Toussaint Bault et Louis Legauffre font le réméré d’une maison et métairie à Angers : 1558

Il existe très probablement un lien entre eux pour qu’ils soient copropriétaires de ces biens, et ce sont sans doute des biens hérités.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E8 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 17 octobre 1558 en la cour du roy notre sire à Angers (Jean Legauffre notaire royal Angers) personnellement estably honnorable homme Pierre de Clermont marchand demourant audit Angers tant en son nom privé que comme procureur stipullant et soy faisant fort de honnorable homme Guillaume Bonneau seigneur des Haneaulx auquel il a promis et demeure tenu faire ratiffier et avoir agréable le contenu en ces présentes aux parties cy après nommées dedans ung mois prochainement venant et en bailler lettres de ratiffication vallables à la peine de tous despens dommages et intérests soubzmectant ledit de Clermont en chacun desdits noms seul et pour le tout sans division de parties ne de biens ses hoirs etc confesse etc avoir eu et receu de honnorable homme Me Toussaint Bault advocat audit Angers seigneur de la Ragotière et Loys Legauffre sergent royal par les mains (f°2) de maistre Sanson Legauffre qui luy à baillé et paier en présence et au veue de nous la somme de 400 livres tz laquelle somme ledit de Clermont a eue et receue et s’est tenue et tient à content et ce faisant le reste et parfait paiement de la somme de 1 000 livres tz pour la recousse et réméré d’une maison assise en ceste ville d’Angers au lieu du Pillory et d’une mestairie assise et … appellée la forte Maison par ci devant vendus par lesdits Bault et Legauffre audit Bonneau par contrat passé par devant Herault notaire de ladite cour tout ainsi que lesdites choses sont plus amplement déclarées et confrontées par ledit contrat et ce au moyen de la grâce qui encores dure ainsi que lesdites parties ont congneu et confessé par davant nous, au moyen de quel paiement de ladite (f°3) somme de 400 livres tz faisant ledit reste lesdites choses demourent bien recoussées pour et au prouffict desdits Bault et Loys Legauffre ; à ce tenir etc dommages etc oblige ledit de Clermont en chacun desdits noms seul et pour le tout sans division de parties ne de biens ses hoirs etc renonçant etc et par especial au bénéfice de division discussion et d’ordre foy jugement et condemnation etc fait audit Angers en présence de sire François Cornileau marchand et Jehan Guesdon aussi marchand demeurant audit Angers tesmoings

Succession de Jean Cevillé et Anne Legauffre : Craon et Châtelais 1620, 1er des 3 lots

Vous savez que j’ai fait beaucoup de travaux et trouvailles sur la famille Cevillé, dont Jean, qui avait rajouté à son nom une particule, mais je précise bien que ce n’était qu’un ajout par paraître.
Il laisse 3 enfants sur les 11 naissances que j’avais trouvées, et chacun a un lot considérable, qui fait plusieurs closeries, soit environ 6 à 8 000 livres chaque lot selon mon évaluation.
Je descends de son frère François et dans la fratrie ils étaient alors 5 héritiers, mais le mien, François, était décrit assez négativement et n’a pas si bien fait profiter son patrimoine que Jean.
Enfin, pour mémoire, je vous rappelle que dans cette famille, entre autres, il y avait des biens hommagés tombés en tierce foi et non partagés, et que j’ai souvent parlé de ce type de partage, qui ressemble (de loin seulement) à une partage noble car le bien hommagé n’est pas partagé.

