Voici comment Orfraise Landais, soeur de Pierre et Marie, est devenue Orfraise de Sautoger, Sainte Gemmes sur Loire

car c’est bien à un changement de nom que je vous emmène aujourd’hui.
En effet, dans la généalogie Lasnier, on a Orfraise de Sautoger

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E121 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 28 mai 1539 (Huot notaire Angers) sachent tous présents et avenir que sur les procès questions et débatz meuz et pendans par davant monsieur le sénéchal d’Anjou ou monsieur son lieutenant à Angers entre damoiselle Orfraize Landays dame de Saincte Jame sur Loyre demandeur et réquérant l’enterignement de lettres royaulx données à Paris le 12 décembre dernier passé d’une part,

    Célestin Port, à l’article sur Sainte Gemmes sur Loire, donne Jean Lasnier inhumé le 6 août 1522 en l’église Saint Jean Baptiste d’Angers. Il est donc possible qu’Orfraise Landais lui soit liée, sans doute sa brue.
    uis, dans ce qui suit, vous allez découvrir, comme je l’ai découvert lors de cette retranscription, toute l’explication d’un changement de nom.

et noble homme Pierre Landays son frère déffendeur d’autre part
touchant ce que ladite demanderesse disoit que dès le 20 novembre 1522 elle estait en lyain ? de mariage et non ayant cognoyssance des biens et facilités de ses père et mère ledit deffendeur pour les parts et portions qui pourroient compéter et appartenir à icelle demanderesse ès succession de son dit feu père et pareillement de la succession de sa feue mère qui estoit lors suivante luy auroit baillé seulement le lieu et mestairye des Coustaulx assis en la paroisse de sainct Sigimont et Villemoisant

    aujourd’hui le Coteau en Villemoisan, et situé au nord du bourg de Saint Sigismond

et en ce faisant l’auroit fait renoncer à son profit aux successions de sesdits père et mère et pareillement autres successions collatérales tant escheues que à escheoir et autres droits et advantages qui luy pourroient estre faits par Marquise et Anthoinette les Godeaulx ses tantes
lesquelles estoient et sont décédés de la succession desquelles seroient demeurés plusieurs biens auxquelles les Godeaulx ladite demanderesse auroit succédé avecques ledit deffendeur
et disoit ladite demanderesse que en faisant lesdites renonciations le 25 novembre 1522 elle auroit esté entièrement circonvenue et que à ceste cause elle auroit impétré lesdites lettres royaulx à l’enterignement desquelles elle eust conclud et en iceluy enterignement que ledit deffendeur fust condempné et contraint luy bailler sa légitime part et portion telle qu’elle luy appartient es biens demeurés des successions desdits ses feuz père et mère et pareillement des successions desdites feues Anthoinette et Marquise les Godeaulx et en cas de delay demandoyt despens et intérests
par lequel deffendeur tendant affin que ladite demanderesse fust déboutée de l’effet et enterignement desdites lettres royaulx et condempnée en ses despens eust allégué plusieurs faits et raisons tellement que les parties estoient sur ce en grande involution de procès à quoy pour le bien de paix elles ont bien voulu obvier
pour ce est-il que en la cour du roy notre sire à Angers endroit par devant nous présents et personnellement establys ladite Orfraize Landays

    ici le notaire a fait quelque chose de très intéressant : il a d’abord écrit « de Saintogez » puis barré ce terme pour écrire « Landays », ce qui signifie qu’Orfraise de Sautoger se confond avec Orfraise Landais
    Vous avez plusieurs actes la concernant sur ce blog

demanderesse d’une part et ledit Pierre Landays deffendeur d’autre part
soubzmectant lesdites parties chacunes en tant et pour tant que luy touche elles leurs hoirs etc confessent avoir par l’advis et délibaration de plusieurs leurs conseils et amys pour ce appellés transigé paciffié accordé et appointé de et sur lesdits différends leurs circonstances et dépendances en la manière qui cy après s’ensuit c’est à savoir que à ladite Orfraize Landays pour les droits parts et portions qui luy pourroient et peuvent compéter et appartenir compètent et appartiennent ès biens demeurés tant des dites successions de ses dits père et mère que desdites Marquise et Anthoinette les Gedeaulx est et demeure par cesdites présentes pour elle ses hoirs et ayans cause
les lieux domaines mestairyes et appartenances des Tertois situés et assis ès paroisse de Villemoisant et saint Sigismont o toutes et chacunes leurs appartenances et dépendances et tout ainsi que lesdits lieux ont esté tenus possédés et exploités par ledit deffendeur et comme les mestayers demourans à présent en iceulx lieux les tiennent et exploitent sans aucune réservation à la charge d’en poyer les debvoirs anciens et accoustumés pour tous debvoirs et charges, avecques la moitié du bestial tant beufs vaches brebis chevres porcs et autres bestes estans sur lesdits lieulx
le lieu domaine terre fief seigneurie de Sautogez situé et assis en l’évesché de Rennes ès paroisses Damanye ?? Rannée et es environs o toutes ses appartenances et dépendances

    je trouve de nos jours un lieu « Sautoger » situé sur la commune de Vieux-Vy-sur-Couesnon (35) et je ne comprends plus car cela ne ressemble pas au nom des paroisses, donc je pense qu’il faut oubliger Sautoger à Vy sur Vivoin et trouver une explication du côté de Rannée, et je vous ai mis ci-dessus l’original pour que vous puissiez déchiffer et réfléchier avec moi à ce nom de paroisse près de Rannée, car on lit clairement Rannée, et Rannée est bien situé dans l’évêché de Rennes. Je vous ai surgraissé le passage mis dans cette vue.

