Napoléon, la campagne de Russie

Je suis sur ARTE qui redifuse Napoléon, la campagne de Russie
et plus j’ai visionné ce docuimentaire plus je le trouve bien fait pour nous faire comprendre ce que nos ancêtres ont vécu dans cette campagne de Russie, car qui d’entre nous n’y a des ascendants ??
pour ma part, j’avais été à Vincennes autrefois voir les Archives Militaires concernant mes familles et j’avais été plus que très émue, car dans ces registres, écrits en colonnes, l’ultime colonne à droite est réservée à la sortie du régiment, et tout au long du registre que j’avais pu consulter, une seule litanie, répétée inlassablement dans cette colonne, et terrifiante :

resté en arrière à Moscou

J’en profite pour vous indiquer encore une fois, les admirables lettres de Jean Guillot, mon lointain tonton, non pas resté en arrière à Moscou, mais enrôlé ensuite, à 17 ans faute d’hommes plus âgés à enrôler, et mort des suites de ses blessures.

Quand on lit ces lettres on est pénétré de l’amour filial, de l’amour pour la patrie, de la notion de devouement et de sacrifice, et aussi de l’extraordinaire langue française !
Et de tout cela on ne peut qu’être ému(e)

2 réponses sur “Napoléon, la campagne de Russie

  1. Bonjour Odile
    Je vous approuve totalement. Mon émotion fut la même lorsque je découvris la guerre d’Espagne que connu de 1808 à 1812 mon ancêtre conscrit au 1er régiment de pontonniers. Blessé et rapatrié dans l’Yonne, il échappa à la campagne de Russie. C’est en sa mémoire que j’ai publié mon site sur les pontonniers de la République et de l’Empire.

    1. Bonjour René
      Je n’osais pas en parler mais je suis heureuse de rencontrer votre émotion.
      Donc, dans ce beau documentaire d’ARTE on avait les pontonniers lorsque le pont sur la Bérésina céda et que par moins je ne sais plus combien de degrés, ils le réparèrent rapidement.
      J’ai un souvenir personnel plus proche des pontonniers car j’ai connu la guerre à Nantes sud, d’où la démolition du pont de Pirmil et les pontonniers nous construisirent une passerelle qui dura un bon moment, mais uniquement piétons. Je me souviens l’avoir tellement emprunté, qu’elle me rapproche un peu du travail des pontonniers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.