Jean Guesdon et Jean Samson engagent une métairie à Bescon, 1527

et ils ont tout intérêt à en faire le réméré dans les 2 ans car la somme est relativement modique.
Je vois tellement de biens engagés à cette période que je suppose que c’était au début du 16ème siècle la forme la plus répandue pour obtenir une somme liquide importante immédiatement.

J’aime beaucoup cet acte, car je descends d’une Gallisson épouse Gault, une génération plus tard, dont je cherche les origines, et ici, il serait tout à fait plausible que j’ai une piste, et qui plus est l’épouse de Jean Gallisson est née de Blavou, nom que j’ai ici étudié en long et en large.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E5 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 20 mars 1527 (avant Pâques, donc le 20 mars 1528 n.s.) en notre cour royale à Angers endroit personnellement establiz chacun de noble homme Jehan Guesdon seigneur d’Armaillé paroisse de Bescon et honorable homme et saige maistre Jehan Samson lesné licencié ès loix paroisse de Saint Jacques lez ceste ville d’Angers soubzmectans confessent de leurs bons grés avoir vendu et octroyé en encores vendent etc chacun seul et pour le tout sans division de personnes ne de biens
à honorable homme et saige maistre Jehan Galiczon bachelier ès loix sieur d’Azé et à damoiselle Jehanne de Blavou son espouse qui ont achacté pour eulx leurs hoirs etc
la moitié par indivis du lieu métairye et appartenances de Lactaye sise en ladite paroisse de Bescon compousé d’une maison couverte d’ardoise avecques les tetz et loges estant en ladite métairye, de 8 hommées de jardrins de 8 à 9 septercées de terre labourable, 10 hommées de pré ou environ, avecques les grans boys marmentaulx frouz et frouages selon que ledit lieu a esté tenu et exploité par cy davant par les prédecesseurs seigneurs dudit lieu
ou fié et seigneurie du seigneur de Bescon et tenu tout ledit lieu vers ledit seigneur à 14 sols tz et 5 petits boisseaux d’avenaige par chacun an au terme de l’Angevine pour tous debvoirs et charges
transportant etc et est faite ceste présentes vendition pour le prix et somme de 100 livres tz payés contens auxdits vendeurs et chacun d’eulx en présence et à veue de nous en 24 escuz d’or au merc du solleil bons et de poids et le reste en monnaye blanche dont etc de laquelle somme lesdits vendeurs et chacun d’eulx ont quicté et quictent ledit achacteur ses hoirs etc
à la prière requeste et supplication desdits vendeurs et chacun d’eulx iceluy achacteur a donné et donne par ces présentes faculté de rescourcer et rémérer lesdites choses vendues d’huy en 2 ans prochainement venant rendant et payant par lesdits vendeurs audit achacteur ladite somme de 100 livres tz ès espèces dessus dites avecques les loyaux cousts et mises
et ont promis lesdits vendeurs eulx et chacun d’eulx sans division de partie ne de biens faire valoir lesdites choses vendues audit achacteur par chacun an de revenu annuel le nombe de 5 septiers de seigle mesure des Ponts de Sée toutes charges desduites et en deffault de ce ont consenty que ledit achacteur puisse faire assiette du reste comme sur lesdites choses vendues sur tous et chacuns leurs biens et de proche en proche selon la coustume du pays etc
à laquelle vendition et tout ce que dessus est dit tenir etc et lesdites choses vendues garantir etc lesdits vendeurs et chacun d’eulx seul etc renonçant etc foy jugement et condemnation
présents à ce honorable homme et saige maistre Franczois de Fondettes Pierre de Blavou licenciés ès loix et Jehan Jousseaume tesmoings

Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

Une réponse sur “Jean Guesdon et Jean Samson engagent une métairie à Bescon, 1527

  1. Bonjour,

    Dans cette phrase , il y a un mot dont je ne sais pas la signification

    « le reméré »
    « ils ont tout intérêt à en faire le réméré dans les 2 ans car la somme est relativement modique »

    Merci de votre réponse

    Ludivine

      Note d’Odile

    Bonjour
    Merci de votre question.
    Le réméré est le rachat, recouvrement d’une chose vendue, de laquelle on rend le prix à l’acheteur.
    J’observe au début du 16ème siècle un nombre élevé de biens immobiliers engagés, et il est rare de trouver l’acte qui en fait le réméré, c’est à dire le rachat.
    De nos jours, seuls les objets peuvent être engagés, et ce au Mont de Piété. Une émission récente montrait d’ailleurs une recrudescence des dépôts dans cette institution, par suite de la crise.
    Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.