Contre-lettre de Jacques Briant sieur de Cohignac mettant Jean Legouz hors d’obligation, Carbay 1609

Aujourd’hui JEUDI ABSOLU.
Ainsi s’exprimaient nos ancêtres pour désigner le Jeudi Saint. Je rencontre souvent ce terme, et hier je l’ai encore tappé, alors que je retranscrivais les titres Lemaczon en 1601, qui vont venir.
Mais pourquoi donc ABSOLU ?

Jeudy absolu, Le Jeudy saint, qui est le jour où l’on fait l’Absoute.
Absoute. s. f. v. Absolution publique & solemnelle, qui se donne en general au peuple, & dont la ceremonie se fait le Jeudy saint au matin, ou le Mercredy saint au soir dans les Cathedrales. L’Evesque a fait la ceremonie de l’Absoute. On fait aussi l’Absoute dans les Paroisses aux grandes Messes le jour de Pasques. (Dictionnaire de l’Académie française, 1st Edition, 1694)

Revenons à nos minutes notariales, voici celle du jour, qui concerne la famille Briant. Cette famille m’intéresse beaucoup, car en est issu celui qui va assassiner Charles Hyrel, dont l’étude se trouve dans mon ouvrage l’Allée de la Hée des Hiret, gentilshommes mi-Bretons, mi-Angevins, 1500-1650

J’ai trouvé l’acte qui suit est aux Archives du Maine-et-Loire, série 5E121 – Voici ma retranscription : Le 21 novembre 1609 devant nous Jullien Deille notaire royal Angers a esté présent personnellement estably et deuement soubzmis Jacques Briant escuyer sieur de la Cohignac (Blain, 44) demeurant en la paroisse de Carbay
lequel confesse que combien que ce jourd’huy avant ce présentement Jehan Legouz escuyer sieur de la Salle y demeurant paroisse dudit Carbay se soit obligé solidairement avec luy de rendre et payer à noble homme François Lemé sieur de Belair la somme de 300 livres à cause de prest qu’il leur auroit fait néanlmoings la vérité est que ce que ledit Legouz en a faiet et à eté à la prière et requeste dudit estably lequel auroit prins et receu entre ses mains ladite somme pour emplouer au paiement de ses habits et à la poursuite des procès qu’il a tant en ceste ville que à Rennes de ce qui luy est deu par les héritiers de feu Nicolas Briant vivant escuyer son oncle et par René Dubouchet escuyer débiteur de Guillaume Plumele sieur d’Accour ? son obligé et autres affaires dudit estably
sans que de ladite somme de 300 livres il en soit demeuré ne tourné aucune chose au profit dudit Legouz et à ces causes ledit estably promet et demeure tenu acquiter ledit Legouz vers ledit Lemée de ladite somme et de toutes poursuites qu’il pouroit faire en exécution de ladite obligation qu’il a d’icelle somme et luy en fournir quittance dudit Lemée touttedois et quantes à peine etc ces présentes néanlmoings demeurant en leur force et vertu
ce qui a esté stipulé et accepté par ledit Legouz, à quoi tenir faire et oblige renoncant foy jugement condemnation etc
fait et passé audit Angers maison de nous notaire présents Me François Prevost advocat et René Boyleau praticien

Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire, cliquez pour agrandir.
Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

5 réponses sur “Contre-lettre de Jacques Briant sieur de Cohignac mettant Jean Legouz hors d’obligation, Carbay 1609

  1. Je viens de consulter aussi mes sources imprimées (l’encyclopédie de mes parents, et la mienne), qui ne font plus mention du terme ABSOLU en 1983 :

    le jeudi absolu : le jeudi saint (v s) (Dictionnaire Encyclopédique Quillet, 1934)

    vs pour vieux style

    Le jeudi saint a été marqué dans le passé par trois célébrations particulières : la réconciliation des pénitents, qui se célèbre actuellement un autre jour, la consécration par l’évêque des huiles saintes, et la célébration de l’eucharistie, en mémoire de la Cène du Seigneur. (Grand Dictionnaire Encyclopédique Larousse, 1983)

  2. Vous avez certainement raison, en effet je viens de voir dans le Grand Larouse encyclopédique en 10 volumes, édition 1962 dans le tome 6: Jeudi Saint: jeudi de la semaine sainte. On l’a appelé aussi Jeudi absolu ou Jeudi de l’Absoute

      Note d’Odile :
      Merci.
      Donc, à en croire tous ces dictionnaires, ce serait dans les années 1950 que le jeudi saint aurait définitivement remplacé le jeudi absolu, sans doute parce qu’on a remis les absolutions à un autre jour.
      Odile
  3. En GB , ce jeudi est : Maundy Thursday , le jeudi avant Good Friday : Vendredi Saint , la tradition religieuse veut que le Souverain lave les pieds des pauvres , remplacé de nos jours par le don de pièces de monnaie neuves en argent , dans une petite bourse , offerte par la Reine à des personnes choisies pour leur role actif dans diverses organisations charitables.La Reine l’a fait aujourd’hui dans la cathédrale de Derby , en dépit de ses ‘ 85 ‘ans, ( environ , son anniversaire est le 21 Avril …).
    Le mot ‘ Maundy ‘ vient de l’Ancien Français : ‘ mandé ‘ , venant de commandé ( selon l ‘Evangile de St Jean 13:34.)

  4. Je viens de regarder le Dictionnaire du Monde Rural, de Marcel Lachiver, 1997, et il le donne bien :

    Jeudi saint, ou jeudi absolu, ou jeudi de l’absoute, le jeudi de la semaine sainte

    Ce dictionnaire est une vrai merveille ! il sait tout du monde passé !

  5. Le Dictionnaire du monde rurale est en effet un ouvrage extraordinaire et il est bien rare de le mettre en défaut sur les mots du passé…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.