Actes disponibles aux ARCHIVES NATIONALES concernant Odet et Claude de Bretagne

Voici les références de documents disponibles aux ARCHIVES NATIONALES

Parmi ces documents, dont je ne peux acheter la photo numérique, car je ne suis pas Crésus, certains me font envie, ceux qui concernent Clisson. Si vous vous sentez une âme (ou une carte bancaire) pour aider Clisson, merci d’avance, et de mon côté je m’engage à les retranscrire à partir de vues numériques, c’est tout ce que je peux faire, mais je le fais bien et volontiers.

Vous constaterez que chez les notaires de Paris, on a bien le même nom DE BRETAGNE pour cette branche, certes descendante d’un bâtard, mais qui s’est fait respecter sous ce nom.

Minutes de Catherin FARDEAU (MC/ET/XXXIII/34 – MC/ET/XXXIII/43)

Minutes. 1556, 8 avril – 1557, 17 avril (MC/ET/XXXIII/41)

Cotes : MC/ET/XXXIII/4112 juin 1556

Obligation de 2.300 livres par Odet de Bretagne, comte de Vertus, premier baron de Bretagne, seigneur d’Avaugour et de Clisson envers René Le Tonnelier, marchand, drapier, bourgeois de Paris.

 

Minutes de Raoul BONTEMPS (MC/ET/XXIII/34 – MC/ET/XXIII/223)

Minutes. 1609, 13 janvier – juillet (MC/ET/XXIII/118)

Cotes : MC/ET/XXIII/11810 juin 1609

  • Transport par Pierre FEYDEAU, avocat en Parlement et Catherine LANGLOIS, sa femme, à Claude de BRETAGNE, comte de VERTUS, Seigneur d’AVANGOIN, héritier de Charles de BRETAGNE, son père, d’une rente qui leur fut constituée par feu Odet de BRETAGNE, aussi comte de VERTUS

 

Minutes de Simon FOURNIER (MC/ET/III/447 – MC/ET/III/541)

Minutes. 1610, juillet – 1610, décembre (MC/ET/III/489) Cotes : MC/ET/III/48918 août 1610

BRETAGNE (Claude de) comte de Vertus conseiller du roi en ses Conseils gouverneur de Rennes lieutenant aux évêchés de Rennes Dol, Vannes, Saint-Malo demeurant à Clisson en Bretagne § Constitution par Claude de BRETAGNE et Guillaume FOUCQUET de la Varenne chevalier conseiller au Conseil d’état gouverneur d’Angers à Maximilien de BETHUNE duc de Sully Pair de France de 6000 l. de rentes moyennant 30 000 lts

 

Minutes et répertoires du notaire Jean DUPUYS, 24 septembre 1616 – 3 septembre 1648 (étude XXXIV)

Cote : MC/ET/XXXIV/99 CHAMPTOCÉ (aumônerie de) diocèse d’Angers § Procuration par Louis de LONGBUISSON prêtre, doyen de l’Egl. Collégiale N.D du Clisson diocèse de Nantes et Aumônier de CHAMPTOCÉ demeurant à Clisson pour résigner sad. aumônerie (28 juin 1647)

Cote : MC/ET/XXXIV/111 Voir le détail

Obligation par Pierre Perrin, écuyer, sieur de la Courbe Jolliot près Clisson en Bretagne, à René Albert maître tailleur d’habits de la somme de VI/XX/ L., savoirs 90 L. pour vente d’un habit (description) et 30 L. pour dépense de bouche faite depui …(2 juin 1618)

Cote : MC/ET/XXXIV/99 Voir le détail

CLISSON (église collégiale Notre-Dame de) chapelle simple d’Angleterre § Procuration par Antoine de MAHÉ prêtre du diocèse de Nantes, prieur commendataire de Saint-Blaize, ordre de Saint-Benoît, diocèse de Tours, chapelain de la Chapelle simple d’An …(28 juin 1647)

 

Minutes de Jean II CHAPELLAIN (MC/ET/XXIV/328 – MC/ET/XXIV/368)

