René de La Jaille et Madelaine de Montgomery son espouse font le réméré d’une métairie : Saint Martin du Bois 1531

La Jaille est située à Noëllet commune que j’ai beaucoup étudiée pour y avoir des ascendants, entre autres les Jallot. Et sur mes pages de Noëllet, vous avez même des cartes postales, des relevés de BMS etc…

Enfin, la famille de Montgomery a alors une branche en France, ce qu’il convient ici de rappeler, car le nom est anglo-saxon.

La métairie rémérée est située à Saint Martin du Bois, selon l’acte qui suit, mais je n’ai pu l’identifier, car je lis AMBRESSAY et je ne trouve rien de ressemblant 5 siècles plus tard.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E5  – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle)

Le 9 juin 1521 en notre cour royale à Angers endroit par devant nous (Cousturier notaire) personnellement estably noble homme Charles de la Roussière seigneur des Blez procureur de noble et puissant messire René de La Jaille chevalier seigneur dudit lieu et de la Roche Talbot et de dame Magdelayne de Montgomery son espouse autrefois femme de feu noble homme Hachault ? de La Chesnaye en son vivant seigneur dudit lieu ainsi qu’il a fait apparoir par lettre de procuration passées en la cour royale du Bourgnonnel le 2 du présent mois, lesquelles ledit procureur a laissé à l’achapteur et stipulant cy après nommé ; soubzmectant ledit de la Roussière procureur susdit soy audit nom avecques tous et chacuns les biens et choses de sadite procuration meubles et immeubles etc au pouvoir etc confesse que en vertu du pouvoir à luy donné par sadite procuration ledit procureur pour et es noms desdits seigneur et dame constituans et de chacun d’eulx seul et pour le tout, a vendu cédé délaissé et trantporté et encore vend etc à noble homme messire René de la Faucille chevalier seigneur dudit lieu et du Boys Savary en la personne de Me Jehan Menard son procureur présent et stipulant qui a achacté pour ledit (f°2) de la Faucille ses hoirs etc la somme de 72 livres tz de rente annuelle et perpétuelle rémérable et payable par chacun an par ledit de la Jaille et son épouse et chacun d’eulx seul et pour le tout audit de la Faucille audit lieu et maison de la Faucille franche et quite aux despens desdits vendeurs à 4 termes par égualles portions, c’est à savoir aux mesmes jours des mois de septembre, décembre, mars et juing, le premier terme commenczant au 9 septembre prochainement venant ; laquelle rente ledit procureur esdits noms a assise et assignée, assiet etc généralement et espécialement sur tous et chacuns ses biens seigneuries terres et appartenances desdits de la Jaille et son espouse et de chacun d’eulx et sur chacune pièce sans ce que les généralité et spécialité puissent desroget l’une à l’autre, o puissance de prendre et avoir assiette de ladite rente par ledit achacteur toutefois qu’il luy plaira sur lesdits biens et choses desdits vendeurs et de chacun d’eulx, et sur chacune pièce en particulier etc sans ce qu’ils ne autres pour eulx le puissent empescher en aucune manière ; et est faite ceste présente vendition pour le prix et somme de 1 132 livres 18 sols (f°3) payées comptées et nmobrées par ledit Menard procureur et stipulant dudit de la Faucille des deniers d’iceluy de la Faucille audit de la Roussière procureur desdits de la Jaille et sa femme, qui ladite somme de 1 130 livres 18 sols a prinse et rcceue ce jourd’huy en espèces qui s’ensuivent, c’est à savoir en 317 escuz soleil et le reste en monnaie blanche et testons douzaine et dixains, laquelle somme de 1 132 livres 18 sols tz ledit de la Roussière esdits noms a employée de ce jour au racquet et réméré du lieu mestairye et domaine d’Ambressay cedit jour faict par ledit de la Roussière esdits noms sur sire René Boncquier marchand demeurant à Angers par le commandement desdits sieur et dame de la Jaille comme toutes ces choses ledit de la Roussière procureur susdit a recogneues et confessées, cognoist et confesse par ces présentes, tellement que de toute ladite somme de 1 132 livres 18 sols ledit de la Roussière procureur susdits esdits noms s’est tenu et tient à bien payé et content, et en a quicté et quicte ledit achacteur et tous aultres ; o grâce et faculté donnée par ledit Menard procureur dudit de la Faucille etc par ledit procureur d’iceulx de la Jaille et sa femme de rescourcer et amortir ladite rente vendue comme dit est (f°4) dedans d’huy en ung an prochainement venant en baillant ceddant et transportant par ledit de la Jaille et son espouse par chacun d’eulx par contract sur et vallable audit sieur de la Faucille par assiette ou eschange de ladite rente ledit lieu mestairye domaine et appartenance d’Ambressay assis en la paroisse de Saint Martin du Bois ses appartenances et dépendances et quoy faisant ladite rente demeurera amortye et annullée ; et a promis et promet ledit de la Roussière procureur susdit faire ratiffier et avoir agréable le contenu en ces présentes en tous points et articles par lesdits seigneur et dame de la Jaillet et chacun d’eulx et fournir audit achacteur lettres de ratifficaitons vallables en forme deue et autenticque dedans ung moys prochainement venant à peine de 300 escuz d’od de peine commise applicable audit achacteur en cas de deffault ces présentes néanmoins demeurans en leur force et vertu ; aux choses susdites et chacunes d’icelles tenir et accomplir sans jamais faire ne venir encontre en aucune manière, et ladite rente payer sauver et continuer par ledit de la Jaille et son espouse etc et ladite rente et les choses de l’assiette garantir envers et contre tous de tous empeschements quelconques envers et contre tous et sur ce garder ledit (f°4) achacteur de tous dommages obligent ledit de la Roussière procureur susdit soy audit nom avecques tous et chacuns les biens et choses de sadite procuration meubles et immeubles ec et chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de personnes ne de biens etc à prendre vendre etc renonçant etc par especial ledit procureur audit nom pour lesdits de la Jaille et sa femme au bénéfice de division et ladite femme au droit veleyen etc foy jugement condemnation etc présents à ce honnorables homems maistre Jehan Lecamus licencié en loix et noble homme Jehan Delacourt sieur de la Deberye ? tesmoings

