Bail à moitié de la Rivière Berault, Saint-Aubin-du-Pavoil 1605

Ce bail est un passage de témoin d’un beau-père, René Chauvin, à son gendre, Mathurin Guitet, mais les bailleurs profitent de ce changement de pour modifier totalement le bail, puisqu’on passe d’un bail à ferme du temps de Chauvin, à 40 livres par an, à un bail à moitié. Par contre les cultures et méthodes restent identiques.
Ce bail est le 128ème sur mon blog dans la catégorie BAUX et je pense qu’elle doit désormais être scindée en sous-catégories, si vous avez des idées, merci de m’en faire part.
Et puisque je suis dans les comptes, ce billet est le 18ème sur Saint-Aubin-du-Pavoil. C’est d’autant plus beau que la commune a disparu, et je suis heureuse de la faire revivre ainsi un peu.

L’acte qui suit est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E8 – Voici la retranscription de l’acte : Le lundi 19 décembre 1605 par devant nous René Serezin notaire royal à Angers feut présent et personnellement establis Pierre de Cheverue escuyer sieur de Chemant

    Chemant est une terre située à Blaison

et damoiselle Michelle de Cheverue sa soeur, demeurant en ceste ville d’une part
et Mathurin Guitet laboureur demeurant en la paroisse Saint Aubin du Pavoil tant en son nom que pour et au nom et soy faisant fort de René Chauvin son beau-père d’autre part
lesquels soubzmis ont recogneu et confessé avoir fait entre eulx le marché de bail et prise à clozeriage qui s’ensuit
c’est à savoir que lesdits de Cheverue ont baillé à tiltre de clozeriage et non autrement audit Guitet esdits noms qui a pris et accepté audit tiltre et non autrement pour le temps et espace de 5 années et 5 cueillettes entières et parfaites qui ont commencé au jour et feste de Toussaint dernière passée et finiront à pareil jour
savoir est le lieu et clozerie de la Rivière Berault

    à cette lecture, me voici stupéfaite. En effet, j’ai des Berault à cette époque à Saint-Aubin-du-Pavoil, et avec la même orthographe, alors qu’en consultant le dictionnaire de Célestin Port, je découvre une orthographe modifiée

« la Rivière Breau », commune de Nyoiseau, du nom d’un ruisseau, né sur la commune, qui traverse celle de Grugé et s’y jette dans l’Araise – 950 mètres.

auquel ledit preneur est présentemnt demeurant, ainsi que le dit lieu se poursuit et comporte et que iceluy preneur en jouissait auparavant comme fermier sans rien en réserver
à la charge dudit preneur esdits noms de tenir et entretenir les maisons granges tets et estables dudit lieu en bonne et suffisante réparation et les y rendre à la fin dudit temps desquelles ledit preneur s’est contenté pour y estre tenu par le moyen des marchés précédents
de payer et acquiter par ledit preneur pour le tout les cens rentes et debvoirs seigneuriaux et féodaulx et en fournir les acquits à la fin dudit temps
de labourer et cultiver gresser et ensepmancer par iceluy preneur les terres dudit lieu de pareille manière et sepmance et quantité de sepmance qu’il a acoustumé d’estre et qu’il est à présent
esquelles sepmances les parties ont recogneu estre fondées par moitié
et quant aux bestiaulx dudit lieu a esté accordé que les parties en fourniront par moitié et pour cest effet ledit preneur esdits noms recepvra le prisage qui sera fait audit Chauvin qu’il a sur ledit lieu à ferme pour en estre l’effoil partagé moitié par moitié
de battre agrener recueillir et amasser chacuns ans par iceluy preneur à ses despens et sans droite de mestive les fruits dudit lieu et en rendre la moitié auxdits bailleurs des bleds et grains
et de faire par chacun an aux endroits nécessaires le nombre de 20 toises de fossé neuf ou réparé
et planter par chacun an 12 egressaulx qu’il antera en bonne matière
baillera ledit preneur chacun an auxdits bailleurs en ceste ville le nombre de 25 livres de beurre net bien empoté à la Toussaint, 6 poulets à la Pentecoste, une fouasse d’un boisseau de froment aux rois et un coing de beurre à Pasques
et rendera ledit preneur la moitié de lanfoir dudit lieu
lanfoir est le lin et le chanvre
taillé et brayé en ceste ville
ne pourra ledit preneur couper ne abatre aucun bois marmanteaux ne fructaulx par pied branche ne autrement fors ceux qui ont acoustumé estre esmondés qu’il couppera et abattra en temps et saison convenable une fois pendant ledit temps
comme aussi ne pourra ledit preneur céder ne transporter le présent bail à aucune personne sans le consentement desdits bailleurs
et ne pourra ledit preneur enlever de dessus ledit lieu à la fin dudit temps aulcun foing paille chaume ne engrais
auquel marché et tout ce que dessus tenir etc garantir etc obligent lesdites parties respectivement mesme ledit preneur esdits noms et en chacun d’iceulx seul et pour le tout sans division renonçant aulx bénéfices de discussion etc foy jugement condemnation
fait et passé audit Angers maison de ladite de Cheverue qui a receue la somme de 40 livres pour la ferme de l’année échue à la Toussaint dernière

