Compte final des meubles de défunte Marie Bouvet veuve Sailland, Juigné sur Loire 1618

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E90 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 10 décembre 1618, avant midy devant nous Abel Peton notaire des châtellenies de St Jean des Mauvrets et de Juigné sur Loire, ont esté à ce présents personnellement establiz et deument soubmis chacuns de René Guillot vigneron demeurant en la paroisse de St Jean-des-Mauvrets, père et tuteur naturel de Vincent et Madeleine Guillot et de deffuncte Magdeleine Sailland vivante femme dudit Guillot d’une part,
et chacuns de Jean et Pierre les Sailland, tous héritiers de deffuncts Lucas Sailland et Marie Bouvet leur père et mère demeurant au bourg de Juigné d’autre part,
soubmettant etc avec tous etc lesquels ont ce jourd’huty fait et font entre eulx l’accord qui s’ensuit c’est à savoir que lesdits Jean et Pierre les Sailland ont ce jourd’huy confessé avoir receu les meubles à eulx demeurés du décès dudit deffunt Lucas Sailland leur père suivant et au désir de l’inventaire qui en fut fait par ladite deffunte Marie Bouvet leur mère passé le 19 novembre 1609 par Chatelais notaire de ceste cour, et dont elle s’était chargée,
et pour les 12 chefs de brebis appréciés audit inventaire à la somme de 12 livres, et 6 livres pour la part d’une vache et pour la tierce partie d’une truie qui fut prisée la somme de 7 livres 10 sols qui est la part desdits Jean et Pierre les Sailland la somme de 49 sols 6 deniers le tout mentionné audit inventaire passé par ledit Chastelais, ledit Guillot père demeure tenu payer auxdits Jean et Pierre les Sailland la somme de 18 livres tz de laquelle somme ledit Guillot audit nom a consenty et consend que lesdits Jean et Pierre les Sailland en touche et recoivent de nous Abel Peton notaire susdit la somme de 10 livres tz faisant la tierce partie de la somme de 30 livres tz pour vendition d’une pippe et ung quart de vin à eulx demeurés de la succession de ladite deffuncte Marye Bouvet leur mère et le reste de ladite somme de 18 livres montant la somme de 8 livres tz ledit Guillot audit nom en a payer audit Pierre Sailland la somme de 51 solz tz pour la vendition et livraison d’ung drap et demy (sic !!!) et deux chemises qui tont esté vendus adjugés audit Sailland
par ledit Guillot audit nom 10 sols pour la tierce partye de deux boufvets d’ung an le tout vendu par ledit Guillot audit nom et Pierre Sailland des meubles demeurés auxdits Vincent et Magdelaine les Guillots héritiers en partye de ladite deffunte Bouvet vivant leur grand mère suivant et au désir de la vente desdits meubles qui a esté faite à la requeste dudit Guillot audit nom par nous sergent et notaire susdit
la somme de 12 sols 4 deniers tz pour la tierce partye de 37 sols tz que ledit Pierre a pareillement confessé avoir receu qui auroient esté receuz après le décès de ladite deffuncte Bouvet et la somme de 6 sols 8 deniers tz que ledit Guillot a présentement baillée audit Pierre
lesquelles sommes cy dessus reviennent à la somme de 4 livres tz de ladite somme ledit Pierre Sailland s’est tenu et tient à contant et en a quicté et quicte ledit Guillot audit nom ses hoirs etc, aussi pareillement ledit Guillot a quité etc et par ces présentes quitte ledit Pierre Sailland desdites sommes cy dessus pour la vendition desdits meubles mentionnés de l’autre part et le reste de ladite somme montant la somme de 4 livres tz payable par ledit Guillot audit nom à Jean Sailland et ce dans le jour et feste de Pasques prochainement venant à la peine etc néantmoings etc
et au moyen des présentes demeure ledit Jean Sailland quitte et deschargé vers ledit Guillot audit nom et Pierre Sailland son frère de la somme de 15 livres tz que ledit Jean Sailland debvoit à ladite deffuncte Marye Bouvet sa mère d’argent presté, ainsi comme ladite deffunte l’a déclaré par le testament qu’elle a fait passer par André Lebescheux au moyen de ce que ledit Sailland a payé tant pour les funérailles que pour autre despense qui auroit esté faiet pendant lesdites funérailles que pour la somme de 60 sols tz qu’il a payé à René Chauveau pour ung fut de pippe vendu et livré par ledit Chauveau à ladite deffuncte Bouvet dont au moyen des présentes ledit Jean Sailland en demeure bien et duement quitte et deschargé du consentement desdits Guillot audit nom et Pierre Sailland
et outre demeure aussi pareillement ledit Guillot audit nom quitte vers lesdits Jean et Pierre les Sailland des deux tierces parties de la somme de 20 livres tz en quoi ledit Guillot estoit tenu comme appert par ledit inventaire passé par ledit Chastelais au moyen de ce que lesdits Jean et Pierre les Sailland ont recogneu et confessé avoir esté récompensés à la contre valeur desdites deux tierces parties de ladite somem de 20 livres tz dont lesdites partyes sont demeurées respectivement quitte les ungs vers les autres sans qu’ils s’entre puisse faier demande recherche ny poursuite tant de ce qui est mentionné audit inventaire que audit testament
ce que tout a esté ainsi voulu stipulé et accepté par lesdites partyes auquel accord et ce que dessus est dit tenir etc obligent lesdites partyes respectivement eulx leurs hoirs etc savoir ledit Guillot audit nom au payemetn de ladite somme de 4 livres tz dedans ledit terme cy dessus renonçant etc foy jugement et condemnation etc
fait et passé au bourg dudit Juigné maison de nous notaire en présence de Me André Lebescheux notaire et Jean Delatouche le jeune batelier et Nicolas Marchais parier demeurant audit Juigné tesmoings