Relévé exhaustif du registre paroissial de Notre Dame de Clisson : 1669-1719

… Le dépouillement d’un registre présente en lui-même un attrait analogue à celui du miracle de Lazare. L’acte de naissance de ces morts du XVIIIe siècle, qui n’ont même plus de tombes, les restitue partiellement à la vie…

… La grande histoire peut mépriser les humbles en elle anonymes, comme sont en nous anonymes les millions de globule de notre sang. Mais ni elle, ni la petite histoire, ni même le roman, quelles que soient les précisions et la couleur de son récit, ne peuvent donner ce caractère d’authenticité, ce parfum de fleur desséchée… Hervé BAZIN – Vipère au poing.

J’ai eu ce plaisir, et voyez plutôt en quelle quantité !!!

Après les registres de la paroisse de la Madeleine du Temple près Clisson,  de Saint Gilles près Clisson, et de St Jacques de Clisson, que je vous livrais il y a peu, voici celui de Notre Dame de Clisson, et ce sur les 50 premières années.

Il y a peu je vous livrais le dépouillement exhaustif des plus anciennes années de la paroisse de Saint Jacques de Clisson, années très abimées et lacunaires du fait des Guerres de Vendée.

Aujourd’hui je vous livre le dépouillement exhaustif de la suite, à savoir les années 1669 à 1719, de la paroisse de Notre Dame de Clisson, années très abimées et lacunaires du fait des Guerres de Vendée. Ces années furent celles du Jansénisme dans cette paroisse et vous allez décrouvrir la présence des femmes dans les actes de BMS, et même leur culture, puisqu’elles sont nombreuses à signer.