Acte des Archives de la Mayenne AD53-3E1-457 Voici ma retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :
« Le 29 mai 1620 Sont 3 lots et partaiges des choses héritaulx demeurés de la succession de deffunctz honnorables personnes Jehan de Ceville et Anne Legauffre sa compaigne et espouse vivans sieur et dame de Cevillé paroisse de Chastellays y demeurant, que noble homme Claude Chevalier controleur pour le roy au grenier à sel de Craon et dame Marie Leseure sa compaigne et espouse sieur et dame de la Rougerye, ladite Leseure fille et héritière de deffuncts honnorables personnes Marc Leseure et de Renée de Cevillé … et honorables personnes Me François Besnard lejeune et Marguerite Després sa compaigne et espouse sieur et dame du Moullin neuf, ladite Després fille de Me Catherin Després et de ladite de Cevillé en secondes nopces héritiers pour une tierce partie desdits deffunts Jehan de Cevillé et de ladite Legauffre par représentation deladite Renée de Cevillé, font et présentent à chacuns de honorable homme Me René de Cevillé sieur de la Gueritière et à honorable femme Anne de Cevillé veuve de deffunct honnorable homme Jehan Moreau vivant sieur de la Chauvetière, lesdits Me René et Anne de Cevillé aussy héritiers chacun pour une tierce partye desdits deffunts pour estre par eulx procédé à la choisie d’iceulx en leur rang et ordre suivant la coustume aux chages cy après
1er lot : la maison neufve ou décédèrent lesdits deffunts tant fons que superficie (f°2) avec les cours et four joignant – Item les trios quartes parties du verger où est la loge et moullin à tan, icelle loge et moullin à tan comprins tant fons que superficie – Item une grange faite de cherpente de terrasse et couverte d’arfoise sise au davant de ladite maison cy dessus – Item l’aire yssye et verger de devant ladite maison à prendre depuis le melieu de la venelle estant entre ladite grange cy dessus et la grange qui sera du second lot et tendant au droit fil au travers du verger à la haye de la pièce de lostel avec le droit de ruaige estant au chemin comme l’on va vers la Daudinière et tout le ruaige en chemin jusques à la barrière de la Ruette à la charge de porter chemin pour aller aux vignes et ailleurs – Item 13 cordes de terre en jardrin ou environ sises au jardin proche ladite maison – Item ung appentiz de maison servant de cellier estant au costé vers midy du logis du vieil pressouer qui fut aulx Fauveaulx avec ce qu’il peut appartenir auxdits partaigeans (f°3) de la nature des présents partaiges en l’autre appentiz estant au bout d’iceluy la tout couvert d’ardoise – Item 2 portions de jardrin au jardrin proche le moullin de Cevillé les deulx proches vers ledit moullin contenant ensemble 11 cordes trois quarts ou environ – Item la moitié du grand jardrin qui abutte la pièce de Lostel estant au droit de la chesnaye, le chemin entre eux, contenant ladite moitié 16 cordes et demye ou environ, fandeues au travers le bout proche ladite pièce de Lostel – Item la moitié du grand cloteau de la grande chesnaye fandeue au long le costé vers le pré court Pivert et ladite moitié tient 2 cordes ou environ – Item une portion de chastaigneraye des Frands Courtis estant entre la chastaigneraye appartenant audit Me René de Cevillé et celle du tiers lot des hommaigés contenant 10 cordes et demye ou environ – Item une autre portion de chastaigneraye en ladite chastaigneraie à prendre depuis une portion vers soullail couschant qui appartient audit Cevillé qu’il a acquise contenant 51 cordes de terre ou environ icelle portion prenant au travers jusques à la portion du 2ème lot cy après – (f°4) Item 2 autres portions de chastaigneraie en la chastaigneraye des Landes au bout proche le moullin de Cevillé une portion de chastaigneraie appartenant audit Me René de Ceville entre deulx contenant lesdites 2 portions 10 cordes deux tiers ou environ – Item une pièce de terre appellée la pièce de Lostel contenant 6 boisselées de terre ou environ – Item une pièce de terre appellée la haulte Tournure contenant 2 journaulx 10 cordes