Jean Guillotin, marchand en gros de fer venant des forges, Chailland et Andouillé 1595

Si j’ai bien compris l’acte qui suit, Guillotin est un intermédiaire entre le maître de forges et les marchands ferrons d’Anjou. Son client est cependant important car il prend 60 charettes de fer, enfin je suppose que la chartée est une charette. Le fer de Chailland et Andouillé par du port de Laval au port d’Angers par bateaux, pesés au départ de Laval, pas à l’arrivée, et là je ne comprends plus, car le bateau pourrait (enfin c’est une supposition) avoir perdu du fer !
Bref, je ne suis pas compétente en produits sortant de la forge et j’ai calé devant 3 ou 4 termes, aussi, comme vous êtes tous très compétents, vous pourrez retranscrire vous-même.

    Voir ma page de Normandie
    Voir ma page de la Route du clou
    Voir ma page sur les Forges de l’Orne
Chailland - collection particulière, reproduction interdite
Chailland - collection particulière, reproduction interdite

L’acte qui suit est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E8 – Voici la retranscription de l’acte : Le 12 juillet 1595 avant midy, en la cour royale d’Angers endroit (Goussault notaire Angers) personnellement establis sire Jean Guillotin marchand demeurant en cest ville d’Angers paroisse Sr Pierre d’une part,
et sire Pierre Savary marchand demeurant à la Billonaye de Saumur d’autre part
soubzmettant respectivement etc confessent avoir fait et font entre eulx le marché qui s’ensuit
c’est à savoir que ledit Guillotin a vendu et par ces présentes vend audit Savary qui a achapté le nombre de 60 chartées de fer fait aux forges de Chaillant (Chailland) et Andouillaye (Andouillé) loyal et marchand sorty chacune chartée de six ? moitié agigiene ? et l’autre moitié à socs plats et de quatre carrez à ? en barre sans y avoir de fer bastard chacune pesant 160 poix de forge faisant 1 755 livres poix de marc, revenant à 2 000 petit poix (poids) tel que ledit Guillotin l’a achapté du sieur Pierre Chomet sieur de la Morelière fermier desdites forges,

Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir avec un grossissemnt de 3 pour lecture optimale.

lequel nombre de fer ledit Guillotin demeure tenu livrer audit Savary sur ung des ports de ceste ville le plus commode aux parties dedans le 1er jour d’octobre prochainement venant et sy plustost ledit fer estoit livré audit Guillotin et feust arrivé audit port de ceste ville ledit Savary sera tenu le venir recepvoir luy donnant advis 8 jours devant et sera tenu ledit Savary prendre le fer au poix qui aura esté pesé au port de Laval lors que la livraison luy sera faite audit Laval par ledit Chomet suivant les bordereaux des pesées faites audit Laval sans que il soit besoing le faire repeser en ceste ville seulement ledit Guillotin sera tenu vérifier que les bordereaux contiennent vérité

    je n’ai pas compris en quoi consistait cette vérification, car il faudrait compter et peser tout le bateau

et où ledit Chomet manquerait à la livraison dudit fer suivant le marché d’entre eulx et que ledit Guillotin fut fait tesmoing en ce cas ledit Guillotin a droit aux despens dommages et intérests ains aura ledit Savary les despens dommages et intérests que ledit Guillotin pourrait prétendre contre ledit Chomet
lequel Guillotin pour cest effet a cédé ses droits audit Savary ledit cas advenant et l’a subrogé en ses droits et luy baillera procuration pour faire les poursuites en son nom se besoing est avecq copie dudit marché fait entre iceulx Guillotin et Chomet soubz leur seigns audit Savary
et est ce fait pour en payer et bailler par ledit Savary audit Guillotin la somme de 38 escuz sol chacune chartée dudit fer payable savoir 20 chartées lors de la livraison, 20 autres 3 mois après leur livraison et les 20 autres chartées 3 mois après leur livraison, payable en ceste ville d’Angers maison dudit Guillotin à chacun des 3 termes, lesquels termes ou l’ung d’eux passé, pourra ledit Guillotin tirer l’effect de change sur ledit Savary payable à 3 jours au prix du change à peine de tous despens dommages et intérests

    je n’ai pas très bien compris si il y existait une réglementation spécifique aux retards de paiement des marchandises

et outre en faveur dudit marché ledit Savary a promis bailler et payer audit Guillotin la somme de 40 escuz sol lors de ladite livraison …
fait et passé audit Angers en nostre tabler en présence de Me François Houssaye et Estienne Barbin praticiens demeurant à Angers

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

7 réponses sur “Jean Guillotin, marchand en gros de fer venant des forges, Chailland et Andouillé 1595

  1. Je termine mes recherches, entamées depuis trop longtemps, sur les Forges des Salles situées en Centre Bretagne sur les communes de Ste Brigitte (56) et de Perret (22). L’article sur ce marchand de Chailland est très intéressant. Le dernier fondeur des Salles, qui y a travaillé plus de 50 ans, était originaire de Chailland.