La paroisse est le centre du bourg, côté ouest, et surtout celle du château.
Je vous avais montré qu’il y avait beaucoup de paroisses à Clisson, et des cimetières très variés à Saint Jacques, Saint Gilles et La Madeleine, sans oublier la Trinité que je ferai plus tard. Mais la paroisse Notre Dame, trop petite et centrale n’avait aucun cimetière, ce qui signifie que ceux qui n’avaient pas les moyens d’être enterrés dans l’église étaient inhumés dans le cimetière de la paroisse toute voisine de Saint Gilles, et ils sont nombreux, d’ailleurs après la Révolution, c’est ce cimetière qui sera retenu, avec celui de la Trinité, par la commune.

Je viens de refaire ma page HTML (page de mon site en mode HTML) qui donne la liste et les liens de tous mes relevés gratuits, et j’ai été émue de revoir tant d’années après l’immensité de mon travail gratuit et bénévole, totalement libre d’accès sur mon site sans aucune adhésion, contrairement aux associations qui vendent et demandent une adhésion payante.

J’ai par contre, à cette occasion, fait le tour d’Internet, à la recherche des relevés gratuits, et j’ai été tristement stupéfaite de constater que la gratuité n’est pas de mise !!! et pourtant, rien de plus simple sur Internet !!!

Voir mes relevés gratuits, qui concernent l’Orne, la Mayenne, La Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire, et même les Côtes d’Armor.

ET VOICI MES RELEVES EXHAUSTIFS DE CLISSON

Clisson Mariages 1668-1749    

 Clisson Mariages 1750-1789

Clisson La Madeleine du Temple BMS 1668-1710

Clisson Saint Gilles BMS 1669-1728

Clisson la Trinité BMS 1668-1669

Clisson Notre Dame BMS 1669-1687  

Clisson Notre Dame BMS 1688-1719

Clisson Saint Jacques 1668-1717

Actes disponibles aux ARCHIVES NATIONALES concernant Odet et Claude de Bretagne

Voici les références de documents disponibles aux ARCHIVES NATIONALES

Parmi ces documents, dont je ne peux acheter la photo numérique, car je ne suis pas Crésus, certains me font envie, ceux qui concernent Clisson. Si vous vous sentez une âme (ou une carte bancaire) pour aider Clisson, merci d’avance, et de mon côté je m’engage à les retranscrire à partir de vues numériques, c’est tout ce que je peux faire, mais je le fais bien et volontiers.

Vous constaterez que chez les notaires de Paris, on a bien le même nom DE BRETAGNE pour cette branche, certes descendante d’un bâtard, mais qui s’est fait respecter sous ce nom.

Minutes de Catherin FARDEAU (MC/ET/XXXIII/34 – MC/ET/XXXIII/43)

Minutes. 1556, 8 avril – 1557, 17 avril (MC/ET/XXXIII/41)

Cotes : MC/ET/XXXIII/4112 juin 1556

Obligation de 2.300 livres par Odet de Bretagne, comte de Vertus, premier baron de Bretagne, seigneur d’Avaugour et de Clisson envers René Le Tonnelier, marchand, drapier, bourgeois de Paris.

 

Minutes de Raoul BONTEMPS (MC/ET/XXIII/34 – MC/ET/XXIII/223)

Minutes. 1609, 13 janvier – juillet (MC/ET/XXIII/118)

Cotes : MC/ET/XXIII/11810 juin 1609

  • Transport par Pierre FEYDEAU, avocat en Parlement et Catherine LANGLOIS, sa femme, à Claude de BRETAGNE, comte de VERTUS, Seigneur d’AVANGOIN, héritier de Charles de BRETAGNE, son père, d’une rente qui leur fut constituée par feu Odet de BRETAGNE, aussi comte de VERTUS

 

Minutes de Simon FOURNIER (MC/ET/III/447 – MC/ET/III/541)

Minutes. 1610, juillet – 1610, décembre (MC/ET/III/489) Cotes : MC/ET/III/48918 août 1610

BRETAGNE (Claude de) comte de Vertus conseiller du roi en ses Conseils gouverneur de Rennes lieutenant aux évêchés de Rennes Dol, Vannes, Saint-Malo demeurant à Clisson en Bretagne § Constitution par Claude de BRETAGNE et Guillaume FOUCQUET de la Varenne chevalier conseiller au Conseil d’état gouverneur d’Angers à Maximilien de BETHUNE duc de Sully Pair de France de 6000 l. de rentes moyennant 30 000 lts