Minutes. 1630, mai – août (MC/ET/XXIV/329)

Cotes : MC/ET/XXIV/329, fol. IIII/XX/II20 juillet 1630

BRETAGNE (Claude de) Baron d’AVANGOUR, comte des VERTUS et de GOELLE, premier baron de BRETAGNE, gouverneur de la ville de Rennes, lieutenant pour le Roi en la Haute Bretagne, conseiller de S.M. en ses conseils d’Etat et Privé § Quittance de Charles LE PREVOST, seigneur d’OYSONVILLE, à Daniel COCQUART, procureur en Parlement, fondé de la procuration de Claude de BRETAGNE datée du 16 juillet 1630, qui était à Paris, enseigne du Boisseau, rue Coquillière (pièce jointe).

 

Minutes de Charles François de SAINT-VAAST (MC/ET/LXXIII/344 – MC/ET/LXXIII/474)

Minutes. 1639, avril – 1639, juin (MC/ET/LXXIII/353)

Cotes : MC/ET/LXXIII/353, fol. III/C/XIII26 mai 1639

DULAC (Christophe) conseiller du Roi, trésorier de France en Poitou, demeurant rue du Colombier paroisse Saint-Sulpice § Transport par Christophe DULAC de son droit au bail de la maison où il demeure, à Catherine de LA VARENNE, veuve de Claude de BRETAGNE, comte de VERTUS, moyennant 800 livres de loyer annuel.

 

Minutes de Nicolas BAULDRY (MC/ET/XIX/425 – MC/ET/XIX/457)

Minutes. 1646, janvier – juin (MC/ET/XIX/433) Cotes : MC/ET/XIX/43324 février 1646

CLISSON (paroisse de la Trinité de) en Bretagne § Procuration pour vendre une maison à paroisse de la Trinité de CLISSON

 

Minutes de Claude I ROYER (MC/ET/I/168 – MC/ET/I/236)

Minutes. 1694, juillet – 1694, décembre (MC/ET/I/200)

Cotes : MC/ET/I/2009 août 1694

Contrat de mariage entre Gonsalve Joseph Carvalho Pattalin, intendant des bâtiments et maisons royales du Portugal, et Marie Claire Geneviève Bretagne de Vertus, fille de Claude de Bretagne, rue des Prouvaires.

 

Minutes de Claude II ROYER (MC/ET/I/236 – MC/ET/I/239)

Minutes. 1709, janvier – juin (MC/ET/I/236) Cotes : MC/ET/I/23631 mai 1709

Procuration générale par Armand François de Bretagne, comte de Vertus, demeurant en son hôtel particulier, rue Saint-Dominique, quartier Saint-Germain-des-Prés, paroisse Saint-Sulpice, héritier par bénéfice d’inventaire en partie d’Anne Faure, son aïeule maternelle, veuve de Thomas Le Lièvre, conseiller du roi en son conseil, maître des requêtes ordinaires et président du Grand Conseil, héritier par représentation d’Anne Judith Le Lièvre, sa mère, épouse séparée de biens de Claude de Bretagne, son père, baron d’Avaugour, à Agathe de Bretagne d’Avaugour, sa sœur, fille majeure, pour gérer et administrer ladite succession.

Le baptême passé les 3 jours autrefois : le cas des familles nobles ou bourgeoises qui attendaient un parrain venu de loin : ici à Clisson 1715


On a attendu le parrain. L’enfant est né le 29 novembre 1712 et n’est baptisé que le 1er septembre 1715. Il faut dire que la famille LENFANT, noble, issu des LENFANT de Champtocé sur Loire (Anjou) est la principale famille vivant dans la ville de Clisson, et que le parrain n’est autre que le seigneur de Clisson, qui manifestement ne vit pas tous les jours à Clisson.