avecques tous et chacuns les acquests et conquests que ledit deffendeur a faits en iceluy lieu et es environs, pour d’iceluy jouyr tout ainsi et en la forme et manière que ledit deffendeur l’a tenu possédé et exploité tant par luy ses fermiers mestaiers que autres de par luy sans aucune réservation lequel lieu de Saintogez o ses appartenances ledit deffendeur pourra rémérer et retirer sur ladite demanderese toutefois et quantes que que bon luy semblera dedans le terme et feste de Toussaint prochaine en 6 ans lors prochains ensuivans en poyant par luy à ladite demanderesse ses hoirs la somme de 1 300 livres tz par ung poyement laquelle somme de 1 300 livres audit cas sera et demeurera à ladite demanderesse, pendant le temps de laquelle grâce ledit deffendeur prendra les fruits dudit lieu et appartenances de Sainctogez au nom de ladite demanderesse sans aucune chose y démolir pour lesquels fruits ledit Pierre Landais est et demeure tenu poyer par chacun an à ladite demanderesse au terme et feste de Toussaint la somme de 50 livres tz le premier terme commençant au terme de Toussaint 1540 au moyen que lesdites parties ont convenu que pour ceste année et jusques au terme de Toussaint prochainement venant prendront les fruits scavoir est dudit lieu de Sainctogée ladite demanderesse du lieu et mestairye des Coustaulx sans aucune chose en poyer
et au cas que ledit deffendeur fera deffault de poyer par chacun an à ladite demanderesse la somme de 50 livres dessus dite en ceste ville d’Angers ladite Orfraize Landays demanderesse dès lors dudit deffault jouyra de ladite terre fief et seigneurie de Sainctoger
et par autant que ladite demanderesse a baillé par cy davant à ferme ledit lieu et mestairie des Coustaulx à Mathurin Meslet et à Jehan Cholet à certaines années qui encores durent ledit deffendeur sera tenu de leur tenir et garantir ladite ferme de laquelle il se fera poyer par lesdits fermiers pour le tout qui eschera après le terme de Toussaint prochainement venant
et moyennant ce les procès pendans entre lesdites parties demeurent nuls et assoupiz aussi demeurent lesdites parties quites l’une vers l’autre de toutes choses que elles s’entre feussent peu faire question jaczoit qu’elles ne soient exprimées par ces présentes fors de ladite somme de 100 sols que ledit Pierre Landays a promis et demeure tenu poyer à ladite demanderesse dedans Nouel prochainement venant
et n’est comprins en ces présentes ce qui appartenoit à deffunte Marie Landays soeur desdites parties tant biens meubles que immeubles
auxquelles choses dessus dites tenir et accomplir d’une part et d’autre etc et lesdites choses ainsi baillées et délaissées par cesdites présentes par ledit Pierre Landais deffendeur à ladite damoiselle Orfraize Landays demanderesse garantir etc et aux dommages l’un de l’autre etc obligent lesdites parties l’une vers l’autre chacun en tant et pour tant que luy touche elles leurs hoirs etc renonçant etc et par especial ladite damoiselle Orfraize Landays au droit velleyen à lespitre divi adriani à l’autenticque si qua mulier elle sur ce de nous suffisamment acertene etc foy jugement et condemnation etc
présents à ce honorable homme et saige maistre Jehan Prioulleau licencié ès loix sieur de la Bourdinnière et Jehan Hamon clerc demourans à Angers tesmoings
ce fut fait et passé audit Angers en la maison de nous notaire soubzsigné le 28 mai 1539

Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

5 réponses sur “Voici comment Orfraise Landais, soeur de Pierre et Marie, est devenue Orfraise de Sautoger, Sainte Gemmes sur Loire

  1. Je pense à Domagné, mais cette commune n’est pas toute proche de Rannée…

      Note d’Odile :

    Merci de votre suggestion et de votre intérêt. Sans doute reste-t-il encore des actes qui nous permettront, si je les trouve, ou si quelqu’un d’autre après moi les trouve, de comprendre mieux cette geolocalisation.