joignant la grand pièce du dessus les Landes – Item une pièce de terre du Croix chemin appellée Bresac dont y appartient en jardrin qui est à présent exploité du lieu de la Chesnaye où demeure Maillot contenant 5 boissellées ou environ – Item une pièce de terre appellée la Perrière contenant 6 boissellées de terre ou environ à la charge de porter chemin pour exploiter à bœufs et chartes avec les terres tant des grandes que petites Croisettes des Manceaulx par le hault de ladite pièce – (f°5) Item une portion de terre contenant 5 boisselées à estre prinse et levée en la portion de la pièce de terre des grandes Croisettes au bout vers le soullail levant proche le chemin tendant de Chérancé à Marsillé – Item une portion de terre vers soullail couchant en la pièce des petites Croisettes joignant d’ung costé les pièces des Tourneux contenant 33 cordes ou environ – Item 2 portions de pré au pré du Chesne l’une contenant 5 cordes ou environ située environ le melieu, entre les portions de pré appartenant audit Me René d Cevillé et le pré du tiers lot des hommaigés et l’autre en l’orée vers midi contenant 48 cordes ou environ – Item ung pré clos à part sis près et joignant la prée de Laubrière appartenant au sieur du Buron contenant 60 cordes ou envison – Item une portion de chesnaye située en la chesnaye dudit lieu contenant 17 cordes deux tiers à estre prinse ceste portion au bout du hault aboutant le chemin et au long de la terre dudit Me René de Cevillé d’autre costé la portion de chesnaye du 2ème lot cy après, charté ceste portion et la portion du 2ème (f°6) lot de porter chemin pour exploiter le surplus de ladite chesnaye et autres terres qui ont accoustumé de s’exploiter par icelle – Item le clotteau de la Pasture d’Hierre comme il est clos à part contenant 30 cordes ou environ – Item ce qu’il y a de vigne et terre tant en vigne que garanne au hault du clos de vigne de Lestromsart qui dépend de ces présents partaiges contenant 28 cordes et demye ou environ – Item les deux planches longues de Vieilles Plantes de sur les pièces du pressouer contenant ensemble 30 cordes de terre ou environ sises au clos de vigne de Cevillé – Item une autre planche de vigne estant entre lesdites deux planches abuttant d’ung bout à la vigne de Mathurin Colleau d’autre bout à la vigne de René Guillet contenant 4 cordes et demye ou environ qui fut acquise de Coignart – Item une autre planche de vigne contenant 26 cordes qui fut acquise de Boury avec une planche en hache y joignant et ung petit gobin au (f°7) dessus abuttant la plante de la Daudinière contenant ensemble 3 cordes trois quarts joignant des 2 costés la vigne de René Guillet en partie et abuttant du bout du bas la grand pièce du pressouer sise audit clos – Item une grande planche de vigne contenant 24 cordes ou environ qui fut acquise de François Cevillé sise sur les Sorinières joignant d’un cousté la vigne dudit Me René de Ceville d’autre costé en partie la vigne de Jehan Lamy sise audit clos – Item une autre planche de vigne appellée la planche de la Bourne avec une planche qui fut acquise des Guillets y joignant contenant ensemble 10 cordes trois quarts ou environ sise audit clos – Item une planche de vigne acquise de René Lemanceau estant joignant ladite grand raize sur main gauche en descendant contenant 5 cordes et demye sise audit clos – Item une autre planche de vigne qui fut acquise de Hamon contenant 2 cordes et demye joignant d’un costé la vigne de Claude Genet d’autre costé la planche des Grimaults estant du lot du tiers des hommaigées sise audit clos – (f°8) Item une planche de vigne contenant 7 cordes ou environ joignant d’un costé la vigne dudit René Guillet d’autre costé la vigne de Guillaume Eveillard abutté d’un bout la pièce de la Daudinière comprise au 2ème lot sise audit clos – Item deux rangs de vigne contenant une corde et demye et demy quart estant au costé vers soullail couschant d’une planche de vigne qui appartient aulx Eveillard et abutté d’un bout la planche cy dessus – Item 2 planches de vigne en ung tenant