousseau.
    Puis-je vous demander de patienter à la semaine prochaine car j’ai les peintres puis je fais grand mère vendredi, par contre la semaine prochaine sera plus calme.
    Vous pouvez en attendant m’envoyer les compléments ou actes qui ne passenraient pas sur les commentaires du blog, mais continuez à alimenter le blog que les moteurs le prennent en compte comme un blog actif.
    Mon adresse est celle du webmaster du site (textuellement)
    en mettant l’arobase bien entendu entre deux.
    Odile

  3. Luc
    Pour identifier un lieu, j’ai le logiciel de l’IGN, mais moderne, et sur mon ancien ordi, et je verrai la semaine prochaine
    Mais il y aussi pour la Mayenne un outil bien faît sur le site des Archives de la Mayenne, donnant la recherche des lieux et paroisses
    Allez voir et tenez nous au courant
    Odile

  4. Bonjour,

    j’ai épluché le dictionnaire de Angot et j’ai aussi consulté les cartes IGN par le site Geoportail, trés pratique, où l’on peut superposer photos aériennes, cartes IGN et également celle de Cassini. Pour le Tertre, la GrandMaison et la Ménardière, le problème est la profusion des terres de ce nom, même en se limitant à Craon, Cosmes et les communes voisines.

    Je n’arrive donc pas à savoir desquels il s’agit.

    Dans le récit d’Angot sur la prise de Montjean et l’assassinat de Criqueboeuf, un témoin parle d’un GrandMaison d’Avénières. S’agit-il de René Rousseau de Grandmaison ? Peut-être une piste ? Car les liens entre les Rousseau et les acteurs de cet épisode sont en tout cas bien réel : François Domin de la Raimbaudière est l’époux d’une Anne Rousseau et le 26 décembre 1599 à Craon, René Rousseau de Grandmaison est le parrain de leur fils François Domin. Le 1 mars 1600, Guillaume Domin de la Réauté (Royaulté), autre protagoniste de cette prise de Montjean, est le parrain de Françoise Rousseau, une fille de Claude Rousseau de la Ménardière.

    Je vais essayer les outils que vous m’indiquez, on sait jamais, cela révelera peut-être un détail riche d’information à venir ?

    Cordialement,
    Luc

      Note d’Odile :

    J’utilise aussi très souvent Geoportal et ses cartes IGN
    J’ai bien compris que le profusion des lieux Grandmaison et Ménardière ne permet pas de les situer, c’est bien pour cela que je dépouille un maximum d’actes notariés car ils peuvent parfois, avec un peu de chance donné un bail ou une succession parlante.
    J’ai vu que j’avais encore des actes notariés Rousseau dont l’un des Grandmaison et je vous le fais la semaine prochaine.
    Pour le personnage cité témoin de l’assassinat de Criquebeuf, n’y aurait-il pas une famille Grandmaison, pourquoi pas ?
    Odile

  5. voici ce que donne l’armorial de Denais :
    de la Grand-Maison
    voir de Carbonnier, de la Fontaine, Rousseau, Le Picard, Couscher, Lejeune, de Boulleuc

  6. Dans les textes concernant l’assassinat de Criqueboeuf, les protagonistes sont souvent appellés uniquement par le surnom de leur terre. Donc GrandMaison pourrait être un Rousseau de Grandmaion. Mais ce n’est éffectivement qu’une possibilité.

    Denais fait référence à la famille noble Rousseau de Villemorge, du Perrin,… dont vous parlez aussi dans votre étude. Cela suffit-il à relier ces Rousseau de Craon et Cosmes à cette famille ?

    Cordialement,
    Luc

      Réponse d’Odile :

    Les Rousseau du Perrin, alliés aux de Chazé, ont été longuement étudiés par une connaissance plus que sérieuse, et aucun lien n’a pu être trouvé.

  7. Bonsoir,

    Dans les archives du Maine et Loire, dans les titres de famille, se trouve :
    « accord entre Jean Hellauld, sieur de la Ménardère, Perrine Hellauld, veuve de Dominique Lenfantin, et Claude Noël, sieur du Chastelet, au sujet du partage de la succession de jacques Hellaud et de Françoise Rousseau ».