 

Minutes et répertoires du notaire Jean DUPUYS, 24 septembre 1616 – 3 septembre 1648 (étude XXXIV)

Cote : MC/ET/XXXIV/99 CHAMPTOCÉ (aumônerie de) diocèse d’Angers § Procuration par Louis de LONGBUISSON prêtre, doyen de l’Egl. Collégiale N.D du Clisson diocèse de Nantes et Aumônier de CHAMPTOCÉ demeurant à Clisson pour résigner sad. aumônerie (28 juin 1647)

Cote : MC/ET/XXXIV/111 Voir le détail

Obligation par Pierre Perrin, écuyer, sieur de la Courbe Jolliot près Clisson en Bretagne, à René Albert maître tailleur d’habits de la somme de VI/XX/ L., savoirs 90 L. pour vente d’un habit (description) et 30 L. pour dépense de bouche faite depui …(2 juin 1618)

Cote : MC/ET/XXXIV/99 Voir le détail

CLISSON (église collégiale Notre-Dame de) chapelle simple d’Angleterre § Procuration par Antoine de MAHÉ prêtre du diocèse de Nantes, prieur commendataire de Saint-Blaize, ordre de Saint-Benoît, diocèse de Tours, chapelain de la Chapelle simple d’An …(28 juin 1647)

 

Minutes de Jean II CHAPELLAIN (MC/ET/XXIV/328 – MC/ET/XXIV/368)

Minutes. 1630, mai – août (MC/ET/XXIV/329)

Cotes : MC/ET/XXIV/329, fol. IIII/XX/II20 juillet 1630

BRETAGNE (Claude de) Baron d’AVANGOUR, comte des VERTUS et de GOELLE, premier baron de BRETAGNE, gouverneur de la ville de Rennes, lieutenant pour le Roi en la Haute Bretagne, conseiller de S.M. en ses conseils d’Etat et Privé § Quittance de Charles LE PREVOST, seigneur d’OYSONVILLE, à Daniel COCQUART, procureur en Parlement, fondé de la procuration de Claude de BRETAGNE datée du 16 juillet 1630, qui était à Paris, enseigne du Boisseau, rue Coquillière (pièce jointe).

 

Minutes de Charles François de SAINT-VAAST (MC/ET/LXXIII/344 – MC/ET/LXXIII/474)

Minutes. 1639, avril – 1639, juin (MC/ET/LXXIII/353)

Cotes : MC/ET/LXXIII/353, fol. III/C/XIII26 mai 1639

DULAC (Christophe) conseiller du Roi, trésorier de France en Poitou, demeurant rue du Colombier paroisse Saint-Sulpice § Transport par Christophe DULAC de son droit au bail de la maison où il demeure, à Catherine de LA VARENNE, veuve de Claude de BRETAGNE, comte de VERTUS, moyennant 800 livres de loyer annuel.

 

Minutes de Nicolas BAULDRY (MC/ET/XIX/425 – MC/ET/XIX/457)

Minutes. 1646, janvier – juin (MC/ET/XIX/433) Cotes : MC/ET/XIX/43324 février 1646

CLISSON (paroisse de la Trinité de) en Bretagne § Procuration pour vendre une maison à paroisse de la Trinité de CLISSON

 

Minutes de Claude I ROYER (MC/ET/I/168 – MC/ET/I/236)

Minutes. 1694, juillet – 1694, décembre (MC/ET/I/200)

Cotes : MC/ET/I/2009 août 1694

Contrat de mariage entre Gonsalve Joseph Carvalho Pattalin, intendant des bâtiments et maisons royales du Portugal, et Marie Claire Geneviève Bretagne de Vertus, fille de Claude de Bretagne, rue des Prouvaires.