    Mais en fait j’écris, je n’ai pas trouvé d’autre moyen, pour apporter à Odile Halbert des informations sur des forgerons des Salles originaires de La Sauvagère : René VOIL et Louis VOUEL, orthographiés parfois VOILLE ou VOEIL. Les voici :

    Le 10/02/1777 VOIL René affineur originaire de La Sauvagère fils de François et de Françoise LIBERGE épouse BARBIER Yvonne Cécile des forges (des Salles) fille de François de de FRANCO Louise.

    Ils auront 4 enfants :
    o 01/02/1778 Louis Marie – René est affineur chef
    + 17/01/1780 François Jacques agé de 6 mois
    o 06/02/1782 Jeanne Marie Charlotte + le 20/01/1790 – René est maître affineur
    o 16/01/1786 François Marie– René est affineur

    Le 18/08/1778 VOUEL Louis 32 ans de La Sauvagère diocèse du Mans fils de François et de Françoise LEBERGE épouse VAVASSEUR Julienne 26 ans fille de François et de LE BRETON Marie – Témoin VOUEL René frère de l’époux

    Ils auront 2 enfants :
    o 24/02/1783 Jean Baptiste
    o 11/01/1781 Louis Marie – René est affineur

    VAVASSEUR Julienne lingère décède le 4 floréal de l’an 4 témoin son époux VOIEL Louis 48 ans.

    Tous les actes aux forges des Salles à Ste Brigitte (Morbihan)

    A partir de cette date plus trace des deux familles ni à Ste Brigitte ni à Perret (22) la commune voisine. On devrait les retrouver sur un autre site de forge.

    En faisant une recherche je suis tombé sur votre site qui est magnifique et qui a confirmé l’origine de mes forgerons. Je voulais simplement vous remercier pour votre travail et vous apporter ma petite contribution.

    André Le Coroller

      Note d’Odile :
      Un immense merci pour votre contribution ci-dessus.
  2. -Les fondeurs de cloches,artisans prestigieux,étaient itinérants.
    E.1502.(Carton.)-5 pièces,parchemin;35 pièces papier.
    1525-1781.-AUBERT.
    -Acquêt par noble homme Jean Guesdon de Mathurine Aubert,femme de noble homme Thibault Moreau,de tous ses droits dans la succession de messire Aubert,prêtre;-contrat d’acquêt par Pierre Aubert,marchand fondeur et Renée Arondeau,sa femme,de la maison de La Croix-Blanche en Bressigny;-testament de Thomas Aubert,curé de Saint-Pierre d’Angers;-accord entre Jehan Aubert et sa femme Jehanne Moreau d’une part,et Renée Debonnaire,veuve de Joseph Aubert marchand;-licitation entre Guillaume Aubert et ses cohéritiers;-contrat de mariage de Michel Aubert et de Jacquine Volleau;-acquêt par Guillaume Aubert,marchand de draps de soie,d’un logis en la rue Chaperonnière et d’une maison près La Roche-Foulques en Soucelles;-prisée des immeubles dépendant de sa succession;-abandon par Jeanne Aubert de tous ses biens à Perrine Giroust,veuve Jacques Jolly de La Blanchetière,et à Me Pierre-François Joly,à la charge d’être nourrie et entretenue par eux;-vente des meubles de Marie Badiet,veuve de Jacques Aubert;-acquêt par Jean Aubert d’une maison à Montreuil-Belfroy;-par Françoise Brisset,veuve de Claude Aubert,d’un logis en Bressigny;-acte de société pour le commerce de draps de soie entre ladite veuve et Joseph-François Marchand,son neveu;-partage de la succession d’André Aubert,chanoine de Saint-Just de Château-Gontier,-renonciation de Bernard Maisonneuve,capitaine commandant les milices du quartier du Bergue de Saint-Domingue,à tout bénéfice de la communauté contractée par mariage entre Jeanne Maisonneuve,sa soeur,et Jacques Aubert de Chessé,officier des milices.
    (Série E.Titres de famille.AD du Maine et Loire.C.Port.)

    Le 24 12 1679 à Corzé, sépulture devant la porte de l’église,de Jeanne Launay,veuve de défunt Nicolas Aubert,vivant fondeur de cloches (vue 106)AM Corzé.

  3. -L’auberge de « La Croix Blanche »,en face le portail St Aubin,appartenait en 1545,au fondeur Pierre Aubert.
    (Description de la ville d’Angers-Péan de La Tuillerie.)

  4. -A noter que notre Jacques Aubert dit » l’Almanach » ,né le 15 9 1665 à Corzé est fils de Noël Aubert et de Jacquine Duport.Par: Jacques de lIsle:Mar HF Gabrielle Poirier (vue 235)AM de Corzé)
    Il est menuisier ,et arrive à Bourbon,le 5 12 1689,sur le St Jean-Baptiste,employé au service de La Compagnie des Indes,il épouse Anne Launay,le 27 7 1692 à St Paul,(mascarine),fille de Gilles Launay, (natif de la paroisse d’Urville en Normandie ???) avec qui il aura au moins 3 enfants,et devient capitaine du quartier St Paul,et représentant des colons.
    Il assiste comme témoin ,avec son fils Pierre,au mariage de Julien Baret, premier Baret de La Réunion,originaire de Précigné »à six lieues de Corzé ».
    Un Pays !
    (Sources « Histoire de La Réunion »Google.)