    Françoise Rousseau est la fille de Claude Rousseau de la Ménardière, son mariage a lieu à Craon le 13.09.1622

    Une connaissance de cette famille Hellauld permettrait peut-être de situer cette Ménardière, transmise de toute évidence à cette famille.

    Luc

  8. Bonjour,

    Mes recherches généalogiques m’ont amené à m’intéresser à la descendance du couple jacques de Godefroy et dlle anne Alasneau.

    Vous citez 5 enfants nés à Châteaugiron de 1595 à 1602. Peut-être avez-vous plus d’informations sur ce que sont devenus ces enfants ?

    En particulier, je me demande depuis un certain temps si françoise Godefroy née en 1599 ne pourrait pas être dlle françoise Godefroy, dame de laulnay, mariée le 22 juillet 1631 dans la paroisse St-Germain à Rennes avec mtre sébastien Le Pigeon, sr de la viollais.

    Des cinq enfants, je n’ai pu reconstituer que la branche de julien Godefroy, sr de la broce et de la touche qui se marie à Ossé en 1619 avec dlle suzanne Turmier, et où naissent plusieurs enfants. Malheureusement, au vu des parrains et marraines de tous ces enfants, rien n’indique qu’il ait eu des frère ou soeur en âge adulte.

    Si vous avez des informations complémentaires, je serais très intéressé.

    Merci par avance

  9. Bonjour,

    Suite à mon précédent message, et en compulsant plus en détails la richesse des informations que vous mettez à disposition sur votre site web, j’y ai trouvé la liste des prénoms des enfants vivants au décès de leurs grand-parents en 1610, à savoir :

    « Jacques Godefroy est capitaine & gouverneur du chateau de Chateaugiron. En mars 1610, il fait les lots des partages des biens de Julien Allaneau et Marie Rousseau comme « père et tuteur naturel de Julien, Guillemine, Françoise, Marguerite et Michelle les Godefroy », enfants qu’il a eu de défunte Anne Allaneau »

    Cette liste permet de conforter l’idée qu’il pourrait bien s’agir de l’ascendance Godefroy que je recherche depuis des années. En effet, j’avais comme autre information l’existence de deux femmes Godefroy, portant le titre de dame de launay à la date de leur mariage, à savoir :
    – dlle françoise Godefroy, dame de launay mariée à mtre sébastien Le Pigeon, sr de la violaye en 1631 à Rennes
    – dlle michelle Godefroy, dame de launay mariée à mtre pierre Tuffe en 1634 à Louvigné-de-Bais.
    La présence de ces deux prénoms et l’ordre dans lequel ils sont mentionnés est un indice supplémentaire qui rend cette ascendance plausible. Il reste maintenant à l’étayer pour plus de certitude.

    Ajouté à cela la descendance acquise de julien Godefroy, sr de la broce et de la tousche x dlle suzanne Trumier à Ossé, cela donnerait au moins trois enfants de nh jacques Godefroy x dlle anne Alasneau qui ont eux-mêmes une descendance,

    Dernier indice, d’après P. Potier de Courcy dans nobiliaire et armorial de Bretagne, la famille Le Pigeon, sr des grands champs (apparentée aux sieurs de la violais) serait originaire de Soudan(44), à proximité de Pouancé donc, et les origines et l’évolution sociale des familles Le Pigeon et Godefroy/Alasneau au cours du 16è siècle semblent vraiment très similaires.

    Bref, pas de certitude absolue, mais des pistes de recherche prometteuses.

    Cordialement

      Note d’Odile :

    Bonjour
    Je suis fort aise de ce second commentaire, car au vue du premier je n’avais rien à ajouter, tant j’ai fait de travaux sur la famille ALLANEAU, y compris toute l’ascendance d’Anne, que vous me devez.
    D’ailleurs, tous ces travaux relèvent de la propriété intellectuelle, et lorsque vous les utilisez, vous devez me citer.
    Odile

Répondre à Erwan Tulou Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.