Les héritiers de feu Jean Pillegault, dit Roumain, vendent la métairie de la Bourière, Saint Aubin du Pavoil 1541

Je descends des PILLEGAULT, que j’ai tant travaillé autrefois que j’en ai conclu qu’il n’a existé qu’une unique famille de ce patronyme, mais hélais, malgré tous mes travaux, il existe encore quelques lacunes.
J’avais depuis longtemps fait le résumé de l’acte qui suit, mais j’ai décidé de reprendre tous mes résumés des temps passés, pour remettre la retranscription totale de chaque acte.
Si vous trouvez plus que moi, merci de ne pas m’oublier et de me faire signe, et je vous en remercie d’avance.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, cote E3602 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 2 juillet 1541, Sachent tous présents et advenir que en notre cour royale d’Angers endroit par davant nous personnellement établis chacun de Pierre Daumoys marchand apothicaire demourant en la paroisse de Saint Pierre dudit Angers et Raoullet Jouannelles mary de Nycolle Pillegault marchand demeurant à Vitré, tant en leurs noms que comme eulx faisant fort de ladite Pillegault, Perrine Pillegault et tous les autres cohéritiers dudit Jouanelles quoi que soit et de sadite femme, héritiers de feu Jehan Pillegault dit Roumain fors et réservé de René Pillegault, soubzmectant eulx et chacun d’eulx leurs hoirs biens et choses présents et advenir quels qu’ils soient ou pourvoir ressort juridiction de ladite cour quant à cest fait confessent de leurs bons grés sans aucun pourforcement avoir vendu quité ceddé délaissé et transporté et encores par la teneur de ces présentes vendent quictent cèddent délaissent et transportent dès maintenant et à présent à tousjoursmais perpétuellement par héritage
à Françoise Marier veuve de feu maistre André Harangot en son vivant licencié es loix demeurant en cette ville d’Angers les quatre cinquiesmes parties d’une moitié par indivis du lieu et mestairie appartenances et dépendances de la Bourière située et assise en la paroisse de Saint du Pavail (sic) que lesdits vendeurs ont déclaré et assuré à ladite veuve estre escheu et advenu audit Jouanelles à cause de sadite femme et leurs cohéritiers héritiers dudit feu Pillegault
aussi ont céddé vendu et délaissé et encores par ces dites présentes vendent comme dessus tous les fruits prins et autres choses soys boys marmentaulx et autres qui pourroient avoir esté prins esdites choses tant du vivant dudit feu Pillegault di Roumain que depuys en quelque sorte et manière que ce soit et puisse estre pour et à la charge d’en faire par ladite veufve achapteresse telle poursuyte qu’elle verra estre à faire par raison desdites choses vendues
ou fie de la Vau Guillaume et tenu d’illecques à 10 sols ou autre somme au dessoubz si tant n’en est deu, et outre à la charge de continuer la moitié d’une messe deue sur et par raison desdites choses et selon qu’il est plus à plein contenu par le contrat de la vendition autreffoys faite du surplus du lieu ou autre portion audit deffunt Harangot et sadite femme,
transportans quictans ceddans et délaissant dès maintenant et à présent à tousjours mais lesdits vendeurs et chacun d’eulx à ladite achapteresse à ses hoirs et ayant cause lesdites choses vendues comme dit est le fons domaine et propriété et seigneurie desdites choses avecques tous et chacuns les droits noms raisons actions pétitions donnant droits d’avoir et de demander que iceulx vendeurs et chacun d’eulx esdits noms que dessus y auroient et pourroient avoir, sans jamais rien en retenir ne réserver pour eulx leurs hoirs et ayans cause d’aucun droit commun ou spécial pour en faire doresnavant par ladite achapteresse ses hoirs et ayans cause contre leur pleine volunté cmme de leur propre et chose à eulx acquise par droit héritaige