  5. -Ces Angevins qui ont contribué à peupler Bourbon.
    -Jacques Aubert le Corzéen,se marie ,le 27 7 1692 à St Paul,avec Anne Launay,fille de Gilles Launay,soldat de la Compagnie des Indes Orientales,et de Anne Caze.
    Anne Caze,malgache,esclave de La Compagnie,rescapée du massacre de Fort-Dauphin,arrive à Bourbon,sur le St Robert ?,en mai 1676(ou le 14 11 1663 sur le St Charles ?,contestation sur les dates et le vaisseau !).
    Elle est une des premières habitantes de l’Ile,,elle épouse Paul Cazan,et en secondes noçes,Gilles Launay,(compagnon d’Etienne Regnault,gouverneur)Gilles Launay est natif d’Urville (Basse Normandie),et père d’Anne Launay,épouse de Jacques Aubert.,dont elle aura au moins trois enfants(Branche Aubert de La Réunion.)

    Autre Angevine l’énigmatique Françoise Chastelain,grand-mère des Réunionais,,née à Pouancé,au château de Dangé.
    Le 11 11 1654 à Pouancé,mariage de Philippe Le Chastelain,escuyer,sieur de Cressy,et Demoiselle Françoise de Launay Prés: VetD Mr Nicolas Le Fort,prestre vicaire en ladite église et de Mr Mathurin Dupont,procureur du Roy au grenier à sel de Pouancé et de Pierre Planté,sieur de La Cormeraye,Témoin.(vue 209) AM de Pouancé.
    Pouancé Le 23 11 1654 Françoise Chastelain,baptisée à la Maison Seigneuriale de Dangé,pour le péril et nécessité,une fille,enfant de Mr de Crécy et Madamoyselle…,le 26 12 1657,la cérémonie du St Sacrement de baptême,ont été donnée pour suppléer audit enfant ?,elle a été nommée Françoise par noble et discret Marin Ferrand ,prestre curé de cette paroisse de St Aubin et Damoyselle Renée de Chazé,épouse du sieur de La Tousche,qui ont été parrain et marraine audites cérémonies.(vue 47)-AM de Pouancé.)
    Françoise Chastelain embarque à Lorient sur le « Dunkerquoise »
    ,le 19 5 1673 (elle a 19 ans) avec 15 autres jeunes filles orphelines,toutes choisies sur l’ordre du Roi par le Directeur de l’Hôpital Général de Paris,pour peupler « Mascareigne »,elle aurait été admise au pensionnat de La Salpétrière à Paris dans la partie réservée aux filles nobles ou bourgeoises ruinées.,et arrive à Bourbon,après maintes péripéties,naufrages ,etc… le 14 1 1674 où 1676 ?,elle échappe également au massacre de Fort-Dauphin(contestation sur les dates !) .
    Françoise se marie quatre fois,et laisse de nombreux descendants.
    Plusieurs thèses sur ses origines,merci à ceux qui ont étudié l’histoire de Bourbon de compléter ou corriger ces notes.
    En quatrièmes noçes elle épouse Auguste Panon dit’Varlope »,né à Toulon,menuisier,charpentier de marine à Nantes,qui arrive au service de La Compagnie des Indes Orientales à Bourbon le 1 12 1689,avec le gouverneur Vauboulon.en même temps que Jacques Aubert.

    La Normandie très présente Philippe Chastelain,père de Françoise,qui ajoute à son patronyme de Crécy,nom de la source de son domaine, est dit natif de Falaise en Normandie.
    (Sources « Histoire de La Réunion. »Google »)

  6. Interrogations ?
    Le 8 5 1650 à Pouancé,mariage de noble Philippe Le Chastelain,escuyer,sieur de Crécy et de demoiselle Françoise Launay,demeurant en cette paroisse.
    Présents: Nicolas Letort,prestre .
    HH Mr Jean Bellanger de Pouancé.
    Mr Jean de La Chaussée demeurant audit Pouancé
    Mathieu Morel,valet de chambre du sieur Le Chastelain.
    (AM Pouancé (vue 201)

    Le 7 mars 1661,sépulture à Pouancé, dans la nef de l’église paroissiale,le corps d’une fille agée de 7 ans,fille de Mr et Mme de Crécy,décédée à la maison seigneuriale de Dangé,baptisée à ladite maison seigneuriale par défunt Me Le Tort,prestre .
    (AM Pouancé (vue 300) née vers 1654 ?

    Le 23 2 1677 à Ste Gemmes d’Andigné,Damoiselle Françoise de Crecy,décéda à la maison Seigneuriale de La Blanchaye,et le corps dycelle receu la sépulture par nous curé .ladite Crecy était fille agée de vingt et un ans.
    (AM Ste Gemmes d’Andigné (vue 101.) née vers 1656 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.