contenant ensemble 5 cordes qui furent acquise des Guillers joignant d’un costé la planche de la Rigolloterie cy après spécifiée au présent lot et d’autre costé la vigne de Blaise Peslier – Item une planche de vigne appellée la Rigolleterie contenant 8 cordes et demie demi quart joignant d’un coté en partie la planche cy dessus d’autre costé la planche de la Soutifièrye abutté d’un bout la pièce du Pressous – (f°9) Item 2 planches de vigne appellée les terres rouges contenant ensemble 12 cordes joignant d’un costé la terre de Pierre Gadebil – Item une planche de vigne estant en harpe contenant 8 cordes trois quarts – Item une planche de vigne acquise de Pierre Jegu qui abutté au chemin dessus ledit clos contenant 3 cordes deux tiers – Item 2 planches de vigne sises audit clos abuttant l’une l’autre joignant la vigne de deffunt René Bazon dont l’une abutte la grand raize qui fut acquis des Guillers contenant 4 cordes ung tiers, acquise des Fauveaulx contenant 3 cordes sise audit clos – Item le lieu et closerie de Gueritier paroisse de Contigné comme se poursuit et comporte avec ses appartenances et dépendances tant maisons loges granges estables pressouer rues et issues vergers prés pastures vignes terres labourables et non labourables sans aulcune réservation en faire et ainsi que le closier audit lieu le tient (f°10) et exploite à titre de moitié chargé des charges cens rentes et debvoirs et obéissances féodales telles qu’elles sont dues – Item les lieux et closeryes des Mollières qui sont exploités par Ren Roussilon et Julien Rousseau closiers auxdits lieux en la paroisse de Chastellais tout ainsi qu’ils se poursuivent et comportent tant en maisons granges estables pressouer rues yssues vergers chastaigneraye prés pastures terres labourables et non labourables lices landes et comme lesdits deux lieux se poursuivent et comportent leurs appartenances et dépendances est mesmes deschargées des rentes amortyes par lesdits deffuncts qui estoient dues sur lesdits lieulx et néanlmoins demeure tenu de payer celles qui sont encores à présent deues et qui n’ont esté amorties – Item le lieu et closerie de la Fillonaye en ladite paroisse exploitée par ledit Rousillon comme il se poursuite et comporte tant en maisons et autres logements chargé des charges cens rentes et debvoirs deux pour raison dudit lieu – (f°11) Item le lieu et closerie de la Chesnaye Hiret allias du Challonge où demeurent Estienne Lemanceau composé de maisons pressouer avecles caves cavereaulx rondelles et autres ustanciles du pressouer, rues yssues vergers jardin vignes prés pastures terres labourables et non labourables et tout ainsi que ledit lieu se poursuit et comporte sans en faire aulcune réservation chargé des charges cens rentes et debvoirs deubs pour raison dudit lieu – Item une pièce de terre appellée le Pressouer sise près le lieu de Girone paroisse de Saint Clément de Craon contenant 10 cordes ou environ joignant d’un costé la terre du lieu de Gironde d’autre costé la terre de la veuve Me Jehan Lainer avec ung aplacement de tannerye et jardrin estant au pignon de la maison du moulin de Craon, au davant des bechets desdits moullins, chargées lesdits choses des charges cens rentes et debvoirs tant par bled que argent – Item la tierce partye des rentes de bled seigle qui se trouveront estre deues sur les terres du village de Cevillé achaptées par lesdits deffunts de messieurs les chanoines et chapelains de st (f°12) Nycollas de Craon suivant l’abournement qui en sera cy après fait entre les partaigeants – Chargé ce présent lot outre les autres charges cens rentes et debvoirs que peuvent debvoir chacun desdits lieux de la somme de 100 sols pour ayder à payer la somme de 21 livres que lesdits deffunts auroyent donnée et léguée par leur testament au curé et chappelains de st Pierre de Chastellais pour le service par eulx ordonné au désir dudit testament passé par deffunt Me François Thibault notaire le 25 août 1611 payable par chacun an du terme de Toussaint entre les mains dudit curé ou autre ayant charge de lui.