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

Les impôts seigneuriaux de Jeanne Bouvet et Julienne Simon, Montreuil sur Maine 1629

Voici enfin ce que j’appelle une preuve du lien entre Jeanne Bouvet et Jean Bouvet époux de Julienne Simon !
Tout ce que j’avais vu auparavant n’était que forte probabilité !

L’acte qui suit est extrait des Archives Départementales de la Sarthe, série H chartrier des Jésuites de La Flèche cote AD72-H489 – f°25 – Voici la retranscription de l’acte (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 15 octobre 1629, Jeanne Bouvet veufve Mathurin Chesneau, Julienne Simon veufve Jean Bouvet au lieu de Jean Bouvet et Morice Vignais, pour un cloteau de terre nommé « Hamelineau » près la Marre Chauvin en ladite paroisse de Montreul doibvent par chacun an 12 deniers de debvoir

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie >partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

Partages en 4 lots des biens de défunts Jean Gardais et Renée Thibault, Le Lion d’Angers 1641

ils étaient métayers, mais les biens sont modestes, et surtout des vignes.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E36 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le samedi 20 juillet 1641 (devant René Billard notaire de la chastellenye du Lion d’Angers) sont 4 lots et partages des biens immeubles demeurés de la succession et décès de deffunts Jean Gardais et Renée Thibault vivants mestayers de la mestairie de la Chantepierre paroisse du Lion d’Angers appartenant à chacuns de Mathurin Gardais, Jean et Mathurin les Bouvets enfants mineurs et héritiers de deffunts Mathurin Bouvet et Jeanne Gardais, Charlotte et Jean les Gardais enfants mineurs et héritiers de deffunt Jean Gardais, et à Mathurin Gernigon mari de Charlotte Gardais, que ledit Mathurin Gardais fils aisné desdits deffunts Gardais et Thibault demeurant au lieu et mestairie du Cormier paroisse dudit Lion mest en 4 lots et partages pour estre baillés fournis et présentés à chacuns de Pierre Beaumont curateur aux personnes et biens desdits Jean et Mathurin les Bouvets, Françoise Caillard veufve dudit deffunt Jean Gardais mère et tutrice naturelle desdits Charlotte et Jean les Gardais enfants dudit deffunt Gardais et d’elle et aussi Mathurin Gernigon et Charlotte Gardais sa femme affin d’estre par eux procédé à l’obtion et choisie d’iceux en son rang ordre et degré suivant la coustume sinon fourny de deffections vallables au contraire, auxquels lots et partages y a ledit Mathurin Gardais procédé et vacqué par devant nous René Billard notaire de la chastelenie du Lyon d’Angers après avoir esté deuement soubzmis establi et obligé comme cy après s’ensuit
Du samedi 20 juillet 1641