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

2 réponses sur “Bail à moitié de la Rivière Berault, Saint-Aubin-du-Pavoil 1605

  1. E.1998.(Carton.)-18 pièces,parchemin;19 pièces,papier.
    1583-1620.- CHEVERUE (de).
    _Contrat de mariage de Louis de Cheverue,sieur de Fontenelles,prévôt de la maréchaussée de France en Anjou,et de Michelle Martin,dame du Chesne,veuve de Michel Pescherard;jugement de maintenue de noblesse pour Louis,Claude et Jacques de Cheverue;- décharge de l’arrière-ban d’Anjou pour Louis de Cheverue,sieur de Chemans,en sa qualité d’homme d’armes de la compagnie du comte de Rochepot;-commission de l’office de lieutenant du prévôt des maréchaux de France à Châteaugontier pour Jacques de Cheverue ( avec signature autographe du roi Henri III );-installation et prestation de serment de Louis de Cheverue,en vertu de la résignation faite en sa faveur par Jacques de Cheverue,son neveu;-testament de Louis de Cheverue;-contrat de mariage de Pierre de Cheverue et de Claude Goderon:- inventaire et vente des meubles dépendant de leur succession,tant dans le château de Chemans que dans leur maison d’Angers;-partage de la succession de Louis de Cheverue,sieur de La Lande,entre Louis et Toussaint de Cheverue,Catherin de Cheverue,chanoine de Saint- Maurice d’Angers,Gilles Martin,René Girault et Antoine Lailler.

  2. E.1999. ( Carton.)-13 pièces,parchemin;37 pièces,papier.
    1622-1679.- CHEVERUE (de)
    -Partage de la seigneurie de l’Etang- de -Gennes,dépendant de la succession de Michelle Martin,veuve en secondes noces de Louis de Cheverue;-prisée de la terre,fief et seigneurie de Danne en la paroisse Saint- Martin-du-Bois,à la requête de Catherin de Cheverue,Jeanne Pichon,veuve de Louis de Cheverue,Antoine Lailler et Gilles Martin;-partage de la succession de Renée Oger,veuve de Louis de Cheverue ,sieur de La Lande;-contrat de mariage de Pierre de Cheverue et de Charlotte Cochelin;- jugement de maintenue de noblesse pour Pierre de Cheverue,sieur de Chemans;-partage des immeubles dépendant de la succession de Pierre de Cheverue et de Claude Godron,entre leurs enfants;- contrat d’admission de Marguerite de Cheverue,au titre de novice dans le prieuré des Loges,dépendant de Fontevrauld;-testament de Charlotte Cochelin;-fondation par ladite dame et Pierre de Cheverue,son mari,de deux messes par semaine en la chapelle de leur manoir de Chemans;-contrat de mariage de Pierre de Cheverue,sieur de Chemans et des Gaudrées,avec Renée Crespin;- de Henri de Cheverue,sieur de La Boutonnière,avec Perrine Esnault;inventaires des titres de noblesse produits par Louis de Cheverue,sieur de La Boutonnière,et Pierre de Cheverue,sieur de Chemans,pour maintenir leur qualité de nobles et d’escuyers;-engagement pris par René d’Escuillé et René Jousselin,sieur du Perray,de remplacer Pierre de Cheverue,malade,pour le service du ban de la noblesse de la Sénéchaussée de Saumur;- contrat de mariage de Pierre de Cheverue,veuf de Renée Crespin,avec Marguerite Constance Jacquelot;- ordonnance de l’évêque d’Angers qui érige en bénéfice ecclésiastique la chapelle du château de Chemans;- prise de possession de ladite chapelle par Pierre Baratte,premier titulaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.