 

Minutes de Claude II ROYER (MC/ET/I/236 – MC/ET/I/239)

Minutes. 1709, janvier – juin (MC/ET/I/236) Cotes : MC/ET/I/23631 mai 1709

Procuration générale par Armand François de Bretagne, comte de Vertus, demeurant en son hôtel particulier, rue Saint-Dominique, quartier Saint-Germain-des-Prés, paroisse Saint-Sulpice, héritier par bénéfice d’inventaire en partie d’Anne Faure, son aïeule maternelle, veuve de Thomas Le Lièvre, conseiller du roi en son conseil, maître des requêtes ordinaires et président du Grand Conseil, héritier par représentation d’Anne Judith Le Lièvre, sa mère, épouse séparée de biens de Claude de Bretagne, son père, baron d’Avaugour, à Agathe de Bretagne d’Avaugour, sa sœur, fille majeure, pour gérer et administrer ladite succession.

Gilles de Beauveau, évêque de Nantes, ajoute un prénom à un enfant déjà baptisé : Clisson 1713

En fait, il ajoute même un prénom à 2 petites filles que voici :


Clisson Notre Dame le 2 août 1713 « monseigneur de Nantes Gilles de Beauveau donnant la confirmation aux enfants de cette paroisse et autres dans l’église de la Trinité de celieu a augmenté le nom de Marie à Marguerite Aubin fille de h. h. François Aubin vitrier et ciergier et de defunte Marie Coiffard, et a adjouté le nom de Cécile à Marguerite Crossouard fille de deffunt h. h. Crossouard et Renée Pilon »

J’ai pourtant beaucoup lu d’actes de baptême anciens, mais je n’avais encore jamais rencontré une telle mention !
Donc il s’agit de Marguerite Marie Aubin et Marguerite Cécile Crossouard, à moins qu’il faille lire les 2 prénoms en sens inverse et dire Marie Marguerite Aubin et Cécile Marguerite Crossouard.

Dernière minute :
Le prénom Cécile est bien mis avant Marguerite qui était le précédent prénom, car je trouve le 28 octobre 1713 « Pierre fils de Me René Gouraud général d’armes et h. femme Magdelaine Crossouard parrain h. h. Pierre Louvel, marraine h. fille Cécile Marguerite Crossouard tante »
Ce sont donc des enfants en âge de confirmation auxquels on a ajouté un prénom, et non des nouveaux nés.

Les moulins des Gobelets en 1835 (suite) : Nantes Saint Jacques

Hier, je vous parlais des 6 moulins des Gobelets.
Avant de vous montrer les pierres d’un des moulins, telles qu’on les voit de nos jours encore, je vais vous parler d’une curiosité dans les archives de la ville de Nantes.

Dans l’histoire du cadastre, en général, tout le monde s’accorde que le premier cadastre serait le « cadastre dit Napoléonien », qu’il existe pour toute la France, et fut réalisé sur beaucoup d’années, mais généralement terminé vers 1834. Vous comprenez aisément que ce ne fut pas une mince affaire et qu’il a fallu des années !

Lorsqu’on fait des recherches dans les archives de nos jours, ce cadastre dit Napoléonien est numérisé sur tous les sites d’archives départementales, et c’est une merveille archivistique.

Mais les grandes villes, au rang desquelles je mettrai Nantes si vous le voulez bien, ont les moyens d’avoir des archives et un site.
Je suis une fidèle de ce site des Archives Municipales de la ville de Nantes, et ce dans beaucoup de leurs rubriques, très riches d’informations.
Parmi les rubriques, les Archives municipales de Nantes offrent aussi CARTES ET PLANS que j’utilise.
et voici l’accueil de cette rubrique !