et est faite ceste présente vendition pour le prix et somme de 250 livres tournois et 200 deniers sur laquelle ladite veufve achapteresse a payé et baillé contant en présence et à veue de nous auxdits vendeurs la somme de 130 livres tournois et le surplus est et demeure tenue le payer et bailler audit Jouanelles dedans le 1er décembre prochainement venant apportant et baillant par lesdits vendeurs et lesquels néantmoins seront sont et demeurent tenus bailler et délivrer à leurs despens à ladite achapteresse ratiffication vallable dudit Jouanelles et de tous ses cohéritiers et oultre bailler à ladite achapteresse ung covendeur bon vallable et suffisant de ce ressort qui soy constituera vendeur seul et pour le tout desdites choses et s’obligera au garantaige et entretennement de ces présentes et par semblable s’obligeront les cohéritiers dudit Jouanelles audit garantage chacun d’eulx seul et pour le tour o renonciation au bénéfice de division le tout à peine de 50 escuz sol de peine comminse et des intérests de l’année en cas de deffault, ces présentes néantmoins demourans en leur force et vertu
et ont lesdits vendeurs élu leurs domiciles en la maison en laquelle demeure ledit Daumoys en cette ville d’Angers pour recepvoir et ouyr tous adjournements intimations exploits et sommations qu’il seroit besoing à ladite achapteresse faire poursuite contre lesdits vendeurs pour raison de ce que dessus et pour raison de quoy et de garantaige recours et éviction lsedits vendeurs chacun d’eulx seul et pour le tout ont accepté et prorogé juridiction par devant monsieur le seneschal d’Anjou ou son lieutenant audit Angers au ressort et pouvoir duquel lesdites choses vendues sont situées et assises et pareilles acceptations prorogations consentements eslections de domiciles seront et demeureront tenus lesdits vendeurs faire faire auxdits cohéritiers et covendeur qu’ils demeurent tenuz bailler comme dessus sans ce qu’ils ne l’un d’eulx puissent aucunement décliner de ladite juridiction impugner ne débatre les exploits qui seront faits auxdits domiciles et y ont renoncé et renoncent par ces présentes
à laquelle vendition et tout ce que dessus est dit tenir et accomplir sans jamais aller faire ne venir encontre par complainte opposition ne autrement en aucune manière, et lesdites choses vendues comme dit est garantir saulver et deffendre desdits vendeurs et chacun d’eulx de leurs hoirs et ayans cause à icelle achapteresse à ses hoirs et ayans cause de tous troubles et empeschements quelconques toutefois et quantes que mestier sera envers et contre tous et sur ce la garder de tous dommaiges obligent lesdits vendeurs eulx et ung chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de personne biens ne choses leurs hoirs biens et choses présents et advenir quels qu’ils soient et aussi ladite veufve au droit (illisille) soy ses hoirs o tous et chacuns ses biens quels qu’ils soient et ledit lieu à prendre vendre et mettre à exécution parfaite et deue de faire telle vente et du jour aultrement sans plus attendre delladion nulle par droit et par coustume par deffault du payement de ce que dessus elle est tenue payer sans ce qu’elle ses hoirs ne autres à cause ne au moyen d’eulx ne puissent empescher en aucune manière renonczant lesdites parties à toutes choses et par especial lesdites vendeurs au bénéfice de division et de tout ce que dessus est dit tenir et accomplir sans aller faire ne venir encontre en aucune manière en sont tenues lesdites parties respectivement par les foy et serment de leurs corps sur ce baillé de nos mains jugées et condemnées à leur requeste par la foy jugement et condemnation de ladite cour, ce fut fait et passé en la maison de maistre Jehan Goussault liceencié est loix demeurant en la paroisse St Maurille d’Angers en présence de Me Guillaume Saillant et Robert (illisible) aussi licencié est loix, dudit Goussault et maistre Katerin Vernée demeurant audit Angers tesmoins à ce requis et appellés le 2 juillet 1541