Contre-lettre d’Hélye Vaillant dédouanant Guillaume Vaillant dans la vente à Louis Legauffre de la maison du Croissant : Angers 1558

Je ne pense pas que le patronyme VAILLANT soit fréquent en Anjou, mais j’en descends à Saint-Aubin-du-Pavoil, et manifestement ceux qui suivent n’ont aucun lien avec les miens.

Acte des Archives du Maine-et-Loire 5E8 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :
Le 17 janvier 1557 (avant Pâques donc le 17 janvier 1558 n.s.) en la cour du roy notre sire à Angers par devant nous Jean Legauffre notaire royal Angers personnellement establyz Helye Vaillant marchand et Renée Lailler sa femme deluy suffisamment autorisée quant ad ce soubzmectant eulx et ung chacun d’eulx seul et pour le tout sans division etc confessent que combien que ce jourd’huy et date de ces présentes Guillaume Vaillant aussi marchand et mareschal paroisse de st Jacques les Angers se soit obligé avecques lesdits establis ung chacun d’eulx seul et pour le tout sans division à la vendition et garantage faite par lesdits establis et ledit Guillaume Vaillant à Louis Legauffre sergent royal audit Angers d’une maison jardins estables appartenances et dépendances où pend pour enseigne le Croissant au bourg saint Jacques qui fut feu Mathurin Vaillant joignant d’un cousté les maisons et l’hostelerie où pend pour enseigne le Daulphin d’aultre cousté la maison feu Me Germain Allain, aboutissant d’un bout à la grand rue tendant du portail à st Nicolas à Brecigné d’autre bout au clos de vigne appelé Jamboy, moyennant la somme de 210 livres tz, pour paiement de laquelle somme ledit Legauffre auroit ceddé auxdits establis et Guillaume Vaillant pareille somme de 210 livres et laquelle somme Valentin Bouju estoit tenu et redevable envers ledit Legauffre pourles causes plus amplement déclarées audit contrat de vendition de ce fait, néanlmoings la vérité est que ce que en a fait ledit Guillaume Vaillant a esté à la prière et requeste desdits establis et pour leur faire plaisir ainsi qu’ils ont dit et confessé ; partant lesdits establis sont et demeurent tenus acquiter et garantir ledit Guillaume Vaillant de ladite vendition ses circonstances et dépendances et icelle maison rescourcer dedans ung an prochainement venant et en bailler lettres d’acquit et décharge dedans ledit temps audit Guillaume Vaillant à peine de tous despens dommages et intérests ces présentes néanlmoings demourans en leur force et vertu ; à ce tenir etc oblige lesdits establis eulx ung chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de partie ne de biens leurs hoirs etc etc renonçant au bénéfice de division ordre et discussion et encores ladite femme au droit velleyen etc foy jugement et condemnation etc fait et passé audit Angers en présence de François Bonneau et Julien Grandpée dmeurant audit Angers tesmoins

Pierre Bernier et Joachine Boullard, de Talmont, échangent des biens à Angers avec François Legauffre : 1547

EN CETTE PERIODE ESTIVALE, JE VOUS PROPOSE DEPUIS QUELQUES JOURS DES ACTES ANGEVINS TRAITANT DE PERSONNAGES HORS ANJOU
UN PEU DE VOYAGE EN QUELQUE SORTE
MAIS A L’EPOQUE DES 16 ET 17èmes siècles