Vous voyez bien la ligne CADASTRE DIT NAPOLEONIEN 1830-1835
Et depuis des années, j’utilisais cette source d’informations.
Et voici de qu’elle donne pour les moulins des Gobelets :

sans me douter que le cadastre dit Napoléonien qui est sur le site des Archives Départementales n’était pas le même, et pour mémoire voici ce que je vous ai mis hier en ligne et qui est le cadastre dit Napoléonien des Archives Départementales :

Ces 2 cadastres diffèrent mais portent le même nom et même année !!!! Je viens seulement de m’en apercevoir ces jours-ci, stupéfaite !!!
Même le type de représentation diffère… Alors, l’un est-il un brouillon de l’autre ??? que s’est-il passé ?
Car sur le plan des AM on voit un moulin de moins.
Ce plan serait-il un peu plus tardif ?
Et ce moulin manquant aurait été détruit vers 1835, ce qui semble plus que crédible et probable. Car le 19ème siècle a vu leur disparition.
En tous cas, nous sommes riches à Nantes, car nous avons beaucoup d’informations, beaucoup d’archives, mais aussi beaucoup de confusion dans tout cela, car je n’ai toujours pas compris pourquoi 2 sources portent le même nom et sont différentes.

A demain, pour vous montrer les pierres de l’un des moulins, car autrefois quand on démolissait on récupérait… Maintenent on jette tout !!!

Relévé exhaustif du registre paroissial de Saint Jacques de Clisson : 1718-1745

… Le dépouillement d’un registre présente en lui-même un attrait analogue à celui du miracle de Lazare. L’acte de naissance de ces morts du XVIIIe siècle, qui n’ont même plus de tombes, les restitue partiellement à la vie…

… La grande histoire peut mépriser les humbles en elle anonymes, comme sont en nous anonymes les millions de globule de notre sang. Mais ni elle, ni la petite histoire, ni même le roman, quelles que soient les précisions et la couleur de son récit, ne peuvent donner ce caractère d’authenticité, ce parfum de fleur desséchée… Hervé BAZIN – Vipère au poing.

J’ai eu ce plaisir, et voyez plutôt en quelle quantité !!!

Après le registre de la paroisse de la Madeleine du Temple près Clisson, et celui de Saint Gilles près Clisson que je vous livrais il y a peu,

La semaine dernière je vous livrais le dépouillement exhaustif des plus anciennes années de la paroisse de Saint Jacques de Clisson, années très abimées et lacunaires du fait des Guerres de Vendée.

Aujourd’hui je vous livre le dépouillement exhaustif de la suite, à savoir les années 1718 à 1745, de la paroisse de Saint Jacques de Clisson, années très abimées et lacunaires du fait des Guerres de Vendée. Ces années furent celles du Jansénisme dans cette paroisse et vous allez décrouvrir la présence des femmes dans les actes de BMS, et même leur culture, puisqu’elles sont nombreuses à signer. La paroisse est certes peu peuplée, mais elle contient tout de même des choses remarquables, qui méritent d’être soulignées, outre le Jansénisme :
1 – les prisons royales, et ces prisons voient toute la région puisque Clisson est la zone frontière
2 – tous les employés de la garde des traites et gabelles, ainsi que leurs familles. Et cette population vient bien entendu de loin, avec des patronymes très peu locaux. On évitait ainsi que les gardes soient trop proches des locaux (si vous voyez ce que je veux dire)
3 – un hopital
4 – 2 cimetières, car l’hopital avait aussi un cimetière

Il y avait beaucoup de paroisses à Clisson, celle de Saint Jacques n’était pas si petite que d’aucun veut bien le dire, car elle s’étendait au Nord Est de la ville jusqu’à Gorges et comprenait même les moulins de Nidoye à l’Ouest de la Sèvre, et les meuniers utilisaient alors la chaussée des moulins, car le pont est bien plus tardif.

Je viens de refaire ma page HTML (page de mon site en mode HTML) qui donne la liste et les liens de tous mes relevés gratuits, et j’ai été émue de revoir tant d’années après l’immensité de mon travail gratuit et bénévole, totalement libre d’accès sur mon site sans aucune adhésion, contrairement aux associations qui vendent et demandent une adhésion payante.

J’ai par contre, à cette occasion, fait le tour d’Internet, à la recherche des relevés gratuits, et j’ai été tristement stupéfaite de constater que la gratuité n’est pas de mise !!! et pourtant, rien de plus simple sur Internet !!!

Voir mes relevés gratuits, qui concernent l’Orne, la Mayenne, La Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire, et même les Côtes d’Armor.