Clisson Saint Jacques le 1er septembre 1715 « baptisé François Armand fils de messire Jean Baptiste Lenfant sieur de Louzil et dame Elizabeth Fleuriau parrain haut et puissant messire monseigneur François Armand de Bretagne, comte de Vertu, de Gouello, seigneur de Clisson, baron d’Avaugour et premier baron de Bretagne, marraine damoiselle Barbe Fleuriau, ledit enfant ondoyé par permission de monseigneur de Nantes le 29 novembre 1712 »

Pour mémoire il y a 5 paroisses à Clisson, et quand on met un acte dans une base de données la moindre des choses est de préciser le nom de la paroisse et non écrire « Clisson » sans plus.
Donc, je suggère à ROGLO de préciser le nom de la paroisse. Ici il s’agit de la paroisse Saint Jacques de Clisson. Ils le font bien pour Nantes ou Paris, pourquoi pas à Clisson.

Voici ce que dit ce jour ROGLO :

et puis, je ne comprends pas pourquoi on ne cite pas la source mais seulement une succession de copieurs du fonds Freslon qui n’est lui même qu’un extrait et non l’acte original. Il faut dire que sur Roglo peu de leurs membres donnent la source primaire exacte.
Et Roglo pourrait ajouter ce prestigieux parrain :
haut et puissant messire monseigneur François Armand de Bretagne, comte de Vertu, de Gouello, seigneur de Clisson, baron d’Avaugour et premier baron de Bretagne

Pourtant Roglo a une belle page sur ce François Armand de Bretagne-Avaugour (ainsi écrit de Jour sur Rogloe et c’est mieux ainsi, et Wikipedia devrait en faire autant) Allez voir cette page car il y a son portrait, impressionnant. C’est un militaire.

On trochonnait à Clisson en 1691

Lorsque j’ai découvert mon ascendance TROCHON, je suis tombée sur une mine généalogique bien étudiée car autrefois. Au dire des Mayennais, il y avait tellement de TROCHON BCBG à Château-Gontier et environs, que tout le beau monde TROCHONNAIT.
Donc, j’avais découvert que je trochonnais moi aussi.

Cette généalogie a fait l’objet d’une publication familiale sérieuse que je n’ai jamais recopiée, car il est totalement inutile de copier les autres. En 1682, Mme de la Théardière, Messieurs G. d’Ambrières et R. Villerey, ont publié sous forme de recueil destiné à la famille, donc limité, leur immense travail. Ce travail concerne l’Anjou puisqu’autrefois Château-Gontier était en Anjou.

J’ajoute que je descends des TROCHON précisément par mes BOREAU :

14-René Trochon x Anne Le Blastier
13-Michel Trochon x /1600 Renée Gilles
12-Renée Trochon x 1619 Louis Bourdais
11-Marguerite Bourdais x 1645 Jean Boreau
10-Renée Boreau x Champteussé 19 juillet 1672 Jacques Fourmond
9-Jean Fromond x2 Lion-d’Angers 16 novembre 1705 Madeleine Delahaye
8-Magdeleine Fromond x Grez-Neuville 1er juin 1733 Pierre Vergnault
7-Madeleine Vernault x Brain/Long. 23 décembre 1757 Mathurin Guillot
6-Jean Guillot x Chazé-sur-Argos 3 mars 1794 Aimée Guillot
5-Esprit-Victor Guillot x Noëllet 18 avril 1842 Joséphine Jallot
4-Aimée Guillot x Segré 22 novembre 1881 Charles Audineau
3-Aimée Audineau x 1907 Edouard Guillouard
2-Thérèse Guillouard x 1937 Georges Halbert
1-moi

A Clisson, nous avons vu des LENFANT, une ALLANEAU (voyez mon blog précécent). Or, en 1690, LANCELOT, le veuf Allaneau, qui était général d’Armes à Clisson, y décède. Est-ce un appel d’air pour les Angevins ? Car voici qu’un TROCHON vit à Clisson, et s’y marie :

Clisson Saint Jacques, le 30 janvier 1691 mariage : « Pierre fils de maistre André Trochon et honorable femme Françoise Brunel, avec Renée Gartiau veufve de Julien Bizet, fille de Michel et Michelle Oger, tous de cette paroisse toutefois ledit Trochon est né de la paroisse d’Azé fauxbourg de Chasteaugontier »

 

Mais ce TROCHON ne vient pas pour un office pour autre travail comme general d’armes, mais il est marchand sarger, donc c’est un lien entre Château-Gontier pays de la toile comme Laval, et les marchands tixiers de Clisson. Ils sont manifestement en lien d’affaires.

C’est fou de voir ainsi au fil de mes retranscriptions à Clisson, que je suis restée en fait en Anjou !!! Alors, j’adresse à mes lecteurs Angevins et Mayennais, un immense salut, car je ne les abandonne pas, la preuve, les voici à Clisson !!!

Et merci d’avance aux MAYENNAIS de relier ce TROCHON qui n’a pas de présence sur ROGLO, mais TROCHONNE tout à fait car Azé c’est tout comme Château-Gontier, et s’il se retrouve à Clisson, c’est qu’il n’est pas l’aîné, et qu’il a beaucoup de frères, donc doit trouver un poste ailleurs.

Julien Grelier se remarie 37 jours après le décès de sa femme : Clisson Saint Gilles 1691

Autrefois on se remariait vite parfois. J’ai personnellement une femme remariée 2 mois après son veuvage.
Mais là, je trouve un remariage moins de 2 mois après. Je suis sidérée.

Nous sommes à Clisson paroisse saint Gilles que je retranscris actuellement.

† 1691.07.21 LITOUST Mauricette « Moricette Litoust 35 ans présents Jullien Grellier son mari, Mathurin Litoust son père, Pierre Blouin, Michel Grasset »
x 1691.08.27 GRELIER Julien « Jullien Grellier et Laurence Villaine présents Mathurin Litoust père dudit Grellier »

L’extraordinaire parrainage de Jeanne Thérèse de Vieux, fille du seigneur du Pin Sauvage : Clisson 1709

J’ai lu et dépouillé tant de baptêmes que je croyais avoir tout vu.
Il n’en est rien.
Car, retranscrivant ce qui reste des registres paroissiaux de la paroisse de la Madeleine du Temple de Clisson, je suis restée totalement interdite devant l’extraordinaire parrainage qui suit :

Les parents sont les seigneurs du Pin Sauvage, que vous retrouverez sur mon site sur l’ouvrage de Paul de Berthou « Clisson et ses Monuments ».

En 1709, date qui concerne ce parrainage de leur fille Jeanne Thérèse, Jean Firmin de Vieux est en fait seigneur du Pin par son mariage avec Marguerite Thérèse Prevost qui lui apporte le Pin.

Les seigneurs du Pin entretiennent un lien tout particulier avec l’église de la paroisse de la Madeleine du Temple, et ce depuis des générations. Leur terre est voisine et très proche, et cette église leur tient lieu de paroisse.

La paroisse est minuscule. Je n’ai pas de qualificatif plus précis, pour vous décrire ce tout petit registre qui ne contient que quelques actes par an, et le cadastre napoléonien de Clisson, donne ce petit faubourg avec la rue de la Madeleine, et quelques maisons seulement. L’actuelle route de Cugand n’existe pas encore, mais la petite voie en bas, qui même à Cugand toute proche, est si empruntée que le peu d’actes célébrés à la Madeleine du Temple sont parsemés de paroissiens de Cugand, non seulement les mariages, mais aussi les baptêmes et même une sépulture. Bref, cette petite paroisse de la Madeleine du Temple est surprenante.

Mais dans ce peu d’actes, j’ai lu et je vous ai retranscrit quelques merveilles.
Voyez plutôt cet extraordinaire parrainage.

Clisson, la Madeleine du Temple, le 6 octobre 1709 « baptisé Janne Thèrèse fille de hault et puissant seigneur Jean Firmin de Vieux chevalier seigneur du Pin et haulte et puissante dame Marguerite Thérèse Prevost, parrain Michel Mabit marraine Janne Esmereau les deux qui se sont trouvés à la porte du château du Pin »

 

Oui, vous avez bien lu, car je vous l’ai surligné en rose. On a pris les passants pour parrainer l’enfant.