  2. bonjour ,
    la commune Damannye , peut etre Amanlis (35) pas tres loin de Rannée.
    bonne journée
    annik

      Note d’Odile :

    Merci de votre suggestion et de votre intérêt.
    D’autant que dans les actes de l’époque que je dépouille, je ne vois jamais l’apostrophe, et tout tient toujours attaché. En fait lorsque je vous retranscrit, je vous épargne tous les termes attachés ordinaires, pour leur mettre l’apostrophe plus compréhensible aux lecteurs de mon blog, déjà bien courageux de venir suivre des actes aussi sérieux.

  3. je pense : Le Grand Sautauger paroisse d’Availles-sur-Seiche, (La Guerche n’était pas une paroisse )

      Note d’Odile :

    Un très grand merci.
    En effet sur Geoportail qui donne la carte IGN et la carte de Cassini, je trouve le Grand Sautauger à la sortie est de La Guerche en direction de Cuillé et d’Availles.
    Et je n’en reviens pas d’apprendre que La Guerche n’était pas paroisse à cette époque.
    Mais avouez que les noms des paroisses étaient écrits n’importe comment dans l’acte, car pour voir des LL c’était impossible. Donc, ceci atteste que le notaire écrivait ce qu’on lui transmettait oralement, et le plus souvent sans doute erronné lorsque c’était au loin et une paroisse inconnue de lui.
    Odile

  4. Bonjour,

    Je n’ai pas, pour l’heure, de lumière à apporter concernant Sautogez. Mais j’espère avoir l’occasion de me rendre aux archives départementales d’Ille-et-Vilaine pour poursuivre l’enquête.

    J’ai quand même des informations à communiquer. Dans les Volumes reliés du Cabinet des Titres, 4ème recueil pour le prieuré de Champagne des preuves pour Malte (BNF), on trouve l’ascendance de Simon d’Aubigné, reçu dans l’ordre en 1573, qui est petit-fils d’Orfraise Landais

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9063941x/f97.zoom.r=.langFR

    devenue ici, Françoise Landais !

    Ce document donne les parents d’Orfraise, Pierre Landais, seigneur de Sautoyer (sic) et Jacqueline Godeau, ce qui recoupe bien les renseignements donnés dans le document qui nous occupe, où sont mentionnées Antoinette et Marquise Godeau comme tantes d’Orfraise.

    Bonne journée.

    DD

      Note d’Odile :

    Je viens d’aller voir cet ouvrage en ligne, et effectivement l’auteur a lu « Françoise » Landais, et moi « Orfraise », et je suis sure de lire « Orfraise, tout comme pour le Y de Sautoger je suis sure du G, par contre on pourrait aussi bien lire « Sainctoger »

    Je retourne à la télé, car je fais un cure olympique fort décevante cependant. Je viens d’assister à 2 médailles qui me laissent songeuse sur les pratiques. L’une en triathlon dame, sur la méthode de partage entre ex-oequo, et l’autre sur le double aviron des Anglais, qui nous ont fait un numéro que je n’admets en aucun cas, de machine pas au point et de tournevis. Je crois que je vais m’en souvenir longtemps, notamment lorsuqe je démarre ma voiture, car j’ai bien compris que des Anglais pouvaient se pointer au départ d’un final aviron sans avoir vérifier leur matériel !!!
    Et je passe sur la disparition de la langue française dans certains sports :::
    Où êtes vous monsieur de Coubertin ?
    Même vos règles foutent le camp !
    Odile
    Odile

  5. (Suite) Comme j’effectuais une autre recherche, j’ai trouvé dans le volume dont je parlais plus haut l’ascendance d’Olivier d’Escoublant, qui descend aussi des Landays.

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9063941x/f134.zoom.r=cabinet+des+titres+malte.langFR

    La généalogie des Landays y est fantaisiste car nous savons que Françoise (de) Thorodes était l’épouse de Pierre Landays, et non de Yves : http://www.odile-halbert.com/wordpress/?p=9583

    Par ailleurs, la mère de Pierre (alias Yves !) Landais ne pourrait être une Lambert mais une Godeau comme nous l’apprend le document transcrit plus haut.

    Pour autent, les terres citées sont intéressantes : Satoger, Sottager (?) en Bretagne, la Ramée.

    Décidément on tourne autour.

    Mais alors que penser de l’ascendance Thorodes ?

      Note d’Odile :

    Concernant les Landais, le patronyme est fréquent, et je crains que les mélanges aient existé. Comme je n’ai pas ce patronyme personnellement dans mes ascendants, je ne me suis pas particulièrement penchée sur le sujet. Mais si les actes que je trouve apporte une lumière un de ces jours, tant mieux.

    Concernant Thorodes, j’en parle sur ma vieille page HTML sur mon site sur une page où je traite de toutes les fantaisies de la généalogie, et je le cite.

    Vous verrez ce que j’y ai indiqué, qui était extrait ni plus ni moins que du célèbre dictionnaire de Célestin Port.
    Quand on lit donc ce qu’en dit Célestin Port, et que j’ai ainsi recopié sur ma page HTML, on peut conclure à de nombreuses généalogies arrangées, et sans doute celle Thorodes.
    Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.