Claude Delahaye et Magdeleine Lefaucheux ont leurs biens saisis, Le Lion d’Angers 1673

ce sont mes ascendants et j’ai beaucoup d’actes concernant la famille DELAHAYE que j’ai autrefois longuement travaillée.
J’avais observé leur tendance à donner à leurs enfants des dots très élevées, et je m’étonnais de la manière dont ils pouvaient s’y prendre pour calculer à partir de leurs biens des dots aussi élevées. Il s’avère que les dots devaient manifestement dépasser leurs possibilités, et ici, sur leurs vieux jours, après avoir mariés leurs enfants, ils sont saisis.
Je ne m’en étonne donc pas, compte-tenu de ce qui précède. Je peux donc confirmer que dans cette famille on avait le soin d’alliances socialement très respectables, et que les parents se sacrifiaient pour la réussite de leurs enfants.

    Voir ma page sur Le Lion d’Angers
collection particulière, reproduction interdite
collection particulière, reproduction interdite

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, E3303 fonds Martineau – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 25 mai 1673 avant midy, par devant nous René Raffray

    (dont le fonds original est classé en 5E1 et il faut se souvenir qu’en série E fes fonds de famille ce sont des copies)

notaire royal à Angers furent présents en personne establis et soubmis Me Laurent Buscher aussy notaire de cette cour et Marguerite Delahaye sa femme de luy authorisée par devant nous quant à ce demeurant en cette ville paroisse de st Maurille, lesquels chacun d’eux seul et pour le tout sans division de personnes ny de biens renonçant au bénéfice de division etc ont recogneu et confesse qu’à leur prière et requeste noble homme Me Mathurin Robert sieur de Rousié advocat au siège présidial de cette ville au nom et comme procureur et ayant charge de damoiselle Louise Piolin femme non commune en biens d’avecq noble homme Jehan Bellier sieur de la Roche, sa belle mère, a consenty distraction du lieu et mestairie de la Faverye situé en la paroisse de La Chapelle sur Oudon et du lieu et closerie de la Hesnaye et vignes qui en despendent situé ès paroisses de Juigné Béné et Montreuil Belfroy, baillés en advancement de droits successifs à ladite Marguerite Delahaye par Claude Delahaye et Magdeleine Lefaucheux ses père et mère, et lesquels héritages auroient esté employés dans la saisie réelle faite sur lesdits Delahaye et Lefaucheux sa femme à la requeste de ladite Piolin et dont le bail se poursuit à la diligence de Me Guy Lemanceau commissaire de saisies réelles, au moyen de ce que lesdit Buscher et femme solidairement comme dit est ont promis et assuré que le contrat de constitution de 80 livres de rente hypothécaire consenty à ladite Piolin par lesdits Claude Delahaye et sa femme et autre coobligés le 20 mars 1670 par devant René Buschet et ledit Laurent Buscher comme notaires, à cause de hypothèque et privilège y référés est une des premières créances desdits Delahaye et sa femme, et que ladite Piolin en sera payée tant en principal que arrérages et frais sur les autres biens saisis réellement sur lesdits Delahaye et sa femme, et où ladite damoiselle Piolin ne seroit distraite totalement dudit contrat tant en principal qu’arrérages et frais, en cas d’adjudication par droit ou vente conventionnelle desdits autres biens saisis sur lesdits Delahaye et sa femme, en ce cas ledit Buscher et sa femme ont consenty et consentent par ces présentes que lesdits lieux de la Faverye et de la Fresnaye demeurent affectés et hypothéqués à la debte de ladite damoiselle Piolin en sorte que par ce moyen non moings que de traiter, ains lesdits Buscher et sa femme leurs hoirs ne s’en pourront approprier au préjudice de ladite Piolin, par ce que autrement ledit Robert n’auroit consenty ladite distraction sans préjudice de ses droits aussy sans préjudice des droits dudit Buscher contre ledit Delahaye et sa femme
ce qui a esté stipulé et accepté par lesdits Robert à ce présent et à ce tenir etc dommages etc obligent etc renonçant etc fait et passé audit Angers en nostre tablier présents Me Gervais Gaultier et Pierre Daburon clerc demeurant audit lieu tesmoings

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog

2 réponses sur “Claude Delahaye et Magdeleine Lefaucheux ont leurs biens saisis, Le Lion d’Angers 1673

  1. E.3619.(Carton.)-4 pièces,parchemin;16 pièces,papier.
    1620-1723.PIOLIN.
    -Acquêt par Jean Piolin de champs en la paroisse de Sorges;-quittance donnée par Girard Romain à Jacques Piolin d’une rente par lui due sur la métairie de Bois-Richard en Blaison;-vente de la terre de Boisgirard saisie sur Claude,Catherine et Françoise Piolin;-contrat de mariage de Jean Piolin avec Marguerite de Crespy;-vente par Jean Piolin,receveur du chapitre de Saint-Mainboeuf,à Jacques Cotard,peintre,d’une rente de 33 livres;-inventaire des papiers de Jean Piolin et d’Andrée Pineau,sa femme;-testament de François Piolin,perrayeur,qui donne à Etienne Tesson,ses maillets à fendre l’ardoise,un dalleau,deux ferments et un ciseau.
    (Série E.Titres de famille.AD de Maine et Loire.C.Port.)

  2. E.3814.(Carton.)-6 pièces,parchemin;32 pièces,papier.
    1630-1789.-ROBERT.
    -Contrat de mariage de Jean Robert,sieur de La Hussaudaye,et de Marguerite Boceau;-partage de la succession de Jean Pihut entre Marc Robert,sieur du Tertre,Pierre Lenfantin,Jean Duroger et autres cohéritiers;-mémoire pour Jean Duroger et Perrine Robert contre René Delaunay et Renée Robert,au sujet de la succession de Mathurin Robert;-acquêt par Claude Robert,sieur de Valtigny,de la closerie de L’Artillerie en Cheviré-le-Rouge;-lettres du prieur de Crespy portant demande d’emprunt à Robert,sieur de Rosée;-vente,à la requête d’ Augustin Eveillon,mari de Renée-Simonne Robert,et de Mathurin Bernard,sieur des Liardières ,du mobilier et de la bibliothèque de Philippe Robert,supérieur de la petite communauté de Saint-Sulpice de Paris;-mémoire pour les habitants de La Meignanne afin de faire maintenir le sieur Robert au rôle des tailles et du sel;-mémoire pour Claude-René Robert,sieur des Marchais,contre le seigneur de Gonnord,au sujet des honneurs seigneuriaux dans l’église de Faveraye;-partage de la succession de Madeleine-Charlotte Robert entre Renée-Simonne Robert,veuve Eveillon,et Philippe-Auguste Letourneux de Mauny;-contrat de mariage de Thomas-François de Giberti,comte de Correggio,avec Marguerite-Eléonore Trouillet,veuve de Guillaume-Marie Robert,sieur des Marchais;-compte rendu par ladite dame de la tutelle de sa fille Marie-Renée Robert Des Marchais.
    (Série E.Titres de famille.AD de Maine et Loire.C.Port.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.