 

Le surprenant lieu du mariage de Jean Belot et Marguerite Aveline : Clisson 1675

Jean Belot est de Tours mais vit à Angers la Trinité.
J’ai des BELOT à Angers la Trinité, et je les ai longuement étudiés autrefois, très, très longuement, y compris ceux de Nantes, et cela donne une immense étude BELOT. J’ai aussi beaucoup étudié les Aveline et l’Anjou. Tous sont le plus souvent aisés, bons bourgeois, voire même pour quelques uns très aisés.

J’ai par ailleurs un grand amour pour Clisson, et tout particulièrement un faible, c’est à dire une affection très prononcée, pour l’ancienne paroisse la Madeleine du Temple. Cette paroisse, comme toutes les autres paroisses de Clisson, manque de registres car les guerres de Vendée sont passées par là et tout est détruit. Mais pas tout le patrimoine, car les splendides ruines du château sont splendides et si vous y allez, car il faut y aller, surtout allez à l’église de la Trinité, car c’est de là que vous aurez la vue innoubliable sur le château. Et voyez sur mon site mes cartes postales et surtout l’histoire de Clisson de Paul de Berthou.

Et j’y ai même beaucoup d’ancêtres, hélas sans pouvoir les remonter loin faute de registres. C’est ainsi que 35 ans après en avoir fait les mariages, j’ai pensé faire les plus anciens registres à ma manière EXHAUSTIVE, qui est une retranscription exhaustive de tout le contenu. Donc, je commence par la petite paroisse de la Madeleine du Temple, si petite que les actes sont rares, et les registres non seulement brulés donc beaucoup de lacunes, mais le reste abimé.
Je les ai souvent lus, mais ma patience exhaustive est encore la plus grande des certitudes que je n’ai rien laissé passé.
Donc je commence ces jours-ci la retranscription, jusqu’à ce que samedi matin je tombe totalement interdite sur le mariage qui suit. Non seulement il est de Tours, demeurant à Angers la Trinité, mais l’acte dit clairement que le mariage est célébré dans la paroisse de Clisson Notre Dame, mais il est classé dans le registre de la paroisse de la Madeleine du Temple. L’autorisation est donnée par l’évêque de Nantes, dont on peut se demander à quel titre ils se sont adressé à lui. Bref, c’est incroyable, si ce n’est qu’à la fin de cette retranscription je découvre que Marguerite Aveline avait un oncle à Clisson.

Donc voici un bien curieux mariage, loin de tout, mais chez le tonton.

« missire Jan Boutin prêtre sacriste de l’église collégiale de Notre Dame de Clisson diocèse de Nantes soubzsigné certifie à tous qu’il appartiendra avoir ce espouzé et célébré le mariage de Me Jan Belot fils de defunt h. personnes Jan Belot et Julienne Duvaud, originaire de la ville de Tours paroisse de St Hillaire, paroissien de la Trinité d’Angers, avecq Marguerite Aveline fille de defunts Laurent Aveline et Jeanne Baraud, demeurant actuellement en ladite paroisse de la Trinité d’Angers, suivant la permission de monseigneur l’illustrissime et révérendissime evesque dudit Nantes en date du 10, signé aegidius espicopus Nannentensis et plus bas Picot, estant ladite permisson dispense des deux bans dudit mariage, la publication ayant esté faite ainsi qu’il est incéré en ladite permission et datée par icelle, lesdites espouzailles faites en la présence de Me Jan Macé soubzdiacre et chantre de l’église collégiale de Nostre Dame dudit Clisson, Me Pierre Gouraud notaire dudit Clisson, du sieur René Pavageau bourgeois, et h. homme Anthoine Baraud oncle maternel de ladite Aveline, tous demeurans en la ville dudit Clisson, auxquelles espouzailles ne s’est trouvé aucun empeschement ny opposition » vu 4 et 5