et l’échange comporte une clause assez rare, et je tiens à vous la faire remarquer.
En effet, autrefois, tout comme d’ailleurs de nos jours je pense, il y avait des cas de disparition, et des successions difficiles dans de tels cas.
Ici, Joachine Boullard est sans nouvelles d’un frère, dont elle ne sait pas s’il est décédé ou vivant, donc l’acte d’échange prévoit le cas où le frère referait surface, car les biens de Joachine seraient alors non pas une moitié mais un tiers.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E2 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 12 mai 1547 en la cour du roy notre sire à Angers endroit par devant nous Marc Toublanc notaire de ladite cour, personnellement establys François Legauffre notaire royal à Angers d’une part, et Pierre Bernier demourant en la ville de Talmont pays de Poitou et Jouachine Boullard sa femme et de luy suffisamment auctorisée par davant nous quant à ce, disans et affirmans ladite Joachine estre âgée de 22 ans et plus, tant en leurs noms privés que comme eulx faisans forts en ceste partie de honorable homme Jehan Guimyer lesné seigneur de la Roche, demourant à Feneu, et de Mr Fabien Delescluse demeurant à Partenay au pays de Poictou d’une part et d’autre respectivement mesmes lesdits Bernier, Boullard en chacun desdits noms seul et pour le tout sans division de partie personne ne de biens leurs hoirs etc confessent avoir fait les échanges des choses cy après déclarées c’est à savoir que ledit Legauffre a baillé et baille auxdits Bernier et Boullard qui ont prins et accepté prennent et acceptent pour eulx leurs hoirs etc ou pour aultres qu’ils vouldront nommer, une chambre haulte de maison à cheminée, sise sur le court davant de la maison où pend à présent pour enseigne la Petite Arbalestre sur la rue de la Poissonnerie de cest ville d’Angers avecques le grenier gallatas et couverture estant au dessus de ladite chambre réservé la bobe des privez montans esdites chambres que ledit Legauffre ne sera tenu garantir : Item ung camereau ou estable estant près l’uys par lequel l’on monte en ladite chambre ; Item ung celier qui a l’uisseau sur ladite cour et estant soubz la chambre de Jehanne Broulan ; Item le grand celier qui a l’entrée principale sur la cour derrière de ladite maison estant soubz la chambre de Claude Froguer le petit jardin estant sur ladite cour joignant à la maison de ladite Jehanne Broulon par ung cousté et autre au jardin dudit Groguer ; Itme ung corps de logis qui est de présent abatu et mis par terre qui joingt d’un cousté aux maisons de Pierre Teilleau et d’un bout aux maisons dudit Froguer lequel corps de maison ledit Legauffre demeure tenu refaire et garnir d’un celier chambre dessus de couverture planchers et carelure, le tout tenu ou fief du roy en la fraresche des autres appartenances de ladite maison à 8 soubz 2 deniers pour toutes lesdites maisons dépendans de ladite appartenance de ladite Petite Arbalestre, et chargée oultre de 4 livres de rente vers la dame du Puneau en la fraresche de ladite appartenance de la Petite Arbalestre,
et en récompense lesdits Bernier et Boullard ont baillé et baillent cèdent délaissent et transportent par héritage audit Legauffre qui a prins pour luy ses hoirs etc ou pour aultre qu’il vouldra, la moitié par indivis de la maison et appartenances en laquelle est décédé feu Jacques Boullard sise près la porte Girard joignant par une part aux maisons Jehan Goussault par aultre part aux maisons de la Heraud aboutant d’un bout au pavé de la grand rue d’autre bout aux maisons de deffunt Me Pierre Faifeu, ou fief du roy à 5 deniers et vers st Maurille d’Angers 2 sols 6 deniers tz, et chargés vers les hoirs feu Me Gervaise Hannes en la somme de 2 livres tournois de rente, quites des arréraiges dudit debvoir de tout le temps passé jusques à huy, et pour ce que ladite Joachine a ung frère absent et qu’elle n’est pas acertaine de la mort d’iceluy est accordé que ledit frère revient que ledit présent échange ne tiendra et ne vauldra que pour une tierce partie, et outre ledit prendra Legauffre et luy demeurera, et du jourd’huy luy demeure offerte et obligé comme auparavant ces présentes sans aultre solempnité de justice ladite chambre à cheminée le dessus d’icelle camereau estant près ladite huisserie de ladite chambre, celier estant au davant l’huisserie de ladite cour davant le grand celier et jardin, et audit cas reméreront la somme de 150 livres tournois faisant moitié de 300 cy après mentionnée, et où les héritages par ledit Legauffre baillés jusques à la valleur desdites 150 livres tournois au choix d’iceluy Legauffre lesquels héritages luy demeurent du jourd’huy affectés et obligés pour payement de ladite somme de 150 livres tz, et pour ce que le présent eschange vault mieulx l’un que l’autre ledit Legauffre pour l’abatement de ce qu’il leur baille a promis leur bailler et payer la somme de 300 livres tournois, en faisant préalablement ratifier et avoir agréable cesdites présentes auxdits Guymier et Delescluse …