  • Premier lot
  • est et demeure au présent et premier lot les choses héritaux qui s’ensuivent scavoir est 3 boisselées de terre laquelle en un tenant sise en une pièce de terre appellée Montallais près le lieu et closerie du Petit Mas paroisse dudit Lion joignant d’un costé la terre de la veuve feu Jean Bonsergent d’autre costé la terre de la veuve feu Sébastien Gardais du Chesne et y aboutté en partye et en autre partie la terre de la veuve ou héritiers Pierre Gardais et d’autre bout la terre dépendant de la closerie dudit Petit Mast
    Item 7 mareaux ou loppins de vigne sis au clos de vigne de Monstouere dite paroisse dudit Lion contenant lesdits 7 marreaux ensemble 6 hommées de vigne tout ainsi que lesdits defunts en joussoient

  • segond lot
  • Item deux boisselées et demie de terre ou environ sises en un clotteau de terre près le village du Petit Beusetout paroisse d’Andigné dont le reste duquel clotteau appartient à Guillaume Boivin joignant et tenant de toutes parts la terre dudit Boivin
    Item 5 marreaux ou loppins de vigne sis et situés en un clos de vigne appellé le clos des Hautes Plantes près l’Hommaie paroisse dudit Lion contenant lesdits 5 marreaux ensemble un quartier de vigne ou environ ainsi que lesdits deffunts en jouissoient
    Item 4 autres marreaux de vigne sis au clos des Basses Hommaies dite paroisse dudit Lion des contenant ensemble 10 cordes de vigne ou environ et généralement tout ce qu’auxdits deffunts Gardais et Thibault appartenoit de vigne esdits clos des Hautes Plantes et des Basses Hommaies sans en rien réserver

  • tiers lot
  • Item la moitié par indivis de 2 quartiers de vigne ou environ en un tenant sis en un clos de vigne appellé Roche Corbon dite paroisse du Lion joignant la vigne en gast dépendant de la mestairie de la Tremlaie d’autre costé la vigne aussi en gast des Praizelins aboutté d’un bout au chemin tendant du Lion audit Andigné et d’autre bout aux Vaux vers la vigne en gast dudit lieu de la Tremblais
    Item un autre petit marreau de vigne aussi sis audit clos joignant aussi la vigne en gast desdits Proizelins et d’autre costé la vigne qui est ou estoit aux Esnault de Hautebise près la Cointerie aboutté d’un bout audit chemin tendant dudit Lion audit Andigné et d’autre bout la vigne de (blanc)

  • quatrième et dernier lot
  • Item l’autre moitié aussi par indivis desdits deux quartiers de vigne dudit clos de Roche Corbon mentionnés et confrontés au premier article du troisième des présents lots et partages le costé vers la vigne en gast desdites les Proizelins
    à la charge que les premier et segond lots feront de rapport et retour de partage auxdits troisième et quatrième lots desdits présents partages de la somme de 20 livres paiables moitié par moitié par ceux qui auront et à qui escheront lesdits premier et segond lot à ceux qui auront et qui escheront lesdits troisième et quatrieme lots desdits partages aussi moitié par moitié le jour de la choisie desdits partages sans aucun autre terme ni delay aupaiement de laquelle somme de 20 livres de rapport y seront et demeureront les choses desdits premier et segond lot spécialement affectés et hypothéqués
    que chacun jouira et disposera de son lot et partages dès le jour de la choisie aura et prendre les fruits et esmoluements qui arriveront chacun en son lot et partage les sepmances desdites terres labourables qui sont pour le tout ensepmancées préalablement prises par ceux qui les ont fournies, et la moitié du surplus desdits grains y provenant par ceux qui les ont enspmancés et labourées comme celles des façons des vignes paiées et remboursées à ceux qui les auront paiées aux vignerons ou autres qui les ont faites fassonnées
    que chacuns desdits partageans paiera et acquitera les cens rentes et charges et debvoirs que chascuns des lots des présents partages peut debvoir chacun au regard de son lot et partage par argent grains chappons gélines que autrement
    et pour les arrérages du passé y contribueront lesdits partageans esgalement comme aux autres debtes qui peuvent estre deues pour raison de la succession desdits deffunts Gardais et Thibault
    se garantiront lesdits partageans leurs lots et partages respectivement les uns aux autres en cas de troubles et empeschements les ungs et chacun d’eux
    et contribueront esgalement aux frais qu’il convient et conviendra faire pour faire les présents partages et vaccations d’iceux
    Auxquels lots et partages a esté fait arrest par ledit Mathurin Gardais aux charges clauses et conditions y contenues à ce tenir etc obligent etc renonçant etc foy jugement et condemnation etc
    fait et passé à notre tabler présents Me René Dupont sergent royal Nycolas Blouin et Ambrois Charlot praticiens audit Lion et y demeurant tesmoins
    ledit Gardais a dit ne savoir signer

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

    Testament de Guillemine Bouvet, fille, Montreuil sur Maine 1636

    et elle cite son frère Marin Bouvet et son beau frère André Delahaye qui lui doivent tous les deux de l’argent.

    J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E36 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

    Le 23 juillet 1636 avant midy par devant nous René Billard notaire e la chastelenye du Lyon d’Angers fut présente en sa personne establye et deument soubzmise soubz ladite cour Guillemine Bouvet fille demeurant au lieu de la Roussière paroisse de Monstreul sur Maisne saine d’esprit et d’entendement et ne voulant mourir intestate et pourvoir à ses affaires et désirant faire le présent son testament pur et simple et irrévocquable

      Voici le début de l’acte (que vouspouvez zoomer en le cliquant), car j’avais lu à tort 1639 et il convient de lire 1636 et je remercie Patrick pour sa lecture vigileante, et je rectifie cette retranscription.

    a recommandé et recommande son asme à Dieu le père le fils et le saint esprit et à la glorieuse vierge Marye et à toute la cour céleste du paradis
    Item veut et entend ladite testatrice que lors que son asme sera séparée de son corps que sondit corps soit ensépulturé auprès des sépultures de ses deffunts père (il a oublié d’écrire « et mère ») au petit cimetière dudit Monstreul et prye et suplie le sieur curé dudit Monstreul ou ses chapelains à remonter à l’entrée du bourg dudit Monstreul pour conduire sondit corps à l’église dudit Monstreul et en faire la sépulture et que ledit sieur curé ou chapelains soient bien et deument paiés
    Item veut entend et ordonne ladite testatrice que lors qu’elle sera décédée et après son décès le plus tost que faire se pourra soit dit et célébré des chanteryes et trentains en l’église dudit Monstreul pour la somme de 60 livres tz sur laquelle somme sera paié et prins tous les desbours de la sépulture et autres frais d’obsèques et funérailles et ou ledit sieur curé dudit Monstreul ou sesdits chapelains ne diroient ledit service au dedans des 6 mois après son décès veut et entend que soit les cy après nommés fassent dire ce qu’il en reste en tel autre lieu que bon leur semblera, et les paier sur le reste de ladite somme de 60 livres
    Item a ladite testatrice dit et déclaré que Marin Bouvet demeurant au lieu du Bois Hinebault paroisse dudit Monstreul son frère luy doibt la somme de 36 livres tz d’argent qu’elle luy a presté depuis qu’il est marié
    Item déclare que André Delahaye mestaier de la Gouinère de Chanteussé son beau frère luy doibt la somme de 30 livres tz depuis 3 ans sont ou environ
    Et pour le fait et exécution du présent son testament ladite testatrice a nommé et esleu chacuns de Pierre Chesneau son filleul et Mathurin Corbin son nepveu pour ses exécuteurs testamentaires lesquels elle a priés et requis prendre le fait et charge du présent son testament et a révoqué et révoque tous autres testaments et codiciles veut et entend que le présent soit et valle seul son entier et parfait et pour l’exécution dudit testament sadite testatrice a affecté et hypothéqué et par ces présentes affecte et hypothèque tous et chacuns ses biens meubles et immeubles présents et advenir la part ou ils se trouveront situés et assis et dès à présent en a vetu et saisy et par ces présentes vest et saisist sesdits exécuteurs jusques l’accomplissement dudit testament
    a esté à ce présent ledit Corbin qui a accepté la charge d’exécuteur pour son regard
    dont et audit testament tenir etc oblige etc renonçant etc foy jugement et condemnation etc
    fait et passé audit Lyon maison de nous notaire présents Nicollas Blouin clerc demeurant audit Lyon et Jehan Lebouvier cordonnier demeurant audit Monstreul et Pierre Marcoul cordonnier demeurant audit Lyon tesmoins
    ladite testatrice a dit ne savoir signer

    Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

    Testament de Jeanne Bouvet veuve de Jean Thibault, Montreuil sur Maine 1640

    Elle y « nomme chacuns de honnestes hommes Mathurin Corbin son gendre et Pierre Chesneau son nepveu pour ses exécuteurs testamentaires ».
    Donc Mathurine THIBAULT l’épouse de Mathurin CORBIN est sa fille.
    Donc, Jacquine ALLARD l’épouse de Pierre CHESNEAU est sa nièce par ses parents Pierre Allard et Perrine Thibault
    et je peux en conclure que Perrine Thibault était soeur de Jean Thibault l’époux de Jeanne Bouvet

    Le testament est uniquement religieux et décrit toutes les célébrations qu’elle ordonne.

    J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E36 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

    Le 6 mars 1640 avant midy par devant nous René Billard notaire de la chastellenye du Lyon d’Angers fut présente en sa personne establye et obligée soubz ladite cour honneste femme Jehanne Bouvet veuve feu honneste homme Jean Thibault demeurant au lieu de la Roussière paroisse de Montreuil sur Maisne laquelle considérant que la mort est certaine et l’heure d’icelle incertaine et ne vollant mourir intestat, a fait le présent son testament pur et simple irrévoquable
    premièrement a recommandé son asme à la sainte trinité du paradis et à la benoiste vierge Marye et à tous les saints et saintes du Parasis lesquels elle suplye intercéder vers sa majesté divine à ce qu’il luy plaize luy pardonner et après que son asme sera séparée d’avec son corps qu’ils leurs plaize la collocquer au royaume des cieux
    Plus veut et ordonne ladite testatrice que lors que son asme sera séparée d’avec son corps que sondit corps soit porté en l’église dudit Monstreuil et prye et suplye le sieur curé et chapelains dudit Monstreul de venir allencontre de sondit corps pour iceluy conduire en ladite église avec les prières et suffrages accoustumés estre dites, et ce fait estre ensépulturé au petit cimetière dudit Monstreul proche la fosse où sondit deffunt mary est enterré
    Item veult et ordonne ladite testatrice qu’il y ait 5 cierges de chacun demye livres pour servir de luminaire à sa sépulture et au service qui se dira en ladite église
    Item a ladite testatrice ordonné et ordonne estre dit une chanterye le jour de la sépulture de son corps ou le lendemain où elle ne pourroit estre dite ledit jour
    Item veut et ordonne ladite testatrice estre dit et célébré en ladite église de Monstreul une chanterye 8 jours après que son corps sera ensépulturé
    Item veut et ordonne ladite testatrice estre dit et célébré en ladite église de Monstreul deux trentains les plus promptement que faire se pourra après sadite sépulture avec une chanterye à la fin de chacun trentain
    Item a ladite testatrice fondé et fonde à jamais et à perpétuité une chanterye de 3 messes chantée avec vigiles des morts et les suffrages et oraisons qui se disent au enterrrements et à la fin des chanteryes pour estre dite en ladite église de Monstreul le jour et feste de saint Jehan l’une et la feste de Noel par chacun an et pour ce faite a donné et donne la somme de 35 soulz de laquelle somme en sera paié 5 soulz pour le luminaire et ornement qui serviront à ladite chanterye et pour asseurance de paiement de ladite somme de 35 soulz tz ladite testatrice a affecté et hypothéqué affecte et hypothèque une portion de jardin contenant 2 hommées ou environ joignant des deux costés une pièce de terre appellée la Vieille pièce et ung jardin appartenant à Pierre Chesneau aboutté d’un bout le pré de Pierre Bodere et d’autre bout le jardin appartenant aux héritiers feu René Gernigon et tout ainsi que ladite portion de jardin se poursuit et comporte sans aulcune réservation en faire
    Item veut et ordonne ladite testatrice ses debtes estre bien et deument paiées
    Et pour l’exécution du présent testament ladite testatrice a nommé et nomme chacuns de honnestes hommes Mathurin Corbin son gendre et Pierre Chesneau son nepveu pour ses exécuteurs testamentaires lesquels elle a priés et requis vouloir en prendre le fait et charge et pour l’accomplissement d’iceluy a affecté et hypothéqué affecte et hypothèque tous et chacuns ses biens meubles et immeubles et les en a vétus et saisis jusques à concurrence de l’effet et exécution dudit présent son testament
    dont et auquel testament ladite testatrice a fait arrest dont l’avons jugée par le jugement et condemnation de nostre dite cour avec les submissions et renoncziations à ce requises
    fait et passé en présence de honneste homme Pierre Lemée Nicollas Blouyn et Ambroys Charlot clercs demeurant audit Lyon tesmoins
    ladite testatrice a dit ne savoir signer

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

    Contrat de mariage de Mathurin Chesneau et Perrine Bellanger, Monstreuil sur Maine 1637

    et vous avez même les beaux frères du marié, parmi plusieurs autres proches, et un chanoine à Angers, et je rappelle à l’occasion de sa présence que les chanoines ne sont jamais pauvres et jamais issus de familles pauvres à l’époque.

    Le montant de la dot est de 450 livres, ce qui est dans la moyenne des sommes apportées par les métayers.
    Ce contrat de mariage s’inscrit dans la longue liste des actes BELLANGER.

    J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E36 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

    Le 22 octobre 1637 par devant nous René Billard notaire du roy à saint Laurent des Mortiers furent présents en leurs personnes establiz et soubzmis soubz ladite cour chacuns de honnestes personne Mathurin Chesneau marchand demeurant au lieu et village des Benestières paroisse de Monstreuil sur Maisne fils de deffunt Marin Chesneau et Jeanne Bouvet ses père et mère d’une part
    et Perrine Bellanger fille de deffunt Pierre Bellanger et de Julienne Savary ses père et mère d’autre part
    lesquels o le vouloir congé et consentement savoir ledit Mathurin Chesneau de ladite Bouvet sa mère et Pierre Chesneau son frère aisné, et ladite Perrine Bellanger de ladite Julienne Savary sa mère, de Jean Savary ayeul, de vénérable et discret Me Nicolas Bellanger prêtre chanoigne en l’église saint Maurille d’Angers et demeurant en la cité de ladite ville d’Angers oncle, et autres leurs parents et amis nommés
    se sont promis et promettent prendre par mariage l’un l’autre et iceluy solemniser en face de sainte église catholique apostolique et romaine toutefois et quantes pourveu qu’il ne s’y trouve cause ou empeschement légitime
    à l’oeuvre et augmentation duquel futur mariage ledit futur espoux promet apporter à la communauté de ladite Bellanger sa future espouse dedans le jour de leur bénédiction nuptiale la somme de 500 livres en deniers
    et ladite Savary deument soubzmise establye et obligée soubz ladite cour a promis bailler et donner à ladite Perrine Bellanger sa fille en advancement de droits successifs la somme de 400 livres tz aussi en deniers paiable par ladite Savary scavoir la somme de 200 livres tz dedans le dit jour de leur bénédiction nuptiale et autre pareille somme de 200 livres tz dedans d’huy en 2 ans prochain venant le tout faisant ensemble ladite somme de 400 livres tz
    et encores promet ladite Savary de donner à ladite Bellanger sa fille dedans ledit jour de leur bénédiction nuptiale des meubles pour la somme de 100 livres tz qui entreront aussy à la communauté entre lesdits futurs conjoints avec lesdites sommes cy dessus
    et ancore promet ladite Savary d’habiller honnestement selon son estat et condition ladite future conjointe aussy dedans ledit jour de leur bénédiction nuptiale
    et encore en faveur dudit mariage a ledit sieur Bellanger prêtre deument soubzmis estably et obligé soubz ladite cour promis bailler donner et laisser auxdits futurs espoux la jouissance du lieu et closerie de Hautebize sis en la paroisse du Lyon d’Angers audit sieur Bellanger appartenant de la succession de ses deffunts père et mère tout ainsi et comme il se poursuit et comporte sans aucune réservation en faire et ce pour le temps et espace de 3 ans et 3 cueillettes entières et parfaites et consécutives les uns les autres sans intervalle de temps lesquelles 3 années commenceront au jour et feste de Toussaint prochainement venant et finiront à pareil jour à la charge auxdits futurs espoux de jouir et user dudit lieu comme bons pères de famille sans y rien desmollir ne malverser choses qui sont dignes de répréhention à peine etc
    de payer les cens rentes et debvoirs deuz pour raison dudit lieu lesdites trois années durant
    et de tenir et entretenir le bail à moitié qui le closier dudit lieu a dudit sieur Bellanger aux mesmes charges et clauses y contenues et en bailler nouveau bail
    accordé entre lesdits futurs espoux que communauté de biens s’acquérera dedans l’an et jour entre eux suivant la coustume de ce pays
    et a ledit futur espoux constitué et assigné constitué et assigne douaire coustumier à sadite future espouse sur tous et chacuns ses biens cas de douaire advenant suivant la coustume
    auxquelles promesses pacitons accords conventions et tout ce que dessus a esté fait arreste par lesdites parties et l’ont ainsy voullu stipullé consenty accordé et accepté, et à ce tenir etc obligent respectivement lesdites parties etc renonçant etc foy jugement et condemnation etc
    fait et passé audit lieu et village des Benestières présents Jacques Bonenfant et Jean Delestre beaux frères (j’avais lu par erreur beau père, mais c’est bien « beaux frères » comme je viens de le vérifier grâce à l’attention de Patrik ci-dessous) dudit futur espoux, vénérable et discret Me Ollivier Bellanger prêtre curé dudit Monstreul, vénérable et discret Me Pierre Hiret prêtre, Mathurin Ourin, Mathurin Serry et Jean Menard prêtres demeurant audit Monstreuil, et encores à ce présents Mathurin Corbin, Jean Blouin, Jean Bouvet et Marin Bouvet tous parents desdits futurs escpoux et Nicolas Blouyn Blouyn clerc demeurant audit Lyon d’Angers tesmoings
    les dits futurs espoux, Jeanne Bouvet, Julienne Savary, Jean Savary, Bonenfant, Delestre, Jean Blouin, et les Bouvet ont dit ne savoir signer

    Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.