Cimetière sans accès, Nantes saint Jacques 2011

Âgée de plus de 70 ans, il est de bon ton à cet âge qui avance, et même socialement correct, de ne pas se plaindre !

C’est donc courageusement, et sans se plaindre, que nous atteignons le cimetière saint Jacques en 2011 !
Tout, en se souvenant du bon vieux temps où les transports en commun s’arrêtaient devant l’entrée du cimetière, et même les jours de visites des cimetières à la Toussaint, oh miracle, ils étaient encore plus nombreux !

Les temps sont révolus, plus aucun transport en commun !

Certes on peut toujours atteindre Pirmil par le tram, et remonter courageusement à pieds, voire par le busway au Clos-Toreau et tenter de trouver un passage. Je dis bien « tenter » car des travaux interminables changent de jour à autre les chemins douteux, et peu recommandables.

Certes, on peut regarder auparavant le plan d’accès sur Internet, encore faudrait-il qu’il existe et soit mis à jour, et même que le plan de Nantes veuille bien donner une idée claire et nette de ce que sera le cheminement piéton futur à défaut d’actuel.
J’ai tout essayé, en vain.

Mais enfin, me direz-vous, la voiture !
Certes on peut en conduire une, encore faut-il la garer !
Et à Nantes, on ne connaît que les confétis, vous savez ces toutes petites choses, si petites et si charmantes, qu’on a conçu les parkings à leur dimension.
Non seulement des parkings de Nantes sont grands comme des confétis, pleins avant 7 h 30 du matin, mais on en a fait uniquement le long des transports en commun, enfin quelques uns. Les malins squattent même les parkings privés tout au long de ces lignes, et représentent un véritable fléau.

Et pour les cimetières, aucun stationnement, enfin à Saint-Jacques.

Dois-je en conclure que les cimetières étant de moins en fréquentés, Nantes ne juge plus nécessaire qu’on s’y rende ?

Je viens d’apprendre terrifiée que l’entrée de ce cimetière qui aurait été alignée sur la ligne du Busway, à l’opposée de l’ancienne entrée actuelle, est abandonnée, et qu’il faut donc entièrement le contourner soit par la rue Bonne Garde soit par le Super U en travaux !

Monsieur Jean-Marc Ayrault n’a sans doute pas coutume de fleurir une tombe, ou plusieurs, alors l’accès à un cimetière est le cadet de ses soucis.
Pourtant, sans parler de remettre des lignes passant devant les cimetières, au moins pourrait-on mettre des navettes électriques légères en relais à Pirmil, comme le font d’autres villes, mais cela c’est en effet une solution dans d’autres villes, pas à Nantes. Ces petites navettes électriques pourraient être utiles dans d’autres occasions au fil de l’année !

Hier, en fleurissant maman, je me suis demandée comment je pourrai encore atteindre sa tombe bientôt, et horreur, une seule solution le taxi aller et le taxi retour !
Mais, combien de Nantais pour se payer le cimetière en taxi !
Est-celà une ville sociale ?

Merci Monsieur Ayrault !

Le présent billet est rangé dans une catégorie VIE MODERNE MON OPINION qui a une sous catégorie MERCI MONSIEUR AYRAULT