Odile Halbert – Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

François Legauffre échange des biens du Poitou en Anjou : 1547

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E2 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 13 mai 1547 en la cour royale d’Angers endroit par devant nous Marc Toublanc notaire de ladite cour, personnellement establys honorables hommes Jehan Gymier seigneur de la Roche demeurant en la paroisse de Feneu pays d’Anjou maistre Fabien de Lescluse demeurant à Partenay pais de Poitou comme il dit, Pierre Beconnet demeurant à Talmont audit pays de Poitou et Joachine Boullard sa femme comme ils disent après les avoir de ce enquis, de luy suffisamment auctorisée par devant nous quant à ce, soubzmectans eulx et chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de personne ne de biens leurs hoirs etc confessent avoir eu et receu contant de Me François Legauffre notaire royal d’Angers qui leur a baillé en notre présence et à veue de nous la somme de 300 livres tournois qu’il debvoit auxdits Beconnet et Boullard pour l’avaliement du contreschange des choses héritaulx faict entre eulx le jour d’hier par davant nous Marc Toublanc notaire susdit en présence dudit de Lescluse desquels 300 livres tournois lesdits establiz se sont tenuz à contans et bien payés et en ont quicté et quictent ledit Legauffre ses hoirs etc lequel contrat d’eschange lesdits Guymier et de Lescluse ont loué ratiffié confirmé et approuvé et par ces présentes louent ratiffient confirment et approuvent en tous points et articles et ont promis sont et demeurent tenuz garantir audit Legauffre les choses que lesdits Beconnet et Boullard luy ont baillées jusques à la valeur et concurrence desdits 300 livres tz au moyen de ce qu’ils ont prins et receu dudit Legauffre ladite somme de 300 livres tournois, et pour l’entretennement du présent accord et garantage desdites choses ledit de Lescluse a prorogé et proroge juridiction en la cour de la sénéchaussée d’Anjou à Angers, voulu et consenty, veult et consent y estre traicté et poursuivi comme par davant son juge ordinaire et a renoncé et renonce à toutes fins déclinatoires, et ont lesdits Guymier et de Lescluse asseuré et affirmé audit Legauffre que ladite Joachine est âgée de 22 ans ou plus et habile à contracter, et pour ce que ledit Legauffre auxdits establiz ladite somme de 300 livres tournois pour avaluer les choses qu’il leur baille est accordé que pour lesdites 300 livres ledit Legauffre prendra sur les louaiges des choses que lesdits establiz luy ont baillées par chacun an jusques à deux ans la somme de 10 livres, et à ceste fin lesdits establiz en ont fait cession et transport audit Legauffre , et est ce fait au moyen de ce que lesdits establiz et Legauffre ont convenu et accordé que chacun jouyra et tiendront les louaiges qui sont faits des choses qu’ils s’entrebaillent, et paieront les debvoirs chacun de ce qu’il tiendra, à laquelle ratiffication et tout ce que dessus est dit tenir etc ont obligé et obligent lesdits Beconnet sadite femme de Lescluse Guymier ung chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de personne ne de biens leurs hoirs etc renonçant etc et par especial lesdits Beconnet Boullard Delescluse et Guymier au bénéfice de division d’ordre et discussion etc et ladite femme au droit velleyen etc foy jugement et condempnaiton etc fait et passé audit Angers en la maison dudit François Legauffre par davant nous Marc Toublanc notaire royal en présence de François Jacques Legendre Clément Pivert marchands Nicolas Mynot François Boullard aussi marchand frère de ladite Jouachine tous demeurant en ladite ville tesmoings

Odile Halbert – Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

La maison de Germain Allain, mari de Catherine Bourdais, proche de l’hôtellerie ou pend pour enseigne le Dauphin : Angers 1561

et cette Renée Allain qui a épouse Jean Gallisson pourrait bien être une fille de ce Germain Allain et de Catherine Bourdais ?

