Comptes entre Simon Vaillant et Julien Moreau, Le Louroux-Béconnais, Angers, 1595

Je vous ai déjà souvent dit que je trouvais des actes dans les notaires d’Angers, qui concernaient bien des Angevins ne demeurant pas à Angers. Aujourd’hui, il s’agit de Simon Vaillant, époux de Louise Moreau, qui vient à Angers faire les comptes avec Julien Moreau, manifestement son beau-frère, car l’un des 2 témoins mentionnés à la fin de l’acte est un certain Mathurin Girard demeurant à La Pouèze.
Donc, au risque de me répéter, cet acte n’est pas dans un notaire local, mais à Angers, en 1595, date à laquelle les archives des notaires locaux ne nous sont pas parvenues.

    Voir mon étude de la famille Vaillant (en cours sur Le Louroux-Béconnais)
    Voir ma page sur Le Louroux-Béconnais
Le Louroux-Béconnais, collection personnelle, reproduction interdite
Le Louroux-Béconnais, collection personnelle, reproduction interdite

L’acte qui suit est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E36 -Voici la retranscription intégrale : Le 12 août 1595 après midy, Jullien Moreau, tailleur d’habits demeurant en ceste ville faubourg St Jacques d’Angers
et Symon Vaillant mary de Loyse Moreau marchand demeurant en la paroisse du Louroux Besconnais comme ils ont dit
par devant nous François Provost notaire royal Angers duement soumis eulx etc confessent etc avoir compté ensemblement de toutes et chacunes les choses qu’ils ont eu affaire ensemble et de ce qu’ils se peuvent debvoir l’un à l’aultre par l’évenement duquel compte s’est trouvé que ledit Vaillant soy faisant fort dudit Moreau se seroit faire rendre par Charles Meline leur curateur ledit Vaillant s’est trouvé redevable audit Moreau de la somme d’un escu deux tiers et de toutes autres choses, qu’elles ne soient cy spécifiées ou déclaré en avoir compté ensemble et s’est trouvé quitte l’un vers l’autre et partant ledit Villant duement sumis et establi comme dessus etc a promis, est, et demeure tenu et obligé payer audit Julien Moreau dedans quinze jours prochain venant la somme de 22 livres
tout ce que dessus voulu consenty stipullé et accepté renonçant lesdites parties elles sont demeurées d’accord etc oblige etc foy jugement condamnation etc
fait et passé audit Angers
Mathurin Girard demeurant à la Pouèze soy disant oncle desdits establis et François Allard praticien demeurant à St Denis de Candé tesmoins,
lesdits Moreau, Vaillant, Girard et Dutertre ont dit ne scavoir signer

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog et non aller en discuter dans mon dos sur un forum ou autre blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du projet européen d’éthique des blogueurs, disponible sur le site du Parlement européen.

Une réponse sur “Comptes entre Simon Vaillant et Julien Moreau, Le Louroux-Béconnais, Angers, 1595

  1. Merci d’avoir trouvé et retranscrit cet acte qui concerne Simon un ascendant,c’est bien la preuve que nos ancêtres allaient chez le notaire pour toute affaire d’argent,il est vrai que ne sachant écrire ,pour la plupart ,ils ne pouvaient rediger un acte sous seing privé comme on pourrait le faire actuellement « toutes et chacunes les choses qu’ils ont eu affaire ensemble  » dommage on ne sait pas lesquelles…
    Note d’Odile : Je pense que si, on apprend quelles affaires ils ont ensemble, puisque cet acte montre leurs comptes de curatelle ensemble.
    Autrefois, les curatelles étaient fréquentes, puisqu’on mourrait jeune, mais elles donnaient toujours lieu à des comptes, qui étaient rendus à la majorité.
    Donc on apprend qu’ils sont liés de famille, et ceci est une indication précieuse, même si les liens ne sont pas totalement explicités. Ainsi, sans doute que Julien Moreau, tailleur d’habits à Angers, manifestement frère de Louise, pourra plus facilement être remonté qu’elle, ou tout au moins aider à la remonter.
    Et on peut en conclure qu’ils sont enfants de Julien Moreau x avant 1563 Jeanne Ravaing
    Voir mes études en cours des familles Moreau, et Vaillant
    Enfin, cela nous montre que la curatelle donnait toujours lieu à des comptes, ce que nous avons perdu de nos jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *