Bail à ferme de la Jocheterie, Le Bourg d’Iré 1613

qui appartient à Guillemine Chassebeuf, et il semble que Pierre Garande prenne le bail comme marchand fermier et non comme exploitant direct.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E8 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le jeudi 31 janvier 1613 avant midy par devant nous René Serezin notaire royal à Angers feurent présents et personnellement establys damoyselle Guillemine Chacebeuf dame de la Mesletaye demeurante Angers paroisse saint Nicolas d’une part
et honorable homme Pierre Garande marchand demeurant au Bourd d’Iré d’autre part
lesquels ont recogneu et confessé avoir fait entre eulx le marché de bail et prinse à ferme qui s’ensuit, c’est à savoir que ladite damoiselle a baillé et baille à tiltre de ferme et non autrement audit Garande ce acceptant pour le temps et espace de 5 ans et 5 cueillettes entières et parfaites qui commenceront au jour et feste de Toussaint prochainement venant et finiront à pareil jour
savoir est tout tel droit part et portion qui à ladite bailleresse compete et appartient peult compéter et appartenir au lieu et closerye de la Jocheterye dite paroise du Bourg d’Iré où de présent demeure Jehan Berault lequel droit ledit preneur a dit bien cognoistre tout ainsi que ledit Berault a accoustumé en jouir sans rien en excepter retenir ne réserver
pour desdites choses en jouir et user par ledit preneur comme un bon père de famille sans rien y démollir de détériorer
ne démollir aulcuns boys marmantault ne fructuaulx par pied branche ne autrement fors les esturnances (pas trouvé, mais cela doit signifier « esmondables ») qui ont accoustumé d’estre couppés et esmondés
tenir et entrenir par ledit preneur les maisons tetz et estables dudit lieu en bonne et suffisante réparation de toutes menues réparations et les y rendre à la fin dudit temps ainsi que ladite bailleresse luy en fera mettre par ledit Berault
payer les cens rentes et debvoirs deubz pour raison desdites choses en en fournir et bailler les aquits à la fin dudit temps
tenir et entretenir les hayes et fossés desdites choses en bon estat et réparation et les y rendre aussy ainsy qu’il les trouvera dont sera fait procès verbal
planter et assoir sur ledit lieu par chacun an 6 esgraissault et les anter en bons fruitiers et iceulx … de manière qu’ils ne soyent endommagés des bestiaux
outre est fait le présent bail pour en payer et bailler par ledit preneur à ladite bailleresse par chacun an en ceste ville en sa maison la somme de 26 livres tz et 2 chapons au jour et feste de Noel le premier payement commençant à Noel prochaine en un an et à continuer etc
et au cas que ladite bailleresse soyt fondée en quelques bestiaulx et semances audit lieu elle les relaissera audit preneur selon prisage et inventaire pour en rendre à la fin dudit temps pareil nombre et valleur qu’ils luy seront baillés et où elle n’y seroit fondée elle ne sera tenue en mettre
ne pourra ledit preneur enlever de dessus ledit lieu aulcuns foins pailles chaulmes ne engres à la fin du présent bail
ne pourra cedder ne transporter le présent bail à aulcune personne sans l’express congé et consentement de ladite bailleresse
auquel bail tenir etc et à garantir respectivement lesdites parties etc renonçant etc foy jugement et condemnation etc
fait Angers maison de ladite bailleresse en présence de noble homme Claude Cormier sieur de Fontelles et noble homme René Fayau sieur de la Meslotaye fils de ladite bailleresse tesmoings

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

Une réponse sur “Bail à ferme de la Jocheterie, Le Bourg d’Iré 1613

  1. Bonsoir,

    ci-dessous quelques extraits d’autres articles de ce blog (il y en a un autre paru trés récement sur lequel j’ai fait un commentaire mais que je ne retrouve pas) qui montrent que ce bail a démarer au moins en 1609, qu’il sera renouvelé à nouveau en 1618, que bien que bailleur en 1618 Pierre Garande est déjà qualifié de sieur de la Jocheterie (était-il également propriétaire d’une autre partie de cette terre ?), et qu’en 1625 et 1635 Pierre Garande est toujours qualifié de sieur de la Jocheterie :

    « Comptes entre les 7 héritiers Robert, Craon Le Bourg-d’Iré, Angers 1635 »

    Le 16 mars 1635 avant midy, par devant nous Guillaume Guillot notaire du roy Angers, furent présent en personne soubzmis et obligés Me Marc Robert sieur du Tertre prêtre demeurant à C… tant en son nom privé que comme curateur des enfants de défunt René Allasneau et Renée Robert sa femme, Pierre Lenfantin sieur de la Bigottière mari de Marguerite Robert demeurant à Craon, Marc Garande sieur de la Jocheterie mari de Anne Robert demeurant au Bourg d’Iré, …

    « Quittance de Marc Garande pour Madeleine Cormier sa mère qui touche un retour de partage, Le Bourg-d’Iré 1625 »

    … Le vendredi 30 octobre 1625 après midy, par devant nous René Serezin notaire royal à Angers fut présent et personnellement estably honorable homme Marc Garande sieur de la Joucherye y demeurant paroisse du Bourg-d’Iré, au nom et comme soy disant et assurant avoir charge de Magdeleine Cormier sa mère …

    « Pierre Garande prend le bail à ferme de la Planche Bellanger, Le Bourg-d’Iré 1618 »

    Le jeudi 22 mars 1618 avant midy, par devant nous René Serezin notaire royal à Angers furent présents et personnellement establys damoiselle Guillemine Chassebeuf dame de la Mellotaye demeurante à Angers paroisse St Martin d’une part
    et honorable homme Pierre Garande sieur de la Jocheterye y demeurant paroisse du Bourg d’Iré d’autre part…
    … et par ces mesmes présentes ladite damoiselle baillereresse a continué audit preneur pour le temps de 5 ans qui commenceront à la Toussaint prochaine le beil à ferme de la Jocheterye passé par nous le 10 janvier 1609 au mesme prix charges clauses que portées par ledit contrat par ladite bailleresse reconnaissant que sur ledit lieu il y a 4 boisseaulx de bled seigle mesure ancienne de Candé tant pour ladite damoiselle que du sieur Michel Jarry,…

    Cordialement,

    Luc

      Note d’Odile :

    Luc,
    Bailleur ne signifie pas propriétaire, car les marchands fermiers étaient des intermédiaires, qui prenaient à bail à ferme des biens du propriétaire, puis les sous-baillaient à un exploitant direct en se faisant alors appeler « bailleur ». Même si vous le saviez déjà, je le répète ici pour que ceci soit bien clair pour tout le monde, et parce que dans mes débuts, j’ai vu une thèse d’histoire, sur une commune dont je ne citerai pas le nom, dans laquelle l’auteur avait confondu bailleur et propriétaire, et concluait que UNTEL possédait les 3/4 de la commune, alors qu’il n’était que marchand fermier bailleur à des exploitants directs. Ce qui signifie que dans le fonds du notaire qu’il avait étudié il n’avait pas pu trouver le bail à ferme du propriétaire à UNTEL car les baux sont le plus souvent signés sur le lieu de résidence du propriétaire dans ce cas.

    Guillemine Chassebeuf était fortunée, et prêtait souvent dans des obligations, ou achetait des biens. Donc, on pourrait avoir pour hypothèse actuelle concernant Pierre Garande de la Jocheterie, que ces GARANDE auraient possédé autrefois la Jocheterie mais l’auraient aliénée à une date inconnue encore, et ce soit à Guillemine Chassebeuf soit à quelque acquéreur lié à cette Chassebeuf.

    Donc, vous avez bien saisi qu’il convient alors de remonter le temps avec les actes qui disent clairement que Pierre Garande de la Jocheterie n’est plus propriétaire mais y demeure.

    Dans le cas de la Jocheterie elle-même, elle avait probrablement 2 maisons à cette époque, comme c’était le cas, entre autres, dans mon livre l’Allée de la Hée des Hiret, où les notables avaient construit au 16ème siècles des maisons manables, mais les revenus de leur terre diminuant ils étaient monté à Angers dans la judicature, et baillaient à ferme l’exploitation. Ici il aurait encore habité la maison manable, et il y avait manifestement une maison de closier à côté. Ceci est un cas de figure qui existe encore de nos jours parfois !

    Je vais vous mettre ci dessous les liens vers vos précédents commentaires :

    Partages en 5 lots des biens de défunte Guillemine Chassebeuf veuve Fayau, Angers 1623
    http://www.odile-halbert.com/wordpress/?p=25037#comment-370789

    Est-ce commentaire qui vous manquait ?
    je vais de mon côté voir dans les nombreux actes non encore publiés concernant cette Guillemine Chassebeuf, si toutefois je n’aurais pas un acquêt de la Jocheterie, et ce avant 1609 si je comprends bien.
    Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.