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E8 Legauffre notaire Angers – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 20 janvier 1561, en la cour du roy notre sire à Angers personnellement estably Louis Legauffre sergent royal demeurant en la paroisse de Saint Morille d’Angers soumis etc confesse avoir vendu quicté et encores etc par héritage à honnestes personnes Jehan Galliczon et Renée Allain sa femme à ce présente et acceptante, lesquels ont acheté et achètent pour eulx leurs hoirs etc une maison jardin et appartenances où pend pour enseigne le Croissant sise au faubourg saint Jacques qui furent feu Mathurin Vaillant, joignant d’un costé les maisons de l’hostellerie où pend pour enseigne le Dauphin d’autre costé la maison feu Me Germain Allain abouté d’un bout au pavé de la Grand Rue tendant du portail st Nicolas à Brionneau et d’autre bout au cloux de vigne appellé Jambon, tout ainsi que ledit vendeur a acquis lesdites choses de Guillaume Vaillant, Hélie Vaillant et Renée Lailler sa femme par contrat passé par nous notaire soussigné le 18 janvier 1557 au fief et aux charges rentes et debvoirs portés par ledit contrat duquel leur avons fait lecture, transportant etc et est faite la présente vendiiton pour le prix et somme de 210 livres tz payée comptant et manuellement par lesdits acheteurs audit vendeur qui l’a eue prise et receue en nostre présence et à vue de nous en or et monnaie au prix et poids de l’ordonnance et dont etc et en a quité etc à la charge desdits acheteurs de garder la grâce qui ledit vendeur avait donnée audit Vaillant et Laillé de pouvoir rescousser lesdites choses qui encore dure par le moyen de prorogation que leur a faite ledit Legauffre, jusques au jour et feste de Chandeleur prochain venant en prenant et rendant par lesdits Vaillant et Laillé ou leurs lignagers ladite somme de 210 livres tz avecques les frais et mises raisonnables lesquels frais et mises raisonnables faits par ledit Legauffre iceluy Legauffre les a donnés cédés et transporés auxdits acheteurs qui les ont pris et acceptés pour avoir remboursement par lesdits achepteurs sur lesdits Vaillant et Laillé et leurs lignagers, faisant par eulx ou l’un d’eulx la rescousse et retrait desdites choses, et pour tout garantage desdites choses vendues ledit Legauffre a baillé auxdits acheteurs qui ont pris et accepté ledit contrat d’achapt qu’il en avait fait desdits Vaillant et Lailler sans ce que ledit vendeur soit tenu en aucun garantage ne restitution de deniers fors de son faict et obligation seulement, aussi a baillé ledit Legauffre auxdits Galliczon et sadite femme l’acte de prise de possession par ledit Legauffre desdites choses et une quittance en papier par nous passée que lesdits Vaillant et Laillé ont receue de Valentin Bouju par les mains dudit Legauffre pour le reset et parfait paiement de pareille somme de 210 livres tz pour lesquelles ledit Legauffre avait acheté lesdites maisons jardins et appartenances à laquelle vendition et tout ce que dessus est dit tenir etc garantir par ledit vendeur auxdits acheteurs ainsi que dit est etc oblige etc foy jugement et condemnation etc fait et passé en la maison desdits acheteurs par devant nous Jehan Legauffre notaire de ladite cour en présence de Me René Gallisson praticien en cour laye et Olivier Coquereau Me menuisier demeurant audit Angers tesmoins

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog