Vente de l’hôtellerie de St Nicolas, Angers, 1577

située faubourg saint-Jacques, par Jean Allain

En cette période de vacances, voici une hôtellerie, avec écuries pour loger vos chevaux.

    Il s’agit d’une vente, et le prix est élevé. Il voisine celui d’une seigneurie, d’autant que nous sommes en 1577. L’inflation, en cours, n’est pas encore terminée, et 50 ans plus tard, le prix aurait été plus élevé.

    Elle a des dépendances, car une hôtellerie doit loger les chevaux, etc…

    Elle figurait déjà sur ma page des hôtelleries, et j’avais alors noté que Péan de la Tuillerie y signalait l’existence d’un jeu de paume. C’était donc manifestement une grosse hôtellerie.

Cet acte notarié est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E7. Voici la retranscription intégrale de l’acte : Le 8 mars 1577 en la cour du roi notre sire Angers et de monseigneur fils de France et frère unicque du roy duc d’Anjou endroit personnellement establis
honorable homme Me Jehan Allain lieutenant général de monsieur le sénéchal de Beaumont au siège de Château-Gontier demeurant audit lieu de Château-Gontier confesse avoir vendu quitté cédé délaissé et transporté, et par ces présentes vend quitte cède délaisse et transporte perpétuellement par héritage
à honneste personne Mathurin Nepveu sieur du Boysaubin et Sébastienne Mahers sa femme, demeurant aux fauxbourgs St Jacques de ceste ville d’Angers à ce présents stipulant et acceptant et lesquels ont acheté et acheptent par ces présentes pour eulx leurs hoirs etc
les maisons cours jardins appartenantes et dépendances situées aux fauxbourgs St Jacques en ceste ville d’Angers où pend pour enseigne l’imaige de St Nicollas en ce compris une petite maison et jardin appellée la Basnyère ? le tout joignant d’ung costé aux étables (souvenez-vous, autrefois étables était le terme pour écuries, et je pense qu’ici ce sont des écuries) grange et jardin dépendant de la maison où pend pour enseigne l’image de St Julien qui est de l’aultre costé de la rue (au passage on apprend grâce à ce bornage que l’hôtellerie de St Julien faisait face à l’hôtellerie de St Nicolas) et aux jardins de la maison de la Potance, d’autre costé la maison et jardin de deffunt Jan Marays d’autre bout à la rue de Chedeville ? tendant du portail à l’abbaye de Sainct Nicolas d’autre bout à la grand’rue dudit faubourg St Jacques
Item, 4 arpends de terre situés auprès de la petite rivière en loyau dedans le Ponceau, 3 desquels arpends sont advenus audit Allain de la succession de ses défunts père et mère et l’aultre ledit Allain acquis de Guillaume de la Perdrix et (blanc) Marionneau sa femme
Item, une pièce de terre labourable situés ès Dousset ? contenant 3 journaux de terre ou environ joignant d’ung costé à une pièce de terre dépendant de la seigneurie de la Lande, d’aultre costé et d’ung bout le boys et fardes des Doussets dépendant de l’abbaye de St Nicolas d’autre bout le chemin tendant de Belle-Beille à la mestairie de Collombière
tout ainsi que lesdites maisons jardins bois arpends de pré et pièce de terre sont demeurés audit Allain en partage des biens de ses défunts père et mère et que ledit Allain a acheté l’aultre arpend de terre dudit de la Perdrix et sa femme sans aucune chose en retenir ni résver
tenues chacunes maisons jardins pièce de terre des fiefs de l’abbaye et cellerye de St Nicolas les Angers et lesdits prés du prieuré l’Esvière les Angers, aux cens et charges anciens et accoustumés, quelles parties ont déclaré ne scavoir et à la charge des acheteurs de payer lesdits cens et debvoirs et toutes autres rentes et charges dues pour raison desdites choses tant denier et seigneurie des fiefs que aultres
et oultre de payer lesdits acheteurs 10 livres de rente à Claude Laran dues pour raison des ladite maison comme rente hypothéquaire franche et quicte d’arréraiges du passé
transportant etc et est faite la présente vendition pour le prix et somme de 7 000 livres sur laquelle somme ledit Nepveu et sa femme de sondit mari par devant nous autorisée quant à l’effet et contenu des présentes, eulx et chacun d’eulx seul et pour le tout sans divition de personne ni de biens ont promis payer audit vendeur la somme de 1 000 livres dedans le jour et feste de Pasques prochainement venant et le reste montant 6 000 livres dedans le jour et feste de Toussaint prochainement venant etc…
fait et passé ès présence de Mathurin Viredoux sr de Champyère et Mathurin Théard tesmoings …

Demain, je vous emmêne pour 3 jours consécutifs, dans des histoires de roues, alors vous pouvez déjà songer à tout ce qui a une roue, histoire de voir si vous devinez les sujets sui viennent.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog et non aller en discuter dans mon dos sur un forum ou autre blog.

2 réponses sur “Vente de l’hôtellerie de St Nicolas, Angers, 1577

  1. Report des commentaires parus sur mon ancien blog :
    Josette, le 17 août : Pour ma part, comme je viens de visiter hier, à la maison forte de Reignac qui proposait une exposition sur les instruments de torture, je suggère la roue qui vit le supplice de DAMIEN ou de RAVAILLAC … Sans oublier, pour changer de registre, la roue de brouette !

    Marie, le 17 août : Outre l’horrible supplice de la roue, où le condamné était attaché sur une croix de St André… Je pense aussi aux roues de chariots, charrettes, brouettes, fabriquées par le charron ?

    Marie-Laure, le 17 août : ou les roues / rouets des moulins à vent, les roues à aubes des moulins à eau ou des bateaux à vapeur .Les rouets des fileuses ont des sortes de roues.On peut parfois être la cinquième roue du carosse; on peut mettre des batons dans les roues …Le paon fait la roue.La roue de charroi est le symbole des Bouddhistes représentant le cycle de la vie/cercle éternel , l’Infini…L’invention de la Roue est le premier pas de l’Humanité vers le Progrès selon certains..

    Marie, le 17 août : Et la roue tourne pour nous tous… bien trop vite à notre gré !

    Marie-Laure, le 17 août : Il y avait – il un programme tv de Guy Lux : « La roue tourne « ? La roue de loterie.

    Josette, le 17 août : La roue de la fortune !
    Que de roues … On sent qu’à travers ce blog qui, quotidiennement, nous donne du grain à moudre nous tissons une toile autour d’Odile …

    Marie-Laure, le 17 août : Je trouve ces échanges vraiment bien sympathique d’autant plus que je suis avide de m’exprimer en Français …l’Anglais m’envahissant de plus en plus après plus de trente ans de séjour en Albion…Marie et Josette ont un bon sens de l’humour…

  2. « La rue de Chief de Ville,1490;-la maison de la rue Chief de Ville,vis- à- vis de laquelle y a une grosse pierre blanchastre »,1502 ( H.D.)
    (PEAN de LA TUILLERIE,Description de la ville d’Angers)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.