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog

6 réponses sur “Les héritiers de feu Jean Pillegault, dit Roumain, vendent la métairie de la Bourière, Saint Aubin du Pavoil 1541

  1. -Au hasard des recherches .
    -Septembre 1681 à Pellouailles,fut ondoyée et reçut le sacrement de baptême Marie,fille de NH Jean Pillegault,sieur de La Trinelaye ? et de Demoiselle Marie Ferrand,de la paroisse de St Denis d’Angers .
    -Par: NH François Pillegault Seigneur de L’Ouvrinière ? greffier en chef du Présidial d’Angers
    -Mar: Demoiselle Renée Chotard,femme de NH Messire Guillé Ferrand,Docteur en la faculté de Médecine d’Angers.
    -AM-Pellouailles ( vue 20).

    -Le 26 2 1682 à Pellouailles,baptême d’ Anthoine Pillegault,fils d’Anthoine Pillegault,sieur de L’Ouvrinière ?et de Françoise Jamet.
    -Par: NH Jean Pillegault.
    -Mar: NF Marie Ferrand.
    -Présent Me et Discret Louis Doublard curé de Foudon.
    -AM- Pellouailles (vue 23)

  2. Bonjour Madame
    Intéressant baptême, que l’on rencontre parfois dans les milieux aisés, en tant que baptême différé, et non dans les 3 jours selon le droit canon de l’époque. Passé ce délai de 3 jours il fallait une autorisation de l’évêché, qui est ici clairement mentionnée, et on peut supposer que cette autorisation était payante.
    Ici la baptisée a déjà 6 semaines et manifestement elle est sans doute née à Angers car rien ne prouve qu’elle soit née à Pellouailles. On peut même supposer que l’on a attendu une fête de famille en forme de réception à Pellouailles où le couple a certainement une propriété.

    Ou est la Besneraie ?

    « Pellouailles 2 septembre 1681 Marie fille de noble homme Jean Pillegau sieur de la Besneraye et de demoiselle Marie Ferrand de la paroisse de st Denis d’Angers fut ondoyée et receu le sacrement de baptesme par monsieur le curé de cette paroisse de Pellouailles suivant la permission de monsieur le grand vicaire de monseigneur d’Angers, née du jour et an cy dessus, et la susdite Marie a receu les cérémonies accoustumées ce jourd’huy 15 octobre susdit an, par moi religieux de st Benoist profès dans l’abbaye de st Maure sur Loire prieur curé de notre dame de Cheffes, ce que j’ai fait par la permission de monsieur Denyau curé de céans, ont été parrain noble homme François Pillegau seigneur de l’Ouvrinière greffier en chef du présidial d’Angers et marraine demoiselle Renée Chotart femme de noble homme messire Guillaume Ferrand docteur en la faculté de médecine d’Angers »

    Odile

  3. -Bonjour Madame.
    -Votre étude « Familles Galisson »-(Divers Maine et Loire.)
    « -Pierre Denyau 1 x G.Denyau 2 x J.Blanchetière. »
    -Le 20 1 1655 HH,Pierre Denyau,sieur de La Besneraye,demeurant au lieu de La Vinjallière à Congrier,vend pour 5.800 l à NH Jean Pilgault,sieur de Louvrinière ,demeurant à Angers,rue St Jacques,la métairie de La Grande et Petite Besneraye à Congrier…

  4. -Le 24 1 1716 à Pellouailles mariage de HG Jean Ribourg,fils de défunt Michel Ribourg,vivant notaire et de défunte Marie Rigault de la paroisse de Villevêque et Damoiselle Marguerite Pilgault,fille de NH Jean Pilgault,vivant sieur de La Besneraye,bourgeois de la ville d’Angers et de Damoiselle Marie Ferrand de la paroisse de Saint Martin dudit Angers.
    Prés: Mathurin Legras,sieur de La Martinière,chirurgien,juré ? royal à Angers,René Legras,sieur de La Martinière,bourgeois,demeurant paroisse St Michel du Tertre Angers, Damoiselle Jeanne Ribourg,veuve de déf Jean Denyau,de cette paroisse,tante dudit époux et les dits sieurs de La Martinière,cousins germains , ladite Damoiselle Ferrant,mère de ladite épouse,Damoiselle Madeleine Pilgault,veuve de NH Robert Martineau,soeur, René Coignard, hoste audit Pellouailles,Pierre Gilbert,garçon, demeurant paroisse de Corzé et autres parents et amis.
    -Pellouailles Les Vignes- AM BMS 1700-1719 (vue 118)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.